UA-105021232-1

jeudi, 04 mars 2010

Le retour d'Isabelle Adjani : LA CLASSE !

"Donnez-moi n'importe quelle séquence et je trouverais bien

une règle à laquelle elle obéit!" (Wittgenstein)isabelle2.jpg

 

Avec La journée de la jupe, Isabelle Adjani revient en force dans un rôle-choc d’une prof de français exerçant dans un lycée réputé difficile. Bravant non pas les codes, inexistants au demeurant, mais les mécanismes d’une institution à la dérive, qui ose douter « qu’on puisse mettre une jupe sans être une pute », la prof pète un jour les plombs et prend ses élèves en otage en les menaçant d’une arme qu’elle trouve par hasard ... dans la classe. La vision angélique du septième art sur l’enseignement en est toute bousculée. 

À l’opposé d’Entre les murs, ce film-choc présente la problématique sous l’angle politico-sociétal : le désarroi de la prof ne relève donc pas d’une supposée incapacité à gérer une classe ni même d’une jeunesse soi-disant en perdition (ah, les jeunes ne sont plus ce qu’ils étaient !) mais l’absence de soutien de l’institution. Pour preuve, le scénario s’inspire en grande partie d’une initiative réellement défendue en 2007 !

 

 

log_enseigner.jpgPas moralisateur pour un sou, il ne cherche pas à donner des leçons, encore moins à apporter des solutions, mais simplement à (se) poser toutes les bonnes questions.

 

Face à une institution en dérive, dont les méthodes se posent en remède contre la démotivation des élèves, mais qui, en fait, substitue l'agitation à l'activité, l'enseignant (e) n'a plus sa place dans l'acte d'enseigner au point de ne pouvoir répondre qu'à partir de ses in-puts / out-puts ... Un métier qui s'apprend?

 

L’aspect politiquement incorrect a séduit la star trop mystérieuse, dont on ne voyait plus que le visage pâle sur les pubs Lancel, jouant sur le clair-obscur. Enfin de retour, elle s’exprimait ainsi aux médias au sujet du film: « Quand j’en parlais autour de moi, on se montrait embarrassé et on m’incitait plus ou moins à renoncer parce que le film abordait un véritable tabou. » 

 

 

 

Pour une visualisation du sketch d'Anne Roumanoff

sur "La classe sensible" http://www.youtube.com/watch?v=6gqIKiI4eA8

 

21:27 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : école, la classe, prof, isabelle adjani, violence | |  Facebook

lundi, 07 décembre 2009

Famille, école, état

pestalozzi_calcul.jpgL’UDC s’est réunie ce week-end à Pfäffikon, dans le canton de Schwitz pour discuter de la famille et de l’école. En réaction à une révision fiscale adoptée lors de la session parlementaire d’automne qui prévoit que les parents qui font garder leurs enfants par des professionnels puissent déduire jusqu’à 10'000 frs par enfant et par an sur le revenu soumis à l’impôt fédéral direct, elle poursuit son action en lançant une initiative en faveur des familles qui assument la garde de leurs enfants en leur accordant la possibilité de déduire de leurs impôts la même somme que celle attribuée aux parents faisant garder leurs enfants par des tiers.

 

L’argument est convaincant : partant du constat qu’il est injuste que les familles garantissant l’éducation de leur progéniture se voient discriminées financièrement, le parti agrarien souhaite qu’une déduction fiscale soit accordée indépendamment du mode de garde. Les places de crèches étant toujours insuffisantes, leur financement étant toujours aussi problématique et d’un point de vue philosophico-politique, l’éducation étant prioritairement une affaire privée, il est vital pour la société que le principe du « tout à l’état » cesse aussi bien dans le fait d’élever ses enfants que dans la scolarisation voulue par HarmoS 

Lire la suite

22:05 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : l'école, la famille, la suisse, genève, l'état, la politique, le savoir | |  Facebook

samedi, 07 novembre 2009

Mauvaise note pour un magistrat sortant bien ennuyeux

 

Abyssus abyssum invocat

 

bonnet-d_ane.jpgDe cette morose campagne, on retient facilement une note dissonante. Hué abondamment sur un plateau télévisé, bien baffé dans un sondage de l'hebdomadaire le plus lu, le magistrat socialiste en charge des apprentissages et des formations sera-t-il jugé sur sa capacité à imposer les changements attendus ? Au regard du système électoral en vigueur, on connaît "la prime au sortant" comme si elle relevait d'une quelconque légitimité ! Pourtant, il y a eu d’autres magistrats constituant le maillon faible - suite à un désastreux bilan, à être remerciés via la vox populi !

 

Le roitelet dont la suffisance est à la hauteur de sa fatuité, jouissant du prix du bonnet d’âne pour sa gestion de l’école, des conflits entre technocrates carriéristes véreux et enseignants esseulés dans un cadre en déroute, pour ses favoritismes tendancieux au niveau des engagements et nominations, le gaspillage de budgets alloués à des effets bien précis.écolebonnet.jpg

 

Après l’éclatement de l’affaire des 2 enfants vivant dans les détritus, traités pire que les chiens secourus par le l’Office vétérinaire, qui à son tour … alerte le Service de protection des mineurs (SPMI) pour les prendre en charge, Charles Beer montre n’avoir rien appris des drames précédents. La scolarisation des enfants souffrant de handicap connaît toujours les mêmes déboires et les insultes faites aux parturientes d’un certain âge n’y ont rien changé.

 

Les errements de ses services, avec sa bénédiction, sont imputables à ses propres carences, sa volonté de nuire et son inertie en matière d’application de la loi. Qu’on garde à l’esprit comme il a été débouté par le tribunal administratif suite aux mensonges avérés pour la présentation d’un objet de votation dans la brochure officielle, frisant le parjure ! Qu’on garde à l’esprit comment il a détourné la teneur de l’initiative, grandement plébiscitée, sur le retour des notes à l’école !

 

bonnet-dane1.jpg

 

De cette dernière affaire, humainement tragique, le magistrat , n’aura visiblement rien appris et répété à vau-l’eau qu’il y a des procédures et un modèle à appliquer … De sa bouche, on se demande bien ce que cela signifie … Des deux conceptions de l’assistance qui s’affrontent, il n’aura donné aucune impulsion à l’une ou l’autre, se contentant de faire porter le chapeau aux employés, en cascade, alors que le problème se situe à la tête.

 

Puisse l'électorat genevois appliquer les sanctions appropriées dans ce cas! Pour plus d'informations sur tous ces sujets, on peut consulter toutes ces notes plus actuelles que jamais :

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/09/12/gargamel-le-machiavel.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/09/14/la-rentree-des-people-paroles-de-stars-qui-a-dit.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/08/25/handicap-et-ecole-un-pretexte-pour-exclure.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/09/20/beer-ne-fait-pas-front-face-a-ses-responsabilites.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/11/26/le-minsitre-malgre-lui.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/11/19/ceci-n-est-pas-un.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/11/18/le-tribunal-administratif-desavoue-charles-beer-annulation-d.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/11/16/bonnet-d-ane.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/12/19/budget-2009.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2008/12/14/traduction-du-langage-pedagogiste.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2009/02/06/iufm-hep.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2009/03/26/maitre-ou-enseignant.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2009/03/15/le-retour-d-isabelle-adjani-la-classe.html

 

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2009/04/20/trafic-de-notes-a-l-ecole-de-charles-beer-la-regle-ou-l-exce.html

 

 

 

09:00 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : école, élection, genève, beer, pisa | |  Facebook

lundi, 20 avril 2009

Trafic de notes à l’école de Charles Beer :la règle ou l'exception?

écoleBIS.pngJuste quelques jours avant sa désignation par son petit clan pour un nouveau mandat malgré des désaveux successifs, officiellement reconnus, Monsieur Charles Beer se targuait d’être responsable du retour des notes à l’école primaire genevoise - démarche qu’il a combattue en fait avec acharnement et qu’il essaie de saboter en nommant à l’école primaire des directeurs acquis à sa cause – faisant fi des dispositions légales en vigueur et dont la charge de recruter incomba aux signataires du Manifeste anti-notes. Voilà qu’un article dans notre chère TdG nous révèle une pratique au demeurant courante à l’école de Beer mais qui cette fois devait être médiatisée : un trafic de notes dénoncé et sanctionné !P

 

Pourquoi? Cette question se pose légitimement quand on sait que le cas n’est pas isolé ainsi que le mépris affiché par la hiérarchie envers les enseignants (pardon, Me Bonnant, les profs ne sont plus maîtres de leurs actes depuis longtemps, leur fonction se résumant à exécuter quelque rudiment idéologique !) … Mais pourquoi, diable brasser maintenant autant d’air pour un presque non-événement?

 

Bien que des socialistes avouent à mi-mots n’être pas satisfaits du choix de celui qui endosse le bonnet d’âne en dépit de l’appareil qui l’a reconduit automatiquement, l’élu se doit de commencer par dévoiler son bilan.

 

Lire la suite

17:05 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charles beer, école, dip, note, genève, suisse | |  Facebook