UA-105021232-1

dimanche, 21 janvier 2018

Comment ç' qu'on parlera en 2018

Quelle « cramine »! On n'a pas envie de quitter sa « douillette », sinon pour avaler une « mique », voire un « cromesquis ». Du mal à suivre? Il est temps de savoir comment on parlera en 2018.

1200px-Biscôme_avec_glaçage.jpg« Cramine » (extrême froid) vient de Suisse, tout comme « biscôme » (biscuit brun à pâte à base d’épices, de miel, de farine) ; la « mique » désigne un plat d’Aquitaine alors que les « cromesquis » sont des boulettes de viande.

Année électorale oblige, la sphère politique est une grande pourvoyeuse de mots nouveaux : on retrouve Emmanuel Macron en tout bien, tout honneur, mais aussi le « hacktivisme » (l'activisme numérique) et « ubérisation », « déradicalisation » ainsi que la « post-vérité » et le … « burkini ». Par un effet de style où les contraires s’attirent, le «bomber » ou les « stilettos » d’origine italienne, des escarpins avec un talon d'au moins 10 cm et dont la pointe est fermée. Côté physique, on notera stiletto.jpgdans le domaine sportif, le « paddle » (planche de surf qu’il faut maîtriser en se tenant debout tout en avançant grâce à une pagaye) et le « véloroute » sont entrés dans la danse.

Plus que le contexte de la polémique, c’est davantage le contexte de la gastronomie qui est à l’honneur pour les termes nouveaux qu’on utilisera désormais sans complexe. La « focaccia », le « tangelo », le « combava » s’imposent aux côtés de « flexitarien » (celui qui limite sa consommation de viande), qu’on garnira d’un « spritz » du nom à consonance germanique mais comme son nom ne l’indique pas, est un coktail, très pétillant à robe orange, purement italien très prisé depuis bien une décennie en toutes aperol.pngoccasions (la boisson a fait son apparition petit à petit depuis peu pour devenir un must.

De l’année écoulée, très marquée par un vocabulaire « goldilocks », le « gameur » (passionné de jeux vidéo ne s’exprimant sur tout qu’on line) pourra aisément « faroter » (frimer). Plus détonant, si les termes « googlise », « googler », « like » et « retweete » font partie du langage officiel francophone, ils ne sont plus considérés comme anglicismes.

L’adjectif « autoréalisateur » vient compléter les phénomène d’ « ubérisation » déjà bien ancrés qualifiant une prédiction tendancieuse qui influe sur les comportements de telle façon que ce qu’annonçait la prédiction finit par survenir (à l’image peut-être de la fameuse main invisible conceptualisé par Adam Smith).

Ainsi va la vie, à l'instar des langues naturelles, certains sortent et d'autres entrent ...

Et pour finir cette (courte) balade sur la voie des nouveaux mots entrés de plein pied dans la nouvelle mouvance, un petit quiz concocté par nos amis canadiens, sur qui on peut toujours compter pour la promotion et la défense du français où vous pourrez parfaire votre connaissance ou en apprendre encore d'autres, cliquez ici !!!

 

Image1 : le biscôme - Image2 : le stiletto - Image3 : le spritz

15:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 décembre 2017

Bonne Année ! Dites-le avec des bulles !

« De ce vin frais l’écume pétillante, De nos Français est l’image brillante », s’enthousiasmait Voltaire à son sujet, à l’époque où les cours européennes découvraient cette boisson emblématique. Diderot, par la bouche de Jacques le Fataliste, faisait l’éloge de ses vertus et mérites, notamment dans sa tactique de séduire la belle aubergiste, qui l’en aspergea - sans faire de taches : « Si votre breuvage se rapporte à votre bavardage… »

Des champagnes authentiques et distingués font la joie des amateurs en toutes circonstances. Trois autres boissons stars raviront vos papilles pour un apéro ou pour un repas entier avec des mariages détonants, entre bulles plus ou moins masculines ou féminines.

 

image00010.jpegLaurent-Perrier, depuis la création de la maison à Tours-sur-Marne en 1812, cultive son génie signé par les membres de la famille fondatrice qui en porte le nom. "Ne buvez jamais d'eau", peut-on lire et voir sur son fronton ... Accompagné de mets sophistiqués, le Grand Siècle dévoile une histoire unique et des agrumes de pain d’épices et de miel. Vieilli durant sept ans dans ses immenses et luxueuses caves, cet assemblage composé de 55% de Chardonnay et de 45% de Pinot noir, a vu le jour en 1959. Et si vous tombez sur la Cuvée Rosé, soyez certains que cet élixir est une valeur sure. On tend à l’oublier parfois : produit audacieux né en 1968 caractérisé par ses arômes de fruits rouges frais, une intensité pétillante et une fraîcheur ténue, il se marie autant avec le sucré que des plats à base  de volaille, par exemple. La saga familiale de cette prestigieuse maison poursuit son destin exceptionnel ; le clan s’est battu pour maintenir sa réputation et a traversé les siècles jusqu’à accoucher d’une nouvelle portée, à savoir l’ultra brut en 1981, un champagne … non dosé.

L’originalité de Jacquart tient à l’association d’une trentaine de vignerons audacieux qui se sont lancés dans une aventure dont maison-jacquart.jpgl’issue était incertaine. Son franc succès n’est désormais plus à prouver depuis … un quart de siècle. Des mosaïques à l’Hôtel de Brimont, la maison Jacquart possède d’un large territoire viticole de 2'400 sur les 34'000 hectares totalisant le vignoble champenois dont l’excellence s’est imposée pour en former une marque incontournable. La soixantaine de crus se répartissent donc 7% de l’appellation contrôlée. On peut tomber sur plusieurs sortes de Jacquart chez Denner, chacune partageant une finesse, une singularité complexe, exprimant une âme à soi, dont la durabilité de son goût.

Bollinger.jpgLes bulles de Bollinger se déclinent de mille manières et sa légende n’est jamais démentie à chaque expérience gustative. Disposant de 160 hectares, la Maison Bollinger se distingue depuis sa création en 1829, près d’Epernay, couvre près des deux tiers de ses besoins en raisin pour la vinification. Célèbre par la filmographie de James Bond où l’agent secret britannique s’illustre souvent avec son champagne préféré, le Champagne Bollinger offre une panoplie de spécialités qui diffèrent quant au résultat, aux méthodes de vinification, et d’assemblages consubstantiellement indivisibles.

L’illustre Special Cuvée composé de 60% de Pinot noir, 25% de Chardonnay, 15%Bollinger2.jpg de Meunier, forment environ 85% de Grands et Premiers crus ; un temps de maturation deux fois supérieur aux réglées usuelles de la dénomination le dote d’une robe dorée – marque essentielle des cépages noirs – et d’une bulle très fine dont l’élégance frappe au premier coup (d’essai) ; servi entre  8 et 10° C, il accompagne allégrement sushis, crustacés, volailles et viandes blanches ainsi que le parmesan et le jambon sec. En revanche, La Grande Année 2007 (qui fait référence et suite à la précédente grande année 1976, le Bollinger Vintage) signe un assemblage millésimé formé exclusivement de 70% de Pinot noir et de 30% de Chardonnay s’accordera singulièrement le foie gras, les viandes telles que l’agneau rôti ou le veau, le homard et les poissons en sauce ou grillés, ou encore des fromages (surtout le parmesan ou le comté) ; sa robe légèrement teintée de reflets mordorés - due à la très longue maturation sous bouchon de liège et à la vinification en tonneaux de la production – confère au palais une belle amplitude aromatique avec des arômes miellés et une texture subtilement crayeuse  dont les notes de citron confit garantissent une éclatante fraîcheur. On s’étonnera encore longtemps des Vieilles Vignes Françaises 2005 (déclinées en 3'702 bouteilles numérotées) constitué strictement de 100% de Pinot noir Grand cru ; paré d’une robe d’un or profond rappelant la lumière d’un matin d’automne, ce champagne inhale un parfum très intense caractéristique des millésimes en livrant au palais une sensation de rondeur crémeuse avec une salinité et une minéralité comme touche finale.

Visiter la Champagne pour un we en amoureux, pour une sortie d'entreprise, offrir un tel voyage en cadeau est un must. Sa renommée universelle depuis Jules César en fait un haut lieu du savoir-vivre allié au savoir-faire symbolisant un raffinement inégalé grâce au vin champenois. La célèbre Cathédrale de Reims, chef-d'oeuvre de l'art gothique ... est un joyau du patrimoine de cette région au terroir hors du commun, notamment à cause de sa proximité de Paris et du couronnement de 25 Rois de France à commencer par Clovis.

image00018.jpeg

 image00020.jpegimage00021.jpeg

 

 

 

 

 

Cathédrale1.jpg 

 

 

 

 

 

À lire aussi sur le webmagazine Les Genevoises :

http://www.lesgenevoises.com/et-maintenant-champagne/

18:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 20 décembre 2017

Le politiquement correct, une diversion aux vrais problèmes ?

Lasse d'observer le nombre de tentatives de réinterpréter, de réécrire, de réinventer des contes de fée et légendes, par définition relevant d'une herméneutique multiple mais essentiellement métaphorique (deuxième degré au moins), avec une petite morale en conclusion, j'ai posé une question anodine sur un réseau social sur le bien-fondé de ce type d'entreprise :

                       "C'est quoi cette manie de revisiter et ré-écrire les bandes dessinées et contes ? Le baiser de prince charmant à la Belle au bois dormant, qui la réveille de son long sommeil, jugé un viol par manque de consentement mutuel ou encore le Schtroumpf noir jugé à l'aune de relents racistes. Tant que ce genre de délire continue, les problèmes de fond ne seront pas résolus par le ridicule lié au discrédit de ces pratiques!"

critique-la-belle-au-bois-dormant-geronimi10.jpg

Gnap_gnap.gif

Les réactions ne se sont pas fait attendre. En respectant l'anonymat de l'auteur des commentaires, je les relate ici avec un réel intérêt. Ils disent long sur l'impact de ces fictions, les intentions qu'on leur prête en fonction de l'époque, de paramètres sociologiques, du genre sexué. Libre à chacun de forger son opinion ! Parfois, les historiettes ludiques et innocentes, qui n'ont l'air de rien, peuvent entraîner des conséquences insoupçonnables :

                     "Bah tu vas rire, mais à l'origine, le prince viole bien la Belle aux bois dormants. L'idée du simple baiser vient de Perreault pour adoucir la scène, parce que déjà au 19è, ça ne passait plus très bien. Donc oui, ça reste un baiser non-consensuel et donc problématique, même si c'est moins violent qu'un viol. Et je t'avoue que je l'ai toujours ressenti ainsi, même quand j'étais petite.

Je n'ai pas d'enfants, mais si j'en avais, je n'hésiterais pas à leur en faire une lecture très critique et à leur présenter d'autres contes modernes plus "politiquement corrects" (i.e., qui respectent la dignité des femmes). Parce qu'il y a vraiment des valeurs fondamentalement machistes dans ces légendes "traditionnelles" et que je ne vois pas je devrais laisser mes enfants les absorber ainsi, sans apporter un contre-poids."
 
                      "Je suis d'accord qu'il y a beaucoup de sexisme dans beaucoup de genres littéraires. Mais il se pose la question déontologique de la "correction" que certains veulent leur apporter ainsi que des interprétations psy à deux balles politiquement correcte qui ne font que masquer des réalités brutales passées sous silence même si le langage est châtié. Certains actes passent inaperçus et ne sont pas interprétés comme tels, sexistes, alors qu'on apprend à dire ce qu'il faut dire. Une fiction tel qu'un conte ou une légende n'est évidemment pas à prendre dans un sens littéral et on dirait que les différentes interprétations soient vouées aux oubliettes. Même si on ne croit pas aux contes de fée, il faut se méfier de ces tentatives de coller une interprétation "nouvelle" a détriment de celle qu'a voulu l'auteur. Perso, je ne vois en Perrault un appel au crime."

08:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 15 décembre 2017

Verbier au son de Polaris et au goût de Vodka

cocktailCIROC.jpgLa magie des cimes n’en finit pas de séduire. Enneigées, elles attirent les touristes et tout HautdesPistesMouton noir.jpgamoureux des bonnes choses. Verbier a son célèbre festival de musique en été. Mais en hiver, la station continue sa tradition avec un festival annuel résonnant avec le froid : Polaris, le festival électro dans toute sa splendeur.

À cet événement, qui se déroule au Farinet (très bel hôtel en forme de chalet suisse nanti d’une grande piste de danse montée d’un bar bien garni et entourée de fauteuils où il fait bon de se lover) s’est associée l’entreprise CIROC (www.diageo.com) pour exhiber une nouvelle formule de vodka en exclusivité limitée à seulement 500 specimens, nature ou déclinée en plusieurs cocktails décapants savamment orchestrés.

L’illustre région des 4 Vallées dressée à 1531 mètres offre une panoplie de somptueux hôtels avec un cachet propre à chacun pour accompagner les activités diurnes comme nocturnes au sommet.

Paysage1.jpgFlanqué depuis la dernière saison d’un Bottle Brother (genre de bar-restaurant connu à Genève etPaysage2.jpg à Lausanne créé par le jeune chef prodige helvétique Benjamin Luzuy), le luxueux Nevaï, doté d’un spa, saura abriter votre sommeil au cœur de la cité montagnarde autant que vous réchauffer dans votre plus simple apparat après des heures passées sur les pistes de ski.

Un autre monument d’hébergement vient de s’installer à quelques pas, en face de la remontée mécanique menant au Mouton Noir : le W Hôtel Verbier est le premier dans le genre en zone alpine ! Aux quatre coins du majestueux établissement, on peut vivre plusieurs vies et régaler ses papilles avec sa carte inédite.

Bref ! Que l’on soit amateur de sports d’hiver, de soirées torrides, d’un séjour gastronomique, de lèche-vitrine, d’un simple bol d’air pour changer de ses habitudes de citadins, il y en a pour tous les goûts. Et même une balade en chiens de traîneau venus tout droit de Norvège grâce à l’expertise et l’extrême gentillesse d’Olivia, qui laissera en vous un souvenir indélébile (www.chiensdetraineau.ch); pour toute réservation, le mail info@chiensdetraineau.ch.

Verbier se dévoile en toute saison et en pour toute occasion.

ChiensTraîneau.jpg

08:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

mercredi, 13 décembre 2017

Le cinéma muet à l'honneur du Festival du Film de Locarno 2018

À l'heure du virtuel à tout crin, qui laisse une empreinte à la fois indélébile et fuyante comme si la vie nous file entre les doigts dans toutes nos actions ou inclinations émotionnelles, le génie de Léo Mc Carey est à l'honneur pour la prochaine édition du célèbre Festival de Locarno (dès le 1er au 11 août 2018).

Par un jeu de miroir, le cinéma s’est défini après coup par son antagonisme grâce à un mécanisme de rupture dans la continuité. Si le 7e art se caractérise foncièrement dans la projection de l’image, le son a joué indéniablement important tout au long de son histoire. Mais cette innovation technique n’a pas provoqué une scission irréparable entre le muet et le parlant. La transition n’aura rien enlevé à l’intérêt du cinéma muet, par son expressivité, au point de ressusciter ce genre qu’on croyait réduit irrémédiablement au silence depuis l’entre-deux guerres en un film en 2011, qui aura connu un franc succès : The Artist de Michel Hazanavicius.

Aussi, redonner vie à cet immense cinéaste qu’est Léo Mc Carey, c’est renouer avec l’essence de la scène cinématographique.

 
Communiqué officiel :

Une scène du film "Liberty" avec Laurel & Hardy

 

"La grande Rétrospective du Locarno Festival sera dédiée à Leo McCarey (1898-1969), un auteur et réalisateur, lauréat de trois Oscars, qui a laissé une empreinte indélébile sur le cinéma burlesque (Laurel & Hardy, les Marx Brothers, Harold Lloyd) comme sur la grande saison de la comédie (Cary Grant, Charles Laughton, Bing Crosby). La Rétrospective fait suite à celles que le Festival a consacrées à d’autres grands maîtres du genre, tels Lubitsch, Minnelli et Cukor. Une Rétrospective qui, pour le dire avec les mots du Directeur artistique Carlo Chatrian, «aura un effet stimulant sur les nouvelles générations de spectateurs et de réalisateurs».

McCarey s’est formé dans les années 1920 auprès du producteur Hal Roach, en travaillant d’abord comme auteur de gag puis comme réalisateur. Ensemble, ils laissent leur empreinte sur la grande saison du burlesque américain, en lançant la carrière d’acteurs comme Charley Chase, Max Davidson et les inoubliables et très populaires Laurel & Hardy. Décidé à donner au slapstick une forme plus moderne, McCarey forge un style reconnaissable entre tous par la construction habile des gags, l’invention des gestes et l’élégance chorégraphique.

Passé au long métrage puis au sonore, McCarey devient un maître de la screwball comedy (comédie loufoque), en lançant Cary Grant (The Awful Truth 1937), et en travaillant à des films entrés dans l’histoire, joués par les plus grands interprètes du genre, à l’instar de Harold Lloyd et Mae West, Charles Laughton et Eddie Cantor, sans oublier les Marx Brothers, pour qui il tourne leur chef-d’œuvre, Duck Soup (1933).

À la fin des années 1930 et après la guerre, McCarey s’oriente vers le mélodrame, tournant des comédies romantiques comme des films religieux. Dans cette phase de sa carrière, McCarey saura exalter le talent de stars comme Ingrid Bergman et Paul Newman, Bing Crosby et Deborah Kerr, et retrouvera son complice Cary Grant dans des films inoubliables comme Good Sam (1948) ou An Affair to Remember (1957).

«Dédier une Rétrospective à Leo McCarey est avant tout rendre hommage à un maître d’un genre devenu rare aujourd’hui. Ses films ont été de grands succès de box office et sont devenus des œuvres appréciées par la critique qui en a redécouvert un peu tardivement les différents niveaux de lecture. Nous pensons que le nom de McCarey doit retrouver sa juste place; nous sommes certains, en effet, que son art, son sens du rythme, son élégance auront un effet stimulant sur les nouvelles générations de spectateurs et de réalisateurs. Enfin, une note plus personnelle: cette Rétrospective est aussi l’occasion, pour chacun de nous, de retrouver l’enfance, cette période peut-être oubliée ; rire avec Laurel & Hardy n’a pas seulement une douce saveur nostalgique mais cela rappelle aussi le pouvoir visionnaire et bénéfique que le comique a toujours eu». Carlo Chatrian, Directeur artistique du Locarno Festival.

La Rétrospective, conçue par Roberto Turigliatto, est organisée en partenariat avec la Cinémathèque suisse et la Cinémathèque française ; elle se prévaut de la collaboration du Festival Le Giornate del Cinema Muto de Pordenone. Elle sera accompagnée par un ouvrage publié en anglais et en français par la maison d’édition Capricci.

«Homme aux multiples talents, assistant de Tod Browning, McCarey fut un réalisateur au sommet du système hollywoodien mais aussi une personnalité secrète encore à déchiffrer. Restent sans égal dans l’histoire du cinéma la sublime alchimie des sentiments et le juste dosage entre comédie et mélodrame que nous trouvons dans ses chefs-d’œuvre comme Love Affair (1939). Make Way for Tomorrow (1937), le film qu’il préférait, même s’il fut un échec commercial, anticipe étrangement le film Tôkyô monogatari (1953) de Yasujirô Ozu». Roberto Turigliatto, responsable de la Rétrospective du Locarno Festival.

Le projet inclut aussi institutions suisses et étrangères prestigieuses; elles permettront à la Rétrospective de voyager jusqu’en 2019. Certaines institutions ont déjà confirmé leur participation: la Rétrospective sera accueillie, en Suisse, par la Cinémathèque suisse, le Filmpodium de Zurich, le Kino REX de Bern et Les Cinémas du Grütli à Genève; en Italie par le musée du Cinéma de Turin et le Festival I Milleocchi de Trieste et en France par la Cinémathèque française. "

Informations et programme de la 71e édition du Locarno Festival : www.locarnofestival.ch

 

12:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 10 décembre 2017

CHAMPAGNE !

CHAMPAGNE ! Un seul mot pour évoquer une situation de célébration, une région, un produit d’appellation contrôlée … Trésor national vivant tiré des territoires viticoles de France, les champagnes sont la vitrine du savoir-vivre français. Le vignoble champenois planté sur un terroir vallonné entre 90 et 300 mètres d’altitude permet une bonne insolation de la vigne autant que l’écoulement d’eau.

image00002.jpegLe terroir particulier de la Champagne présente des caractéristiques uniques pour la production de ce breuvage luxueux. Il se définit par le climat, le sol et le sous-sol. Ces dominantes se retrouvent sur les 12 ares  découpées en 278'000 parcelles que les 15'000 vignerons ont su extraire le meilleur avantage, chacun à sa manière : tous ces territoires invitent à découvrir les multiples facettes de ce précieux nectar car si la Champagne est unique et produit un breuvage inimitable – sémantiquement et juridiquement - et connu du monde entier, la variété des sols, des climats et des pratiques vigneronnes offre une mosaïque de terroirs qui transparaissent dans chacun des champagnes élaborés. C’est ce qui fait dire à Amélie Nothomb que « La France est ce pays magique où le plus commun des troquets peut servir n’importe quand un grand champagne à température idéale. »

Les Maisons de Champagne accomplissent aujourd'hui plus des deux tiers des expéditions et garantissent 90% des exportations.

