UA-105021232-1

mercredi, 16 août 2017

Le 12e Festival cinémas d'Afrique

"Le 12e Festival cinémas d'Afrique - Lausanne s'ouvre jeudi 17 août à 20h30 avec la projection du film WALLAY de Berni Goldblat, cinéaste helvético-burkinabé récemment applaudi au Festival de Cannes. Ce film sur la richesse du métissage a fait le tour du monde des festivals et séduit par sa fraîcheur et son universalité. Une belle soirée d'ouverture en perspective en présence des invités en provenance d'Afrique ainsi que des autorités.  Durant quatre jours le Festival fêtera la richesse et la diversité des cultures africaines au coeur de l’été lausannois.

Du 17 au 20 août 2017, le Festival cinémas d’Afrique permet de découvrir la richesse et la diversité de la production cinématographique sur le continent africain et invite à la découverte, à l’évasion et à la réflexion au cœur de l’été lausannois.

Le Festival présente un continent en évolution, loin des stéréotypes, à travers une sélection de plus de 60 films, fictions et documentaires, courts et longs métrages qui seront projetés durant quatre jours à la Cinémathèque suisse et au Casino de Montbenon. Le soir, des séances gratuites auront lieu au Théâtre de verdure, sur l’Esplanade.

Cette année, sur le thème RENCONTRE, le Festival propose notamment un focus sur la nouvelle génération des réalisateurs mauritaniens, une carte blanche au Festival Visions du Réel avec des documentaires sud-africains et, en collaboration avec la Cinémathèque suisse, une rétrospective de films primés dans les festivals internationaux.

Le public pourra également découvrir l’univers du photographe émergent Siaka Soppo Traoré qui a fait de la culture urbaine son terrain d’exploration. Originaire du Burkina Faso, l’artiste présente une série de photographies intitulée SUNU STREET qui seront exposées au Casino de Montbenon et à l’extérieur. 

Le week-end sera rythmé par le concert du groupe de musique FANGA, pionnier de l’afrobeat en France. En convoquant l’électronique comme l’analogique, FANGA invente une musique organique et moderne, tonique et puissante !  Un concert gratuit, vendredi soir sous le chapiteau à ne pas manquer. Et pour terminer en musique samedi soir, les platines d’ANNABA & SOUL KOFFI fusionneront pour une soirée haute en couleurs. Une rencontre musicale qui transportera les festivaliers."

 
 

dsc_1105.jpg

14:35 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

mercredi, 09 août 2017

Le monde merveilleux de la novlangue commerciale

Le temps des soldes s'estompe. Les "SALE" qui salissent nos murs disparaissent petit à petit. L'usage du monde s'accompagne toujours de quelques surprises langagières. Voici quelques exemples de la novlangue commerciale extraits de vulgaires modes d'emploi qu'on trouve sur le marché tout au long de l'année :

 

- Sur un savon de la marque DOVE : "Utiliser comme un savon normal" ... Pourriez-vous être plus précis?

- Sur un tiramisu Tesco's : "A consommer avant ... voir ci-dessous" ... et en dessous, juste à côté de la date limite de consommation : "Ne pas retourner". Trop tard!

- Sur un pudding Marks&Spencer : "Le produit sera chaud après avoir été réchauffé"

- Sur un fer ROWENTA : "Ne pas repasser les vêtement à même le corps" ... Pourtant, quel gain de temps!

- Sur somnifère Nytol : "Attention ce produit peut entraîner un état de somnolence" ... Justement, ce n'est pas l'état recherché ?!?

- Sur un sachet de Fritos : "Grand concours, nombreux prix. Gratuit sans obligation d'achat. Détails à l'intérieur du paquet" ... Spécial magie : sortir le règlement sans ouvrir le paquet!

- Sur un sirop pour la toux pour enfants : "Ne pas conduire ou utiliser de machine-outil après absorption" ...Quelle discrimination envers ces pauvres enfants de 5 ans qui conduisent des tracteurs!

- Sur des guirlandes lumineuses de Noël : "Pour usage intérieur et extérieur uniquement ... ???

- Sur un robot de cuisine japonais : "Ne doit pas être utilisé pour un autre usage" ... les Japonais seraient-ils de toutes façons pervers ?

- Sur un paquet de cacahuètes Steinsbury "Avertissement : contient des cacahuètes" ... faut-il y déceler un danger, une information ?

- Sur un paquet de biscuits apéritif American Airlines : "Instructions : 1. Ouvrir un paquet. 2. Manger biscuit" ... pas oublier jeter paquet vide dans poubelle.

- Et la meilleure pour la fin : Sur une tronçonneuse suédoise : "Ne pas essayer d'arrêter la chaîne avec les mains ou les parties génitales" ... Et avec les dents peut-être ?!?

(Cahier de la Grammaire N° 165, printemps 2017)

88103750.jpg

08:13 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

vendredi, 04 août 2017

Les Fêtes de Genève, c'est parti pour 10 jours

L'été commence à s'installer même si on ne sait pas pour combien de temps. La soirée de lancement des Fêtes de Genève sur la mythique Île Rousseau en plein lac a pu bénéficier de la clémence de la conjoncture naturelle agrémentée par la Fanfare du Petit-Saconnex.

FG1.jpg

 Jusqu'au 13 août, Genève sera la scène de toutes les ambiances musicales avec son lot d'activités distrayantes. Pour le programme, cliquer ici.

jet2.jpg

13:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 16 juillet 2017

Vivement le Festival de Verbier

Comme chaque année depuis des lustres, le Festival de Verbier offre son rituel musical à 1500 mètres altitude ...

Du 21 juillet au 6 août 2017, les plus grands musiciens du monde viendront égayer le coeur des Alpes suisses.

Le florilège symphonique se décline selon le principe désormais codifié - y déroger serait sacrilège et source de déception - de la diversité des genres : orchestres de chambre, récitals, concerts lyriques rassembleront les stars et les espoirs.

Pour cette 24ème édition, le spicilège des répertoires sauront à nouveau conquérir le public sensible à ce patrimoine immatériel de l'humanité qu'est la musique sans laquelle vie serait "tout simplement une erreur, une fatigue, un exil", à l'instar de la célèbre formule consacrée nietzschéenne.

 

 

 

Tout le programme de la 24ème édition ici

verbier.jpg

 

 

 

 

 

10:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 02 juillet 2017

Le bonheur au fil de la Sorgue au coeur de la Provence (II)

Des expositions thématiques surprenantes à la Fondation Villa Datris

 new-slide1test2.jpg« Comment la nature s’insurgerait-elle, sinon par la voix du poète ? », interrogeait René Char, natif de l’Isle Sur Sorgue. On pourra rajouter « par la main de tout artiste. Haut lieu voué à la sculpture contemporaine, la Villa Datris ravive l’enchantement du monde depuis 2011, en prise directe avec les éléments de l’environnement naturel avec son jardin sis au bord de la rivière … les lumières du Sud,  le souffle du vent, l’eau vive, la végétation. L’exposition actuelle qui se déroulera jusqu’au 1er novembre présente un florilège de se sculpteurs de renommée internationale venus de partout liés par ce désir de rendre vivant ce qui apparaît comme inerte en le transformant en une œuvre d’art vivante étonnante. Why does Strange fruits always look so sweet de Johan Creten ou All about Happiness de Jayoi Kusama donnent le ton ; source d’inspiration autant que moyen d’expression pour ce qui la relie à l’homme, la nature y est travaillée comme elle est perçue sous toutes ses formes selon les grands mythes : tour à tour dangereuse, nourricière, fascinante, effroyable, prête à l’usage, lointaine, objet de contemplation, prolongement de soi, etc.

Le Château du Marquis de Sade

Qui ne connaît pas le Marquis de Sade ? Du moins, de nom. Qu’on aime ou pas son œuvre, ce grand Saumane.jpgécrivain français aura marqué les imaginaires. Le Château de Saumane, récemment rénové, où le marquis dont la vie dépasse la fiction a vécu durant son enfance sous la tutelle de son oncle abbé vous fera voyager dans le temps. Les 3 étages de la bastide reflètent bien l’univers de l’époque, les centres d’intérêt autour des sciences naturelles. Des éléments de l’ère médiévale bordent ceux de la Renaissance et du Baroque. L’architecture labyrinthique dévoile les passages dérobés et oubliettes, dont la fameuse « cachette » où se seraient déroulées les scènes libertines qui inspireront sûrement le jeune enfant dans ses écrits ultérieurs qui le mèneront à être mis au ban de la société et embastillé par sa belle-famille pour leur caractère qualifié de scandaleux. L’histoire retiendra néanmoins de ce lieu perché en haut d’un piton rocheux comme un rendez-vous des grands du siècle (par exemple, Voltaire et son amante) grâce à une bibliothèque bien fournie. Une belle balade à faire absolument tant pour le panorama de toute beauté qui s’offre sur le Vaucluse que pour son importance patrimoniale !

Comment se rendre et où héberger à l’Isle sur la Sorgue depuis la Suisse

68986520.jpgLe plus commode est de partir en train depuis Genève en passant par Lyon en direction d’Avignon. De tous les mystères dont regorge cette petite ville, il en est un qui se laisse deviner au fond d’une ruelle serpentine à deux pas d’une église où le séjour est divin : la maison d’hôte Artishow. Les beaux volumes de ses 5 chambres avec leurs 4 mètres de hauteur de plafond sauront vous transporter au point de rendre le choix cornélien ; en plus de la suite Max B, les chambres la Mondrian, la Cézanne, la Vasarély, la Prével rappellent toutes quelque chose qui a trait à l’artiste (et son lien avec la Provence) dont le nom a été donné pour les désigner. L’immense salle à manger où un copieux petit déjeuner typique est servi ressemble à s’y méprendre à une presqu’île entourée de la rivière et … d’une piscine somptueuse.  

piscine-ARTISHOW_126.jpg

Renseignements complémentaires

- Office du tourisme : www.oti-delasorgue.fr

- Manufacture Brun de Vian-Tiran : www.brundeviantiran.com

- Hôtel particulier Artishow : www.maisonartishow.com

- Grand Hôtel Henri et son restaurant raffiné avec terrasse : www.grandhotelhenri.com

09:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 27 juin 2017

Le bonheur au fil de la Sorgue au coeur de la Provence (I)

ANIM%20-%20Les%20Temps%20Forts.JPG

L’Isle Sur la Sorgue. Un mot ayant gardé une marque de l’orthographe médiévale (isl au lieu de îl) évoquant sa naissance une époque où elle a pris son envol déployant un trésor de savoir-faire et une richesse naturelle qui ont tissé son histoire patrimoniale. En plein cœur du Vaucluse, ce lieu magique offre un festival de couleurs et de saveurs tout au long de ses canaux avec ce sentiment rare d’être hors du temps. Les amateurs de vins et de la bonne chère, les passionnés de la chine et les collectionneurs avertis à la recherche de la pièce originale seront comblés à jamais.

Capitale des antiquaires

 8 villages d’antiquaires, riches de 25 espaces d’exposition et 350  boutiques, tous plus originaux les villageantiquaire.jpguns que les autres jonchent les bras de la rivière dévoilant chacun un bistrot aux spécialités provençales à l’ombre d’arbres généreux. 2ème lieu de France des antiquités – après Paris – elle constitue une plateforme de haut vol incontournable pour les marchands visionnaires et les amateurs d’art du monde, qui ont fait la réputation internationale depuis la création du premier « îlot »en 1978 sur le Quai des 4 Otages comme en attestent les deux illustres Foires annuelles à Pâques et à la mi-août : des meubles côtoient des tableaux ainsi que des objets d’art, des bijoux et des étoffes de charme rivalisent en attrait, des livres et des disques ravivent une mémoire qu’on croyait néantisée pour toujours. Simples curieux déambulant pour le plaisir des yeux ou professionnels cherchant l’objet exceptionnel peuvent ainsi poursuivre leur rêve le long du cours d’eau tout en faisant une halte pour se rafraîchir dans les innombrables cafés qui jalonnent les rives embrassant des cours intérieures au style italien.

L’empreinte des Italiens

Surnommé aTerre%2520de%2520Culture%2520-%2520Les%2520personnages%2520c.pngussi la Venise comtadine, cet ancien village de pêcheurs initialement construit sur pilotis dans les marécages doit son développement à la présence de l’eau mais aussi aux dizaines de roues à aubes qui l’actionnaient pour assurer une source d’énergie vitale aux entreprises florissantes. L’influence italienne ne fait plus mystère dans ce phénomène exponentiel ... Les Toscans arrivés dans la région ont apporté les métiers manufacturiers autour de la soie, ce près d’un siècle avant Lyon. L’ombre de Pétrarque plane partout où votre regard se porte ; l’un des 3 fondateurs de la langue italienne (aux côtés de Dante et de Boccace) dira de ses 15 années déroulées dans le Vaucluse au 14e s. qu’elle était propice à servir Apollon autant que Bacchus. Officiant pour le compte de la papauté résidant à Avignon à cette époque, l’immortel poète italien plus célèbre pour ses sonnets à Laure - l’équivalent de la Béatrice de Dante - influencera intellectuellement le destin de cette région enchanteresse en fidèle ambassadeur des grandeurs de son pays d’origine, dont même la langue constituera le modèle pour codifier le français au 17e.

Un Monument français : la Manufacture des métiers lainiers Brun de Vian-Tiran et son futur musée qui ouvrira ses portes en 2018

Prière de toucher ! L’injonction pourrait si bien caractériser la découverte de cette maison familiale de

Notre%2520histoire%2520-%2520Brun%2520de%2520Vian%2520Tiran%.jpg

la manufacture autour de la laine et de la transformation des matières précieuses ayant pignon sur rue depuis 1808. Le 1er fabricant de couvertures naturelles en France ne s’arrête pas là … reconnu pour ses articles d’une qualité inimitable à usages divers, il se démarque essentiellement par sa passion des matières naturelles chatoyantes et leurs traitements aussi sophistiqués que techniquement avisés ; couettes, oreillers, surmatelas berceront vos nuits et plaids ou châles ou encore écharpes égayeront vos tenues par leur douceur extrême et leurs coloris purs.

Lcouverture_r_ale_1600x1600.jpg’entreprise se distingue également par le fait qu’elle travaille la noble matière première - trouvée sur les 5 continents - du début à la fin : chaque étape de la fabrication, de la filature à sa confection  englobant le tissage et les apprêts, y est réalisée au même endroit ! De père en fils, Pierre et Jean-Louis Brun, mus par un même amour d’un savoir faire ancestral toujours innové mais jamais égalé, projettent la création d’un nouvel espace de 600 m2 ouvert au public dès avril 2018 flanqué d’une boutique pour raconter l’aventure dans ses moindres détails et faire vivre le métier de lainier dans une optique de transmission du produit de luxe authentique et certifié.

 

 

 

13:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

samedi, 03 juin 2017

La Dôle des Monts fête ses 130 printemps

Le 130e millésime de la Dôle des Monts ne passera pas inaperçu. Le vin tiré du clos défini par un espace limité à la frontière d’une rivière s’est propagé sur les monts alentours de Sion à cheval sur trois siècles sans prendre une ride. Le chef-lieu du Valais, canton réputé au-delà de ses frontières pour son soleil presqu’éternel voit la célébration de ce mythique mariage d’un Pinot et d’un Gamay scellé en 1886 par Edmond Gilliard, fondateur de la Maison éponyme. La saga familiale a fait son œuvre.

Dôle1.jpg

Du 19e au 21e siècle, ce cru habillé de noir ou d’or aura connu moult évolutions autant voulues qu’inattendues au gré des humeurs de la météo et des procédés de vinification de plus en plus sophistiqués marquant l’incessant effort du génie humain pour le rendre aimable de mille manières. Les rêveries libidinales vous transporteront jusqu’à la cuvée 1977 lors de dégustations verticales organisées par Dominique Fornage à la maison-mère en passant du vin noble, racé, aristocratique, harmonieux et avec un caractère affirmé de 1979 au millésime 2001 frappé d’un goût fruité, frais mais néanmoins avec autant d’allure ou encore le grand vin de 1992 très racé, velouté avec des tanins bien confirmés.

Dôle3.jpg

La clé de son succès se mesure aussi grâce aux innombrables points de rencontre : on le trouvera dans de grands restaurants qui affichent la couleur et de grandes centrales d’achat – une dôle sur cinq est une Dôle des Monts, précise le directeur de la Maison Gilliard, Stéphane Maccaud – et le principe « rien n’est dû au hasard » s’applique sans concession à cet assemblage tout à fait inédit qu’aucun amateur ou producteur ne voudrait abandonner pour d’autres essais ; des wagons des chemins de fer fédéraux aux avions de la compagnie nationale, la noble dame aura séduit beaucoup de palais. Terre d'excellence pour les vignobles, le Valais assure ainsi une tradition de goût et de rigueur.

Dôle2.jpg

Signe emblématique des vignobles valaisans, la Dôle des Monts (appellation datée du 1973) poursuit son implantation dans les cœurs et les terroirs en alliant innovation et tradition comme marque de fabrique reconnaissable à un invariant : la primauté de Pinot Noir sur le Gamay. De l’intuition originale du Vaudois protestant Edmond Gilliard venu s’installé sur les terres catholiques du Vieux-Pays généreux en soleil et par conséquent propice à son exquise production, l’incontournable élixir du paysage helvétique sera présenté tour à tour à l’Exposition nationale de Berne en 1894 et à l’Exposition universelle de Paris en 1900 avec l’insigne reconnaissance de « Médaille d’Argent » attribuée nommément à son fondateur. Venez fêtez en beauté ce 130e anniversaire au gré des événements fomentés par la Maison Gilliard tout au long l’année 2017dans ses domaines exclusifs fixés comme d’étonnants remparts en pierres sèches suspendues au ciel.  Parce qu'il embellit tous les moments de la vie comme le souligne souvent Bernard Pivot, auteur du Dictionnaire amoureux du vin, le divin nectar fêtant ses 130 printemps saura vous convaincre bien plus que tout argument théorique. Une bal(l)ade gourmande inoubliable !

Dôle5.JPG

 

15:06 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

mercredi, 17 mai 2017

ImperfettoLab à la Galerie id50

Galerie id50 Genève

 

COME POTREI CACCIARE, SE PRIMA NON DISEGNASSI ?
Comment pourrais-je chasser, sans commencer par dessiner ?


Une exposition de
ELIANE GERVASONI et IMPERFETTO LAB

Eliane Gervasoni présente pour la première fois en Suisse une série de dessins à l’encre blanche sur papier noir dont les lignes troublent la perception et résonnent avec l’œuvre de l’italien ImperfettoLab. Ici le design rencontre l’art et s’inspire de l’imperfection de la matière, des objets bruts en fibre de verre qui dialoguent avec le trait précis et cinglant de l’œuvre au noir de l’artiste lausannoise. Une exposition-installation qui fait escale à Genève après sa création par la galerie italienne Gasparelli Arte Contemporanea.  Texte Patricia Lunghi

Des intrusions photographiques dans les dessins d’Eliane Gervasoni et encore plus l’expérience secrète de la compréhension de l’espace. Préparé avec méticulosité, le dessin est encre blanche qui brise les ténèbres, le papier noir uniforme constitue le cosmos qui, avec ce tour de manège, devient imagination exacte et précise.

ImperfettoLab {Laboratoire de l’Imparfait) est comme une gerbe de formes qui entrent dans la catégorie des objets de relation, ce qui suppose une distance. Ce qui semble proche de la pratique quotidienne est inclus comme intrus.  L’imperfection est la percussion du tambour qui annule le mouvement entre les coups.

Ces deux énigmes lointaines pourront se résoudre et mourir car, confrontées, elles coïncident exactement en un point où le dessin, sans vie, laisse apparaître le projet de l’objet. Ce dernier, fonctionnel et instrument de l’idée,  prend la vigueur de l’habiter. (Pour quelques échos de l'expo, cliquez ici)

 

08:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 15 mai 2017

MACRON LE MAGNIFIQUE

Machiavel aurait sûrement salué cette belle élection. La rencontre entre la vertu (les qualités d’un candidat) et la fortune (le hasard, le destin, l’impondérable) a eu lieu chez Emmanuel Macron. Un philosophe au sommet de l’Etat - tel que lui – marque de son empreinte indélébile les temps qui courent. La politique du moindre mal peut s’exercer avec une telle confluence contre toute attente.

Bravant les interdits, bousculant les codes, faisant fi des us et coutumes, la stratégie Macron aura gagné grâce à un festival de signifiants condensés en un laps de temps de gestes et de mots. Son langage a été compris contrairement au pur verbiage propre aux soliloques. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! » a été balayé d’un revers de mains pour faire place à un état d’esprit constructif, laissant la place à un « nous » sans démagogie et sans gérer la peur ou la haine comme nous ont habitués certains prédateurs-tueurs réussissant à se hisser grâce à une rhétorique peu amène, souvent d’un ennui abyssal de par la vacuité sans fond engendrée. La sémantique au cœur de l’action nourrit la délibération, dépassant la dialectique du « ni … ni », prévaut sur la décision arbitraire tout azimut pourvu que le pouvoir soit assuré.

Le profil psychométrique du sauveur n’ayant généralement peu de chance d’être casté ou élu aux plus hautes fonctions, le météorite de la politique française (dé)montre de manière surprenante que même dans nos sociétés technocrates jusqu’à l’absurde et à la violence larvée sous couvert de grands principes rarement cités de façon appropriée, que bien nommer les maux est la base de toute recherche de solutions ou propositions quel que soit le domaine.

Que d’insanités en-dessous de la ceinture n’a-t-on entendues durant cette campagne complètement folle à tous égards ?  Entre une fille qui tue son père et un homme qui marie sa mère, que choisir, épouser sa prof cache forcément une déviance, prétendre à la plus haute marche sans parti, c’est comme marcher pieds-nus, etc … Le Président d’En marche a assurément relevé tous les défis. Avec son bâton de pélerin, il a ravivé, par l’exemple, l’image des péripatéticiens du temps d’Aristote dialoguant sur les choses de la nature et les sujets brûlants de la cité … en donnant envie plutôt que le contraire.

Souhaitons bonne chance à cet homme de grande envergure dans ses travaux d’Hercules pour une nation si prestigieuse ! Le Kairos a fait son oeuvre. L'esprit des Lumières a soufflé sur les événements. Vive Emmanuel Macron !

MACRON.jpg

15:13 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook

jeudi, 27 avril 2017

Le goût des mots et le choc des cultures au Salon du Livre 2017

On s’ambiance à 31ème édition du Salon du Livre ! Près de 600 auteurs de tous les genres littéraires l’animent  pour le plus grand bonheur des grands et des petits. Les appels au voyage, la fiction littéraire avec ses accents particuliers, les recettes culinaires, les romans d’espionnage jouant sur le documentaire et déjouant des fake news se côtoient d’un stand à l’autre.

La Place Suisse offre une floraison d’écrivains connus qui font notre légende en plus d’une belle exposition relatant l’histoire d’amour, de raison essentiellement, des Suisses qui ont fait la France depuis la bataille de Marignan. Avec le Canada comme Hôte d’Honneur, on ne peut qu’être déçus en bien pour tout ce qui ressort de la défense et de la promotion des minorités sans oublier son rôle de plus gros contributeurs en mots francophones pour faire la nique de l’assimilation d’anglicismes plus ou moins inutiles donnant le la à la suprématie du grand voisin.

Comme il en a été souvent question sur cette plateforme, le Qébec reste un fidèle allié sur la désintégration du langage, la pollution de mots qui n’apportent rien de plus aux vocables existants ou à la possibilité de néologismes francophones (plutôt qu’anglophones, selon la règle tacite en vigueur) ; en témoigne sa façon de « traduire » certaines locutions en forme plus littérale – un hot dog s’appelle un chien chaud – ou de trouver un pendant en français à un affreux anglicisme (que certains locuteurs anglophones voudraient aussi bien vouloir retraduire dans leur langue tant sa conceptualisation étonne) – courriel, baladodiffusion, clavardage, hameçonnage et le fameux égoportrait pour contrer le célèbre selfie par la prise de photo d’Obama avec son homologue danoise lors de la cérémonie d’adieu à Nelson Mandela.

Cet effort de franciser s’enracine à contre-courant de la globalisation (simplification et vulgarisation du langage) tout en freinant le phénomène du globish. Faire la part belle aux mots est bien une vocation de ce rendez-vous international car trop souvent, « il n’y a rien que l’homme gouverne moins que sa langue », selon les termes du philosophe Spinoza. 

Les plaisirs du texte et l'art culinaire souvent indissociables étonneront le badaud par le goût du cidre glacé, véritable patrimoine "immatériel" de la culture du pays.

 

17.jpg

15:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook