UA-105021232-1

lundi, 08 octobre 2018

Roanne, la voie royale II

 

Saint-Haon-le-Châtel

Fièrement perché sur un piton rocheux aux pieds des Monts de la Madeleine, au détour d’un méandre, Saint-Haon-le-Châtel immerge le Wanderer dans plus de 10 siècles d’histoire avec une vue plongeante sur le plus long fleuve de France. Ce village de caractère tout en pierre retrace les signes de l’ancienne forteresse médiévale avec comme centre névralgique, à savoir le donjon, flanqués d’autres trésors de l’époque successive, la Renaissance. Vadrouiller dans ses ruelles sinueuses dévoilera une panoplie d’ateliers métiers d’art insoupçonnés jouissant d’un rayonnement bien au-delà de ses frontières.

2- St-Haon le Châtel (4).jpg

2- St-Haon le Châtel (2).jpg

2- St-Haon le Châtel (8).jpg

2- St-Haon le Châtel (11).jpg

2- St-Haon le Châtel (7).jpg

 Le Crozet et son Musée des Arts et Traditions Populaires

Ce « Village de caractère » devenu « Village du Verre » en 2011 hissé sur les hauteurs se compose de bâtisses du XIII, XV et du florissant XVI. On reconnaît aisément sa position stratégique de défense à l’architecture qui le façonne. En traversant la Grande Porte, on tombe à pic sur l’impérieuse Tour de Bec en visitant les vestiges de la Chapelle des Vicomtes de Mâcon avant d’échouer sur l’imposant donjon. Une maison à ne pas manquer : la somptueuse habitation en style Renaissance du jurisconsulte et ambassadeur de France aux U.S.A. d’origine forézienne, Jean Papon. On craque pour l’arc-en-ciel de pigmentations en tous genres !

4- Le Crozet (1).jpg

4- Le Crozet (9).jpg

4- Le Crozet (10).jpg

4- Le Crozet (11).jpg

4- Le Crozet (6).jpg

 Roanne, la Gourmande

5- Troisgros (i) Hotel.JPGLe tour d’une région va de pair avec la découverte des spécialités locales. À ses atouts patrimoniaux et culturels, s’ajoutent un réel art de vivre et une aubaine en matière de gastronomie et de … vins. Les différents établissements concoctent les produits du terroir local ; l’entreprise réputée d’affinage Mons fait le bonheur des amateurs de formage ; côté douceurs, la moelleuse Praluline est sans conteste la star de toutes les agapes ; le riche champ viticole confidentiel de 210 hectares mérite qu’on s’y attarde : le Gamay – AOC - trône sur toute la côte roannaise aux côtés d’autres cépages. Pour connaître les subtilités des blancs, des rosés, des rouges et pétillants mousseux issus de ces sols granitiques aussi intéressants qu’agréablement détonants, une dynamique dégustation au domaine Désormière tant pour son accueil chaleureux que pour son contenu didactique.

 

Les Troisgros, emblème de l’art culinaire à son apogée

5- Troisgros (b) Michel & son épouse.JPGUn nom vient naturellement à l’esprit dès qu’on prononce le nom de la cité médiévale de Roanne : Troisgros, l’illustrissime 3 étoiles depuis …. un demi siècle ! Chef de file d’une gastronomie généreusement savoureuse  et étonnamment innovante, la maison ancestrale, qui a déménagé début 2017 dans un site naturel et architectural imprenable (qui mérite à lui seul une visite soutenue) à quelques encablures du centre-ville - à Ouches - perpétue son goût pour les saveurs et les couleurs des produits partagés par les restaurateurs du havre. L'hôtel adjacent  pour un restaurant aussi réputé étonne par sa touche artistique en regard des chambres d'amis très confortables aux couleurs châtoyantes et des salles de bains tout droit sorties d'un rêve.

L’art de l’accueil, le service aux petits soins, l’attention diligente de chaque instant restent gravés dans la mémoire comme la signature de l’établissement. Les codes d’élégance et d’hospitalité sans cesse réactualisés se remarquent de la magique salle à manger blottie sous un immense chêne en passant par la cuisine empreinte d’une sérénité affichée. Une mise en scène de talents à découvrir au moins une fois dans une vie qui a valu au patron, Michel Troisgros, une nouvelle désignation prestigieuse pour récompenser une performance toujours renouvelée qui n’a pas son dernier mot : Meilleur chef au monde par le magazine Le Chef. Incontournables jeu de lotte sans frontières, pigeonneau voyageur, oeuf à la coque (eh, oui!) tout simplement irrésistibles !

5- Troisgros (d).JPG 5- Troisgros (c) cuisine.JPG 5- Troisgros (e) restaurant.JPG
5- Troisgros (m).JPG 5- Troisgros (l) SdB.JPG 5- Troisgros (j).JPG
5- Troisgros (o) Parc.JPG

 

 Renseignements pratiques :

  • Restaurant et Hôtel Troisgros (3 étoiles depuis 50 ans) : www.troisgros.com - T. 0033477716697
  • Office du Tourisme de La Loire : www.loiretourisme.com
  • Office du Tourisme de Roanne et agglomérations : www.leroannais.com

 

 

14:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 01 octobre 2018

Roanne, la voie royale I

 

1- St-Jean St-Maurice (8).jpg

Pourquoi découvrir une nouvelle contrée telle que la côte roannaise, par exemple ?

Qu’il s’agisse de contempler les sites naturels façonnés ou non par la main de l’homme à travers les siècles, de se cultiver, de prouver les connaissances déjà acquises à propos de tel ou tel sujet ou de prendre un bol d’air assurant une prise de distance ou encore simplement d’avoir envie de se faire du bien avec un brin de dépaysement, toutes bonnes raisons pour poursuivre son idéal d’évasion. De par sa situation géographique (à une heure de Saint-Etienne, de Lyon et Clermont-Ferrand), la jolie localité de Roanne en bord de Loire est une étape de caractère emblématique pour un city-break à la fois tendance et une imprégnation dans un balcon naturel chatoyant que traverse la fameuse voie royale redessinée par le Roi Louis XI, à qui on doit l'instauration de nouvelles règles diplomatiques (dont le terme patheliner – se porter pâle – repris dans une célèbre farce d’un auteur médiéval inconnu) préfigurant ce qui sera la « guerre froide », métamorphosée aujourd’hui Nationale 7 admirablement chantée par Charles Trénet comme la route des vacances en destination du sud. D’anciens vestiges habitent le lieu : fours de potiers gallo-romains du 2e s. de notre ère, les baptistères du Moyen-Âge, le château flanqué de son donjon du 12es. et l’église St-Etienne. Une balade sur le port, un tour de ville, une halte gastronomique au Tourdion sauront séduire les palais et les esprits curieux en proie à un désir de dépaysement. Même les Chevaliers de la Table Ronde n’en reviendraient pas…

 

L’abbaye d’Ambierle

3- Ambierle (2).jpgPénétrer dans le roannais permet de percer le mystère de l’histoire d’une région entière liée à la fondation d’une abbaye bénédictine de toute beauté, rattachée à l’institution médiévale légendaire de Cluny, dont le rayonnement a contribué à son développement : l’abbaye d’Ambierle, un des monuments les plus éclatants de Rhône-Alpes. D'ailleurs, on retrouve sa trace sous l'appellation Amberta et aussi Ambirliacusm signifiant "cours d'eau" (ambe) et "gué"(rita); Ambierle semble avoir été la capitale de la tribu des Ambluaretis àl'époque romaine. Ce bourg fort coquet classé « Village de caractère » de presque 1900 âmes est fier de son passé tout autant qu’il est tourné vers l’avenir comme le prouvent les multiples activités qui s’y déploient autour de son Village du Livre et des tours sportifs et un point de vue à couper le souffle sur les vignes alentours … Mais c’est sans compter l’attraction des tuiles colorées du prieuré abritant un retable de la passion du Christ, chef d’œuvre flamand, aussi majestueux que celui d’Issenheim à Colmar. Une raison en soi de visiter la belle église juchée sur un promontoire dévoilant une vision sur la généreuse plaine où le temps semble suspendu.

3- Ambierle (1).jpg

3- Ambierle (5).jpg

3- Ambierle (6).jpg

3- Ambierle (8).jpg

 

Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

1- St-Jean St-Maurice (9).jpgNiché sur un monticule surplombant la Loire, le village de Saint-Jean-Saint-Maurice offre deux images pittoresques propre à chaque bourg; si l’église de St-Jean reconstruite vers 1870 témoigne de l’existence du prieuré bénédictin, l’église de St-Maurice vaut le détour … les fresques tapissant le chœur classées au 13e  s.  attestent des scènes du Nouveau Testament autour des questions métaphysiques courantes portées par un doute hyperbolique envers les vertus de l’action face au destin ; elles font référence également au passage de St-Maurice sur le chemin de Compostèle. Plonger dans les petites ruelles serpentines de ce beau village tout en pierre aux couleurs du sud constitue un délice en soi grâce à la vue exceptionnelle sur l'Oppidum celte de Joeuvres, au Manoir de la Mure, fleuron de l’architecture de la Renaissance du coin, son Pôle Touristique et Culturel et, à deux enjambées de là, une restauration à l’auberge au nom évocateur Au natur’elles sur la mignonne place de Saint-Haon-le-Châtel.

 
1- St-Jean St-Maurice (1).jpg 1- St-Jean St-Maurice (2).jpg 1- St-Jean St-Maurice (3).jpg
1- St-Jean St-Maurice (5).jpg 1- St-Jean St-Maurice (6).jpg 1- St-Jean St-Maurice (4).jpg

 

 

 

22:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook