UA-105021232-1

mardi, 31 juillet 2018

La Teranga à l'honneur au Festival des cultures africaines

L'été bat son plein. Les alertes canicule n'y feront rien. Les festivals continueront à faire le bonheur de tous. Les cultures africaines sont célébrées pour une 13ème fois à la Cinémathèque suisse, au Casino de Montbenon de Lausanne, du 23 au 26 août 2018.le thème de la Teranga (accueil, hospitalité en wolof) y sera à l'honneur.

Dans l'imaginaire collectif, le nomadisme semble caractériser les peuples africains. Le rassemblement ethnique d'un pays à l'autre contribue à cet essor depuis des lustres. L'art de la Teranga y sera scrutée à partir des points de vue culturel, social et artistique ainsi que politique grâce à des supports divers : photographies, films et musiques. Ils traduisent chacun à sa manière la volonté de partage en invitant à des voyages réels ou fictifs.

Ce 18 juillet, le centenaire de la naissance de Nelson Mandela a été fêté un peu partout. Bel hommage à ce grand homme qui a mis fin à l'apartheid, un des pires régimes politiques constitués, par son exemple.

IMG_0186.jpg

COMMUNIQUE : "La 13e édition accueille un panorama des cinémas africains contemporains, une rétrospective consacrée à la lutte anti-apartheid, un hommage à Idrissa Ouédraogo, un focus sur le Soudan, une exposition du photographe Osborne Macharia, des courts métrages en réalité virtuelle 360°, une carte blanche aux Rencontres Cinématographiques de Bejaïa (Algérie), un concert du sextet éthio-jazz Arat Kilo accompagné de la diva malienne Mamani Keïta et du rappeur slammeur américain Mike Ladd, une table ronde Littérature et cinéma, une soirée DJ, un café-rencontre, des débats et des délices culinaires.

La cérémonie d’ouverture en présence des autorités et des invités sera suivie par la projection en avant-première suisse du film RAFIKI de la réalisatrice kenyane Wanuri Kahiu, en présence de l’actrice Samantha Mugatsia. Sélectionné au dernier Festival de Cannes ce film est interdit au Kenya.

La section Panorama constitue le cœur du programme avec une sélection de 44 films en provenance de 25 pays d’Afrique. Elle offre une vision large de la production récente afin de mettre en lumière la diversité de la cinématographie africaine et de permettre au public de découvrir des films rares. Parmi les films sélectionnés, de belles découvertes encore inédites: MAKI’LA de Machérie Ekwa Bahango (RDC),  FIVE FINGERS FOR MARSEILLES de Michael Matthews (Afrique du Sud), MABATA BATA de Sol de Carvalho (Mozambique) en avant-première européenne, HOUSE IN THE FIELDS de Tala Hadid (Maroc), SHEIKH JACKSON de Amr Salama (Egypte), BOXING LIBREVILLE d’Amédée Pacôme Nkoulou (Gabon) ou encore LA BATAILLE D’ALGER, UN FILM DANS L’HISTOIRE de Malek Bensmaïl (Algérie). Deux co-productions suisses primées sont également à l'affiche, notamment le court métrage IMFURA de Samuel Ishimwe (Rwanda) - film de diplôme Bachelor 2017 à la HEAD Genève - qui a remporté l'Ours d'Argent du meilleur court métrage à Berlin.

Un focus dédié au Soudan met en valeur une cinématographie largement méconnue et dévoile une jeune génération de cinéastes qui s'engage pour faire vivre le cinéma dans leur pays. Sont projetés les courts métrages IMAN de Mia Bittar, VEGANIZE IT de Khalid Salim et NYERKUK de Mohammed Kordofani. Un montage d’extraits de film d’archives rendra hommage au légendaire cinéaste GADALLA JUBARA qui a ouvert le premier studio de cinéma privé à Khartoum dans les années septante."

20180119_122839.jpg



 

12:30 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

jeudi, 19 juillet 2018

Découvertes en immersion dans l'AIN

De par sa situation géographique et son histoire patrimoniale, l’Ain est un lieu de passage marqué par des événements qui ont fait date recensés dans les richesses naturelles, la gastronomie et les biens culturels à visiter absolument.

Outre la récente réouverture du Château de Voltaire à Ferney suite à une importante rénovation, ce département aux confins de la Suisse, un bastion industriel singulier se dévoile au gré des parcours pédestres possibles d’effectuer à perte de vue le long de la Valserine : le Barrage de Génissiat. Véritable fleuron de savoir-faire en matière énergétique, il se présente comme le 1er producteur d’électricité entièrement renouvelable en France. Géré par la Compagnie nationale du Rhône, le surnommé « Niagara Français » offre une visite guidée riche en (r)enseignements, pédagogique et interactive où il sera répondu à toutes les questions sur sa fabrication et son évolution depuis ses 60 ans d’existence. L’aventure du Rhône y est contée à tout promeneur curieux de 7 à 77 ans dans les moindres détails mêlant histoire, art et technologie hydraulique.

24 Barrage de Génissiat.jpg29 Barrage de Génissiat.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Se balader en suivant la Valserine vous fera oublier tous vos soucis. Et bien plus! Le site naturel dessiné par des canyons, des fissures et des marmites de géant regorge d'haltes désaltérantes telles que Le Sorgia (signifiant étymologiquement source) animé par Alexandre Marc « Maître Restaurateur » dont les mets traditionnels composés de produits locaux et de saison.

À quelques kilomètres de là, Divonne-les-Bains qu’on croit trop aisément connaître grâce à sa réputation qui n’est plus à faire, notamment pour sa célèbre station thermale façonnée par les vertus uniques de ses eaux, saura encore enchanter par l’immense verdoyant parc alentour. Entre le pied du Jura et le Lac Léman, la ville se confond en toute sérénité avec le milieu naturel, en sous-bois ou en bordure de champs et sur des sentiers balisés invitants. C'est avec impatience qu'on attend une nouvelle marque d'eau d'ici quelques mois découlant des sources de cette ville immergée et qui en portera le nom ...

 Divonne-Source.jpg

 

20 Divonne - source.jpg17 Divonne - source.jpg

21:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook