dimanche, 30 octobre 2016

CHOCOLATISSIMO mois de novembre sur les pas de Philippe Suchard

 

Que l’on soit amateurs de chocolat, gourmand, confiseur ou désireux d’en faire un cadeau, tous seront heureux du prochain événement organisé par Choco emotionS dans une ambiance festive qui sent Noël.

La 3ème édition de Chocolatissimo se tiendra du 5 au 12 novembre prochain! Une occasion unique de découvrir le chocolat sous toutes ses formes et saveurs, de croquer dans les trois nouvelles saveurs qui nous accompagneront tout au long de l'année et de bénéficier d'une remise de 10% sur vos achats en boutique.

LES TEMPS FORTS

Choco emotionS vous accueille TOUS en ses locaux de la rue de Tivoli pour la 2ème édition du BRUNCH Chouchar le DIMANCHE 5 NOVEMBRE dès 9h.00.

 

12190081_1044740522226895_4238432144284475414_n.jpg

Deux autres invitations à deux ateliers qui vous feront fondre de plaisir auront lieu le mardi 8 novembre et a pour thème découvrir, goûter et fabriquer le chocolat

de toutes sortes de façons différentes et le vendredi 11 novembre se tiendra une soirée aux accents écossais: LITTERATURE, WHISKY ET CHOCOLAT avec l'écrivain neuchâteloise Rachel Zufferey et l'amateur éclairé de whisky, M. Marc Rolli!

 

rachel zufferey.png

Venez découvrir encore une fois cette belle entreprise dont le but est de respecter tous les maillons de la chaîne logistique dans un environnement socialement et écologiquement durable, depuis les cacaoyers jusqu'aux consommateurs de chocolat en leur offrant un produit de premier choix et qui contribue à la promotion touristique du Neuchâtel en lui assurant un rayonnement international, région d'origine du fondateur Philippe Suchard!

 

whisky et chocolat.png

5901-2.jpg

20150416_130238.jpg

TOUS LES DETAILS ET INSCRIPTIONS SUR LA PAGE DE CHOCOLATISSIMO: http://chocolatissimo.ch/programme

10:45 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

vendredi, 21 octobre 2016

Ultimately Humain: the Leaders and the Led Vernissage le jeudi 27 octobre 2016 au Palais des Nations-Unies

Quel est le point commun entre Jimmy Carter, Maya Angelou, Desmond Tutu, l’homme en turban de Vindavran, et la fille aux yeux verts de Pushkar ? Leur portait ont tous été peints par l’artiste Ross Rossin, d'origine bulgare, immigré aux Etats-Unis en 2001, dont la vocation a été de révéler l’esprit commun de chacun de nous, quelle que que soit sa race ou sa religion.

Que ce soient des images de présidents ou de capitaines d'industrie, l'exposition ≪ Ultimately Humain: the Leaders and the Led ≫ comprendra quinze très grands portraits, hyper-réels, exécutés en huile sur toile, représentant l’esprit humain dans ses diverses manifestations immortalisées en un instantané.

Ultimately Humain: the Leaders and the Led se tiendra jusqu'au 11 novembre, au Palais des Nations à Genève et le vernissage de l’exposition aura lieu jeudi 27 octobre de 18:00-20:30, en présence de l’artiste -Ross Rossin - du directeur général de l'ONU - Michael Moller - et de l'ambassadeur des USA auprès des Nations-Unies - S.E. Keith M.Harper. Pour s'inscrire : ehcs333@gmail.com

ssh.jpg

JimmyCarter.jpg

10:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 11 octobre 2016

Aux confins de l’Europe et de l’Asie, la GEORGIE se dévoile

Le Pape en Géorgie. Tout un symbole ! Un événement qui ne devrait pas passer inaperçu, ce en pleines élections législatives. Ce pays du Caucase (69'000 km de superficie – 41'285 pour la Suisse - avec près de 5 millions d’habitants) démarque la ligne entre l’Europe et l’Asie. Il s’en dégage une confluence de cultures riches des deux « continents » dont les mystères se dévoilent à mesure qu’on y pénètre.

Entourée de la Russie, de l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Turquie, bordée par la mer Noire, cette région du Caucase atteste d’un patrimoine historique confondant. Après avoir appartenu à l’empire russe depuis 1801 et intégré ensuite l’ex-URSS, la Géorgie recouvre totalement son indépendance en 1991; le pays prodigue à tous les curieux assoiffés de nouvelles connaissances ou aventures un authentique voyage dans le passé étendu sur des siècles et des espaces à perte de vue tout en offrant un dynamisme économique et culturel actuel unique. En témoigne ce proverbe géorgien, qui reflète bien le climat régnant : « L’arbre vit à l’aide de ses racines, et l’homme de la société ». Ses paysages escarpés, ses monuments emblématiques adossés à des sites naturels où la main de l’homme n’est pas loin, un héritage multiséculaire entre l’Est et l’Ouest inspirant autant qu’excitant pour chaque goût.

P9300035.jpg


P9290004.jpg

Tbilissi, la capitale

Parcourir la Vieille-Ville constitue l’un des plus grands plaisirs du séjour tbilissien. Que ce soit pour ses églises ou mosquées ou encore synagogues, ses antiques demeures en bois avec des façades ornées de balcons old  style, ses ruelles serpentines, chacun y trouve son chat. Le charme unique de son architecture diversifiée à la confluence de tous les mouvements qui l’ont traversée frappe l’esprit de tous ceux qui la contemplent jusqu’aux Bains sulfureux occupant le quartier d’Abanotubani : de ce lieu pittoresque connu depuis environ 1500 ans grâce à ses eaux P9290014-Modifier.jpgthermales, Alexandre Dumas disait que le temps s’est arrêté et qu’il ne sentait pas les heures passer, immergé dans ces flux chauds cernés par une charpente persane. Apprécié aussi par un autre Alexandre, de Pouchkine, le quartier des Bains Sulfureux où il aimait se prélasser, incarne en quelle que sorte une icône de la ville qui tire son nom du terme géorgien « chaud » (tbil).

Le Pont de la Paix : Passerelle pour piétons de Tbilissi jonchée sur le fleuve Mtkvari, le Pont de la Paix, construit en 2010 par l’architecte italien Michele de Lucchi, offre une structure high technology pointue, transparente et lumineuse, en acier et verre, couronnée d’une toiture centrale comprenant un P9290013.jpggrand arc sinueux et arrondi qui enjambe le fleuve. N’attendons pas que ce lieu de passage, trop souvent anonyme et croulant sous le poids de l’indifférence de ses passants ne tombe dans l’oubli car c’est une œuvre d’art admirable - visible de chaque point de la ville - où il est bon de flâner, de se faire un selfie dessus, de s’y engouffrer en amoureux.

Le long des pérégrinations, on s’arrêtera au Théâtre Gabriadze créé en 1981 par un grand artiste originaire du pays, (qui a donné son nom à l’établissement), flanqué d’un incontournable joli Café où tout porte sa marque. Rezo Gabriadze, dont certaines œuvres ont été jouées au Théâtre de Vidy à Lausanne, aura régné sur la scène internationale en tant que marionnettiste, scénariste, poète, écrivain, sculpteur et scénographe en relatant les thèmes de la vie autant que le poids d'une histoire qui a pesé sur des générations d'êtres.

 À quelques kilomètres de là, le Musée de Géorgie retrace l’histoire du peuple géorgien dès l’apparition de ses premiers habitants ; composé par d’antiques habitations montrant la vie d’antan, le Musée en plein-air vaut le détour.

Sameba Church

Avant de quitter la capitale, impossible de ne pas prendre le temps nécessaire pour explorer la Cathédrale de la Trinité P9300034-Modifier-Modifier.jpg (Sameba Church) échafaudée de 1995 à 2004, reconnue parmi les plus importantes églises orthodoxes de l’Est. Consacrée le jour de la Saint-Georges (nom du saint patron de la Géorgie), elle se distingue par un mélange de plusieurs styles architecturaux existants dans le pays que ce soit par son plan cruciforme, son centre d’un dôme articulé par huit piliers dominé par une croix de 7,5 mètres. En tant que siège du patriarche de l’institution ecclésiastique, elle est le lieu emblématique où s’exerce son pouvoir décisionnel, à savoir celui de baptiser le troisième enfant d’une famille, pratique inscrite dans le cadre visant à encourager la natalité dans ce pays que beaucoup ont déserté à l’heure de l’indépendance pour trouver fortune ailleurs.

P9300042.jpgKakheti Gvirabi ou 8000 ans de tradition viticole pour toutes les régions avoisinantes et ses 500 variétés

Un bon moyen de découvrir les traditions locales est d’infiltrer Kakheti Gvirabi.  Vous attend un tunnel long de 7,7 km construit durant la Guerre Froide transformé aujourd’hui par un cellier des plus détonants avec ses 25'000 bouteilles d’excellents cépages et animé par des dégustations de vins blancs ou rouges ainsi que du tchatcha (grappa locale), ce au son de joyeuses musiques folkloriques.

Gori, cité natale de Staline

Chemin faisant, on se dirigera vers Gori, fondée au 12e s. par le roi David le Bâtisseur, la ville natale de … Staline, au centre de la Géorgie, chef-lieu de Shida Kartli, base militaire au Moyen-Âge appréciée pour sa situation géo-stratégique. La visite du Musée de Staline à la place où est né le leader de la révolution présente des masques, les cadeaux reçus des autres nations, l’historique des événements le liant à Trotski, Lénine et Gorki, sa biographie truffée de photos personnelles autant qu’aux côtés de personnalités publiques. L’émotion nous étreint à la vue du petit atelier en bas de la maison devenue musée d’Etat dès 1937 où son père, cordonnier, officiait. Loin d’être un mausolée à la gloire d’un des dictateurs les plus sanguinaires de l’histoire, il se veut une brique pour l’édification du savoir humain comme l’assène le guide très bien documenté.

PA020058-Modifier.jpg

Ce beau pays prometteur, facile d’accès par l’excellente compagnie aérienne Ukraine International Airlines qui assure des vols quotidiens depuis Genève à 13h45 enchantera tout badaud par ses monuments inscrits au patrimoine mondial, ses collines rousses, ses produits du terroir, ses bons hôtels modernes aussi bien qu’abrités dans de belles maisons patriciennes très bien tenus ainsi que le côté amical de ses habitants les plus orientaux de l’est.

 

 

Micheline PACE

 

 

13:47 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook