jeudi, 10 novembre 2016

TRUMP contre toute attente : un acteur à la Maison Blanche

11/9 – 9/11 Le 45 Président des USA ne sera pas une femme. Hilary Clinton, issue du sérail, a été battue. Trump l’a coiffée au poteau contre toute attente. L’événement de taille appelle plusieurs observations qui devraient faire réfléchir d’autres démocraties trop sûre d’elles à faire prendre des lanternes pour des vessies et où « le cause toujours ! » dominent les débats publiques ainsi que la traduction des votes populaires dans les actes ou règlements.

Plus qu’un programme ou une idée phare, c’est un style qui s’est imposé, répondant essentiellement au ras-le-bol ambiant et la défiance face une caste politique déconnectée, suffisante, assise sur des privilèges ne servant les intérêts d’une parcelle de la population, qui s’auto-reproduit.

Le style du « baroud d’honneur » a gagné contre une intellegensia pétrie de langue de bois aussi creuse que vaine. Le matraquage médiatique et les instituts de sondages y sont pour beaucoup, réveillés avec un une gueule de bois au petit matin du 11 novembre. En contre-partie, les services de renseignements avec leur battage sur les mails de la candidate ont tiré l’épingle du jeu, que Trump a qualifié de watergate bis.

Le plafond de verre a volé en éclat par la fureur d’un homme dont les slogans de campagnes terrifiaient ou étonnaient par leur virulence et leur folie tant c’est trop énorme. Un monde s’effondre. Celui d’une élite bercée d’illusions et d’une rhétorique redondante et si mal ficelée à laquelle personne ne croit. Le charisme d’une personnalité haute en couleur a séduit par opposition à une candidate, certes méritante, pincée autant que glaciale dont même les sourires faisaient un peu peur. L’atout femme aurait dû convaincre. C’est à déplorer. Le tragique de l’histoire se répète. Peut-être eût-il fallu qu’elle insiste moins sur son titre de Première Dame (en route pour la Présidence) comme d’un fait naturel et d’un dû. Combien peuvent par ailleurs s’identifier à cette image ?

Entre les actes, un discours. Mais lequel ? Les caciques du premier et du quatrième pouvoir ont été pris de court à cause d’un crédo en creux qui leur a voilé la face du genre « un candidat qui dit des âneries » ne peut accéder au poste suprême. Face à des idées creuses (quand elles ne sont pas mensongères), un tel principe ne peut que succomber sous le poids des réalités. La preuve en live.

Comment croire à cette impression de surprise - dans la célèbre photo qui a fait le tour du monde - à l’annonce de le capture de Ben Laden, au 10e anniversaire des attentats quand n’importe quel quidam savait où se nichait l’homme le plus recherché au monde (information qui, pour des raisons obscures, n’a jamais été creusée avant l’assaut officiel) ? Si le ridicule ne tue pas, il ne faut prendre les gens pour des cons.

L’onde de choc provoquée par l’élection de Trump à la présidence ouvre sur une inconnue qu’aucune équation ne peut résoudre pour l’heure. Ce triomphe amènera-t-il à quand un nouveau néologisme : le Trumpisme ? Il nous reste à souhaiter bonne chance à ce pays fascinant où tout semble décidément possible. Veni, vidi, vici !

 

donald-trump-9-11-truther.jpg

15:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Micheline,

Trump n'a pas été élu que par des blancs racistes. La majorité des journalistes et leurs médias ont insulté cette population américaine. Celle-ci s'est mise à réfléchir après avoir subit le chômage, la perte de logement, la misère, et les politique des banquiers, conséquences désastreuses de la politique de Obama, Clinton, certains dirigeants européens et des industriels peux scrupuleux à la recherche de main d'oeuvre à bas coût.

(43 à 46 millions de pauvres et une classe moyenne décimée sans compter les trillions de dollars de dettes dues aux guerres pétro-financières)

Tous ces gens vivent et fonctionnent comme des mafias regroupant la haute finance, les monarchies, la haute bourgeoisie haineuse catholique et protestante.

La greffe des croyances fait le reste, les gens croient les belles paroles comme ils croient au beau prince et la belle princesse du château.

France Info a expliqué hier qu'un sondage indiquait que le trois quart des français ne voulaient de Trump comme Président des USA! Qu'ils avaient peur et, étaient réservés pour l'avenir. C'est dire que certains médias sont tombés bien bas dans la fosse septique de la fausse information, la propagande.
Tout est fait pour induire les gens en erreur dans leur raisonnement afin de préserver cette mafia au service des monarchies de tous poils. Le vatican a sa part de marché pour enfoncer le clou.

Les sondeurs sont devenus des manipulateurs d'opinions avec la complicité de certains journalistes, inféodés à ceux qui les rémunèrent dans le but de tromper les masses populaires.

Trump a été un mauvais candidat, mais il a gagné. Trump est un nul, mais il a son immense tour, son avion perso, ses entreprises, il n'est peut-être pas aussi nul que les médias, Clinton, Obama et toute la clique européenne ont bien voulu nous le raconter. Sera-t-il un bon Président, nul ne le sait. Les médias ont été mauvais dans leurs mensonges, ils devront rendre des comptes (boycotte dans un premier temps) car ils ont perdus.

Il faut en finir avec tous ces énarques, tous ces diplômés nommés 'élites'au service d'un capitalisme n'ayant rien de vertueux nommé: "Libéralisme mondialisé" ou les guerres et l'immigration ne servent qu'à une poignée pour avoir de la main-d’œuvre à bas coût, jouant avec la finance (nos deniers) comme des gangsters qui plus est, en fabricant de la fausse monnaie avec la planche à billets.

Je me réjouis de ne plus voir pour longtemps, les Clinton la bouche ouverte, le sourire niais et tricheur, toujours près à avaler les pétrodollars et les messages islamiques de leurs conseillers: "frères musulmans" qui avaient selon des médias bien informés leurs bureaux à la maison blanche, il n'y a pas si longtemps.

Américain, mon vote aurait été blanc.

Bonne fin d'année Micheline et bonne santé à ++

Écrit par : Pierre NOËL | vendredi, 11 novembre 2016

Cher Pierre Noël, je souscris entièrement à votre analyse dans les moindres détails. C'est le ton que j'ai voulu donner à ces quelques lignes qui ne se voulaient en aucun cas un plaidoyer en faveur de l'un ou l'autre camp.

N'étant pas citoyenne américaine, je ne me serais pas immiscée dans la politique interne. Le fait que les votants ont manifesté un pied de nez à ces "élites au service d'une mondialisation ridicule" arrogantes et hypocrites laissant sur le carreau des compatriotes sans faute acculés au suicides ou à être sdf reste l'essentiel de cette bataille électorale sanglante.

La masse silencieuse a parlé; qu'on respecte la vox populi; il en en va du respect des institutions démocratiques!

Merci encore pour vos propos toujours si intéressants et à propos. Ravie de vous avoir entendu, je vous souhaite une bonne fin de semaine.

Bien à vous!

Écrit par : Micheline P. | vendredi, 11 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.