UA-105021232-1

lundi, 21 mars 2011

Les derniers lambeaux de la Lybie kadhafienne

1065259587.jpg

Le discours de Sarko de cet après-midi a été suivi d’effet. Des avions de combat français survolent actuellement la Libye ; une mission de reconnaissance et de défense de la population civile est maintenue dans le même temps. Nul ne sait pourquoi il a fallu attendre tout ce temps : la résolution de l’ONU était pourtant claire. Beaucoup souhaitent voir enfin chuter la mafia Kadhafi.

 

Le leader maximo qui joue avec les mots de chef d’Etat et de Guide spirituel (pour éviter un coup d’état éventuel) a commis l’erreur fatale basée sur un mensonge savamment entretenu (un de plus) : Benghazi a été prise par ses troupes mais c’était sans compter la décision du Conseil de sécurité qui, elle, ne s’est pas fait attendre.

 

Le tyran de Syrte n’a jamais tenu sa parole : on se souvient de ses premiers attentats terroristes de sa carrière, du Boeing d’UTA, de l’affaire de Lockerbie, de l'annexion sauvage d'une grande partie du Tchad, à savoir la bande d’Aouzou, le triste épisode des infirmières bulgares et … des deux otages suisses!

 

Si 2010 a été marquée par les premières élections présidentielles démocratiques et transparentes en Guinée grâce à un Conseil National de Transition (CNT), érigé désormais en modèle, 2011 symbolisera la fin des régimes dictatoriaux de cette région du monde.  Un CNT s'est constitué en Lybie entre-temps. 

 

La solution est toute proche. Il suffirait d'encercler le Colonel qui ne jouit pas de véritable armée ... 

 

P1030065.jpg

 Micheline PACE

11:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : kadhafi, lybie, dictature, onu | |  Facebook

samedi, 05 mars 2011

Kadhafi au pilori

 

Kadhafi2.jpg
Cette semaine, le monde international a connu un événement sans précédent : la première suspension d'un Etat-membre de l'ONU du Conseil des droits de l'homme. La résolution l'a appelé de ses voeux et l'Assemblée générale présidée cette année par la Suisse l'a adoptée, succédant à ... la lybie (au même moment des otages suisses, du djyhad lancé contre notre pays et aux diverses humiliations infligées à des personnalités publiques helvétiques. Il faut relever que "jamais" cette organisation internationale n'a été aussi crédible tant par sa promptitude à réagir que par sa force de proposition. Magnifique!
kadhafi1.jpg

16:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : kadhafi, dictature, lybie | |  Facebook

vendredi, 04 mars 2011

Le ministre pakistanais Shahbaz Bhatti assassiné pour avoir promu le droit des minorités religieuses

shahbaz-bhatti.jpgLe ministre des minorités religieuses pakistanais, Shahbaz Bhatti, vient d’être sauvagement assassiné à Islamabad, capitale du Pakistan, pourtant placée sous très haute surveillance.

D’obédience chrétienne, il vivait sa foi dans un esprit conciliateur à tel point de donner sa vie pour combattre les violences frappant les minorités religieuses dans son pays.

On ne le sait que trop, des chrétiens y sont tués et des églises brûlées à chaque Noël, des directives gouvernementales restreignent sévèrement la construction de nouvelles églises dans un périmètre de 200 m d’une mosquée ainsi que l’utilisation de haut-parleurs, une loi sur le blasphème du Prophète Mahomet y sévit, ce jusqu’à imposer la peine de mort pour le « coupable ». Ces problèmes avaient par ailleurs été exprimés fin 2009 en haut lieu par le Congrès chrétien du Pakistan (CCP).

Outre la perte d’un grand homme, c’est la mise en œuvre d’un système démocratique, respectant le droit à la vie de chacun quelle que soit son identité ou origine, qui est mis en échec.

Ce triste attentat survient juste après celui du gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, occis le 4 janvier dernier. Le ministre Shahbaz Bhatti se savait en danger : seul chrétien du cabinet, il avait prédit sa mort dans une vidéo enregistrée … il y a presque 3 mois par laquelle il réaffirmait avec force et conviction sa foi et sa volonté inconditionnelle de supprimer la peine de mort pour blasphème.

Les imprécations des talibans et d’Al Qaïda qu’il a reçues ont malheureusement été mises à exécution ; le crime crapuleux a été revendiqué illico presto par ces auteurs. Ses valeurs, Shahbaz Bhatti les plaçait au-dessus de son existence, à l’image du Christ auquel il se référait constamment. Ses derniers mots ont été : « Je suis prêt à mourir pour une cause. Je vis pour ma communauté et pour les personnes qui souffrent, et je vais mourir pour défendre leurs droits, car ces menaces et avertissements ne sauront changer mes opinions et mes principes. »

Puissions-nous relire quelques vers de Kahil Gibran, selon qui "La vie sans liberté est comme un corps sans âme." De passage à Genève, Javid Iqbal, représentant de Christian Social Link, établi à Londres, invite à consulter son site (cliquez ici ) pour de plus amples informations sur la persécution des chrétiens dans ce pays.

vendredi, 25 février 2011

Des ONG crient leur colère contre la folie meurtrière du Guide lybien à l'encontre de son peuple (II)

 

À parti de ces considérants sur le drame lybien, la RADDHO :

 

-         « Condamne énergiquement la répression aveugle et cruelle dont les populations libyennes qui contestent pacifiquement pour le respect des droits fondamentaux de l’homme, de la dignité humaine et de la justice sociale ;

-         Demande à Mommar El Khadafi de cesser immédiatement le massacre des populations civiles et  d’engager  sans délai le dialogue  avec son opposition pour trouver les voies et moyens de quitter le pouvoir dans la dignité et l’honneur, s’il en reste ;

-         Appelle l’Union africaine, la Ligue Arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à se démarquer clairement du dictateur Khadafi, en condamnant sans ambigüité le massacre perpétré sur le peuple libyen et en exigeant  l’ouverture d’une enquête internationale par les institutions africaines et internationales les plus appropriées ;

-         Interpelle les chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union africaine pour qu’un sommet extraordinaire soit convoqué d’urgence afin d’examiner la situation en Libye, Egypte et en Tunisie, mais surtout leurs implications géopolitiques sur le continent et sur les institutions panafricaines ;

-         Invite le Conseil de Sécurité et la CPI à engager dans les meilleurs délais  des actions concrètes les plus appropriées pour que les crimes contre l’humanité ne restent pas impunis. »

 

 

De tout coeur avec le peuple lybien pris en otage depuis plus de 40 ans ! Demain est le premier jour d'une nouvelle vie. Et la Conseil des droits de l'homme débute bientôt ...

lybie3.jpg

 

08:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique internationale, la lybie, ong, onu | |  Facebook

jeudi, 24 février 2011

Des ONG crient leur colère contre la folie meurtrière du Guide lybien à l'encontre de son peuple (I)

 

En attendant les sessions spéciales concernant le sort de la Lybie demain, la veille de la Commission des droits de l'homme commençant lundi 28 février 2011, des ONG au bénéfice d’un Statut spécial à l’ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) de l’Union Africaine exprime son indignation face à la cruauté de la politique de défense du Colonel Kadhafi envers son peuple. La RADDHO (Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme) s’insurge contre l’usage de balles réelles, d’armes de bombardements aériens qui tombent en rafales sur la population lybienne. Elle en appelle à l’urgence d’un sommet extraordinaire rassemblant les pays européens pour une protection effective des civils victimes de leur propre dictateur sanguinaire.

 

La RADDHO analyse comme suit la situation :

 

 

« Aujourd’hui, pour le dictateur libyen, sa famille et son clan,  tous les moyens sont bons pour s’agripper au pouvoir et pire, les déclarations du fils, Seïf Al-Islam, sont de ce point de vue sans ambigüité, et méritent d’être sérieusement traitées par la communauté africaine et internationale et notamment par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et la Cour Pénale Internationale (CPI)  qui doivent impérativement agir avant qu’il ne soit trop tard. Les crimes de masses commis délibérément par le dictateur aux abois,  ses milices  et ses mercenaires, posent avec beaucoup d’acuité la question relative à la Responsabilité de Protéger le peuple libyen.

 

En effet, depuis le 15 février dernier, le peuple libyen à l’instar de ceux de la Tunisie, de l’Egypte, de Bahrein, du Yemen, d’Algérie et du Maroc, sont  dans les rues et  manifestent contre des dictatures corrompues régnant des décennies durant sur des Etats devenus leur propriété et confondus à un patrimoine familial, clanique  et/ou  tribal.

 

La RADDHO est très fortement préoccupée par le silence et l’inaction de l’Union Africaine (U.A) et des Chefs d’Etats Africains face à la situation qui prévaut en Libye et surtout le Maghreb arabe dont les implications géostratégiques dans la sous-région, sur le continent et sur le fonctionnement des institutions de l’organisation panafricaine, sont totalement  imprévisibles du fait même de l’influence politique et économique du Colonel Khadafi sur une bonne partie de pays du continent. »

 

lybie2.jpg

 

17:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : politique internationale, la raddho, ong, lybie | |  Facebook

mardi, 22 février 2011

Le rendez-vous de la Lybie avec le printemps des peuples

 

la-politique-de-l-autruche.jpg

 

Le printemps des peuples arabo-africains compte désormais la Lybie parmi ses acteurs. Les Lybiens pris en otage depuis 42 ans se soulèvent devant leur dictateur pilleur. Mouammar Kadhafi, qui par une ellipse dont lui seul détient le secret, se présente comme un guide spirituel et non comme un chef d’Etat, est visé par sa population … à un coup d’état de nature terroriste. D’une main de fer, il a maintenu en enfer son peuple (ainsi que de nombreux étrangers). Sur un mode similaire, il poursuit ses actions sanguinaires en commandant de tirer sur la foule et en envoyant son fils devant les caméras (l’autre, Seïf Al-Islam, celui qui fait office de tampon dans les relations diplomatiques ou d’affaires, « ami » de la Suisse mais qui n’a rien fait pour la libération de nos otages suisses) pour rappeler que son pays ne connaît pas de partis – donc pas de démocratie – mais qu’il se compose de clans garants de l’ordre établi. Allah dont il se recommande doit être tout renversé de cette lecture du livre sacré !

 

En promettant « des rivières de sang », rappelant l’atroce guerre civile qui a déjà déchiré le pays, Kadhafi Père&Fils mettent en garde leur peuple contre « l’ingérence de l’étranger » qui tend à exagérer le nombre de victimes de la répression. Ah, la belle rhétorique ! Garantir à la fois de détruire les sédiments de la sédition en même temps qu’une nouvelle constitution, il faut oser.

 

Que peut faire la Suisse ? Bloquer les fonds du clan serait le minimum. Demander des dommages et intérêts pour les entreprises suisses sises dans ce pays tombées en déshérence suite à leur vente pour une bouchée de pain durant … la crise helvético-lybienne en référence à la honteuse prise des deux otages suisses - triste épisode dont il a été abondamment question sur ce blog - serait aussi un dû. Cesser de s’excuser pour des torts imaginaires quand on exerce son droit et cesser tout commerce avec le berger des sables constitueraient un joli soutien à la révolution lybienne, (en tout point contraire à la Jamahiriya). Et pourquoi pas aussi demander de retirer le texte publié en 2010 par une association lybienne, Minarets adorn the cities of the world où la Suisse y est vivement attaquée, traitée de raciste, traînée dans la boue, etc. Ah, le désir de puissance a décidément rendu aveugle l'homme des sables!  

 

À force de pratiquer la politique de l’autruche par diverses dénégations en tout genre à répétition, on en vient à dévoiler son vrai visage ! Et là, quand toute une population dont les droits fondamentaux sont systématiquement étouffés, c’est la preuve flagrante que le ver est dans le fruit.

 

La transition n'est pas loin ... La Guinée, jeune ex-dictature, en a été de fait le modèle et il est heureux de constaterarton5531-e769f.jpg qu'avec les différents pays en marche vers une démocratisation de leurs structures sociales, la Lybie suive l'appel à la liberté! De tout coeur avec les Lybiens pendant cette révolution qui n'a plus rien de la verte ...

 

 

 

vendredi, 11 février 2011

Pourquoi un observateur pour la promotion du français?

carpettes.jpg

 

 

Le français est souvent malmené à Genève. C'est un fait dont beaucoup se plaignent pour mille raisons plus nobles les unes que les autres. Cependant, une solution semble avoir été trouvée. Un observateur pour la promotion et la défense du français en milieu international, reconnu et sélectionné par ses pairs, est prêt à relever ce défi : "Il s'agit de faire respecter le principe de la diversité, valeur fondamentale des Nations-Unies" selon le Sénégalais Gorgui Ndoye.

 

Question : La suprématie de l’anglais sur toutes les autres langues internationales officielles à l’ONU n’est plus à prouver au point que tout cadre supérieur peut en réalité imposer à ses interlocuteurs de parler en anglais Comment le site Internet www.francophonu.org que vous animez, influencera-t-il le cours des choses ?

 

 

 

Gorgui Ndoye : Le site Francophonu est l’expression réelle plus que virtuelle pour dire, désormais, le français a droit de cité dans les instances internationales ! … Avec un « observateur » à Genève, le message est clair : rien n’impose à la cité de Calvin de s’exprimer en anglais !

Le gros du travail sera de récolter des anecdotes, des témoignages, des récits, des textes pas du tout ou mal traduits, pour organiser ensuite des débats publics, provoquer des réactions dans un esprit de normalisation. En guise d’exemple, un responsable onusien accueille une stagiaire francophone désirant s’exprimer dans sa langue maternelle et celui-là l’apostrophe ainsi : « Ah, vous faites partie de ce combat-là ?! » Mon rôle est de faire comprendre que la globalisation n’entraîne pas un affrontement. La diversité linguistique et culturelle reste un droit, un principe et une valeur. Nous avons également des collègues défenseurs de la langue française en Belgique et à Addis Abeba, je serai le point focal vers lequel convergeront les différentes remarques et observations de mes collègues dans toutes les institutions internationales et de toutes celles et ceux qui, nantis du fait que le multilinguisme est une valeur et un droit de l’Homme plus qu’une richesse formidable s’engagent à défendre ce principe.

 

 

(L'intégralité de l'interview sera publiée sur le prochain numéro Cahier du Club de la Grammaire) 

11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gorgi ndoye, francophonie, onu, observateur, site "francophonu" | |  Facebook

mercredi, 09 février 2011

La transition en Egypte

 

Le Maghreb et les pays africains vivent un tournant historique dans la prise en mains de leur destin, notamment en se rendant compte que le ver est dans le fruit. Il a été abondamment question, sur cette plateforme numérique, des différentes étapes de la transition en Guinée, faisant basculer ce pays chaud d'un régime dictatorial à une démocratie. En Egypte, le gouvernement transitoire mis en place en nommant un vice-président en la personne de l'ex-chef du service des renseignements est peut-être un commencement ... Beaucoup d’opposants et de journalistes croupissent dans les geôles quand ils n'on pas dû fuir leur terre natale et sans vouloir s'ingérer dans les politiques intérieures, une action a été mise en place en vue d'exprimer notre soutien aux manifestants du pays de Néfertiti.

 

« Sur la place Tahrir au Caire et dans de nombreux autres endroits, des centaines de milliers d'Egyptien·ne·s réclament une grande réforme afin de mettre fin à la pauvreté, à la corruption et aux violations des droits humains.

 

Le droit des manifestant·e·s d'aller pacifiquement dans la rue pour défendre leurs revendications n'est cependant pas respecté. Des groupes de partisans du gouvernement attaquent violemment les manifestant·e·s. De nombreux militant·e·s des droits humains ainsi que des journalistes ont été arrêté·e·s.

 

Amnesty International réagit face à cette situation. Avec autant de signatures que possible, nous enverrons une pétition au vice-président égyptien Omar Suleiman exigeant la libération immédiate de tous les militant·e·s qui ont été emprisonné·e·s pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression et de réunion. »


 Ces quelques lignes reçues dans ma boîte mail s'accompagnent du texte de la pétition en ligne. La signer (cliquer ici), c’est soutenir les revendications des manifestants dans leur processus démocratique, ce qui ne va pas sans la protection des tenants de la liberté d'expression.

 

vendredi, 21 janvier 2011

Slim Amamou, blogueur tunisien, opposant, nommé ministre

 

Slim.jpg

 

 

Une surprise n’arrivant jamais seule, le nouveau gouvernement tunisien succédant au départ précipité du désormais ex-président Ben Ali nomme un célèbre blogueur, militant de la liberté d’expression, technophile et opposant bien connu de l’ancien régime au poste de Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et au Sport.

 

Alors qu’il avait été arrêté pendant le déroulement des récents événements révolutionnaires, voilà Slim Amamou du côté des autorités, appelé par Mohammed Ghannouchi!

 

Ces jours-ci, s’est ouvert le procès du Somalien, auteur présumé de l’attaque monstrueuse sur la personne du caricaturiste danois de Mahomet, Kurt Westergaard. La liberté d’expression n’est jamais acquise, surtout quand il s’agit de dire des vérités qu’une norme sociale bien-pensante veut taire sous couvert de multiculturalisme.

 

En ce qui concerne l'élévation de l'attachant blogueur Slim Amamou, d'abord jeté en pâture, au rang des hautes personnalités, la défense des libertés se situe dans son propre pays, oppressé depuis trop longtemps par un dictateur qui a pillé son peuple à  hauteur de 4 milliards (un ambassadeur africain me disait aujourd'hui que ce devrait être plutôt 5 milliards).

 

Espérons que cette noble nomination ne soit pas qu’un miroir aux alouettes pour mieux étouffer la rébellion et le désespoir de la rue ! Souhaitons-lui d'être à la hauteur de la promesse de l'aube ! Slim Amamou a déjà prévenu qu'il "ne démissionnera pas pour faire comme les autres mais quand il le décidera". Puisse la maxime du philosophe des Lumières Montesquieu se réaliser : " La liberté politique ne se trouve que dans les gouvernements modérés... Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. " (in L’Esprit des lois)

20:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : slim amamou, tunisie, liberté de la presse, dictature, blog | |  Facebook

lundi, 10 janvier 2011

La sécurité n'est pas (encore) un acquis

C’est avec une belle énergie qu’on commence le nouvel an ! Le thème de la sécurité ou plutôt de l’insécurité est de nouveau au centre de nos débats publics ou discussions quotidiennes. Faute d’une pensée claire en la matière ainsi qu’en des solutions concrètes pour mettre fin à la criminalité importée, force est de constater que l’insécurité nous guette, gagne du terrain et continue à poursuivre beaucoup d’entre nous, que ce soit l’insécurité alimentaire, économique, professionnelle …

 

Pierre Maudet, seul élu de droite à l’exécutif de la Ville de Genève, prend en considération ces problèmes et tend tous ses efforts pour parvenir à une pleine sérénité en ville (malgré le peu de moyens octroyés lors du dernier exercice budgétaire).

 

De son côté, Michel Chevrolet, candidat au Conseil administratif, affirme cette volonté haut et fort : « En ma qualité de citoyen, je n'ai pas entendu le message politique fort attendu. Figaro est passé par là, il ne restera pas ici. Et après ? Plainpalais serait devenu la nouvelle priorité. Ces derniers mois ce qui est devenu une évidence, comme l'avait si bien relevé la Direction de la Police, c'est que le tourisme criminel est facilité par la libre circulation des personnes et la situation géographique de Genève. La redistribution du cahier des charges et des missions est en route, un projet nommé Phénix selon le Conseil d'Etat, un nom malheureusement révélateur de la situation critique dans laquelle nous nous trouvons. Visiblement, actuellement le travail administratif de nos policiers s'accroît, et rien ne change entrepris pour inverser ce mouvement contreproductif à la sécurité de nos citoyens. Remettre les agents en rue doit demeurer la priorité, la prévention, la répression et le message sécuritaire passe pas là. »

 

Un encart d’un parti très à cheval sur les questions de la sécurité en appelle aussi à des mesures concrètes, cassant ainsi la culture de la langue de bois. Par un cri interrogatif « Assez d’être tondus ? », il propose de consigner nos acomptes provisionnels 2011 sur un compte abrité par le 3e pouvoir ( Compte 14AO1583 UDC / ccp 12-2-1 en faveur de A 3257.18.31 Pouvoir judiciaire ). Si on en a marre d’être tondus comme des moutons par l’industrie du cambriolage, dans la rue, au volant à cause de taxes injustices infligées aux conducteurs qui déjà paient leur macaron sans pouvoir se parquer, par l’assurance maladie obligatoire la plus chère de Suisse, par la concurrence déloyale transfrontalière, par le fisc genevois qui n’a de cesse d’étrangler la classe moyenne tout en faisant des cadeaux fiscaux aux plus nantis, entre autres, alors il apparaît nécessaire de réagir afin que les autorités se remettent au service du citoyen et non l’inverse. Il n’est pas inutile de rappeler le bon mot du philosophe Hobbes : «  pour échapper à l’insécurité inhérente à l’état de nature, les hommes ont décidé de signer un pacte. Ils sont décidés de  transférer l’ensemble de leurs droits et de leurs biens à une puissance indépendante (le « Léviathan »). Sa   volonté sera désormais la leur. »

1004-mix-A.gif

21:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : la sécurité, la police, la politique, genève | |  Facebook