lundi, 26 octobre 2015

Un Prix Nobel de la Paix si sensé ...

 

En voilà un Prix Nobel de la Paix mérité et sans ambigüité! La Tunisie accueillera ce mardi 27 octobre l'équipe du Prix Goncourt pour dévoiler la liste des nominés. Un geste fort qui souligne le combat contre tous les obscurantismes dont la littérature fait consubstantiellement parmi les armes les puissantes ...

IMG_0041.jpgSi on peut compter parmi les candidats au Nobel de nombreux criminels de guerre ou terroristes depuis la naissance de la vénérable institution, cette nouvelle édition voit consacrer une noble initiative dans le pays du premier printemps arabe : le Dialogue national tunisien composé de quatre organismes de la société civile - le syndicat UGTT, le patronat UTTICA, l'Ordre des avocats et la Ligue tunisienne des droits de l'homme LTDH - ayant pour mission de prendre langue avec les partis politiques durant la période de transition. Né en été 2013, après les innommables attentats politiques à l'encontre de Chokri Belaïd (6 février) et Mohamed Brahmi (23 juin), ce quartet a été de tous les rendez-vous pour faire empêcher que le pays ne sombre dans une guerre civile due aux djihadistes qui ont élu domicile. On se souvient aussi de l'encerclement de certaines ambassades en cette même année et le couvre-feu. Le pire a été évité (contrairement aux autres pays en leur période post-révolutionnaire).

Les esprits chagrins aiment à dire que le Nobel de la paix a toujours une guerre de retard. Cette fois, il IMG_0056.jpgétonne à plusieurs titres pour sa vision prospective. Le jury a voulu encourager le peuple tunisien pour ses efforts incessants dans le processus démocratique, la recherche d'une paix sociale, une stabilisation de ses relations bilatérales, un meilleur essor socio-économique et un raffermissement des mesures sécuritaires.

Berceau de civilisations diverses qui ont su cohabiter et pont entre les continents européen et africain, la Tunisie est un phare et un modèle pour d'autres nations qui vivent les tribulations d'une crise politique sans précédent jusqu'à s'asseoir à la table des négociations. Pour preuve supplémentaire, ces quatre organismes n'ont jamais boudé les sessions onusiennes périodiques.

La réconciliation nationale a été comprise comme une absolue nécessité - condition et but, tout à la fois - par ces acteurs principaux.

La révolution tunisienne a été possible grâce au réseau internet.

Elle est une réussite. Tout au long de l'élaboration de sa constitution jusqu'aux élections présidentielles (en décembre 2014) , le pays a surmonté l'écueil de certains articles relatifs au recours à la charia ou le statut de la femme.

IMG_0064.jpgLa délégation suisse qui s'est rendue en Tunisie en septembre a salué cette heureuse évolution. (Faut-il le rappeler? La Confédération helvétique et les associations amies ont répondu présent dès les premières heures du changement de régime, en particulier avec sa contribution dans le domaine de la formation et de la création d'emploi. ) Peu après, d'autres pays ont levé l'interdiction de s'y rendre.

En attendant le Lauréat du Prix Goncourt, le choix de la Tunisie cristallise les préférences et les options qui font d'un pays de prédilection, un pays qu'on aime et qu'on veut voir s'épanouir en une société résiliente et prospère.

 

"Dans la nuit épaisse qui nous entoure, est-il une lueur que nous puissions repousser ? Au milieu du torrent qui nous entraîne, est-il une branche à laquelle nous osions refuser de nous retenir ?", s'interrogeait Adolphe de Benjamin Constant. C'est certain, les espoirs recelés au début de la révolution jasmin se retrouvent comblés dans les mérites relevés par l'attribution de ce Prix Nobel de la Paix 2015!

IMG_0070.jpgIMG_0068.jpgIMG_0069.jpg

IMG_0057.jpg

IMG_0066.jpg

IMG_0071.jpg

09:56 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

lundi, 05 octobre 2015

Mardi 6 octobre 2015 - Prix des droits de l'homme à Uni Dufour

Trois personnalités nominées par le Prix Ennals 2015 pour leur travail de défenseurs des droits humains seront à Genève mardi 6 octobre, à 18h00, à Uni Dufour pour recevoir la reconnaissance suprême dans le domaine. Cette reconnaissance internationale vise à accroître leur visibilité tout en leur octroyant une protection plus grande.

Ahmed Mansoor (Émirats arabes unis), Asmaou Diallo (République de Guinée) et Robert Sann Aung (Myanmar)partagent un point en commun : outre le fait d’être les heureux récipiendaires de ce prix prestigieux, ils ont risqué leur vie pour la promotion des droits élémentaires dans des régimes politiques très violents. C'est ce qu'on appelle "agir selon des convictions et faire coïncider les paroles aux actes." Pour tout complément d'informations : voir le site de la fondation.

 

11:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook