UA-105021232-1

vendredi, 16 novembre 2018

Lyon bucolique et baroque, un voyage dans le temps

20181005_110239.jpg« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais ! », s’enthousiasmait l’écrivain Léon Daudet. À quoi, on peut rajouter les vins de Savoie. Qui peut prétendre tout connaître de la capitale des Gaules ? Avec un goût de reviens-y à chaque fois qu’on la parcourt pour X raison, elle n’en finit pas de se dévoiler en faisant défiler ses nombreux atouts appartenant au patrimoine mondiale artistique, culturel et naturel. Classée comme telle par l’Unesco en 1998, Lyon est devenue la première Capitale Européenne du Smart Tourism, aux côtés d’Helsinki, pour ses vertus innovantes et responsables dans le secteur du tourisme, où cohabitent modernité et histoire, authenticité et dynamisme, ferments d’une visite inoubliable qui fait traverser les siècles en un clin d’œil.

 

Une balade gourmande à travers les sentiers de campagne

En pleine Savoie, la balade gourmande mène le plus naturellement au domaine cinquantenaire de Courlet à Desingy, au pied du Château de Pelly, où s’invitent la Roussette, la Mondeuse et le Crémant. Il est désormais possible d’habiter cette ancienne demeure de caractère en pierre lieu majestueux abritant un gîte de charme façonné dans une de ses dépendances donnant sur une terrasse et un salon de jardin avec une vue imprenable sur les hectares de vignobles.

ChâteauPelly.jpg

20181003_160452.jpgEn reprenant la route, l'escapade gourmande se poursuit au Bistrot du Port d’Aix-Les-Bains émergeant du site naturel majestueux de la Riviera des Alpes qui propose des plats fait « maison » d’une bistronomie généreuse et inspirée, composés de fruits de mer et de poisson, de produits de saisons, non loin du très agréable Hôtel des Eaux ***. Tout amoureux du slow tourisme trouvera son bonheur à se prélasser dans la ville thermale en y mirant les spectaculaires paysages environnants, symbole du bien vivre où il fait bon de renaître.

 

À proximité, le village aux mille saveurs – Chanaz – nous ouvre les bras au bord d’un filet d’eau parsemé d’îlots. Une visite excitante du moulin à huile incite à en repartir avec son inégalable huile ou sa confiture de noix, la chocolaterie faisant penser au film Amélie Poulain, la brûlerie qui donne envie de tout goûter tant chaque grain de café raconte une histoire propre, l’attachant atelier des sales gosses sur une péniche rouge non motorisée demeurant à quai sur le canal de Savières (poteries, tableaux, impressions sur textiles, galets parfumés, bijoux, bougies). Le village de Chanaz vaut vraiment le détour pour ses savoir-faire et sa joliesse. De plus, il constitue le point de passage historique permettant de relier le Rhône et le lac du Bourget via le canal qu’on peut longer grâce à une croisière abordable.

IMG_3453.jpg

 

Abbaye de Hautecombe entre beauté exubérante et quiétude romantique

La visite de l’abbaye cistercienne du 12e s. surplombant la Lac du Bourget en face du Massif des Bauges s’impose tel un must.

Hautecombe abrite la nécropole des Princes de la Maison de Savoie ; le dernier roi d’Italie, Humbert II y a été inhumé en 1983, accosté de son épouse la reine Marie-Josée en 2001. Moulée dans une architecture gothique, l’église médiévale fait partie des sites les plus visités de Savoie depuis belle lurette. Le foisonnement de peintures, bas-reliefs, fresques et statues illustrant la guerre, la foi, l’amour et les arts, dont une magnifique Pietà de Benoît Cacciatori (1830) à l’intérieur de l’édifice. La vie actuelle de ses sœurs se déroule entre travaux herculéens et introspection sereine tout en portant à la connaissance du grand public, avec passion, l’histoire incroyable de ce lieu magique animé par les fastes baroques de l’une des plus grandes cours européennes au 17e s. Avec sa vue plongeante sur le plus lac de France, l’abbaye de Hautecombe vous transportera à coup sûr. Mieux vaut s’y perdre pour quelques heures jusque dans ses jardins à l’italienne composés de mignons coins et recoins ! Ce lieu magique que le temps a suspendu loué par le poète Alphonse de Lamaratine nous fait ressentir à chaque pas la force de ses vers : "Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges, Jeter l’ancre un seul jour ?

