jeudi, 26 mai 2016

La réforme de l'orthographe (enfin) enterrée

 

10:05 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

mardi, 26 avril 2016

La Tunisie, hôte d'honneur du Salon du Livre de Genève (27 avril-1er mai 2016).

Le Quartet du Dialogue National tunisien était à Genève du 20 au 22 avril. Le pays qui a réussi le mieux sa transition a force d'exemplarité. Et c'est un bienfait pour la région ainsi que pour le reste du monde. La Tunisie a suscité beaucoup de mobilisation au lendemain du changement de régime survenu comme une météore. La 13063015_10153556162498008_3480083687107282167_o.jpgrévolution de jasmin ne s'est évidemment pas déroulée sans douleur; des assassinats politiques, des risques d'une nouvelle constitution qui aurait fait fi des avancées du bourguibisme, la formation d'un bastion de djihadistes, une croissance difficile à décoller, les blessures profondes causées par une série d'attentats innommables. Mais le génie tunisien a su surmonter ces énormes défis qui l'attendaient dans sa reconstruction. Entraînant un vent de sympathie, elle a bénéficié de l'aide d'états amis pour son développement que pour les bons offices dans le domaine politique. Son mérite couronné par le Prix Nobel de la Paix 2015 en fait un modèle à suivre. Joli hasard : la Norvège a décidé d'attribuer cette distinction des plus prestigieuses et a déposé en mars une résolution en faveur de la protection des défenseurs des droits humains (notamment économiques, sociaux, culturels). C'est la société civile qui est valorisée pour son apport considérable en la matière.

Cette année, le Salon du Livre de Genève a choisi ce pays francophone comme hôte d'honneur. Un hommage appuyé au poète disparu récemment - Mohamed Sghaier Ouled Ahmed - s'impose ici; le poète, à Genève le 17 novembre, aurait certainement aimé être de la partie.

12239619_809822395793877_6799040030635086652_n.jpgPoésies tunisiennes !
Belle soirée organisée par l’association Le Pont Genève avec le poète tunisien Mohamed Sghaier Ouled Ahmed. Son excellence Walid Doudech a honoré de sa présence la joute littéraire. Ses poèmes expriment les années noires de son pays natal, le désenchantement autant que l’esprit de révolte épris de liberté d’une époque. Préfiguration du thème platonicien de la disparition du poète de la cité et de sa nécessaire habilitation, son art tend tout entier à reconstruire un nouveau monde après les années de plomb. ©Micheline Pace agence 7ex

"Que la Tunisie ait choisi, comme fil conducteur, la thématique « Révélations de la révolution tunisienne » témoigne de son désir de se démarquer des visions folkloriques mystificatrices, longtemps alimentées et véhiculées par la propagande touristique. Ce pays ne veut plus être constamment réduit aux images splendides de ses plages, ni à son climat revigorant, et encore moins à quelques sites célèbres ; il vaut certainement davantage que ces stéréotypes. La Tunisie avait entamé, depuis des siècles, les temps modernes et vit une modernité en étroit dialogue avec son immense héritage. Le célèbre musée du Bardo ne représente à ce propos qu’un échantillon de ce patrimoine, car dans chaque ville tunisienne gisent des mémoires millénaires, dont l’éclat montre que l’homme tunisien de jadis était et demeure farouchement libre et qu’il était et restera toujours un agent de la paix perpétuelle.

Durant sa participation à la 30e édition du Salon du livre et de la presse, la Tunisie célèbrera son 160e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, le prix Nobel de la paix et la mémoire de Tahar Hadded, ce penseur qui a obstinément soutenu aussi bien la liberté des femmes que la justice sociale. Quant à la révolution tunisienne, elle a appelé son peuple, et l’a même poussé à réexaminer son passé sans l’incriminer, à le recréer, sans le trahir et à le considérer autrement, afin de le révéler sous une autre lumière. Ainsi, la présentation de ses plats et gâteaux, de ses vins et huiles ne sera point séparée de sa mémoire culinaire, puisqu’à la base de chaque table, on vénère quotidiennement la trilogie de l’antiquité : le blé, l’olivier et la vigne. L’exposition des photos de la Révolution, des affiches de films tunisiens, des mosaïques et des tableaux de peinture sera sûrement fidèle à cette mémoire visuelle, régulièrement renouvelée par un regard, tantôt émerveillé, tantôt inquiet, mais toujours vigilant et bien attaché à une réalité étonnement changeante.

Ce regard est en effet traduit de multiples manières : d’abord par l’écriture d’une nouvelle constitution, puis par une littérature qui ne cesse de se chercher en suivant de nouvelles voies de création, et enfin par la presse, laquelle, sous ses différentes formes, a su donner à la liberté d’expression une tonalité neuve et réellement bouleversante. Sans l’ombre d’un doute, le Salon du livre et de la presse de Genève représente pour les intellectuels de ce pays, pour ses écrivains et écrivaines, pour ses artistes et ses journalistes, une belle invitation à partager avec le très estimable public du salon les révélations d’une inépuisable révolution." (Texte du site du Salon du Livre)

 

IMG_0061.jpg

Prix-Nobel-de-la-Paix.jpg

 

IMG_0071.jpg

IMG_0043.jpg

IMG_0047.jpg

07:54 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

mercredi, 23 mars 2016

Le coeur de l'Europe plongé en enfer sans blague belge

 

940930_10209390791793695_3444159523243321787_n.jpgEn cette semaine de la francophonie, le centre névralgique des institutions européennes est en deuil de la manière la plus cruelle, à l'aube d'un beau jour de printemps ... Quatre jours après la fracassante arrestation de l’homme le plus recherché d’Europe, Salah Abdeslam, quatre mois après les attentats de Paris le vendredi 13 novembre où était célébrée la journée internationale de la gentillesse, vient en écho la tragédie de la capitale belge.

On crie à l'incompréhension comme si l'on découvrait le monde ... Peu de choses ont été prises en compte malgré les prémices de cette nouvelle guerre qui nous est livrée depuis 2012, empêchant ainsi la recherche de solution par manque de sens des responsabilités. Le côté saugrenu – et le mot est faible – des mobiles poussant à de tels actes de barbarie inqualifiables a entraîné une lâcheté et une volonté de ne pas (sa)voir.

C’est toute l’Europe qui est frappée au cœur. Siège de l’UE, Bruxelles devenue le théâtre des pires horreurs, mettra beaucoup de temps pour redevenir une société inclusive et résiliente. On ne tue pas des symboles mais des hommes.

Des questions d'après-coup se posent naturellement - il eût fallu les traiter avant - alors qu'une prise en charge CeJiXExWwAE2vyi.jpg sérieuse de ces signes avant-coureurs. Parmi les prémices, on relèvera les discours djihadistes - prévoyant immanquablement les comportements en conséquence - dont l'intention est d'alimenter la haine, et par conséquent à s'adonner à une guerre sans merci. Nulle intention est de faire ici le procès de ces manquements mais de recentrer l'importance de l'analyse des données, et surtout de compatir avec le peuple du pays plat. La technologie ne peut faire sans un cerveau humain qui les interprète.

La consternante polysémie avec laquelle jouent les terroristes, les références à une ère post-colonialiste, l’effet boomrang des anciennes croisades ainsi que les turqueries de certains commentateurs dont la mal-aisée rhétorique sur le multiculturalisme a tracé la piste du communautarisme, laissant peu de place à une prise des responsabilités qui s’imposent naturellement et logiquement, le piège de la preuve dans lequel tombent trop souvent certains magistrats face aux manipulations des forçats.

12717969_157001584691772_7361543612858091779_n.jpgLa cacophonie ambiante qui eu pour résultat de ne pas vouloir nommer les choses, à temps, a laissé le terrain à la folie furieuse motivée par les "critiques des valeurs occidentales", telles que l'hédonisme comme finalité, une égalité en droit entre tous les citoyens où les djihadistes perçoivent l'expression d'une déchéance de toute une civilisation, une économie libre engendrant un chaos sans fin. Il n'est pas inutile aussi de rappeler à ce stade que ces discours ont été aidés par certains pseudo-droitsdelhommistes appelant à la haine de l'occident et des slogans sur la place publique qui ne veulent rien dire du genre "l'idéologie dominante doit être renversée au nom du simple réalisme économique et de l'indispensable espoir" ou encore "Le redressement dans la justice, c'est une bonne formule (...) C'est mieux que l'effondrement dans l'arbitraire". Le jour d'après, il nous reste à nous mobiliser au mouvement de solidarité avec le pays de Tintin, de la bière, de la frite et de la blague.

14:13 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

vendredi, 04 mars 2016

Une nouvelle entreprise, c'est toujours un miracle

 « Pour accomplir de grandes choses, il ne suffit pas uniquement d’agir, mais aussi de rêver;  pas seulement de planifier mais aussi d’y croire », affirmait Anatole France. Au Centre-Ville de Genève, une nouvelle entreprise vient de s'installer dont le dessein est de faire du bien. Harmonie prodigue des soins adaptés pour le corps et l'âme qui vous feront sentir vivant, détendu et dynamisé.

 

 

image001.jpgLES MASSAGES ENERGETIQUES ou l'art du massage ancestral procurant Equilibre, Harmonie et Bien-être !

Ils réduisent efficacement les tensions musculaires tout en favorisant une meilleure circulation. Ses bienfaits permettent aussi de ressourcer l'organisme et d'évacuer le stress de façon efficace et durable.

 

  • Massage QUARTET, pieds et mains :

Séance de 20 minutes - CHF 35.-

 

  • Massage MENUET, complet harmonisant :

Séance de 30 minutes - CHF 50.-

 

  • Massage ADAGIO, complet relaxant et équilibrant :

Séance de 40 minutes - CHF 65.-

 

  • Massage SYMPHONIE, complet harmonisant et vitalisant :

Séance de 50 minutes - CHF 80.-

 

image006.jpgLES MASSAGES ENERGETIQUES EN ENTREPRISE procurent rapidement un effet déstressant, un équilibre et par conséquent une vitalité physique et mentale renouvelée.

L’objectif atteint est ...

 

- un dynamisme accru

- une diminution notable et rapide des troubles musculo-squelettiques (TMS)

- une stimulation de la concentration et de la productivité au travail

- une prévention contre les états d'épuisement et de dépression

 

  • Séance de 20 minutes- CHF 40.-

image003.jpg

 Aloe & Harmonie

CENTRE MARIPOSA

Rue du Vieux-Collège 3, 1204 Genève

2ème étage

Tél. 022 349 59 46

E-mail : info@aloe-harmonie.ch

http://www.aloe-harmonie.ch/index.html

10:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

lundi, 22 février 2016

Billet d'humour de Jean D'ORMESSON ... en hommage à la langue française

 

UNE PERLE DE JEAN D'ORMESSON :

"Myope comme une taupe"
"Rusé comme un renard"
"Serrés comme des sardines"...
Les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.

La preuve:

Que vous soyez fier comme un coq
Fort comme un bœuf
Têtu comme un âne
Malin comme un singe
Ou simplement un chaud lapin
Vous êtes tous, un jour ou l'autre
Devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche
Vous arrivez à votre premier rendez-vous
Fier comme un paon
Et frais comme un gardon
Et là ... Pas un chat !
Vous faites le pied de grue
Vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin
Il y a anguille sous roche
Et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard
La tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon
Vous l'a certifié
Cette poule a du chien
Une vraie panthère !
C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour
Mais tout de même, elle vous traite comme un chien
Vous êtes prêt à gueuler comme un putois
Quand finalement la fine mouche arrive
Bon, vous vous dites que dix minutes de retard
Il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard
Sauf que la fameuse souris
Malgré son cou de cygne et sa crinière de lion
Est en fait aussi plate qu'une limande
Myope comme une taupe
Elle souffle comme un phoque
Et rit comme une baleine
Une vraie peau de vache, quoi !
Et vous, vous êtes fait comme un rat
Vous roulez des yeux de merlan frit
Vous êtes rouge comme une écrevisse
Mais vous restez muet comme une carpe
Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez
Mais vous sautez du coq à l'âne
Et finissez par noyer le poisson
Vous avez le cafard
L'envie vous prend de pleurer comme un veau
(ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon)
Vous finissez par prendre le taureau par les cornes
Et vous inventer une fièvre de cheval
Qui vous permet de filer comme un lièvre
C'est pas que vous êtes une poule mouillée
Vous ne voulez pas être le dindon de la farce
Vous avez beau être doux comme un agneau
Sous vos airs d'ours mal léché
Faut pas vous prendre pour un pigeon
Car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie
Et puis, ç'aurait servi à quoi
De se regarder comme des chiens de faïence
Après tout, revenons à nos moutons
Vous avez maintenant une faim de loup
L'envie de dormir comme un loir
Et surtout vous avez d'autres chats à fouetter.

 

11:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

samedi, 20 février 2016

Cybersécurité - Forum de Münich

 

L’avènement du numérique a changé nos vie et notre relation au monde. Cette vérité de la Palissade ne cesse néanmoins de soulever des questions de natures diverses. La nécessité de relever les défis s’impose comme une évidence. Il reste à en déterminer les modalités. Jouer la montre ne sert pas à grand’chose. La recherche de solutions concrètes et pragmatiques se fait ressentir de manière claire afin de cesser de se voiler la face ou de se défausser en se refilant la patate chaude indéfiniment.

guillaumesaouli3.jpgUn forum s’est tenu à Münich pour discuter de cette question fondamentale. Guillaume Saouli, co-président du parti pirate suisse s’y est rendu. Il livre ici quelques réflexions, pistes et résolutions possibles pour garantir une protection maximale des données. Il s’étonne notamment du peu d’intérêt porté aux risques encourus par des attaques cyberrisques en filigrane du rapport de l’OFEN – Feuille de route suisse pour un réseau intelligent – à ne pas sous-estimer au niveau des technologies de production d’énergie. Ainsi, en appelle-t-il à une véritable méthodologie d’évaluation des risques pour ne pas avoir des aberrations dans les résultats, à financer des compétences de cybersécurité industriel capables d’assister les PMEs dans le domaine de la prévention, l’aide lorsque surviennent des incidents majeurs aux infrastructures problématiques dont la mise en cause de la survie de l’entreprise est engrangée et contraindre les opérateurs d’infrastructures critiques à publier les incidents de cybersécurité les mettant en danger comme c’est déjà la cas pour les installations nucléaires.

Il s’étonne en effet que « La sécurité des données des clients est certes importante mais elle évolue au rythme des applications web mises à disposition. Mais est-ce là vraiment l'enjeux de la sécurité des TICs dans un réseau intelligent, où n'est-ce point un signe révélateur de l'incompréhension fondamentale des priorités en terme de sécurité informatique? À quoi sert la sécurité d'une belle interface client, quand le réseau électrique, aussi intelligent soit-il n'est plus en mesure de fonctionner, car détruit par des cyberattaques? »

Il en appelle à une prise en compte réelle des risques liés aux TIC, et aux ICS, et non pas d'effectuer un exercice alibi où les facteurs liés à la cybersécurité sont mis à 0. Un blackout d'un réseau électrique intelligent lié à des attaques de type ICS ce n'est pas 1 jour d'indisponibilité d'une chaine TV, ou 2 jours le service en ligne de PostFinance connait des "problèmes techniques", selon le RNS c'est plus de 2 mois d’indisponibilité ! Nécessité est de rappeler qu’une société numérique ne survivre que 7 jours sans électricité au vu de la transversalité des ICS, utilisés sans exception dans l’ensemble des infrastructures critiques (eau, gaz, électricité nucléaire autant qu’hydraulique, équipements ferroviaires).

19:52 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

vendredi, 12 février 2016

Quand l'ognon n'est pas le seul à faire pleurer ... Réforme de l'ortografe : et puis, quoi encore?

