UA-105021232-1

vendredi, 27 janvier 2017

Bruxelles brille de tous ses feux avec le BRAFA

En cet hiver glacial, la Brussels Art fair, la Brafa édition 2017 bat son plein depuis l’ouverture de ses portes ce samedi 21 janvier sous le haut patronage de Sa Majesté (dont les photos trônent dans les hôtels partenaires) pour le plus grand bonheur des amateurs d’art et d’antiquités, collectionneurs, galeristes ou badauds curieux. Cet espace incarne la maxime d'Herbert Marcuse, selon qui l’art brise la réification et la pétrification sociales. Il crée une dimension inaccessible à toute autre expérience – une dimension dans laquelle les êtres humains, la nature et les choses ne se tiennent plus sous la loi du principe de la réalité établie. Il ouvre à l’histoire un autre horizon.

30.jpgAnimé par 132 exposants de grande qualité originaires de 16 pays, le Salon, un des premiers rendez-vous internationaux importants de l’année, offre à en  voir de toutes les couleurs. Les œuvres en provenance de tous horizons s’étalent sur près de 6000 ans d’histoire en passant de l’art africain au contemporain avec un focus sur l’art cinétique et optique avec la présence de l’artiste argentin hôte d’honneur Julio Le Parc, événement marquant de cette 62e édition. Quatre de ses ouvrages principales colorées, ludiques et riche en effets visuels subliment les halls devant lesquelles chacun peut (se faire) photographier.

Les Suisses participent significativement au décor ! À l’instar du vœu de Harold t’Kint de Roodenbeke, président du BRAFA, une célèbre galeriste suisse - Galerie Grand-Rue Marie-Laure Rondeau - qui revient enchantée depuis plusieurs années rappelle que la vocation de la manifestation est de susciter le désir de collectionner ou d’acquérir les œuvres présentées, de faire rencontrer de nouveaux clients ; des aquarelles, gouaches, gravures et dessins du 18e et 19e siècles évoquent le voyage, la découverte du « rôle » de la nature propre de cette époque avec en évidence les illustrations les premières ascensions au Mont-Blanc.

14.jpgDes échanges d’idées, des rencontres d’experts du marché de l’art tout comme des historiens de l’art pimentent la vie de la Foire. Le vetting (comité  d’expertise pour authentifier les œuvres d’art) exerce son action aux côtés des galeristes eux-mêmes pour le travail de certification et se protéger de fraudes éventuelles (très rares, n’en déplaise aux complotistes invétérés en mal de sensationnalisme). L’accueil chaleureux est reconnu de tous comme le souligne une autre galerie helvétique Bailly Gallery, spécialisée en art moderne et contemporain, qui  abrite entre autres « Le clown au petit chapeau vert » de Bernard Buffet (1989), «L’éternel printemps » de Rodin (1915), « Personnage à la guitare » de Le Corbusier (1960). La Galerie de la Béraudière au centre-ville de Genève et également installée en Belgique depuis 2016 garde une place prépondérante aux surréalistes et joue un rôle incontournable sur le marché international. Jean-Baptiste Fabre met un point d’honneur de promouvoir l’art française du siècle des Lumières que son mobilier d’exception. Entre coups de cœur et trouvailles insoupçonnées au gré du hasard des rencontres, Phoenix Ancient Art vous fera voyager à travers le temps dans tout ce qui constitue la 16.jpgquintessence de notre civilisation avec des modèles de la Mésopotamie à l’âge du Néolithique et du Bronze, de l’Art Gallois ou d’Asie occidentale à l’âge de Fer ou encore romain et italiote sans oublier l’égyptien. LOpera Gallery propose des œuvres d’art moderne et contemporain tout en soutenant de nouveaux talents. At last but not least, le Kunstberatung Zurich se distingue par son leadership en matière de négociation des tableaux européens et russes du 15e au 20e.

L’élégance sous toutes ses formes (manières, propos, allure vestimentaire, intentions) est au rendez-vous. L’éclectisme n’est pas synonyme de fourre-tout ; bien au contraire : la familiarité des genres côtoie l’étrangeté des représentations uniques, l’unicité qualitative des objets au-delà de la diversité des technologies utilisées nous fait saisir la créativité artistique, qui toujours laisse libre cours à l’imagination tant du côté du spectateur que celui de l’agent. L’esprit belge dont le signe distinctif réside dans cette capacité légendaire d’absorber de grands courants artistiques internationaux et le détachement aux dogmes tout en relevant toutes les expressions du génie y souffle de toute sa force. À commencer par l’endroit où se tient l’exposition : le Tour&Taxis, anciennement site industriel réhabilité à cet effet, vous accueillera jusqu’au 29 janvier.

3.jpg

 (À voir aussi la galerie photos https://show.7ex.ch/mp/mpace/)

15:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.