Hautecombe2.jpg

À quelques kilomètres plus loin, une dégustation de vins de Savoie au Domaine très fleuri de Guy Justin labellisé « Vignobles & Découvertes » ravit les papilles et les pupilles. Longtemps boudés, crus Jongieux, Monthoux ou Marestel connaissent une ascension fulgurante. Expression d’un terroir unique - éboulis, schistes, montagnes alentours culminant jusqu’à 2000 mètres autour des coteaux, le Lac du Bourget apportant humidité et chaleur en été - ils émanant d’un labeur titanesque soucieux de l’environnement et des palais modernes. La Roussette de Savoie à base d’Altesse, le Jongieux Blanc-Jacquère, le Jongieux Rouge-Pinot/Gamay, le Rouge de Savoie – Mondeuse, le Rosé de Savoie – Gamay se déclinent tous en AOP. Une halte au Bistrot du Coin à Yenne conclut avec brio l’escapade.

IMG_3452.jpg


De quoi se rendre à la Ville des lumières, capitale par excellence de la science des gueules depuis le 16e s.  … en s’installant au Fourvière Hôtel, juché sur l’une des 2 collines qui porte son nom, celle où l’on prie (par opposition à celle où l’on travaille, illustrée par l’épopée des canuts).

IMG_3438.jpgIMG_3440.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Un hôtel cloître de charme

Il n’est pas un endroit à Lyon d’où on n’aperçoive la mythique basilique de Fourvière, trônant au sommet. Véritable emblème de la ville construite en 43 avant notre ère par les Romains, qui avaient justement installé leur première colonie sur le majestueux monticule, l’édifice flanqué de l’hôtel **** composé de 75 chambres et suites installées au-dessus du cloître l’éclaire tel un phare  d’où aucun regard ne peut échapper. L’acheminement par les jardins en passant par les arènes de l'amphithéâtre antique donne un point de vue de  Lugdunum original sur son histoire et ses beautés uniques. Un joli funiculaire le relie également au Vieux-Lyon. Quoi de plus insolite que de passer une nuit à l'Hôtel de Fourvière installé dans l’ancien couvent de la Visitation, le plus atypique des hébergements de luxe de la cité? Avec l’accueil ayant pour cadre la chapelle du 19e s. signée Bossan, une fois poussé le portique baroque dans le style  néo-byzantin, il étale un jardin intérieur de 750 m2 animée d’une magnifique fontaine à visiter absolument. Un SPA intimiste attend les promeneurs pour se prélasser après une journée sportive à une enjambée d’un excellent bouchon niché derrière une imposante porte rouge où toutes les spécialités lyonnaises séduiront les gourmands les plus capricieux.

20181004_192457.jpg20181005_095805.jpg

 IMG_3441.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_3446.jpg

De ce passé recomposé en mille-feuilles, la ville des lumières renouvelle ses traditions culinaires de part et d’autres. Un tour dans le quartier du Grand Hôtel Dieu où sera inaugurée en 2019 la Cité Internationale de la Gastronomie ne démentira cette vivacité légendaire qui a reçu ses lettres de noblesse de Bocuse. Le grand Paul n’est plus mais ses stigmates continuent de marquer l’esprit des pratiques gastronomiques typiques exubérantes tout en contrastes. Le Café Terroir mérite qu’on s’y arrête avant de poursuivre le périple aux Halles de Lyon Paul Bocuse en face de la fresque murale illustrant le Maître. 

Bientôt, la  cité des gones se parera de mille lumières. La célèbre Fête des lumières se déroulera du 6 au 9 décembre !

 

 

 

Remerciements aux représentants départementaux pour le tourisme gourmand et l'oenologie à Lyon.

17:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.