UA-105021232-1

lundi, 15 mai 2017

MACRON LE MAGNIFIQUE

Machiavel aurait sûrement salué cette belle élection. La rencontre entre la vertu (les qualités d’un candidat) et la fortune (le hasard, le destin, l’impondérable) a eu lieu chez Emmanuel Macron. Un philosophe au sommet de l’Etat - tel que lui – marque de son empreinte indélébile les temps qui courent. La politique du moindre mal peut s’exercer avec une telle confluence contre toute attente.

Bravant les interdits, bousculant les codes, faisant fi des us et coutumes, la stratégie Macron aura gagné grâce à un festival de signifiants condensés en un laps de temps de gestes et de mots. Son langage a été compris contrairement au pur verbiage propre aux soliloques. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! » a été balayé d’un revers de mains pour faire place à un état d’esprit constructif, laissant la place à un « nous » sans démagogie et sans gérer la peur ou la haine comme nous ont habitués certains prédateurs-tueurs réussissant à se hisser grâce à une rhétorique peu amène, souvent d’un ennui abyssal de par la vacuité sans fond engendrée. La sémantique au cœur de l’action nourrit la délibération, dépassant la dialectique du « ni … ni », prévaut sur la décision arbitraire tout azimut pourvu que le pouvoir soit assuré.

Le profil psychométrique du sauveur n’ayant généralement peu de chance d’être casté ou élu aux plus hautes fonctions, le météorite de la politique française (dé)montre de manière surprenante que même dans nos sociétés technocrates jusqu’à l’absurde et à la violence larvée sous couvert de grands principes rarement cités de façon appropriée, que bien nommer les maux est la base de toute recherche de solutions ou propositions quel que soit le domaine.

Que d’insanités en-dessous de la ceinture n’a-t-on entendues durant cette campagne complètement folle à tous égards ?  Entre une fille qui tue son père et un homme qui marie sa mère, que choisir, épouser sa prof cache forcément une déviance, prétendre à la plus haute marche sans parti, c’est comme marcher pieds-nus, etc … Le Président d’En marche a assurément relevé tous les défis. Avec son bâton de pélerin, il a ravivé, par l’exemple, l’image des péripatéticiens du temps d’Aristote dialoguant sur les choses de la nature et les sujets brûlants de la cité … en donnant envie plutôt que le contraire.

Souhaitons bonne chance à cet homme de grande envergure dans ses travaux d’Hercules pour une nation si prestigieuse ! Le Kairos a fait son oeuvre. L'esprit des Lumières a soufflé sur les événements. Vive Emmanuel Macron !

MACRON.jpg

15:13 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook

jeudi, 27 avril 2017

Le goût des mots et le choc des cultures au Salon du Livre 2017

On s’ambiance à 31ème édition du Salon du Livre ! Près de 600 auteurs de tous les genres littéraires l’animent  pour le plus grand bonheur des grands et des petits. Les appels au voyage, la fiction littéraire avec ses accents particuliers, les recettes culinaires, les romans d’espionnage jouant sur le documentaire et déjouant des fake news se côtoient d’un stand à l’autre.

La Place Suisse offre une floraison d’écrivains connus qui font notre légende en plus d’une belle exposition relatant l’histoire d’amour, de raison essentiellement, des Suisses qui ont fait la France depuis la bataille de Marignan. Avec le Canada comme Hôte d’Honneur, on ne peut qu’être déçus en bien pour tout ce qui ressort de la défense et de la promotion des minorités sans oublier son rôle de plus gros contributeurs en mots francophones pour faire la nique de l’assimilation d’anglicismes plus ou moins inutiles donnant le la à la suprématie du grand voisin.

Comme il en a été souvent question sur cette plateforme, le Qébec reste un fidèle allié sur la désintégration du langage, la pollution de mots qui n’apportent rien de plus aux vocables existants ou à la possibilité de néologismes francophones (plutôt qu’anglophones, selon la règle tacite en vigueur) ; en témoigne sa façon de « traduire » certaines locutions en forme plus littérale – un hot dog s’appelle un chien chaud – ou de trouver un pendant en français à un affreux anglicisme (que certains locuteurs anglophones voudraient aussi bien vouloir retraduire dans leur langue tant sa conceptualisation étonne) – courriel, baladodiffusion, clavardage, hameçonnage et le fameux égoportrait pour contrer le célèbre selfie par la prise de photo d’Obama avec son homologue danoise lors de la cérémonie d’adieu à Nelson Mandela.

Cet effort de franciser s’enracine à contre-courant de la globalisation (simplification et vulgarisation du langage) tout en freinant le phénomène du globish. Faire la part belle aux mots est bien une vocation de ce rendez-vous international car trop souvent, « il n’y a rien que l’homme gouverne moins que sa langue », selon les termes du philosophe Spinoza. 

Les plaisirs du texte et l'art culinaire souvent indissociables étonneront le badaud par le goût du cidre glacé, véritable patrimoine "immatériel" de la culture du pays.

 

17.jpg

15:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 17 avril 2017

Christian Rérat, photographe suisse de Bretagne

 

Chez Christian Rérat, la photographie rejoint les qualités picturales. Sa pratique fait intervenir d’une manière indissociable technique et vision représentant les systèmes de connaissances au cœur de l’expérience qui se donne là, parfois l’espace d’un temps qui ne reviendra plus, offrant une manière de voir signifiante.

bouche1.jpgQuel que soit le thème, ses photos confinent à l’œuvre d’art selon les critères émis par les grands tels que Léonard de Vinci en tête, qui considérait le sens de la vue comme le plus noble des organes par lequel nous accédons à la connaissance et à la beauté et par conséquent l’art visuel comme l’étalon universel au détriment d’autres moyens de perception. (À côté, photo du homard réalisée pour un concours organisé par l’office du tourisme d’Oloron Sainte Marie et VSD avec Olivier Belin, chef deux étoiles à l’Auberge des Glazicks à Plomodiern.)

 

Mais ne nous y trompons pas, il ne s’agit pas de « se contenter » de rechercher une information visuelle car la photographie de l’artiste genevois dépasse cette finalité première rendant aux virtualités de l’abstraction leur dimension créative._DSC0521.jpg

Incarnant la devise du célèbre reporter Henri Cartier-Bresson « Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur », les œuvres de Christian Rérat - plus connu en France qu'en Suisse - représentent les situations, les paysages, les choses inertes ou pas, résultant d’un travail sophistiqué ou ou simplement parce qu’elles sont là sous nos yeux comme un monde intérieur qui s’exprime autant qu’il les décrit. On peut les visiter ici 

bouche4.jpg

 _DSC0542.jpg

 

bouche3.jpg

 

 

 

 

 

 

10:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 13 mars 2017

Le mythe d'Icare au Salon de l'auto

Pourquoi se rendre au 87 e Geneva International Motor Show ? Ce rendez-vous annuel de renommée internationale attire indéniablement des publics divers et variés. Il offre un point de vue unique sur les nouveautés inédites en intégrant des technologies de dernier cri, révèle les nouvelles tendances en inscrivant le bon goût et les normes à suivre. L'antinomie entre design et performance tacitement entretenu pendant des décennies est en passe de ne devenir plus qu'un vague souvenir comme en atteste la belle Italienne, l'Alpha roméo qui a gagné le deuxième prix du grand concours officiel.

17156156_10208591055033726_3112009067049216889_n.jpgObjet de désir pour les uns que l'oeil baladeur balaie, objet de curiosité pour l'amateur de chefs-d'oeuvre de l'ingénierie qui bien que conscient de ne pouvoir se l'offrir découvre avec stupéfaction ces ouvres d'art, la voiture dernière tendance ne laissera personne indifférent; la problématique des émissions de CO2 occupe désormais les constructeurs : des modèles hybrides ou 100% électriques atteignant des durées d'autonomie de plus en plus longues.

Des 148 premières mondiales et européennes annoncées par les exposants, 175 nouveaux modèles et concepts ont été finalement dévoilés. "Le futur est arrivé" pourrait être le slogan de la plus importante manifestation de l'industrie automobile au monde au vu du nombre de défis technologiques dépassés en incluant les exigences incontournables de la numérisation.

Si une Ferrari 207 MM Barchetta avec moteur électrique ne relevait que d'un rêve fou il y a encore quelques années, on sait en coutre que 20% de la population suédoise  ne conduit plus son véhicule grâce à l'alliance de Volvo et Uber; la sécurité ne se résume plus à la ceinturegrâce aux multiples connexions et systèmes d'alerte.

Nul doute que Léonard de Vinci et Jules Verne auraient eu été heureux de participer à ce genre de rencontre historique!

Soyez nombreux à visiter le Salon jusqu'au 19 mars! Pour toutes les informations et la galerie photos, cliquer ici.

Acura-NSX-2017-800x480.jpg

 

 

 

 

 

 

12:48 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

samedi, 04 mars 2017

Entrepreneuriat et soins à domicile

Chez Vous !

 

 

Pourquoi choisir le massage à votre domicile ?

 

Stress et fatigue font partie de votre vie quotidienne ?

Vous avez besoin de prendre du temps pour vous ?
Vous n’avez pas envie de vous déplacer ou vous ne disposez pas de temps

pour vous rendre en institut ?

 

Ma solution

Sur rendez-vous, je me déplace volontiers afin que vous puissiez rester chez vous, tranquillement  installé dans un environnement que vous connaissez.

Mon matériel

Table de massage pliante,  huiles de massage 100 % naturelles,  linges, musique relaxante et bougies parfumées pour créer un véritable espace de détente et de relaxation pour vous !

 

 

Prix de la séance de 50 minutes : CHF 85.-*

 

  Pour un anniversaire ou une occasion particulière, possibilité d’offrir un

BON CADEAU

                                                                      

 

Horaires des soins

du lundi au vendredi de 09h30 à 19h30

 

Prendre rendez-vous

Vous pouvez contacter Maria par téléphone, par sms ou par e-mail :

076 440 64 70 – info@aloe-harmonie.ch – www.aloe-harmonie.ch

 

 

*Déplacement inclus (canton de Genève)

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 13 février 2017

Colloque sur la question du leadership féminin le 8 mars

Le XXe siècle a vu l'émergence de la question genre avec comme accent la théorisation des droits de la femme, qui juste là n'ont pas connu une telle attention, la moitié de l'humanité se voyant exclue de tout statut, des processus de décisions et des mécanismes de développement reconnus à tel point que de nouveaux dispositifs, surtout philosophiques (les femmes ont une âme, sont douées d'une intelligence et souvent l'égale des hommes dans leurs performances intellectuelles, bref le savoir est asexué) et juridiques (les femmes sont capables d'exercer des métiers tels que médecin, professeur ou avocat, donc elles en ont le droit) ont marqué l'espace publique, d'autant que la question des droits de la femme, c'est aussi la question des droits de l'homme et l'affaire des hommes.

L'évolution de ces questionnements ont connu des hauts et des bas et force est de constater qu'on est loin du compte dans la réalité; les modèles masculins restent les seuls de référence et il est souvent aux femmes de faire comme les autres (l'enrôlement par l'armée, les manière d'exercer le pouvoir en réunions, l'hypocrisie à l'embauche et la qualification des tâches ou valeurs ajoutées prétendues ou pratiques, etc.)

Et si d'autres qualités pouvaient prendre le dessus et être l'égale aux modèles reconnus et encouragés ? C'est à cette problématique que tentera de répondre par un panel de personnalités de haut niveau lors de la Journée internationale de la femme.

 **********

 

Colloque International organisé par l’UNESU, en partenariat avec AFIP et AIODD

sur le thème

LA FEMME AU CŒUR DE L'EMERGENCE ECONOMIQUE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE,

le 8 mars 2017, au Palais des Nations Unies (salle XII), Genève

Ce colloque organisé dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme et de la 34ème Session du Conseil des Droits de l'Homme, rassemblera des femmes d'exception, venues de différents pays pour décrypter les mécanismes de réussite et les conditions favorables à l'innovation et à l'entreprenariat féminin, qui sont un puissant facteur d'émancipation et d'autonomisation des femmes.

 Le programme s'articulera autour de 5 thème principaux :

  • Du Leadership Féminin à l’Emergence Economique en Afrique
  • Promouvoir un environnement favorable à l’Entrepreneuriat Féminin 
  • Les femmes au cœur de l'innovation économique et technologique
  • Sortir de la pauvreté et accéder aux services sociaux de base : le rôle crucial des femmes dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (agenda 2030, ONU)
  • Les valeurs et talents féminins au service de la bonne gouvernance publique, privée et associative

 

Ce colloque s'inscrit dans la continuité du lancement de la plateforme de l'entrepreneuriat féminin, organisé les 25 et 26 janvier derniers, à Abidjan, qui a remporté un grand succès. Il constituera une belle occasion de valoriser les talents et initiatives positives susceptibles d'être démultipliées pour se développer durablement et à grande échelle.

Le 8 mars de nombreuses personnalités du monde des affaires ainsi que des managers du secteur public, ont confirmé leur présence. Notons par exemple la participation de JANINE KACOU DIAGOU, Directrice Générale du Groupe NSIA, présent dans 12 pays et intégrée dans le "Top 10 des cent leaders économiques africains de demain". Des femmes leaders au sein de la société civile seront également présentes et valorisées.

Venez nombreux le 8 mars pour participer et apporter votre contribution à cet important colloque, au service d'un nouveau paradigme de prospérité, de bien-être et de paix sociale dont les femmes sont de bonnes ambassadrices.

Pour ceux qui ont besoin d'un badge d'entrée au Palais des Nations-Unies le 8 mars, écrire à l'adresse suivante : unesu.inms@bluewin.ch.

3184044187_1_2_LmOgqO5S.jpg

09:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 27 janvier 2017

Bruxelles brille de tous ses feux avec le BRAFA

En cet hiver glacial, la Brussels Art fair, la Brafa édition 2017 bat son plein depuis l’ouverture de ses portes ce samedi 21 janvier sous le haut patronage de Sa Majesté (dont les photos trônent dans les hôtels partenaires) pour le plus grand bonheur des amateurs d’art et d’antiquités, collectionneurs, galeristes ou badauds curieux. Cet espace incarne la maxime d'Herbert Marcuse, selon qui l’art brise la réification et la pétrification sociales. Il crée une dimension inaccessible à toute autre expérience – une dimension dans laquelle les êtres humains, la nature et les choses ne se tiennent plus sous la loi du principe de la réalité établie. Il ouvre à l’histoire un autre horizon.

30.jpgAnimé par 132 exposants de grande qualité originaires de 16 pays, le Salon, un des premiers rendez-vous internationaux importants de l’année, offre à en  voir de toutes les couleurs. Les œuvres en provenance de tous horizons s’étalent sur près de 6000 ans d’histoire en passant de l’art africain au contemporain avec un focus sur l’art cinétique et optique avec la présence de l’artiste argentin hôte d’honneur Julio Le Parc, événement marquant de cette 62e édition. Quatre de ses ouvrages principales colorées, ludiques et riche en effets visuels subliment les halls devant lesquelles chacun peut (se faire) photographier.

Les Suisses participent significativement au décor ! À l’instar du vœu de Harold t’Kint de Roodenbeke, président du BRAFA, une célèbre galeriste suisse - Galerie Grand-Rue Marie-Laure Rondeau - qui revient enchantée depuis plusieurs années rappelle que la vocation de la manifestation est de susciter le désir de collectionner ou d’acquérir les œuvres présentées, de faire rencontrer de nouveaux clients ; des aquarelles, gouaches, gravures et dessins du 18e et 19e siècles évoquent le voyage, la découverte du « rôle » de la nature propre de cette époque avec en évidence les illustrations les premières ascensions au Mont-Blanc.

14.jpgDes échanges d’idées, des rencontres d’experts du marché de l’art tout comme des historiens de l’art pimentent la vie de la Foire. Le vetting (comité  d’expertise pour authentifier les œuvres d’art) exerce son action aux côtés des galeristes eux-mêmes pour le travail de certification et se protéger de fraudes éventuelles (très rares, n’en déplaise aux complotistes invétérés en mal de sensationnalisme). L’accueil chaleureux est reconnu de tous comme le souligne une autre galerie helvétique Bailly Gallery, spécialisée en art moderne et contemporain, qui  abrite entre autres « Le clown au petit chapeau vert » de Bernard Buffet (1989), «L’éternel printemps » de Rodin (1915), « Personnage à la guitare » de Le Corbusier (1960). La Galerie de la Béraudière au centre-ville de Genève et également installée en Belgique depuis 2016 garde une place prépondérante aux surréalistes et joue un rôle incontournable sur le marché international. Jean-Baptiste Fabre met un point d’honneur de promouvoir l’art française du siècle des Lumières que son mobilier d’exception. Entre coups de cœur et trouvailles insoupçonnées au gré du hasard des rencontres, Phoenix Ancient Art vous fera voyager à travers le temps dans tout ce qui constitue la 16.jpgquintessence de notre civilisation avec des modèles de la Mésopotamie à l’âge du Néolithique et du Bronze, de l’Art Gallois ou d’Asie occidentale à l’âge de Fer ou encore romain et italiote sans oublier l’égyptien. LOpera Gallery propose des œuvres d’art moderne et contemporain tout en soutenant de nouveaux talents. At last but not least, le Kunstberatung Zurich se distingue par son leadership en matière de négociation des tableaux européens et russes du 15e au 20e.

L’élégance sous toutes ses formes (manières, propos, allure vestimentaire, intentions) est au rendez-vous. L’éclectisme n’est pas synonyme de fourre-tout ; bien au contraire : la familiarité des genres côtoie l’étrangeté des représentations uniques, l’unicité qualitative des objets au-delà de la diversité des technologies utilisées nous fait saisir la créativité artistique, qui toujours laisse libre cours à l’imagination tant du côté du spectateur que celui de l’agent. L’esprit belge dont le signe distinctif réside dans cette capacité légendaire d’absorber de grands courants artistiques internationaux et le détachement aux dogmes tout en relevant toutes les expressions du génie y souffle de toute sa force. À commencer par l’endroit où se tient l’exposition : le Tour&Taxis, anciennement site industriel réhabilité à cet effet, vous accueillera jusqu’au 29 janvier.

3.jpg

 (À voir aussi la galerie photos https://show.7ex.ch/mp/mpace/)

15:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 janvier 2017

Quel jeu de mots ! Et quel réalisme !

Quel jeu de mots ! Et quel réalisme !

 

Il était une fois quatre individus qu’on appelait Tout le monde. Quelqu’un Chacun – et Personne.

Il y avait un important travail à faire

Et on demanda à Tout le monde de le faire.

Tout le monde était persuadé que Quelqu’un le ferait.

 

Chacun pouvait l’avoir fait mais en réalité Personne ne le fit.

Quelqu’un se fâcha car c’était le travail de Tout le monde !

Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire.

Et Personne ne doutait que Quelqu’un le ferait.

 

En fin de compte, Tout le monde fit des reproches à Chacun.

Parce que Personne n’avait fait ce que Chacun aurait pu faire.

 

Moralité

Sans vouloir le reprocher à Tout le monde,

Il serait bon que Chacun fasse ce qu’il doit sans nourrir l’espoir

Que Quelqu’un le fera à sa place

Car l’expérience montre que

Là où on attend Quelqu’un,

Généralement, on ne trouve Personne.

 

Conclusion

Je vais le transférer à Tout le monde afin que Chacun

Puisse l’envoyer à Quelqu’un sans oublier Personne.

 

ob_61b2c9_tout-le-monde-quelqu-un-chacun-et-pe.png

11:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 07 janvier 2017

Charlie Hebdo ... deux ans déjà

C'était un 7 janvier ... Le mystère demeure : pourquoi les émissaires et défenseurs des droits de l'homme sont-ils les exposés, les cibles de la barbarie ?

 

omar.jpg

http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2015/01/09/comment-tuer-des-gentils-263548.html

 

13:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 30 décembre 2016

Les Glorieuses de Bresse à l'honneur

Le mois de décembre et ses fêtes de fin d’année riment avec bonne bouffe, qui partagée entre plusieurs convives décuple l’émotion ressentie. C’est un voyage au pays du goût, des connaissances scientifiques et de la tradition auquel vous convient les Glorieuses de Bresse, le tout dans un biotope naturel exceptionnel qui semblerait être fondu pour les savoir-faire désormais inscrits au patrimoine historique.

PC150011-Modifier.jpg

L’Ain, un terroir singulier

PC150024.jpgLa volaille de Bresse est connue. On en cherche même à l’étranger chez notre boucher chéri pour un repas de famille ou entre amis ou encore pour commémorer une fête particulière, peu importe le prix. Mais sait-on toujours comment s’est tissée sa légende ? L’événement annuel constitue l’occasion rêvée où la polysémie du goût se décline dans toute sa splendeur. Il faut remonter à 1862 pour commencer à la célébrer, à une époque où les moyens de transport et les outils technologiques utiles à un développement agricole aussi durable que sophistiqué qui font notre bonheur actuel étaient encore rudimentaires et où des Suisses s’exilaient pour fuir l'extrême misère sévissant dans leur pays en offrant leurs services aux paysans français de la région voisine.  PC160084.jpg

Grâce à sa chair fondante, ferme, onctueuse, nacrée et naturellement crémée, la volaille de Bresse s’imprègne naturellement de son propre jus obtenu lors de sa cuisson, facile : près de 50 minutes par kilo suffisent à garantir un festival de saveurs inégalables. Comme aime à le dire Georges Blanc, le degré de cuisson ne se mesure pas aux nuances les plus foncées d’une viande.

 

PC160086.jpgUn savoir-faire ancestral

La rencontre interactionnelle entre l’héritage biologique et l’héritage culturel a engendré l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) en 1957 pour le plus grand plaisir des gastronomes du monde entier en traçant de manière indélébile le destin de ces volatiles hors du commun selon un cahier des charges bien défini : disposant de 10m2 de prairie d’herbe bien grasse et d’un poulailler spacieux (chauffé à certains endroits pour les petits poussins afin qu’ils survivent aux rudes températures), 12 poulets se partagent le m2 en plein-air, tous nourris de blé et de maïs sans OGM ainsi que de produits laitiers à discrétion pendant 16 semaines avant de finir pendant 10 jours dans une cage de bois appelée «épinette » à l’intérieur de la bâtisse … L’exception de ces jolies créatures est aussi qualitative que … numérique; on dénombre 12’0000 chapons pour le globe terrestre ! Inutile de préciser qu’on se les arrache … La reconnaissancePC180002.jpg internationale de ces gallinacées choyées et valorisées à leur juste prix passe par le Concours de Beauté annuel.

Le concours des Belles de Bresse

Aller à la rencontre de ces volatiles parmi les plus titrés, chéris, attendus du monde demeure un pur plaisir en soi. Les Glorieuses de Bresse célèbrent ces Belles peaufinées en poulets, poulardes et chapons avec un cérémonial hors norme en alliant incorporations esthétiques, actes culinaires, représentations de leur efficacité autant que de leur pouvoir de séduction qui détermineront les manières de table.

Réunissant le gratin des éleveurs et maîtres cuisiniers, le rendez-vous annuel incontournable distingue à la manière du concours des Miss France qui se déroule à la même période les plus beaux atours de ces produits bruts prêts à la consommation dans leurs plus simples apparats. Le mariage des chapons couronnés de rubans bleus – les plus dodus - et les poulardes enrubannées de roses peut se produire aux côtés de dindes et canards quelque peu laissés dans l’ombre des projecteurs, sous l’œil sévère des inspecteurs à la mine grave.

La reconnaissance internationale labellisée par l’AOP (Appellation d’Origine Protégée) en 1996 renforcera la réputation de ces volailles dont l’homogénéité, l’état de gavage au sens noble du terme, l’absence d’éraflures sur leur pelure, leur couleur également, l’art de l’emmaillotage en lin caractérisent sa marque de fabrique.

Un grand merci au Comité départemental de l'Office du Tourisme de l'Ain, qui détient le mérite de faire perdurer l'honneur de la tradition de la volaille de Bresse en le faisant connaître par de là les frontières !!!

PC160153.jpg

GHP_8441.jpg

 

 Photos (1) Ferme de l'éleveur Monsieur Christian Chattard, plusieurs fois distingué, (2,3,4) différentes phases de la préparation de la volaille de Bresse pour le Concours de beauté, (5, 6) plaque commémorative de la Mère Blanc et Restaurant de Georges Blanc dans le village Vonnas

08:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook