UA-105021232-1

vendredi, 16 janvier 2015

Boko-Haram : le Tchad envoie des soldats au Cameroun

 

Les diverses factions terroristes sévissent ci et là. Boko Haram (contre l'éducation occidentale) ont déjà à maintes reprises foulé le sol camerounais. C’est décidé. C’est fait. Le Tchad envoie des soldats au pays voisin, le Cameroun pour stopper la progression de la secte malfaitrice provenant du Nigeria. On se souvient, ces jours-ci, Boko Haram a publié le guide expliquant le viol des femmes après avoir rendu en esclavage sexuel (et le mariage forcé) les deux-cents filles kidnappées, drame qui maintient en émoi le monde entier.

En début de semaine, 143 terroristes avaient été neutralisés dans la région du Cameroun déjà touchée, l’extrême-nord faisant frontière avec le Nigeria. On se souvient que par des fois, un curé avait été pris en otage par ces factions alors que le Cameroun n’avait jamais connu de tels événements, ce qui lui octroyait une réputation d’agent stabilisateur de la région d’Afrique centrale, condition de développement qu’il a connu jusque là.

Idriss Deby, le président du Tchad, a promis de ne pas rester les bras croiser et de secourir le pays ami. La décision mérite d’être saluée dans la cacophonie actuelle du jeu de diversion réitérée, de désinformations savamment orchestrées, du « je te tiens par la barbichette », du faire porter le chapeau à qui ne prend part à aucune décision et de son corollaire, le « ponce-pilatisme », ou encore du cache-cache entretenu par une rhétorique de la duplicité exprimée par des « oui … mais » à l’infini. L’importance de cette décision suivie de sa mise en œuvre n’est plus à démontrer; la lutte du Tchad contre les dijhadismes est évidente au niveau international.

(référencé dans le journal "La Tribune de Genève" du week-end 17-18 janivier 2014, p.17)

 

Tchad.jpg


11:47 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Nous n'irons plus dans le désert,
Nous n'irons à la mer.

(Complainte d'un nostalgique de l'Afrique des années '70)

Écrit par : lemondeestetrange | lundi, 19 janvier 2015

Ce blog ainsi que ton travail en général est vraiment à saluer et source d'inspiration

Écrit par : viagra | mardi, 27 janvier 2015

Dans la ville camrounaise de Fotokol, à la frontière du Nigeria, les jihadistes ont été confrontés par des militaires tchadiens.

Les armées camerounaise et tchadienne ont pu avoir la main mise enfin sur ce territoire en rappliquant froidement.

Les malfaiteurs de Boko Haram ont perpétré des horreurs envers les civils, incendié des habitations ainsi que des bâtiments administratifs tout en déployant un ruse en combattant de dos et non frontalement les Tchadiens. Les opérations contre les fous de Boko Haram continuent.

Écrit par : Kefir | mercredi, 04 février 2015

Merci aux trois préopinants. Depuis que cette guerre fait rage, 1593 morts sont comptabilisés entre dimanche 1er février et juedi 5 février dans les conflits armés entre la secte terroriste Boko Haram et les soldats camerounais, tchadiens et nigérians, notamment dans la région de Fotokol.

On se souvient que l’armée tchadienne avait payé un lourd tribut dans les conflits au Mali.

Où s’arrêtera cette mission désespérée et pour quelles raisons doit-elle se poursuivre ? Pour rappel, la guerre lancée par Bush en Irak ne s’est arrêtée que douze ans après la chute de Bagdad … Il faut empêcher au Tchad de se jeter dans la gueule du lion en se laissant entraîner dans la spirale de l’envahisseur tant décrié dans d’autres contextes par le Président lui-même. Car la gratitude est vite oubliée en pareil cas.

Le Conseil de sécurité de l’ONU vient de rendre hommage aux troupes tchadiennes, leur rapidité pour contrer le groupe terroriste, au nom de la lutte contre l’une des menaces les plus graves contre la paix et la sécurité internationale, en regard des principes de la Charte des Nations-Unies. Cet acte en haut-lieu s’inscrit dans la volonté de faire traduire en justice les acteurs (instigateurs, commanditaires, organisateurs) de ces exactions sans nom.

Écrit par : Micheline P. | vendredi, 06 février 2015

La guerre contre Boko Haram se poursuit. Un nouveau Président est élu au Nigeria. Le Tchad a de nouveau payé le plus lourd tribut dans la lutte contre les terroristes dans le Sahel.71 soldats ont péri dans cette noble opération. C'est sans compter 416 soldats blessés gravement. En gros, 10% des effectifs concernés.

Que ce soit pour le Mali ou le Nigeria, ce pays de l'Afrique Centrale a perdu 71 de ses fils au nom de la sécurité et de la paix dans la sous-région. 11 localités camerounaises, nigérianes et nigériennes ont été donc libérées des mains de la secte malfaisante.

Cette lutte contre les groupes jihadistes au Sahel est orchestrée par le président tchadien Idriss Déby Itno depuis janvier 2015 sans oublier son rôle dans le chapitre malien en 2013, aux côtés de l'armée française.

Écrit par : Djasnabaille | vendredi, 10 avril 2015

Aujourd'hui, lundi 15 juin 2015, premier jour du Conseil des droits de l'homme, des explosions ont éclaté à N’Djamena. Le commissariat central et l’école de police de la capitale tchadienne ont été ciblés.

L'action kamikaze est confirmée : arrivés en moto, les kamikazes se sont garés là puis se sont fait exploser.

Les militaires patrouilles partout, dans les rues et des airs en hélicoptère.
Ces attaques seraient-ils l'oeuvre de Boko Haram ?

Écrit par : Fodé D. | lundi, 15 juin 2015

Les commentaires sont fermés.