UA-105021232-1

dimanche, 27 juillet 2014

Nouveau millésime de mots

 

15mot2.jpg

 

Les vacances aident à la flânerie mais sonnent aussi le moment de la sortie des nouveaux dictionnaires. Si les mots ne sont pas de ce monde, ils reflètent pourtant un changement de vision. L’usage seul, donc le temps qui passe, décide de nouvelles appellations. Cette année ne fait pas exception : de nouvelles réalités sont exprimées, reconnues, répertoriées, codifiées. Incontestablement, l'homme se distingue des autres créatures par son pouvoir de nommer ce qui l'entoure.

Les nouveaux mots suivent les technologies, l’économie, les sciences, le politique parfois (bien que c’est le plus souvent l’inverse qui advient, heureusement, et il faut espérer que certains contenus sémantiques de certains événements l’emportent sur leur instrumentalisation entraînant une re-qualification selon les intérêts immédiats).

Le « selfie » - autoportrait numérique publié sur les réseaux sociaux - fait désormais son apparition dans le dico. Obama aurait-il lancé une mode en se faisant prendre en photo avec une première ministre scandinave (laissant entrevoir le mécontentement de son épouse) en décembre 2013 lors de la cérémonie d’adieu à Mandela ? L’urgence a certainement scellé le destin du mot … Les derniers rebondissements dans les affaires d’espionnage – Edward Snowden était un hacker que les autorités américaines ont voulu engager pour ces compétences - donnent « Cyberattaque » alors que cybercriminalité est déjà bien implanté. L’introduction de l’e-cigarette dans les mœurs il y a près de trois ans consacre le terme de « vapoter ». Après le baba et le bobo, est enfin consacré, ce en toute bonne logique le « hipster » qui désignait les amateurs de jazz dans les années ’50 et qui aujourd’hui prend sa revanche en labellisant le jeune citadin (new-yorkais en particulier) dont le style vestimentaire est empreint de second degré et à contrecourant : casquette, grosses lunettes et … barbe hirsute. « Hystériser » (qui n’est pas sans rappeler psychoter du millésime écoulé) se voit consacré pour avoir été utilisé par Harlem Désir ou François Barouin dans l’affaire de Leonarda et de son irrésistible retour. « Triper » - prendre son pied, s’éclater – accompagne enfin kifer. Pour une histoire rocambolesque, celle-ci en est une qui porte bien son nom : « capillotracté » - amené d’une manière forcée et sans raison évidente - entre dans la danse ! L’heure de la vengeance a sonné pour les « éco-responsables » qui mettent en garde contre l’ « obsolescence programmée » de certains produits de consommation dont la durée de vie ou d'utilisation est limitée dès leur conception afin d’amener les utilisateurs à les remplacer plus fréquemment sous couvert de dynamisme économique (imprimantes, ampoules, i-phones, etc.). Un mouvement d’actualité cherchant à défendre les droits des hommes jusque là réservés dans la société principalement aux femmes, comme par exemple, la garde des enfants accouche du mot « masculinisme ». Les Femen entrent dans la danse. Les associations de « Ansar Al-Charia » et de « Boko Haram » recouvriront également une description dans cette nouvelle édition. 

Ce bref aperçu du nouveau cru de mots rappelle que les mots ont une vie propre comme dirait George Orwell, inventeur du terme "novlangue" et que s'interroger sur sur le sens des mots contribue à lutter contre le faux langage, contre la folie du monde. Encore faut-il appeler un chat, un chat. Les insultes et le politiquement correct en viennent à se mêler au point de faire dire à Mélanchon, en parlant du Président Hollande, qu'il n'est qu'un capitaine de pédalo.

 

15mot3.jpg

Micheline PACE

(référencé in Tribune de Genève du 28 juillet 2014, p.18)

Commentaires

Bonjour Micheline,

En flânant sur les blogs je me suis rendu compte que l'occident était en déclin d'une manière générale.

Face à un horizon qui s'assombrit, il m'a semblé nécessaire de trouver un mot qui qualifierait cet occidental qui a tant apporté au monde, et ce, malgré ses exactions passées ou futures.

Je suis allé au fond de ma pensée en prenant la peine de donner une image de cet Homo Sapiens dans toutes ses typologies.

"Occidentalopithèque" fut le mot retenu après des heures de recherches. Car au fond, nous sommes des mammifères dont le cerveau, le larynx et le pharynx ont évolué en même temps que notre bipédie. C'est ce qui fait notre différence avec les animaux dotés eux aussi des typologies, du langage mais différents des nôtres. Nous ne les comprenons pas, normal je ne comprends pas le chinois, mais je connais ses typologies. C'est la même chose que pour le brochet, c'est d'ailleurs pour cela qu'il nous a accompagné très souvent à table....

Par ces temps chahutés, du haut de ma petite montagne je constate (depuis 1998) le déclin ou plutôt, le changement de monde qui a commencé d'une manière violente, je nomme cet état de:"dé-construction" "remise en cause" de nos valeurs et des systèmes.

Avant on disait: "il joue avec le feu" aujourd'hui il faut dire: "ils jouent avec les croyances, c'est nettement plus dangereux que le feu nucléaire"

Nous avons joué et avons perdu une bataille. Celle que nos ancêtres nous ont laissé en héritage: " La bataille pour la Liberté" aujourd'hui, il faut partager, en supprimant de la Liberté et certaines de nos valeurs, afin de se mettre à la portée de nos z'amis venant d'ailleurs et souhaitant exporter leurs us et coutumes. Cela s'appelle le "vivre ensemble" au nom des pétrodollars et ses marquis, obsédés, rois et reines, industriels et inféodés du vatican et de la politique. Je n'oublie pas ces politiciens de gauche à droite. (pas tous)

C'est une erreur historique qui va avoir pour conséquence la disparition de l'homme à l'occidental, la femme occidentale tels que nous l'avions souhaité au travers de l'évolution de notre Culture et de nos mœurs. Nous, nous savons nous tenir devant une femme, pas besoin de la cacher, la couvrir éventuellement, l’exciser etc.

L'Occidentalopithèque (et sa femme) risquent bien de disparaître progressivement non sans heurts, il suffit de constater les actualités et les intentions.

Quel sera l'humain de demain? Un (h)umanoïde dirigé par d'autres (H)umanoïdes eux-mêmes partis sous terre ou aux deux pôles qui auront largement fondu? Laissant place à des peuplades dirigées par des chefs tribaux, religieux comme à la bonne vieille époque qu'ils aiment tant? S'entre-tuant pour des divinités bio, industrielles ou halal c'est selon et leurs prophètes de misère?

A moins que, comme pour les dinosaures, une météorite ou super volcan ne vienne gâcher leur fête et là nous irons tous au paradis, car l'enfer sera sur terre pour un long moment. Nos ancêtres ont souvent confondu les volcans, les météorites et le feu de de l'orage venant du ciel donc d'un enfer normal, ils étaient ignorants, mais bon ne pas faire bobo à la spiritualité de certains....

Il y a également les microbes et autres bactérie, virus, n'ayant pas dit leur dernier mot.

En attendant, réjouissons-nous de l'évolution des mots, peut-être nous aideront-ils à évoluer de nouveau, il faut sauver le soldat, ''Occidentalopithèque'' des fables mortifères coûte que coûte: enfin, c'est ce que j'essaie de faire très modestement.

Alors, ce mot sera-t-il un jour chez le P'tit Robert ou la grande et belle Rousse? Qui sait? Au moins il aura été inventé pour la bonne cause: "la Liberté"

Merci Micheline, bien à vous...

Écrit par : Pierre NOËL | mardi, 29 juillet 2014

Pierre Noël, le mot "l'Occidentalopithèque" est tout trouvé pour dénoter ce phénomène fort prévisible eu égard à d'autres mouvements rampants difficilement nommables! À la veille de notre Fête Nationale, le 1er août, on pourrait se consoler en relevant que des mots et expressions bien helvétiques ont été tout de même retenues par les deux dicos e-cigarette, viralité, dématérialisation, se loguer ... peut-être un peu pour rappeler que la souris a été inventée chez nous et que la culture suisse du secret - et de sa levée par des leviers affûtés - ne fait de doute pour personne.

De quoi être déçu en bien comme diraient les Vaudois, expression consacrée dans cette nouvelle cuvée. "Avoir son fond" et "ça va le chalet" figurent aussi au panthéon ... aux côtés de Bertrand Piccard !


L'an dernier a vu sacré le verbe suisse "agender" et cette fois-ci le mot "traitillé" comme pour dire combien les Helvètes ont le sens de l'organisation et la précision.

Sur ce, merci à vous pour vos contributions ici et dans d'autres blogs toujours si riches de détails croustillants.

Bien à vous!!!

Écrit par : Micheline P. | mardi, 29 juillet 2014

Et cette grossière erreur sur FR 2 qui annonce " combustibles' pour " cosmétiques" ???

Écrit par : Déconne | vendredi, 19 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.