samedi, 26 novembre 2016

Maudites erreurs

Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire lteetrs sinoet à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porblmèe. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Or, Confucius le savait déjà à l'époque de Platon et de Sophocle comme aime à nous le rappeler Jean D'Ormesson : il faut prendre garde aux mots. Une langue qui faiblit, c'est un pays qui vacille.

Sa maîtrise n'est pas réservée aux élites. Tout le monde s'accorde sur ce point bien qu'ils devraient donner l'exemple. Il est tout de même consternant de continuer à voir l'espace public regorger d'autant d'erreurs  (horreurs) ... On se souviendra des barbarismes tels que la bravitude de Ségolène Royal mais un peu moins de la fatitude de Sarkozy au micro de France Inter lors de la campagne de 2007 ainsi que dans d'autres situations où son langage frisait celui de Marchais, lui l'enfant des beaux quartiers de Neuilly.

Mais voilà que le 19 mai de cette même année, la ministre du logement Emmanuelle Cosse récidive en confondant novlangue et illettrisme sur son compte twitter : "Je réaffirme la volonté de mettre en place un hébergement digne pour les migrants en situation de sans abrisme".

Un autre Emmanuel, le sémillant candidat Macron, s'adressant à ses militants du mouvement "En marche!" oublie de faire la différence du singulier et du pluriel :

15095650_10209868942413909_7880747392587939890_n.jpg

Fatigue, irrespect des règles grammaticales, voire sociales, fluctuations ou lapsus ... quid? On ne comprend pas pourquoi aucun lecteur assidu ne relève ce genre de monstruosités alors qu'on épilogue allégrement sur la couleur de la cravate ou du rictus (par définition involontaire) de tel orateur. Triste car verba volent, scripta manent ...

 

2.jpg3.jpg

 

1.jpg4.jpg5.jpg

18:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Bonsoir Madame Pace

Vous me mettez l'eau à la bouche avec votre singulier/pluriel Macron...aiuto, je ne trouve pas...?

Par contre, M. Macron dit un peu plus bas:

"Vous pouvez comptez sur moi"...il se trouve un "z" de trop et un "r" de pas assez...non ? :-)

Écrit par : absolom | samedi, 26 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci cher Absolom! Il s'agit en effet d'un (autre) Twitt ... de nouveau ici, on observe - allez, on va dire que c'est une frappe de frappe due à la précipitation - un verbe conjugué à la 2e personne du pluriel au lieu du verbe à l'infinitif, à l'instar d'un message sur un réseau social posté à 19 h par Sarko le 13 novembre, qui semblait dire "je vous retrouverai dans une heure" au lieu de "je vous trouvez dans une heures" ... Tout fout le camps! Vous me donnez l'envie de faire une nouvelle note composée de toutes les fautes de "nos" édiles répertoriées ci et là ... Bonne journée à vous!

Écrit par : Micheline P. | dimanche, 27 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

"les migrants en situation de sans abrisme"
Je suis obligé de copier ce bout de phrase pour en croire mes yeux.
Mais rassurez-moi, s'il-vous-plaît: cette ministre ne touche quand même pas un salaire ...

Écrit par : Mère-Grand | dimanche, 27 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Madame Pace

Veuillez excuser ma lenteur de réaction...de plus, je n'avais pas été jusqu'au bout de votre billet, je viens donc de voir les "tweets" de la fin...le carnage :-)

A bientôt afin de vous lire encore :-)

Écrit par : absolom | lundi, 28 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.