UA-105021232-1

CIVITAS - Page 3

  • Un défilé en plein coeur de Carouge

    Imprimer

     On s'habille et on se chausse depuis la nuit des temps, mécaniquement ou non ... l'été tire sa révérence pour faire place aux couleurs d'automne qui commencent à tapisser notre environnement. "Donne à une fille les bonnes chaussures et elle peut conquérir le monde", disait Marilyn Monroe. L'élégance n'étant pas l'apanage d'une mode, le style en est l'invariant pour paraphraser Yves St-Laurent.

    Les boutiques PRUNELLE (habits) et LA STRADA au nom évoquant le rue ou la route et désignant le titre d'un film de Fellini (chaussures) ont le bonheur de présenter leur nouvelle collection samedi 29 septembre au coeur de Carouge - côté cour de PRUNELLE, à la Place du Marché 3 - animée par un défilé en plein air en trois temps au choix : 11h00, 15h00 et 17h00. L'entrée est libre. Des rafraîchissements sont prévus en musique.

     

     

    9c99d2e4-1f96-4590-943d-a91695df158d.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • In Vinis fête sa première année

    Imprimer

    Nichée au sein du quartier des Grottes, l'échoppe In Vinis invite au voyage gustatif. Avec ses vins de différentes provenances et ses produits originaux en tout genre, elle est plus qu'un magasin ordinaire.

    Une atmosphère bacchique y règne ainsi qu'une bonne humeur grâce au tempérament de son tenancier.

    Rien de tel pour tailler une bavette en partageant un plaisir des papilles !

    Une dégustation est organisée à l'occasion de son premier anniversaire le 12 septembre. Un repas sans vin est un jour sans soleil, n'affirmait-il pas déjà Louis Pasteur ?

     

     

    InVinis.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le livre à l'honneur sur les quais de Morges

    Imprimer

    Les Quais de Morges font salon du 31 août au 2 septembre 2018. La joliesse des rives lémaniques est propice à l'oxygénation du corps autant que de l'esprit.

    Avec un regard enjoué de qui a vécu plusieurs vies sans en avoir oubliée aucune, on se balade le long du lac en tombant sur tel ou tel écrivain, au détour de stands où culmine l'art culinaire de quelque pays représenté par un auteur.

    Le génie du lieu exerce certes une attraction particulière sur l’esprit. Mais c’est oublier que son identité, plurielle et mystérieuse, réside dans les potentialités qu’il offre depuis des siècles en matière de ressources humaines.

    L'Italie est l'hôte d'honneur de cette nouvelle édition animée par près de quinze écrivains italiens, dont l'illustre Gianrico Carofiglio, emblème du giallo (polar italien), adaptés même au cinéma.

    Le Président d'honneur - David Foenkinos - se prêtera au jeu des dédicaces à la Tente du Débarcadère : Inversion de l’idiotie : De l’influence de deux polonais, Le Potentiel érotique de ma femme, La Délicatesse réalisée au cinéma par son frère, qui vient de passer sur nos chaînes télévisées, où se produit la sublime Audrey Tautou pour le personnage principal.

    L'accès multimodal au salon du livre désormais international devenu incontournable facilite l'acheminement et invite à la rêverie solitaire ou partagée, littéraire et gourmande. Clins d'oeil sur le programme : ici.

    Bonne balade !

    Nav9.jpgkansas-city.jpg

     

     

     

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • L'Auvergne, patrimoine naturel et historique

    Imprimer

    Patrimoine naturel et historique

    Non loin de ce trésor bucolique alliant bonne chère et thermalisme, la vallée de Brezons couchée sur les Monts du Cantal et les gorges de la Truyère – la plus belle vallée en auge d’Europe d’après l’illustre vulcanologue Haroun Tazieff - plonge dans de merveilleuses cascades et invite le promeneur à la parcourir durant quelques heures dans une atmosphère onirique. En traversant les gorges, le badaud 20180729_144624.jpgéchoit sur le Lac Lanau long de 11 km dont la vue imprime une image indélébile. Outre l’aspect contemplatif qu’offre la biodiversité du site, la possibilité d’activités aquatiques séduit immédiatement l'observateur dont le meilleur moyen pour découvrir le lac est le rabaska (sorte de grand canot canadien). Aussi, l’éclatante calanque se prête-t-elle à toutes les activités sportives en toute saison : randonnées de niveaux différents, VTT, alpinisme, ski hors piste, raquettes à neige ou encore cascades de glace. Ci et là, on peut admirer des bâtisses essaimées ci et là,  rappelant combien l’histoire a façonné ce généreux territoire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.

    Emblème d'une rupture continentale, la région volcanique connait des pics dans les entrailles de la terre allant jusqu'à 3000 m de profondeur.

    Sillonnée depuis un millénaire, la région met en lumière un capital culturel authentique et diversifié en osmose avec l’immense contrée qu’on imagine pour ses qualités d’hôte le long des chemins pétris de cités médiévales.

    Deux escales patrimoniales au moins s’imposent :

    •  Montpeyroux

    Perché sur un pic rocheux, Montpeyroux, un des 2 Plus Beaux Villages de France du Puy-de-Dôme, à 20 km de Clermont-Ferrand, est stigmatisé par la viticulture et l’exploitation de l’arkose. Il tire son nom de « mons petrosus », soit mont pierreux ; ses carrières d’arkose d’où a été extrait le grès teintent de couleurs chaudes, ocres et blondes, les maisons ainsi que les ruelles qui authentifient de son riche passé viticole. Pour ne rien perdre de ses atouts et de ses atours, monter en haut du donjon récemment restauré qui expose une vue panoramique à 360° est un must.

    20180728_120301.jpg

    20180728_120156.jpg

    20180728_114851.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au détour d'une ruelle serpentine, une balade gourmande s'invite au restaurant O'Dé'Tour pour découvrir avec ses spécialités culinaires.

    • Issoire et l’Abbatiale Saint-Austremoine

    AbbayeIssoire.jpgCette roche aux dons insolites aura insufflé aux hommes du Moyen-Âge le désir de construire la très belle église de style roman d’obédience bénédictine … à Issoire qu’ils transportaient depuis le mont pierreux aux chauds tons roux.

    L’Abbatiale Saint-Austremoine d’une longueur de 63 km doit son nom au premier évêque d’Auvergne, Austremoine, envoyé dans la pure tradition patristique des premiers siècles du christianisme par Rome pour évangéliser la Gaule. Les caractéristiques de l’art roman se reconnaissent dans la  façade majestueuse précédant la nef à deux étages, dont la décoration peinte fait penser à une scénographie : les chapiteaux représentent des centaures, des porteurs de moutons et des griffons ; les armatures de bois AbbayeIssoire2.jpgpermettant d’élever les murs visibles dans les « trous de boulins » nécessitèrent l’abattement d'entières forêts à une époque où il n’y avait pas encore les échafaudages métalliques. Sa situation en pleine ville, au centre d’une esplanade souligne sa spécificité monumentale selon la coutume tacite qui voudrait que les églises romanes étaient principalement édifiées sur des lieux de culte existants. Cette escapade patrimoniale ne peut se terminer que par une escapade gourmande à l'incontournable Brasserie Le Français et une visite des jardins du centre-ville entourés de maisons érigées entre le 15e et le 18 e s.

     

    20180729_155813.jpg

    20180729_155026.jpg20180729_153307.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au vu des 152, 3 millions de nuitées sur toute la France en 2017, la région Auvergne-Rhône-Alpes confirme son énorme attractivité ; en recouvrant 27,2 % du potentiel national touristique en termes de retombées sur les 5 thématiques, soit bien-être/thermalisme, art de vivre (oenotourisme, gastronomie et culture), itinérance, montagne et pleine nature pour le bonheur des petits et grands, de tous les styles, elle apparaît immanquablement comme l’un des paysages les plus intéressants à visiter. De ce fait, l’ensemble des 80 sommets auvergnats formant le plateau volcanique vient d’être classé au patrimoine mondial de l’Unesco pour son unicité et son originalité.

     

     

    Lien permanent Catégories : Economie 4 commentaires
  • 10 ans déjà !

    Imprimer

    10 ans. Pas moi, bien sûr ! Mais mon blog… Le premier jet, je m’en souviens comme si c’était hier et pourtant c’était il y a bien longtemps, une vie. Beaucoup d'eau a coulé sur les ponts. Les réseaux sociaux et voies de communications se sont multipliés.

    L’ouverture ce blog en août 2008 sur la plateforme numérique de la Tribune de Genève m’avait procuré autant d’angoisse que d’excitation. CIVITAS ou la cité en marche ... tout un programme ! Au fait, pourquoi se mettre une telle pression tout seul ? N’ayant aucune propension au masochisme, votre serviteur a succombé à la tentation d’écrire sur « tout et n’importe quoi » pourvu que la recherche de la vérité et l’information restent au cœur de l’entreprise. Personne ne m’attendait mais j’ai eu envie simplement de partager des idées, des émotions, des situations et des questionnements.

    Une décennie, une vie. Oui, ce blog a connu plusieurs vies grâce à vous qui me faites l’honneur ou l’amitié de le suivre selon les sujets traités. Il y a eu un temps pour l’opinion et l’actualité, souvent sanglantes, qui a fait place à des thèmes plus généraux, culturels. Des registres différents ont pu ainsi s’exprimer, en toute liberté. Avec sa rhétorique particulière avec un fil d'Ariane : l'importance du poids des mots à l'instar du principe de la gravité d'où découle le monde matériel.

    Comme pour chaque péripétie, je ne savais pas complètement ce qui m’attendrait ou ce que j’en attendais. Car il y a toujours une part d’impondérable dans une action malgré une éthique des responsabilités bien pesée.

    La motivation s'expliquera par le désir - ou le droit - de savoir ... Be always curious !

    On laissera ici les enseignements. Juste un mot s’impose pour les rencontres et les expériences que m’a offert cette palpitante activité (dont le seul regret reste de ne pas en avoir fait plus) : MERCI !

    Merci à l’hébergeur de ce blog qui m’a permis cette aventure ! Merci à mes lecteurs qui m’aiment ou non sans qui il n’aurait aucun sens !

    Le mot de la fin est dédié à notre humoriste suisse, hélas disparu, à qui je suis toujours restée fidèle, Mix&Remix.

    screen_shot_2016-12-21_at_11.07.05.png

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'Auvergne, la belle inconnue

    Imprimer

    La chanson de Brassens donne le la à tout ce qu’on peut imaginer de cette vaste région et de ses résidents à découvrir à tout prix. Une escapade gourmande autant que culturelle dans le Cantal et le Puy de Dôme inédite et ressourçante est une invitation à renaître grâce à la rencontre de ses merveilles naturelles et patrimoniales.

    Laissez-vous conter l’Auvergne. Les grands horizons qu’offre la région qu’il était coutume de qualifier de « fermée » jusqu’à la réputation des Auvergnats partis travailler dans les mines ou s’occuper de restauration à Paris, appellent à s’évader avec ce désir de partir pour mieux se retrouver mais aussi de partager.

    La nature généreuse et variée y est synonyme de liberté, terreau propice à des découvertes édifiantes : écouter l’eau ruisseler dans les vallons, s'enivrer du parfum de la flore, surprendre une faune sauvage au détour d’un bois ou se promener sur une surface lacustre vierge. Une mosaïque de sites enchanteurs dessinent le patrimoine naturel des volcans d’Auvergne, unique au monde de par sa diversité et sa luxuriante géologie, qu’elle soit drapée de blanc, ou de vert .

    Entre tradition et modernité, la région surprend par son côté innovateur dans les domaines sportif, artistique et scientifique.

    L’Auvergne, c’est le fromage (le fameux Cantal, le Saint-Nectaire, le Salers aop), célébré par la recette de la truffade (à ne pas assimiler à la tartiflète savoyarde) et … la lentille blonde et fondante de Saint-Flour car elle pousse sans engrais chimiques ni pesticides sur le sol volcanique. Il y a aussi la route des châteaux … à visiter, à habiter ou à acheter.

    ParcRestoSV.jpg

    Chaudes-Aigues, ville de thermalisme

    Des entrailles de la terre, jaillissent près de 30 sources d’eaux naturellement chaudes - les plus chaudes d'Europe – connues depuis l’ère gallo-romaine, ce aux portes de l’Aubrac. La bien-nommée Chaudes-Aigues (aigue signifiant en occitan eau accompagnée de son qualificatif explicite) habitée de mille âmes abrite le majestueux SPA Thermal Caleden - jonction des notions de chaud et d'eden - réputé pour ses vertus antalgiques et myrolexantes avec son parcours thermoludique jusque sur son toit à ciel ouvert, ses aires de repos et ses possibilités de soins. Une excellente solution à la grisaille ambiante ou donner un coup de fouet à son mental ! Après l'effort sportif et les soins relaxants, une jolie balade mène  à deux pas de là au musée Géothermia (unique en France dans son genre), dévoilant l’histoire d’une énergie sans cesse 20180730_101113.jpgrenouvelée existant bien avant le charbon, le pétrole ou le nucléaire. La plus méridionale des 24 stations de toute la Région Auvergne-Rhône-Alpes offre un spectacle sans précédent sous forme de geyser : la Source du Par exhale chaque seconde 5 litres d’une eau atteignant … 82°C. Qui s’y essaie, s’y brûle. Qu’importe ! La vision de ce joyau vaut vraiment le détour, à l’image du regard ébahi de Pline l’Ancien devant l’éruption du Vésuve en août 79 avant notre ère retranscrit dans ses lettres adressées à Tacite. Ces ressources naturelles hors norme ont été dès 1332 en un système ingénieux de canalisations idéales pour chauffer les maisons par le sol alors que les tuyaux étaient en bois. Le principe a été sauvé et s’applique désormais pour le fonctionnement du centre Caleden mais une quarantaine d’habitations continuent à bénéficier de cette unique et précieuse caléfaction naturelle.

    chaudes-aigues-thermes.jpg

    L'escapade gourmande

    Une telle étape ressourçante dans les hauteurs du Cantal ne saurait se passer sans une escale à l’Hôtel Sodade inauguré ce 14 juillet par le Chef doublement étoilé Serge Vieira, situé à l’orée de la rivière et des thermes Caleden. On vient de loin pour savourer cette cuisine inspirée à base des produits du terroir.

    20180729_211440.jpgUne invitation à un voyage sensoriel, entre étonnement et émotions rares dues à des compositions entre pierre de touche et points de suspension... L’art du Chef auvergnat Bocuse d’Or 2005 rassemble un luxe de saveurs et de textures aussi agréables aux papilles qu’aux pupilles. Pour preuve : le cheviche de truite arc-en-ciel, fromage blanc et radis croquants, la cuisse et le suprême de volaille de citron, épinards et beurre monté, la tarte aux myrtilles et crème de pistache dans sa version bistro flanqué d’une bucolique terrasse avec vue sur la rivière et un jardin potager au Sodade (nostalgie douce en portugais et titre d’un air célèbre); mulet de ligne en gravlax, pulpe de citron et sorbet livèche sur une gelée de livèche, la langoustine au curcuma accompagnée de gnocchi au thym et Cantal imbibé du jus perlé, le filet de rouget à l’unilatéral et ses courgettes et poivrons marinés crus et cuits, le suprême de pigeon « Miéral » rôti et cuisse confite, betteraves et purée cardinale avec son jus de baies de genièvre trônent en maître au Château du Couffour immergé dans une ambiance cinématographique. Les convives n’ont désormais que l’embarras du choix pour les nuitées : 18 chambres de haut standing s’offrent à l’hôtel-restaurant en plus de quelques-unes au château.

    La simplicité bien ordonnée, la touche méditerranéenne, la force tranquille de Serge Vieira lui valent évidemment une reconnaissance au-delà du Cantal ! Ainsi a-t-il été mandaté par le Président Macron à l’accompagner ce printemps lors de son déplacement en Australie. Le plaisir du temps suspendu et de l’infinité de l’espace se ressent dans ce lieu en plein cœur de la nature entre charme médiéval et architecture moderne grâce à l’allée de tilleuls bordant le donjon pour se fondre en un bâtiment d’inspiration contemporaine, en verre, bois, acier oxydé résistant et pierre de lave entouré de larges baies vitrées avec une vue panoramique à couper le souffle.

     

    IntérRestoSV.jpgParcRestoSV2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Informations :

    • L'Hôtel & Restaurant SODADE vient d’être officiellement classé et certifié 4 étoiles par Atout France. Réservation d’une chambre ou/et d’une table : 0033 4 7160 10 23 ou par mail : contact@hotelsodade.com
    • Restaurant Serge Vieira - Le Coffour : contact@sergevieira.com
    • Musée Européen de la Géothermie et du Thermalisme, quartier du Par 5, 15110 Chaudes-Aigues : geothermia@orange.fr
    • La station thermale & thermoludique Caleden : https://www.caleden.com/
    • Office du Tourisme Auvergne Rhône-Alpes : http://fr.auvergnerhonealpes-tourisme.com/

    (suite)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le "Gusto" du Métropole au goût du jour

    Imprimer

    Un peu de soleil d’Italie dans les assiettes au Métropole … La canicule passée, le rembrunissement certain des jours futurs nous fera vite regretter les bienfaits de l’été. Mais c’est ignorer la capacité résiliente à réinventer les couleurs de la belle saison avec des odeurs et des saveurs avec l’amabilité des accords vins et mets italiens divins.  Le célèbre critique Michael Broadbent, n'affirme-t-il pas que boire du bon vin, avec de la bonne nourriture, en bonne compagnie, est l'un des plaisirs les plus civilisés de la vie ?

     

    Metro1.jpg

    Habiter ou visiter une ville induit la découverte de la gastronomie. Et Genève n'échappe pas à la règle.

    Où cela se passe-t-il ? Le palace 5* de 1854 à l’architecture resplendissante tant extérieure qu’intérieure, qui ne crie pas son insolente splendeur - le seul sur la rive gauche de la cité de Calvin - offrant une des plus belles vues d’un côté sur le Lac Léman et de l’autre sur la Cathédrale St-Pierre, cache un joyau bien-nommé « GUSTO » pour tout voyageur qui s’arrête à la ville du bout du lac aussi bien que pour tout résident désirant se restaurer à un prix très abordable après le shopping du jeudi soir, quand la fermeture des magasins fixée à 21 heures permet de prolonger une journée bien remplie en une soirée rayonnante.

    Metro3.jpg

    Le Chef étoilé Alessandro Cattana aux commandes depuis septembre 2017 y décline les pâtes faites maison sous une forme rustico-raffinée avec un luxe de sophistications selon la règle d’or de la tradition italienne, selon son inspiration du moment. Il tient à faire connaître la nouvelle formule qu’il vient de lancer, appliquée le jeudi soir exclusivement : un instant exquis autour d’un trio de pâtes aux couleurs de la péninsule et d’un verre de vin pour la modique somme de 39.-- frs dans une ambiance cosy.

    Metro2.jpg

    Ayant animé les plus grandes maisons telles que La Pergola à Rome, sa ville natale, l’Hôtel Villa Serbellon à Côme, l’Ivy à Rotterdam, Le Petit Nice à Marseille, le gastronome est ravi de cette opportunité que lui offre Genève dans ce gigantesque hôtel jouissant d’une valeur patrimoniale assumée qui a vu défiler Richard Wagner, Hector Berlioz, le roi Edouard VII. Son caractère international le séduit, les défis nombreux mais excitants exigent une remise en question perpétuelle ; son souhait est de pouvoir fidéliser une clientèle. Nul doute que  le fameux trio - avec ce goût de reviens-y - saura convaincre par les pupilles et les papilles des gourmets à la recherche d’expériences culinaires transalpines disruptives !

    Metro4.jpg

    Informations pratiques :

    Hôtel Métropole

    34, Quai Général Guisan

    1204 Genève

    Réservations au GUSTO : 022 318 34 63 ou gusto@metropole.ch

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Teranga à l'honneur au Festival des cultures africaines

    Imprimer

    L'été bat son plein. Les alertes canicule n'y feront rien. Les festivals continueront à faire le bonheur de tous. Les cultures africaines sont célébrées pour une 13ème fois à la Cinémathèque suisse, au Casino de Montbenon de Lausanne, du 23 au 26 août 2018.le thème de la Teranga (accueil, hospitalité en wolof) y sera à l'honneur.

    Dans l'imaginaire collectif, le nomadisme semble caractériser les peuples africains. Le rassemblement ethnique d'un pays à l'autre contribue à cet essor depuis des lustres. L'art de la Teranga y sera scrutée à partir des points de vue culturel, social et artistique ainsi que politique grâce à des supports divers : photographies, films et musiques. Ils traduisent chacun à sa manière la volonté de partage en invitant à des voyages réels ou fictifs.

    Ce 18 juillet, le centenaire de la naissance de Nelson Mandela a été fêté un peu partout. Bel hommage à ce grand homme qui a mis fin à l'apartheid, un des pires régimes politiques constitués, par son exemple.

    IMG_0186.jpg

    COMMUNIQUE : "La 13e édition accueille un panorama des cinémas africains contemporains, une rétrospective consacrée à la lutte anti-apartheid, un hommage à Idrissa Ouédraogo, un focus sur le Soudan, une exposition du photographe Osborne Macharia, des courts métrages en réalité virtuelle 360°, une carte blanche aux Rencontres Cinématographiques de Bejaïa (Algérie), un concert du sextet éthio-jazz Arat Kilo accompagné de la diva malienne Mamani Keïta et du rappeur slammeur américain Mike Ladd, une table ronde Littérature et cinéma, une soirée DJ, un café-rencontre, des débats et des délices culinaires.

    La cérémonie d’ouverture en présence des autorités et des invités sera suivie par la projection en avant-première suisse du film RAFIKI de la réalisatrice kenyane Wanuri Kahiu, en présence de l’actrice Samantha Mugatsia. Sélectionné au dernier Festival de Cannes ce film est interdit au Kenya.

    La section Panorama constitue le cœur du programme avec une sélection de 44 films en provenance de 25 pays d’Afrique. Elle offre une vision large de la production récente afin de mettre en lumière la diversité de la cinématographie africaine et de permettre au public de découvrir des films rares. Parmi les films sélectionnés, de belles découvertes encore inédites: MAKI’LA de Machérie Ekwa Bahango (RDC),  FIVE FINGERS FOR MARSEILLES de Michael Matthews (Afrique du Sud), MABATA BATA de Sol de Carvalho (Mozambique) en avant-première européenne, HOUSE IN THE FIELDS de Tala Hadid (Maroc), SHEIKH JACKSON de Amr Salama (Egypte), BOXING LIBREVILLE d’Amédée Pacôme Nkoulou (Gabon) ou encore LA BATAILLE D’ALGER, UN FILM DANS L’HISTOIRE de Malek Bensmaïl (Algérie). Deux co-productions suisses primées sont également à l'affiche, notamment le court métrage IMFURA de Samuel Ishimwe (Rwanda) - film de diplôme Bachelor 2017 à la HEAD Genève - qui a remporté l'Ours d'Argent du meilleur court métrage à Berlin.

    Un focus dédié au Soudan met en valeur une cinématographie largement méconnue et dévoile une jeune génération de cinéastes qui s'engage pour faire vivre le cinéma dans leur pays. Sont projetés les courts métrages IMAN de Mia Bittar, VEGANIZE IT de Khalid Salim et NYERKUK de Mohammed Kordofani. Un montage d’extraits de film d’archives rendra hommage au légendaire cinéaste GADALLA JUBARA qui a ouvert le premier studio de cinéma privé à Khartoum dans les années septante."

    20180119_122839.jpg



     

    Lien permanent 2 commentaires
  • Découvertes en immersion dans l'AIN

    Imprimer

    De par sa situation géographique et son histoire patrimoniale, l’Ain est un lieu de passage marqué par des événements qui ont fait date recensés dans les richesses naturelles, la gastronomie et les biens culturels à visiter absolument.

    Outre la récente réouverture du Château de Voltaire à Ferney suite à une importante rénovation, ce département aux confins de la Suisse, un bastion industriel singulier se dévoile au gré des parcours pédestres possibles d’effectuer à perte de vue le long de la Valserine : le Barrage de Génissiat. Véritable fleuron de savoir-faire en matière énergétique, il se présente comme le 1er producteur d’électricité entièrement renouvelable en France. Géré par la Compagnie nationale du Rhône, le surnommé « Niagara Français » offre une visite guidée riche en (r)enseignements, pédagogique et interactive où il sera répondu à toutes les questions sur sa fabrication et son évolution depuis ses 60 ans d’existence. L’aventure du Rhône y est contée à tout promeneur curieux de 7 à 77 ans dans les moindres détails mêlant histoire, art et technologie hydraulique.

    24 Barrage de Génissiat.jpg29 Barrage de Génissiat.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Se balader en suivant la Valserine vous fera oublier tous vos soucis. Et bien plus! Le site naturel dessiné par des canyons, des fissures et des marmites de géant regorge d'haltes désaltérantes telles que Le Sorgia (signifiant étymologiquement source) animé par Alexandre Marc « Maître Restaurateur » dont les mets traditionnels composés de produits locaux et de saison.

    À quelques kilomètres de là, Divonne-les-Bains qu’on croit trop aisément connaître grâce à sa réputation qui n’est plus à faire, notamment pour sa célèbre station thermale façonnée par les vertus uniques de ses eaux, saura encore enchanter par l’immense verdoyant parc alentour. Entre le pied du Jura et le Lac Léman, la ville se confond en toute sérénité avec le milieu naturel, en sous-bois ou en bordure de champs et sur des sentiers balisés invitants. C'est avec impatience qu'on attend une nouvelle marque d'eau d'ici quelques mois découlant des sources de cette ville immergée et qui en portera le nom ...

     Divonne-Source.jpg

     

    20 Divonne - source.jpg17 Divonne - source.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Un nouveau complexe pour les arts de la scène est né

    Imprimer

    La ville du bout du lac peut s’enorgueillir de lever le voile sur un nouveau lieu dédié aux arts de la scène concocté durant deux ans dans les moindres détails usuels. Initié grâce à un généreux don du Casino de Meyrin à hauteur de près de 8 millions de francs suisses, le nouvel écrin culturel est érigé selon les codes écologiques, économiques, artistiques, juridiques et politiques en vigueur.

    Inauguré en grandes pompes le 24 mai, sous le haut patronage de l’édile Nathalie Leuenberger (élue à l’exécutif meyrinois en charge des affaires culturelles et présidente du conseil de fondation de la Fondation Meyrinoise du Casino), ce projet sorti des nimbes a pour mission principale de répondre à un manque cuisant d’infrastructure pour la création artistique, la préparation des spectacles, les répétitions nécessaires dans un cadre technologiquement congruent et un lieu de vie adéquat, d’où l’aménagement d’une cuisine, de douches, bureaux, d’une pièce où se reposer allongé.

    Cette longue attente des milieux des arts de la scène est enfin satisfaite par cet élégant bâtiment en bois, démontable et déplaçable, érigé sur 3 niveaux et demi d’une surface de 1500 m2, avec deux majestueuses salles polyvalentes respectivement de 277 m2 et 230 m2, correspondant aux exigences acoustiques élevées propres aux actions déployées. Selon l’architecte Christian Dupraz qui a réalisé la Maison des Compagnies pour la commune de Meyrin, le pavillon revêt des qualités importantes du point de vue de la circulation de la lumière du jour par de grandes baies vitrées qui rythment les instants animant le lieu. Bien que rien ne présageait de la réussite d’un tel plan à cet endroit là, de sa conception idéale à sa concrétisation matérielle, vu sa position naturelle à proximité de l’aéroport de Cointrin, au sein d’une zone réputée industrielle et bruyante, en dehors de la présence d’arbres fruitiers et du fameux Vivarium tous proches, l’expérience de silence propice à la méditation et à la contemplation en étonne plus d'un ...

    En se dotant de cette nouvelle fabrique de spectacles, unique et originale, Meyrin se distingue encore par son dynamisme dû à son caractère cosmopolite et battant. Les deux compagnies de théâtre résidentes peuvent se réjouir de ce confort multidimensionnel à toute épreuve, l’idée étant de séparer de manière intelligente et efficiente le lieu de répétition et de production.

    D’ici quelques jours, mercredi 13 juin à 20 h, sera présenté le programme de la saison 2018-2019, au Théâtre Forum Meyrin.

    MdC_facade_copyright Laura Keller pour CDupraz architecte.jpg

    Photo façade: ©Laura Keller pour C.Dupraz architectes

    Lien permanent 0 commentaire