Taittinger : Quand l’officier de cavalerie Pierre Taittinger est tombé sous le charme de cette majestueuse bâtisse en 1915 Taittinger Millésimé 2012.jpgérigée en 1734, près d’Epernay, nul ne pouvait prédire l’aventure qui l’attendrait et des traces qu’il laisserait dans l’histoire.

L’arôme est dans la craie ! Elle confère au champagne une touche singulière. Forée en époque gallo-romaine, la cave de craie en constitue le fleuron, idéale pour porter à maturation les meilleures bouteilles de l’entreprise ou pour une originale cavalcade touristique (80'000 chalands déambulent dans ces longs couloirs clair-obscur). Pour preuve, cette note particulière n’existe pas dans les mousseux d’autres régions. À l’instar le calcaire, la craie doit son intérêt en la matière aux sédiments de micro-organismes marins qui la composent ; un haut taux d’humidité transpire ainsi du minéral tout en apportant des nutriments aux racines des ceps. Si les sels minéraux contribuent à la formation de l’arôme, la craie continue d’être utile lorsqu’il fait sa deuxième fermentation en bouteille et poursuit sa maturation.

Maison Taittinger.jpgUn château à la campagne et un autre en ville une cave de craie, 288 hectares de vignes caractérisent la maison, qui a féminisé le champagne en lui apportant une note de chardonnay accrue … alors que traditionnellement, ce sont les arômes très masculins, durs, de barrique, qui étaient à l’honneur. La proportion haussée de chardonnay ordonne à l’élixir une fraîcheur inégalée, une bulle fine et une grâce naturelle frappante.

Du magnum au nabuchodonosor, le champagne Taittinger se trouve absolument partout. On se souviendra de l’apparition répétée du fameux champagne dans Bons baisers de Russie choisi par James Bond pour séduire son homologue féminin.

Frank Bonville : Si l’on souhaite découvrir une maison très discrète proposant une gamme de champagne de très grande tenue au rapport de qualité-prix plus qu’excellent, c’est la maison Franck Bonville qu’il faut vous rendre. Le cépage blanc à jus blanc combiné au sous-sol crayeux ravit les papilles grâce à ses particularités gustatives : finesse, fraîcheur et élégance et minéralité. De jolies caves, fruits d’une histoire familiale ancestrale, accompagnées d’une cuverie moderne sont à visiter pour le plus grand bonheur des dégustateurs. Il est à noter qu’une cinquantaine de barriques de 228 litres en provenance de Bourgogne (bien évidemment) complètent l’outil de vinification du chardonnay (seul et unique maître de l’appellation) depuis le début des années 2000. 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                       (SUITE)

 

 

15:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 24 novembre 2017

Les Celliers de Sion, une nouvelle règle du jeu viticole

Les Celliers de Sion, premier Oenoparc de Suisse

L’oenotourisme poursuit son évolution. En créant de nouvelles règles du jeu viticole. À Paris, à New-York, à Rome, à Genève, le vin coule à flots bien que les marques helvétiques brillent encore par leur absence sur les tables à l’étranger. Mais avec l’inauguration du premier Oenoparc de Suisse au pied des vignes dominant la vallée du Rhône, dans le chef-lieu du Valais, les traditions autour de la culture du vin s’en trouvent révolutionnées grâce aux Celliers de Sion se fondant dans le paysage comme un tableau. L’excursion dans les vignes, on connaît. C’est une des activités prisées par beau temps surtout en été pour son aspect de générosité éclatante et en automne pour ses couleurs tout autant que les soirées dégustations d’où l’on part avec un carton sous le bras.

La feuille, une promesse tenue

Une nouvelle impulsion touristique vient s’ajouter à ces deux animations, qui a pour dessein de mieux faire connaître le foisonnement du terroir valaisan dans toute sa diversité : les parcours  dans le domaine s’accompagnent de présentations orales et visuelles interactives, ludique et instructives aussi bien que sensorielles. Les mets et les mots s’allient ainsi aux vins pour en relever les caractéristiques particulières, fruits d’une longue recherche et d’essayages réitérés. Ces récits s’apparentent à une manière de saluer le vin, d’attirer l’attention sur ses secrets révélés dans le geste de le consommer en l’associant au plaisir et à l’émotion d’un vœu collectif. De papier ou de vigne, la feuille est toujours une promesse. Ici, la promesse du raisin et du vin rejoint celle des mots et des textes.

Deux sagas familiales en une

Tout visiteur aura le loisir de voyager dans le temps en découvrant l’histoire patrimoniale matérielle et immatérielle des lieux ainsi que des acteurs qui les ont façonnés par leur génie et leur volonté acharnée. Un terroir aussi bon soit-il n’est rien sans les vignerons, les auteurs de la vigne. Deux grandes Maisons de la viticulture valaisanne  - Bonvin (1858) et Varone (1900) – collaborent ensemble depuis 25 ans. En scellant leur destin, les deux maisons accouchent des Celliers de Sion (Route d’Italie 9) : en associant leur passion et leurs savoir-faire en novembre 2017, ces deux grands noms écrivent une nouvelle page de leur histoire dans ce nouveau site à l’architecture décapante mariant toutes les normes modernes fonctionnelles et esthétiques … bâtiment avec toiture fournissant l’électricité  nécessaire à sa viabilité ; outre son autosuffisance du point de vue énergétique, l’édifice s’orne d’une parure composée d’écailles d’inox, clin d’œil au moment de la cuvée jusqu’à se (con)fondre à son environnement vallonné.

Le périple initiatique

Des initiations à la dégustation d’une durée de 45 minutes sont organisées quotidiennement de 10h30 à 19h00  pour tous les amoureux du vin, du novice à l’hédoniste intermittent en passant par les experts ou une balade sensorielle pour groupes de 10 personnes de plusieurs heures comprenant une heure et demi de randonnée et d’une dégustation itinérante de 9 vins ainsi que bien d’autres possibilités de découverte sont organisées (reservation@celliers.ch). La visite de ce haut lieu en vaut vraiment la peine. L’année 2017 décrétée  celle du tourisme durable par les ordres canoniques internationaux pour son apport économique autant que culturel incontestable le prouve en plein avec ce bel exemple de réussite.  Allez nombreux visiter les Celliers de Sion en tout temps, seul, en groupe, en famille ou en couple ! L’équipe dirigeante saura toujours trouver la meilleure formule pour vous satisfaire et vous surprendre à la fois.

IMG_3614.jpg

 

10:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 12 novembre 2017

Vienne célèbre les 100 ans d'influence de ses artistes de renom - Klimt, Schiele, Moser, Wagner -

2018 marquera le centenaire d’un nouvel art promu par de grands artistes autrichiens de renommée internationale de manière unique autant que de portée générale. Gustav Klimt, Egon Schiele, Otto Wagner et Koloman Moser disparus en cette année fatidique ont jeté chacun dans son style une vision du monde restée encore vivace aujourd’hui tout en gardant une propre validité esthétique intemporelle.

L’ombre du père de la psychanalyse hante les lieux autant que les esprits du siècle. La maison de Sigmund Freud est à visiter comme tout autre musée et ses premières thèses sur l’intériorité influenceront les artistes mentionnés. Le philosophe analytique Wittgenstein n’est pas loin avec ses réflexions sur le langage, qui ont fait sa réputation au-delà des frontières pour le compter parmi les plus importants de l’histoire et la maison dessinée pour sa sœur Margareth y ont ses quartiers.

À l’image du film 1900 de Bertolucci cristallisant tous les fantasmes de révolutions et d’évolutions sociales qui forgeront le terrible siècle, Vienne se parera de mille feux en criant la grandeur de ceux qui ont façonné son destin de capitale européenne incontournable dont le charme opère en toutes saisons pour un we en amoureux ou pour un voyage touristique documenté ou encore autour d’un événement ponctuel artistique, scientifique, médical, culturel, politique. Siège des Nations-Unies, aux côtés de New-York et de Genève, elle abrite de nombreuses conférences internationales dans tous les secteurs, dont celle du désarmement.

L’année démarre en grande trombe : du 21 au 23 janvier 2018, se tiendra ainsi à Vienne le plus grand Salon du tourisme d'Autriche. Cette plateforme idéale pour appronfondir ses connaissances et tisser des contacts dans la discipline recherchée offre de vraies opportunités. Si le secteur touristique se porte bien dans ce beau et riche pays, il est à noter que les Suisses sont très nombreux à privilégier la destination cumulant … 85 % des nuitées, notamment de catégorie supérieure. Son attraction n’est plus à prouver mais approuvée de manière croissante. Certains paysages ressemblants entre les deux contrées séduisent les Helvètes et les offres autant que la valeur ajoutée des services tendent à fidéliser cette clientèle, qui par un effet de bouche-à-oreille augmentent les aspirants. L'amour voué à la culture autrichienne s'est scellé par moult expositions de ses artistes, en particulier en 1986 et 1995 à la Fondation Gianadda.

La mise en abîme des croyances jusque là en vigueur a fait éclore une franchise brutale des ressorts de l'âme humaine et la violence tragique de notre condition face à l'inéluctable exprimée avec force et conviction. Tout au long de l’année 2018 auront lieu des expositions sur Klimt, Schiele, Moser et Wagner dans les musées viennois (tous des oeuvres d'art en soi). L'art de vivre n'étant pas qu'un mythe, ses viennoiseries sauront surprendre les gourmets curieux dans ses cafés stylés.

 

Schiele1.jpeg

L'étreinte (Egon Schiele) - Musée du Belvedere

 

 

 

 

P.S. La destination est desservie quotidiennement par la compagnie aérienne nationale Austrian Airlines. L'Office National Autrichien du Tourisme ainsi l'Office du Tourisme de Vienne, via son bureau à Zürich (philipp.neumuelleer@austria.info) se feront le plaisir de vous informer de ce périple touristique.

08:49 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

lundi, 06 novembre 2017

La Semaine de la Paix du point de vue de la gouvernance mondiale

La Semaine de la Paix à Genève inaugurée ce lundi à la la Maison de la Paix, occasion rêvée pour les acteurs étatiques ou non d’élargir les plateformes de dialogue en vue de consolider les structures de paix et la résolution des conflits armés autant que civils, synchronisera les actions de chacun afin de mettre en lumière des réponses possibles en prenant compte des ses dimensions pluridisciplinaires. La problématique des droits humains y sera traitée de manière indivisible, transversale et universelle, notamment dans la recherche d’une paix durable.

À noter un side-event de l'ONG Unesu, qui livre une réflexion significative sur l'enracinement de la paix dans l'éducation déjà.

Flyer Paix UNESU-1.jpg

Le programme est à consulter ici.

En cas d'absence de badge, s'enregistrer ici

09:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 22 octobre 2017

Oman, Perle du Golfe

 Si on ne sait où (s’)investir, Oman est la destination idéale comme en atteste le Forum sur les opportunités d’affaires organisé par la Chambre suisse-arabe de Commerce (CASCI) en partenariat avec la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Genève (CCIG) qui vient de se dérouler à l’Hôtel Président.

Port.jpgLes relations bilatérales entre la Suisse et le Sultanat d’Oman initiées en 1973 ont poursuivi leur lune de miel au cours des décennies, ponctuée de rendez-vous et négociations de toutes natures. Réputé comme l’île du Golfe stable et paisible par excellence – caractéristique partagée avec le pays d’Heidi, selon un responsable omani – Oman a développé des conditions cadres incitant aux investissements économiques ou financiers, et invitant les touristes à le visiter : 

- Forte d'une exportation s'élevant à près  de 277, 2 millions de la Suisse à Oman, notre nation connaît une importation  s'apparentant à 5,8 millions de francs suisses. Les secteurs concernés couvrent les services logistiques, la banque et l'assurance, l'industrie chimique, la santé, la construction et le tourisme.

- La destination du Sultanat d'Oman est très appréciée par les Helvètes (desservie plusieurs fois par semaine par Swiss International Airlines et Oman Air) autant que par d'autres pays européens pour son désert à  perte de vue côtoyant des plages somptueuses, ses activités ludiques ou sportives, ses infrastructures hôtelières inédites.

plage.jpg

 

 

 

08:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook