dimanche, 18 mai 2014

Vocabulaire de la famille et sueurs froides pour les notaires

012-09-17-famille-recomposee.jpg

 Les aventures des familles peuvent engendrer des situations parfois bien cocasses. De nouvelles formes de famille ont déjà vu le jour suite à l'avènement de nouvelles technologies et de l'évolution sociale. On remarquera heureusement que la notion d'enfant légitime ou naturel (donc illégitime) qui a sévi pendant des siècles a été abandonné; l'ineptie dépassée, un changement dans l'argument juridique s'en est suivi.

Le vocabulaire n’est déjà pas toujours évident … Un beau-frère peut désigner tout autant le mari de sa sœur que le frère de son mari (ou de sa femme). Mais là, il va y avoir du pain sur la planche pour  les notaires (et leurs généalogistes) en charge de régler les successions !

 

Voici un exemple de ce qui les attend :

- Je suis un homme de 27 ans et je me suis marié à une divorcée de 46 ans, mère d'une fille de 25 ans. Comme cette dernière aime les hommes mûrs, elle s'est éprise de mon père qu'elle a épousé !


Dès lors, mon père est devenu mon gendre, puisqu'il a épousé ma belle-fille.

Mais, dans le même temps, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu'elle est désormais la femme de mon père.

 Là, le notaire commencera déjà à transpirer…

 Or, ma femme et moi avons donné naissance à un fils.

Cet enfant est naturellement devenu le frère de la femme de mon père… c'est à dire le beau-frère de mon père.

Et, dans le même temps, il est devenu mon oncle, puisqu'il est le frère de ma belle-mère.

Mon fils est donc mon oncle !

Là, le notaire se fait apporter un Doliprane par son clerc… Mais il n'est pas au bout de ses surprises !

En effet, mon père et sa femme ont donné le jour à un garçon qui, de fait, est devenu mon frère puisqu'il est le fils de mon père… mais aussi mon petit-fils puisqu'il est le fils de la fille de ma femme.

 Je me retrouve ainsi le frère de mon petit-fils !

*************************************************


Une devinette pour une petite dernière :

Dans une famille, il y a deux fils, deux pères, et pourtant, ils ne sont que trois.
Comment est-ce possible ?


15:03 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Salut Micheline,

C'est Dimanche, le cerveau est au repos! Après avoir lu votre article l'envie de boire une bonne et belle brune m'a pris et ce, sans réfléchir.

Je ne me souviens plus si je vous l"avais racontée, tant pis, je recommence: ma mère était martiniquaise pendant que mon père était parti niquer officiellement nous sommes 7 combien de soeurs ?

Allez, à bientôt et bonne fin de weekend!

Écrit par : Pierre NOËL | dimanche, 18 mai 2014

Bonjour Pierre Noël! Tellement ravie que mon casse-tête chinois vous ait procuré spontanément une telle envie pour un dimanche bien ensoleillé (bien qu'un peu frisquet par rapport au doux hiver passé)! Le monde à l'envers, décidément ... la théorie du changement climatique prend son sens devant une donnée empirique de cette nature.

La réponse à ma petite devinette est assez simple mais votre devinette me donne un sacré fil à retordre. Allez, je me hasarde : 4 soeurs !?!?!?!?!

À + +

Écrit par : Micheline P. | dimanche, 18 mai 2014

Micheline,

Officiellement (0) il a fallu combattre pour sortir du patriarcat régnant en toute impunité dans la famille. Le phénomène de compensation a joué grâce aux "copines" vous comprenez mieux mon conservatisme (un homme une femme, enfin, presque) et ma difficulté à résoudre la devinette!

Essayer de comprendre un arbre généalogique -simple, est pour moi une torture intellectuelle. Alors, imaginez lorsqu'il y a eu des greffes dans l'arbre, je fuis l'histoire de mes ancêtres à grandes enjambées, ne retenant qu'ils étaient des guerriers Vikings, excellents navigateurs et qu'ils aimaient la vie.

Quant à votre devinette je vous en supplie, donnez moi la réponse, je ne le dirai à personne, promis juré je crache par terre....

Bye à bientôt...

Écrit par : Pierre NOËL | mardi, 20 mai 2014

Merci pour cet article très instructif et bien écrit.

Écrit par : Generico | mercredi, 21 mai 2014

@ Pierre Noël : excusez cette longue attente - indépendante de ma volonté - car j'étais déconnectée tout ce temps! Pour la devinette, voici la langue au chat : dans cette famille où il y a deux fils et deux pères alors qu'ils ne sont que trois, cela est rendu possible parce qu'il y a un grand-père dans le coup, soit son fils et le fils de son fils.

Au début de la bioéthique, certains doctes affirmaient de manière péremptoire, qu'il n'y avait pas d'autre problème qu'une question de vocabulaire. Drôle ... Pour ma part, je me fiche aussi des arbres généalogiques, d'autant que des erreurs d'orthographe se sont glissées à travers les siècles, causées par quelques copistes. L'imaginaire des générations antécédentes n'est pas plus intéressante que l'étude de la sexualité des mollusques. Quoique! (comme on dit chez nous) ... La phylogénèse est un produit du mythe de l'intériorité dont on se vante tant à notre époque, maladie trop courante, hélas.

Profitez bien de cette période du Bicentaire!!!
Bien à vous.

@ Generico : Grand merci pour ce message, qui me va droit au coeur!
Il y a tant d'articles importants qu'on ne peut écrire ... Dommage que vous vous cachiez derrière un pseudo (je n'en fais pas une religion) surtout quand il s'agit d'un commentaire si agréable à "entendre".
Belle soirée à vous, cher Anonyme!

Écrit par : Micheline P. | dimanche, 25 mai 2014

Moi, dieu, je vous pardonne, merci de votre réponse ainsi je peux aller vaquer en paix, tout en gardant un oeil sur votre blog dont les contenus sont toujours d'une immense qualité.

A bientôt...

Écrit par : Pierre NOËL | dimanche, 25 mai 2014

Les commentaires sont fermés.