 

Ognon, nénufar, s’entrainer, maitresse, cout, paraitre, weekend, millepattes, portemonnaie, des après-midis … L’onde de choc provoquée à l’annonce de la réforme de l’orthographe ne tarira pas. Quelque 24000 mots sont visés par le changement. Considérées jusqu’ici comme des recommandations, les propositions faites en 1990 s’habilleront d’un nouveau statut, avec une force contraignante. Les nouvelles règles s’appliqueront, et ce dès la rentrée prochaine.

reforme-orthographe-francaise-accent-circonflexe-5.jpgDans le délire de simplification, jointe au « principe » de rationalisation et d’efficacité, le ph prendra la forme de f, en faisant fi de l’histoire étymologique et de la culture grecque ressuscitée à la Renaissance après une longue léthargie, juste avant la codification de la langue française, au XVIIe, les accents circonflexes disparaîtront au profit de la simple lettre chapeautée ainsi sauf en cas de modification de sens (mur et mûr ou jeune et jeûne, qu’il fût et il fut, par exemple), les traits d’unions en voie de disparition par le poids de l’usage ne seront plus obligatoires : sans sombrer dans une nostalgie stupide (souvent prise en prétexte pour évincer les sigles), souvenons-nous tout de même que le circonflexe remplaça en français le s avant consonne là où il apparaissait dans d'autres langues romanes : forêt pour forest, pâte au lieu de pasta.

Est-ce qu’elle concerne toute la francophonie ? À cette question ubuesque, nul ne répond clairement. On assiste à une bataille rangée entre les conservateurs et les révolutionnaires de l’orthographe digne de celle des Anciens et des Modernes autour d’Hernani.

Faire coexister deux états de langue constitue un problème de taille … Appréhender le sens d’un discours passe évidemment par l’étude de la grammaire. À une époque où des employeurs sanctionnent des candidats maîtrisant mal la langue et parfois lorsqu’ils la manient si bien qu’ils sont considérés comme pédants, où se trouvera le curseur ?

Heureusement, il y en a qui en rient déjà au lendemain de cette annonce ...

12654577_10208977095284818_7955035653417517372_n.jpg

09:58 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

mardi, 26 janvier 2016

On saura tout sur le blason. Les mots et les armes : Voyage au cœur de la « langue héraldique » le 28 janvier à l’ING

 


Tout est signe. Même le non-verbal. Le blason parle avec ses figures, sa polychromie, mais aussi avec ses mots à la fois obscurs et incantatoires. Cette « langue » des armoiries résonne d’une voix propre, déroutante au premier abord. Qu’on ne se laisse pas se décourager. Son vocabulaire initiatique, empreint de poésie, qui a séduit tant de grands poètes et écrivains, nous éblouira pour peu qu’on y prête une attention curieuse. Exemples à l’appui, on entreprendra ce voyage au cœur du langage héraldique en dévoilant ses multiples ramifications.

L’héraldique est un système qui s'est développé au Moyen Âge dans toute l'Europe, comme une doctrine cohérente d'identification des personnes, des lignées, des collectivités humaines, vouée principalement à les louer ou à les vitupérer. À une époque où régnait l’analphabétisme, le blason avait originellement pour fonction de se donner immédiatement, il se donnait familièrement à lire du premier coup d’œil à l’instar des signaux routiers d’aujourd’hui. User de cette symbolique, signifierait-il « se sentir appartenir à une communauté de destin, qui se passerait de tout délire interprétatif ou du double sens » ?

Derrière la magie des formes et des couleurs, langue et armoirie intimement liées façonnent de toutes les manières notre univers culturel.

Basé sur son livre Armorial, Dictionnaire fabuleux de l’Héraldique, le politologue Jorge de Oliveira e Sousa en dialogue avec le psychologue Léo Barblan vous invitent à découvrir ce jardin linguistique plein d’agréables surprises organisé par le Club de la Grammaire le jeudi 28 janvier 2016 à 18 h 30 dans les murs de l’Institut National Genevois (Promenade du Pin 1 – 1204 Genève). L’entrée est libre.

héraldique.png

 

 

09:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

mercredi, 06 janvier 2016

Fable de l’homme riche qui voulut faire découvrir la pauvreté à son fils


Un jour, aux États-Unis, un père très riche décide d’emmener son fils passer quelques jours avec une famille très pauvre dans une ferme à l’autre bout du pays, pour qu’il se rende compte de la chance qu’il a d’être né dans un milieu aisé.

Au retour, le père demande à son fils comment il a trouvé le voyage. « C’était super, papa », répond le fils. « Tu as vu comment les gens peuvent être pauvres ? » demande le père. « Oh oui », dit l’enfant.
« Alors, que retiens-tu de ce voyage? », interroge le père avec assurance. Voici la réponse du fils :
« J’ai vu que nous avons un chien et qu’ils en ont quatre. Nous avons une piscine qui arrive au milieu de notre jardin et ils ont un ruisseau qui n’a pas de fin. Nous avons des lanternes dans notre jardin et ils ont les étoiles.
Notre terrasse s’arrête à la cour avant et ils ont tout l’horizon. Nous avons un petit morceau de terre pour vivre et ils ont des champs qui vont au-delà de notre vue.
Nous avons des gens qui nous servent, mais eux servent aux autres.
Nous achetons notre nourriture, tandis qu’ils font pousser la leur. Nous avons des murs autour de notre propriété pour nous protéger, ils ont des amis pour les protéger. »

Le père resta sans voix, et le fils ajouta : «Ce voyage m’a montré à quel point nous sommes pauvres.»

(auteur anonyme)

partagerichesses.jpg

12:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 30 décembre 2015

Bonne année 2016 : dites-le en chocolat! L'aventure de Choco emotionS

« Aimez le chocolat à fond, sans complexe ni fausse honte, car rappelez-vous : « sans un grain de folie, il n’est point d’homme raisonnable », conseillait l’homme d’esprit François de La Rochefoucauld, expert en l’art de sonder les cœurs et reins de ses congénères. Les fêtes de fin d’année et du passage au nouvel an s’illustrent souvent par des spécialités chocolat, sous toutes ses formes, désignées par des noms et des aspects aussi surprenants les uns que les autres. Pour les fous du chocolat, une entreprise sied à cette tradition tout en innovant. Choco emotionS a réussi le pari pascalien.

5938-2.jpg

L’entrepreneure Catherine Margueron a fait de sa passion un métier. Les émotions ressenties durant son enfance dans sa Neuchâtel natale aux alentours des célèbres fabriques de Philippe Suchard ont imprimé en elle le goût du chocolat par les odeurs de cacao inhalées … Le « S » majuscule dans le titre provient justement au Maître fondateur Suchard.

La création est son maître mot. Avec le Maître Chocolatier Jean-Baptiste Jolliet, ce lieu mythique vous emmène en voyage qui régale tant les yeux que les papilles, retraçant le parcours de son origine à son produit final.

5901-2.jpg

Choco emotionS s’avère être un lieu de rencontre autour du chocolat : un lieu d’exposition et documentaire sur le périple de Philippe Suchard avec les fameuses affiches qui ont fait le tour du monde ; l’entreprise propose des ateliers sur différents thèmes pour apprendre à faire du chocolat en s’amusant et en abusant. Les brunchs CHOUCHAR sont plébiscités; les enfants sont invités à y célébrer leur anniversaire avec des formules tout en chocolat ; un salon de chocolat qui se décline parfois aussi avec la dégustation de … vin; un point de vente qui ne cesse de se réinventer: http://www.leshop-equitable.ch/.

5977-2.jpg

« Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde, à travers le sourire des femmes, trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant de leur bouche ! », s’exclamait Anthelme Brillat-Savarin. Sise à Serrières, fief de Philippe Suchard, à deux pas du fameux minaret d'or érigé au sommet de sa maison, à son époque, marquée par l'orientalisme et les turqueries, l'entreprise Choco emotionS se fera le plaisir de satisfaire vos demandes les plus originales tout au long de l'année (rue de Tivoli 7 - 2000 Neuchâtel - +41 (0) 79 818 15 64 - CONTACT@CHOCO-EMOTIONS.CH) ... En attendant le coup de minuit qui nous fera basculer 2016, des horloges du Nouvel-An et autres bûches vous attendent.

5912-2.jpg

12:43 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook