UA-105021232-1

vendredi, 17 octobre 2014

Cellou Dalein Diallo, Chef de file de l’opposition de Guinée-Conakry, de passage à Genève, nous parle d'Ebola

 

 

Le virus d’Ebola poursuit sa propagation. Son spectre hante toutes les discussions depuis cet été. On vient d'apprendre qu’un passager d’Air France, sur le vol Madrid-Paris, présentant des symptômes de la maladie a été hospitalisé en urgence. Cellou Dalein Diallo, Anc. Premier Ministre, Président de l'UFDG et Vice-Président de l'Internationale Libérale, séjourne actuellement à Genève pour rencontrer des Guinéens de Suisse et participer à un symposium économique de haut niveau où il est inévitablement aussi question d'Ebola.


-         -  L’Ebola a fait plus de 4000 morts depuis son apparition en Guinée-Conakry. Quelles sont pour vous ses répercussions sur les plans politiques et du développement ?

Cellou.jpgCellou Dalein Diallo : "La situation s’aggrave aussi bien en Guinée que dans les pays avoisinants, la Sierra-Leone et le Libéria. Ce drame s'est accentué à cause de la mauvaise prise en charge de le cette crise sanitaire sans précédent par les Etats concernés. Le Président de Guinée, Alpha Condé, a voulu ménager l'image du pays en prenant beaucoup de retard pour y faire face. tout en critiquant les organismes internationaux qui se sont rendus sur les lieux, arguant qu'ils se font de l'argent sur le malheur des victimes et en créant la psychose à l'échelle mondiale. C'est seulement le 23 mars 2014, qu'il a commencé à en parler alors qu'Ebola a fait son apparition en décembre 2013, déjà! Près de 4500 morts sont recencés dans les régions touchées; 831 décès et 145 personnes hospitalisées ont pu,être comptabilisées seulement en Guinée. Plusieurs facteurs expliquent cette indigence, évidemment ... La circonscription des localités touchées par le fléau a mis beaucoup de temps si bien que le virus a pu se propager, au-delà des frontières, jusqu'à la sous-région. La Sierra-Leone et le Libéria sortent d'une guerre effroyable, ce qui signifie que les deux pays étaient très affaiblis, à tous points de vue, pour affronter une telle maladie. Les répercussions sur le développement sont tangibles. En Guinée, on observe un taux de croissance extrêmement bas depuis le nouveau régime, à savoir 2,3% alors qu'en Sierra Leone, il s'élève à plus de 14% et au Libéria, aux alentours de 8%. Avec le rythme de la propagation de la maladie, on assiste à une recrudescence de besoins et un recul dans le développement socio-économique.  Le manque de solidarité avec ces pays n'a pas aidé à l'éradication du virus dès son origine. Il faut que plus de moyens financiers mais surtout humains soient déployés, en mettant en place les infrastructures sanitaires nécessaires. "

Cellou Dalein Diallo rappelle son parcours : économiste de son état, il a été directeur général de la Banque Centrale de la Guinée, avant d'embrasser la carrière politique. Il fut battu aux élections présidentielles de 2010 tandis qu'il avait comptabilisé 44% des suffrages sur les 25 candidats au 1er tour et Alpha Condé, 18%; mais au 2e tour, il a été décrété qu'Alpha Condé avait emporté les élections avec près de 52%. Le charismatique président de UFDG revient d'une longue tournée en Amérique et en Europe. Il en appelle à la communauté internationale à accroître de manière significative les moyens tant logistiques qu'humains pour endiguer le fléau. Son séjour à Genève s'est terminé par une rencontre des plus chaleureuses avec la diaspora guinéenne résidente en Suisse, occasion rêvée pour présenter ses voeux en faveur de la construction d'une nouvelle Guinée dans un esprit fédérateur.

    Micheline PACE


12:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Merci pour ce joli article qui décline bien la pensée de Cellou Dalein Diallo. Selon lui, il ne suffit pas seulement aux pays occidentaux de donner de l'argent pour combattre l'épidémie qui décime la population guinéenne et de ses deux voisins. Des moyens militaires et logistiques sont nécessaires pour la lutte contre la maladie. Le modèle de la mobilisation, en particulièrement de la part de France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Nord Mali est avancé. Le Président de l'UFDG demande une implication plus forte de la communauté internationale qui pourrait passer par la mise la mise en place d'une sorte de Serval humanitaire contre le virus Ébola comme dans la lutte contre la menace djihadistes au niveau d'une menace contre la stabilité du monde.
Ce grand commis de l'Etat et d'obédience libérale continue à servir son pays et ses rencontres avec toutes les diasporas le prouvent.
Merci la Suisse d'avoir su mobilisé ces énérgies. La Maison de la paix a organisé un Forum sur le sujet le 10 novembre et les HUG sont mandatés à ce jour par l'OMS pour le traitement des premiers tests sur Ebola ... Merci!

Écrit par : Mouctar S. | mardi, 11 novembre 2014

Des militants de l'opposition ont été réprimés par les forces de l'ordre lors du premier rassemblement de 2015, le 7 janvier, et personne n'en parle.

Les locaux de Kaloum ont été saccagés, des poids lourds se sont vu confisquer leur véhicule.

Les élections présidentielles qui doivent se dérouler comme prévu cette année malgré l'Ebola, prétexte instrumentalisé pour reporter cette échéance, et il faut veilleur que ça ne dégénère pas en horreur comme ce fut le cas de 2010.

"L'opposition ne reculera pas. Nous allons mener le combat jusqu'au bout", a déclaré le Président du parti de l'opposition, l'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo, lors de ce meeting.


Un interlocuteur de Labé a fait cas de trois personnes blessées par balles à bout portant.

Les manifestations de l'opposition en Guinée-Conackry sont presque toujours marquées par des violences meurtrières.

Les précédentes élections présidentielles, en 2010, qui se disaient être les premières élections démocratiques, libres et transparentes, se sont soldées par la tuerie de 157 opposants à la junte alors dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara le 28 septembre 2009, date restée dans les annales du pays.

Dans ce climat de terreur, 109 femmes avaient en outre été violées par ces mêmes soldats lors des incidents dans le stade, où des milliers d'opposants s'étaient rassemblés pour refuser la candidature du capitaine Camara à la présidentielle de l'année suivante, finalement remportée par Alpha Condé.

Merci pour votre attention et pour le travail de certaines ONG qui se sont occupées de notre pays depuis ce temps ! Il faut que ces événements soient connus du public international.

Écrit par : Fodé D. | samedi, 10 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.