UA-105021232-1

CIVITAS - Page 5

  • Au fil de La Loire, un festival

    Imprimer

    La Loire, enchanteresse et ensorceleuse vallée de sable

    En voilà une belle idée de vacances ! Il est une région à équidistance en temps de Paris et de Genève ayant su préserver la richesse de ses sites naturels grâce à la patte de ses habitants : La Loire, trait d’union entre Auvergne et Rhône-Alpes. Devant son spectacle, Balzac  s’exclamait déjà : « (…) la Loire apparaît dans toute sa magnificence. Les innombrables facettes de quelques roulées, produites par une brise matinale un peu froide, réfléchissaient les scintillements du soleil sur les vastes nappes que déploie cette majestueuse rivière. Loire5.jpgÇa et là des îles verdoyantes se succèdent dans l'étendue des eaux, comme les chatons d'un collier. » Avec ses reliefs escarpés et verdoyants à perte de vue, le Département qui porte le même nom appose son attachement à la valorisation de ses forêts comme l'attestent ses sentiers taillés pour le vélo ou la randonnée pédestre, ses plateaux vallonnés exhalant des odeurs d’épicéas ou de bruyères, bons pour les pupilles et les papilles. Regorgeant d’étangs, de lacs et de rivières, La Loire (base de la cour itinérante de François 1er) s’entoure de deux monts séparés du plateau granitique – le Forez et le Pilat – qui font office de poumon et où l’on peut se restaurer dans des auberges à la manufacture typique et être hébergés dans des gîtes aussi spacieux que spécifiques par leur décoration tout en découvrant ses foisonnants produits du terroir aux saveurs indélébiles.

    La région des premiers châteaux de La Loire offre tout ce qu’on peut désirer pour un séjour idéal lié à un voyage d’affaires ou pour des vacances à la fois actives et sereines. Une mini croisière sur le fleuve le plus long de France à bord d’un bateau électrique discret du point de vue sonore et épousant les normes environnementales reconnues dévoile au plus profond de ses gorges des bâtisses médiévales telles que le Château d’Essalois, Château de l’île de Grangent, Château de Cornillon sans oublier le village haut-perché de la même époque, Saint-Victor-sur-Loire. Avec son apparence de fjord du Forez, les Gorges de la Loire valent vraiment le détour.

    St-Victor.jpgLoire9.jpg

     

    Gorges de La Loire                                           St-Victor-sur-Loire

     

    L’Estival de la Bâtie

    Loire8-affiche_web.jpg.jpgLa culture s’invite presque naturellement et comme un must dans cet interminable terreau à portée de ville. Cet été, comme chaque année depuis 8 ans déjà, verra se produire un festival des arts vivants du 5 au 21 juillet dans le majestueux cadre de la Bâtie d’Urfé. Classé monument historique en 1912, le château Renaissance sis au cœur de la plaine du Forez accueille le public et les artistes dans une ambiance bucolique et intellectuellement animée. Flanquée par de somptueux jardins « à l’italienne », fruits de la rencontre de François 1er avec la péninsule italienne au 16e siècle, berceau de la Renaissance (le propriétaire a été ambassadeur de France auprès de la cité éternelle), la bastille incarne les idéaux philosophiques et artistiques du Cinquecento, une centralisation de la place de l’homme dans l’univers accompagnée du respect de la fameuse « harmonie » en toute chose – géométrie, symétrie et régularité - à l’instar de la règle d’or, selon les canons de l’Antiquité redécouverts à cette époque avec la volonté de déterrer les textes des auteurs (néo)platoniciens. Au programme, trois concerts de musique classique ouvrent le bal – Berlioz, Dvorjak et Ravel avec son célèbre Concerto en sol - ainsi qu’un opéra légendaire, La Flûte enchantée de Mozart. Par son nouvel album Firmamento, la belle blonde aérienne Rocìo Màrquez interprétera le flamenco de manière fidèle et disruptive. La Compagnie Julien Lestel donnera de la voix avec La Jeune fille et la mort ou encore Le Faune, du poème de Mallarmé adapté musicalement par Debussy, le Boléro et le Sacre du Printemps de Stravinsky. Un cirque virtuose en Sol bémol de la Compagnie d’irque & fien amusera les festivaliers. Pascal Amoyel jouera son propre rôle grâce au pianiste aux 50 doigts. Le bassin méditerranéen, marque de fabrique de cette 8ème édition, ne saurait se passer de la présence de la figure de proue algérienne Souad Massi. Les apéros-concerts agrémentant chaque spectacle égaieront les corps et les cœurs autant que les flâneries possibles dans les 16 parterres de buis et d’ifs s’articulant autour d’une rotonde et de sa fontaine, protégés par des murs crénelés où trône son mythique sphinx.

    Loire7.jpg

    Fronton de la Bâtie d'Urfé

    (suite)

    Lien permanent 1 commentaire
  • Noël Hémon, incarnation de l’art de l’observation visuelle et du temps qui passe

    Imprimer

    Du 27 avril au 27 mai 2018, on peut mirer et admirer à l’atelier de l’artiste installé à Ouchy, sur les rives,  les œuvres de Noël Hémon. Vaudois d’adoption, l’artiste d’origine française est tombé amoureux du Lac Léman autant que des montagnes suisses. De là, se poursuit un travail acharné et une passion qui ne le quittent plus.

    Que veut-il capter au juste ? Le mystère empreint de nostalgie qui se dégage de ses peintures ouvrirait la voie à un questionnement perpétuel sur la beauté sur terre, la place de l’homme dans le monde, la fuite du temps qui dévaste tout sur son passage et une urbanité désincarnée au regard vide ne provoquant que malheur ou ennui.

    La connaissance du monde n’étant pas son seul souci, Noël Hémon cherche aussi d’extraire une quintessence de ce qui se donne à voir dans sa plus grande nudité qui dépasse les catégories de l’entendement. On croirait entendre la réplique de Charlie Chaplin (autre vaudois d’adoption) à l’exclamation d’Einstein sur l’universalité de son art …

    Hémont1.jpg

    Représenter les paysages naturels sous leurs différentes formes découle pour lui d’une différenciation entre voir et regarder, appréhender et contempler, savoir et sentir. Ses natures mortes reproduites procèdent de la même dynamique, à l’instar de Proust subjugué devant un Chardin ou un Rembrandt.

    Face au désenchantement du monde tel que devenu, technocrate à outrance autant qu’envahi des technologies les plus sophistiquées jusqu’à l’absurde, Noël Hémon tente désespérément de rendre la beauté première partout où l’homme s’est perdu spirituellement parlant, se vidant de toute substance. Sa pâture révèlent ainsi un temps révolu qu’il invite à retrouver, en restituant le charme des objets coutumiers souvent qu’on ne saurait plus voir car posés là comme objets de décor en extrayant une vérité émerveillée non instrumentalisée, pour ne pas dire « originelle » telle une réminiscence.

    Ses œuvres nous aident certainement (un peu) à exorciser ces fléaux C’est tout le sens de l’art de Noël Hémon et l’intérêt d’aller découvrir son exposition rétrospective à Lausanne-Ouchy (Rue du Lac 11 a, du lundi à vendredi de 17h à 19h et le samedi de 14h à 18h).

    Hémon3.jpg

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • La question d'un nouveau paradigme multilatéral

    Imprimer

           

    Colloque International

    Palais des Nations Unies, Genève (Salle XVI)

    Mardi 17 avril 2018

    CONVERGENCE DES CONSCIENCES VERS LES ODD : CHEMINS ET LEVIERS

     
     
     

    La rencontre Internationale organisée au Palais des Nations à Genève, par un collectif d’ONG, dans le but de participer à la réalisation des ODD, programme onusien assez peu connu au sein de la Société Civile verra des personnalités des milieux politiques, économiques, associatifs et culturels telles que Dominique Bourg, Président du Conseil Scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, de Philippe Roch, ancien Directeur de l'Office de l'environnement et ancien Directeur du WWF Suisse, et de deux ministres ivoiriennes en charge du Développement Durable et de la Femme ainsi que le poète paysan Pierre Rabhi.

    Afin d’ouvrir la voie à de nouveaux paradigmes sociétaux, de nouvelles pratiques et attitudes ainsi que des solutions innovatrices seront présentées durant ce panel qui durera ce mardi 17 avril 2018 de 10h à 17h30 (heures locales), dans le belle Salle XVI du Palais des Nations-Unies. Dans un monde de plus en plus technocrate et individualiste où la perte de sens sévit dans plusieurs sphères de la vie en société, l’UNESU, en partenariat avec l'Alliance Internationale pour les Objectifs du Développement Durable (AIODD) et Africa Femmes Initiatives Positives (AFIP), avec le soutien du Club des Dirigeants de Genève, de la Coalition des ONG pour les ODD et de la Mission Diplomatique de Côte d’Ivoire tendra de répondre aux problématiques qui s'imposent, ce pour tendre vers l’autonomisation, la sobriété heureuse et la prospérité pour tous.

    Le programme de la journée s'articulera autour de 3 thèmes principaux :

    o Nouvelle gouvernance et citoyenneté

    o Entrepreneuriat et économie symbiotique

    o Education, valeurs féminines et sobriété heureuse

    Ce forum se terminera avec la conférence de Pierre Rhabi à 18h en Salle XIX grâce au concours de l'Association française des fonctionnaires internationaux (AFIF) et Colibris Genève.

    Roosvelt1.jpg

     

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Juste pour le plaisir

    Imprimer

     En cette semaine de la francophonie, il est bon de refaire vivre notre belle langue, trait d'union entre 220'000 locuteurs de par le monde.

    C'est l'occasion de la célébrer grâce aux mots, écrits ou chantés, et de questionner la signification de locutions provenant de tous horizons, telles que camembérer (Sénégal), une cramine (Suisse), caïmenter (Côte d'Ivoire) ou encore des expressions telles que Faire l'avion parterre (Côte d'Ivoire) ainsi que J'ai un oeuf à peler avec toi ...

    Les sempiternelles litanies sur son recul jamais démenties par les faits n'empêcheront pas de redécouvrir les atouts, le charme, la richesse de notre langue par quelques exemples de virelangue. Juste pour le plaisir ... au-delà des combats géostratégiques.

     

    "Le mur murant Paris

    rend Paris murmurant."

     

    "Un pâtissier qui pâtissait chez le tapissier qui tapissait, dit au tapissier qui tapissait :

    - Vaut-il mieux pâtisser chez un tapissier qui tapisse ou tapisser chez un pâtissier qui pâtisse ?"

     

    ""Ah, pourquoi, Pépita, sans répit m'épies-tu

    dans le puits, Pépita, pourquoi te tapis-tu?

    Tu m'épies sans pitié, c'est piteux de m'épier,

    De m'épier, Pépita, ne peux-tu te passer?"

     

    camemberer.jpgcaimanter.jpgcestcaillou.jpg

     

     

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Le 88e Salon de l'Automobile, objet de tous les phantasmes

    Imprimer

    Coups de cœur au 88° Salon international de l’automobile (GIMS). Dans le genre « qui est la plus belle ? », le choix est cornélien.

    Jusqu’au 18 mars, on peut mirer des modèles dont le génie frise la folie, faisant s’éloigner les frontières entre les mondes des possibles.

    La Volvo XC40 couronnée Car of the Year 2018 par la presse professionnelle concurrence l’Aston Martin, la Jaguar et la luxueuse LVNCHI Venere (trad. Venus) à propulsion électrique ou encore la voiture volante d’Italdesign.

    La fascinante exposition « Retour du Futur » ravit les yeux et l’esprit.

    La campagne suisse « co2auplancher » fait un tabac en promouvant des véhicules à haut rendement énergétique grâce à des critères presque surréalistes imposant les émissions à moins de 95g/km.

    Quelques coups d’œil qui  plantent le décor :

    italiandesign.jpg28577966.jpg_k6a8651.jpg28660385.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Les pharaons au fil du Nil

    Imprimer

    L’Egypte. Un mot … qui à lui seul cache des trésors d’une des plus grandes civilisations ayant marqué le monde de son empreinte indélébile tout en ne révélant ses mystères qu’au compte goutte. Des récits de voyage ne manquent pas dans l’histoire de la littérature ; suscités par la curiosité, l’émerveillement, l’observation ethnographique autant que la recherche secrète au coeur d’une énigme, les hommes se sont investis à la percer au gré des époques successives, jetant les bases épistémologiques partant du principe que les mythes sont fondateurs de la pensée.

    20180114_090147.jpgLe Nil éternel aura vu fleurir des oasis inattendues, des temples ancestraux, des villes se déployant au cours des siècles de manière définitive. Fondu dans l’immensité du désert, il aura ravitaillé cette région, accouchant d’une culture universelle que les symboles n’ont eu de cesse de nous interpeler sur notre condition humaine, dévoilant des signes embrassant les différents prismes de la vie. Des peplums aux voyages réels, nous sommes tous hantés par l’Egypte, pour son étrange magnificence et les étonnements successifs expérimentés.

    Quoi de plus naturel et de plus congruent que découvrir ce pays en croisière … 20180114_121043.jpgPrivilégiant la qualité à la quantité, les savoirs et savoir-faire aux expéditions de masse informe, la croisière sur le Nil à bord de la Dahabiya « ROIS » sélectionnée comme l’une des premières destinations de rêve dans le monde par le magazine mondial du tourisme s’avère être l’une des options parmi les plus alléchantes et enchanteresses. 

    Philae, le temple dédié à la déesse Isis (qui par un souffle avait enfanté le monde avec Horus (Dieu-ciel à tête de faucon), l’unique temple double de Kom Ombo de style ptolémaïque dédié aux dieux jumeaux Sobek (signifiant « crocodile » en hommage à l’eau et à la fertilité, d’où leur adoration dans tout le delta du Nil), Gebel Silsilla, la métropole religieuse d’El Kab attestant des premiers rois du Nouvel Empire d’Ahmosis à Thoutmosis III, le majestueux passage de l’écluse d’Esna menant à l’illustre mosaïque archéologique de Karnak avec ses 134 colonnes formant la grande salle hypostyle, son lac sacré, et traçant une allée de Sphinx à tête humaine sur … 3 km dressés à la gloire du dieu Amon (le 20180115_155618.jpgbien nommé « caché » car invisible aux hommes, représenté souvent par une tête de bélier). En accostant à Edfou, on mesure le rapport espace-temps avec le temple colossal parmi les mieux conservés depuis la haute antiquité, de 79 m de largeur et 36 m de hauteur pour les pylônes et 137 m de longueur, dont les inscriptions détaillant les scènes des rites rendus par le roi en l’honneur du dieu solaire Horus et des cérémonies des quatre grandes fêtes annuelles n’ont pas pris une ride. Enfin, débarquer à Luxor pour y admirer notamment l’un des deux obélisques ornant l’édifice, le deuxième – offert à la France par Mohamed Ali - se trouvant sur la place de la Concorde à Paris) et sa circonscription vous fait plonger de plain pied dans l’univers du pharaon « rebelle », fils d’Aménophis III, connu pour avoir tourné le dos aux divinités de la cité vénérées jusqu’à l’ère de son père défunt, accompagné de sa célèbre épouse : Akhenaton et Néfertiti (nom signifiant littéralement la belle est arrivée) immortalisée par l’illustre buste se trouvant à Berlin, et l’héritier Thouthakamon au tragique destin non encore élucidé malgré la multitude d’hypothèses étayées ; à visiter Thèbes 20180119_152323.jpg(capitale importante vers 1520 avant notre ère) avec son temple de Médinet Habou (monument funéraire dédié à Ramses III), bien évidemment la mythique vallée des Rois, sans oublier la vallée des Artistes, le majestueux temple funéraire de la Reine Hatchepsout à Deir El Bahari, les colosses de Memnon composés de deux statues imposantes en quartzite de 20 m de hauteur pour un poids de 650 t.

    20180118_173820.jpgS’envoler vers l’Egypte, c’est comme faire un voyage dans le temps dont les traces nous procurent à chaque pas un sentiment que le monde peut durer éternellement ... naturellement à bord du palais flottant Dahabiya « ROIS » de 50 m, conçu sur 3 niveaux et ses amples cabines pour une capacité d’accueil de 18 personnes. Des vols Egyptair fréquents desservent le Caire à partir de Paris ou Genève. Une liaison directe de la capitale égyptienne rejoint Assouan, au sud du pays, point de départ d’un itinéraire fluvial remontant pendant plusieurs jours jusqu’à Luxor en se laissant bercer au gré des vents et d’un glissement sur l’eau si doux que seuls les paysages qui défilent sous les yeux démontrent le trajet effectif.

    Une croisière que vous n’oublierez jamais grâce aux escales historiques attestant d’une valeur artistique patrimoniale mondialement reconnue, le bateau Dahabiya « ROIS » s’avère la meilleure formule pour déflorer les rives du Nil pour son raffinement à toute épreuve ainsi que son excellente cuisine alternant les goûts orientaux et occidentaux, des pains et viennoiseries faits maison auxquels impossible de résister. Le personnel, très professionnel et souriant sera aux petits soins pour vous. Aussi pourra-t-on rencontrer l'auteur des Voyages du Pharaons Monsieur Mohamed Salem, son charismatique propriétaire et opérateur primé pour les qualités uniques des conditions d’une telle balade fluviale, au Salon des Voyages et du Tourisme les 10 et 11 mars à Evian

    (repris dans le webmagazine Les Genevoises : http://www.lesgenevoises.com/croisiere-royale-fil-nil/ ).

    9-1.jpg13-1.jpg40-1.jpg20-1.jpgSnapseed5.jpg4-1.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le tourisme à l'honneur à Evian

    Imprimer

    Voyage, voyage … Un important Salon International des Voyages et du Tourisme réunissant des opérateurs français et helvétiques se déroulera durant tout le week-end des 10 et 11 mars prochains à Evian pour le bonheur des populations des deux rives du lac Léman. Célèbre pour ses eaux, la Ville d’Evian évoque un luxe de grands artistes tels que Shelley, Byron, Anna de Noailles et son père incarné par un buste imposant Grégoire Bibesco Bassaraba de Brancovan , Jean Cocteau filmant des scènes de L’éternel retour, les incontournables frères Lumière, échus sur ses berges pour y admirer ses atouts uniques laissant place à la détente et à l’inspiration. Bénéficiant de liaisons maritimes et plus particulièrement lacustres directes avec son pays voisin, elle est accessible de manière multimodale, aussi bien en voiture (parking Casino et Charles de Gaulles) qu’en train ou encore à vélo.

    Abritant le Palais Lumière de renommée mondiale pour sa magnificence autant qu’à cause de ses expositions culturelles, Evian accueillera pour la seconde le Salon Livres & Patrimoines. Par une similitude thématique, les deux foires sont organisées conjointement par le manitou Olivier Bertolino, présent bien évidemment sur les lieux. 

    20180114_121043.jpgC’est avec une joie non dissimulée que vous trouverez le site des Voyages du pharaon en la personne de son représentant Mohamed Salem, qui vous réservera un cadeau en vous présentant le Dahabiya « ROIS » sélectionné comme l’un des voyages de rêve par le salon mondial du tourisme. Ce bateau de style victorien de luxe vous mènera en croisière sur le Nil éternel avec des haltes sur ses abords pour y contempler des temples multimillénaires qui ont façonné notre imaginaire par son patrimoine universel légué à l’humanité dans tous les domaines, le tout dans une atmosphère onirique empreinte de savoirs et de saveurs.

    Venez nombreux, librement, de 10 h à 18 h, samedi 10 et/ou dimanche11 mars ! Vous ne serez pas déçus du détour et peut-être aurez-vous trouvé votre nouvelle destination de vacances, des personnalités convaincues des apports économiques, culturels et humains de l'activité touristique.

    Dans le même temps, vous pourrez admirer au Palais Lumière, du 3 mars au 21 mai 2018, l'exposition de l'illustre Jules Adler, peintre naturaliste à l'aune d'Emile Zola, qui a mis en scène les petites gens de la nouvelle ère industrielle, avec leurs luttes syndicales, leur regard sur le monde, leur désespoir et leur inquiétude exprimée dans une solitude insondable autant qu'en communion.

    Pour s'y rendre, il est très facile : de Suisse, prendre la CGN pour une courte traversée du Lac Léman (Lausanne-Evian), de l'aéroport de Genève. Un charmant Hôtel de France ** dans la rue piétonne saura agrémenter votre séjour dans la ville balnéaire.

    Adler.jpgParis vu du Sacré - Coeur, Jules Adler - 1936, huile sur toile

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le fourre-tout raffiné de la BRAFA de Bruxelles

    Imprimer

    Le photomontage de Max Ernst chez Schifferli, un Magritte rare chez Boon, la Tour Eiffel de Bonnard chez Thomas Salis, les oeuvres ancestrales égyptiennes à la galerie parisienne Eberwein, les bronzes de Martel-Greiner, l’art italien (re)présenté par la galerie Tornabuoni avec les œuvres de l’école de Bernardino 3.jpgPinturicchio (ça ne s’invente pas) à cheval entre le 15e et le 16e s. et celles de Lucio Fontana (mort en 1968), des masques congolais chez le bruxellois Didier Claes, l’exceptionnel bijou Art nouveau de Lalique chez Epoque Fine Jewels, le parisien Bernard Bouisset présentant son collier en or, un authentique Rubens si difficile à voir tel que « La chasse de Diane et des nymphes » chez Klaas Muller, le Boudha thaïlandais datant du 17e s. chez Renaud Montméat, un triptyque sur l'adoration et la fuite en Egypte à la british gallery Mullany, le Paysage mental de Debuffet chez la Galerie des Modernes, les figures helléniques chez le très fidèle suisse Phoenix, Roots d'Helmut Stallaerts de la Bernier/Eliades Gallery, un Bruegel comme on l'aime chez Costermans, les représentations de Côte d'Ivoire à la galerie de Montréal Jacques Germain, les tableaux de Geluck, père du Chat chez Huberty&Breyne, dont Le collectionneur, d'autres émanations de l’art africain valorisées par les galeristes parisiens Lucas et Philippe Ratton exposant pour la première fois à la manifestation ou encore l’amulette des Maoris – le Hei Tiki – à découvrir chez le Belge Serge Schoffel, le Jean-Baptiste d'un Russe du 17 e s. chez le Münichois Brenske, les céramiques de Sèvres, Le Mariage de la Vierge d'un anonyme milanais trouvé chez Chaile Fine Art, c’est ça la BRAFA, qui se déroule chaque année sous le haut patronage de Sa Majesté la Reine Paola.

    Avec ses 134 antiquaires et marchands de tableaux, la Brussels Art Fair a fermé ses 1.jpgportes avec ses 64'000 visiteurs sur une note positive, ascendante à hauteur de 5 % par rapport à la dernière édition. Un franc succès pour la 63e édition du plus grand rendez-vous international culturel et artistique, qui sonne le là de la nouvelle année.

    À la question de savoir quel est le point commun de ce bric-à-brac chic et choc, la réponse n’est pas simple ou plutôt justement il n’y en pas … si ce n’est la qualité avant tout, l’ambiance un brin désinvolte agrémentée par le champagne qui coule à flot, la diversité des objets et des périodes qui se côtoient au fil de la visite de manière presque naturelle. Son ADN se décline assurément par un avéré professionnalisme s’accommodant sans mal à l’art, si belge, de ne pas se prendre (trop) au sérieux mais dont l’émerveillement – bien réel – attend l’observateur à chaque méandre du lieu labyrinthique épousant les contours des halls de Tour et Taxis abritant les réalisations urbaines de Christo illustrant le style de l'empaquetage, hôte d'honneur du cru 2018.

    4.jpgDe l’antiquité à l’art contemporain, tous les genres y figurent. La BRAFA reste une fête ! L’art comme nécessité y fédère tous les goûts, les techniques au service d’interprétations du monde y délivrent tous leurs sens. Pour le plus grand bonheur des yeux et de l’esprit.

    À l'année prochaine pour la BRAFA 2019 (du 26 janvier au 3 février) !

     

     

     

     

     

     

     

    9.jpg10.jpg2.jpg12.jpg7.jpg11.jpg4.jpg8.jpg5.jpg 

     

    (photos de l'agence 7ex)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Comment ç' qu'on parlera en 2018

    Imprimer

    Quelle « cramine »! On n'a pas envie de quitter sa « douillette », sinon pour avaler une « mique », voire un « cromesquis ». Du mal à suivre? Il est temps de savoir comment on parlera en 2018.

    1200px-Biscôme_avec_glaçage.jpg« Cramine » (extrême froid) vient de Suisse, tout comme « biscôme » (biscuit brun à pâte à base d’épices, de miel, de farine) ; la « mique » désigne un plat d’Aquitaine alors que les « cromesquis » sont des boulettes de viande.

    Année électorale oblige, la sphère politique est une grande pourvoyeuse de mots nouveaux : on retrouve Emmanuel Macron en tout bien, tout honneur, mais aussi le « hacktivisme » (l'activisme numérique) et « ubérisation », « déradicalisation » ainsi que la « post-vérité » et le … « burkini ». Par un effet de style où les contraires s’attirent, le «bomber » ou les « stilettos » d’origine italienne, des escarpins avec un talon d'au moins 10 cm et dont la pointe est fermée. Côté physique, on notera stiletto.jpgdans le domaine sportif, le « paddle » (planche de surf qu’il faut maîtriser en se tenant debout tout en avançant grâce à une pagaye) et le « véloroute » sont entrés dans la danse.

    Plus que le contexte de la polémique, c’est davantage le contexte de la gastronomie qui est à l’honneur pour les termes nouveaux qu’on utilisera désormais sans complexe. La « focaccia », le « tangelo », le « combava » s’imposent aux côtés de « flexitarien » (celui qui limite sa consommation de viande), qu’on garnira d’un « spritz » du nom à consonance germanique mais comme son nom ne l’indique pas, est un coktail, très pétillant à robe orange, purement italien très prisé depuis bien une décennie en toutes aperol.pngoccasions (la boisson a fait son apparition petit à petit depuis peu pour devenir un must.

    De l’année écoulée, très marquée par un vocabulaire « goldilocks », le « gameur » (passionné de jeux vidéo ne s’exprimant sur tout qu’on line) pourra aisément « faroter » (frimer). Plus détonant, si les termes « googlise », « googler », « like » et « retweete » font partie du langage officiel francophone, ils ne sont plus considérés comme anglicismes.

    L’adjectif « autoréalisateur » vient compléter les phénomène d’ « ubérisation » déjà bien ancrés qualifiant une prédiction tendancieuse qui influe sur les comportements de telle façon que ce qu’annonçait la prédiction finit par survenir (à l’image peut-être de la fameuse main invisible conceptualisé par Adam Smith).

    Ainsi va la vie, à l'instar des langues naturelles, certains sortent et d'autres entrent ...

    Et pour finir cette (courte) balade sur la voie des nouveaux mots entrés de plein pied dans la nouvelle mouvance, un petit quiz concocté par nos amis canadiens, sur qui on peut toujours compter pour la promotion et la défense du français où vous pourrez parfaire votre connaissance ou en apprendre encore d'autres, cliquez ici !!!

     

    Image1 : le biscôme - Image2 : le stiletto - Image3 : le spritz

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bonne Année ! Dites-le avec des bulles !

    Imprimer

    « De ce vin frais l’écume pétillante, De nos Français est l’image brillante », s’enthousiasmait Voltaire à son sujet, à l’époque où les cours européennes découvraient cette boisson emblématique. Diderot, par la bouche de Jacques le Fataliste, faisait l’éloge de ses vertus et mérites, notamment dans sa tactique de séduire la belle aubergiste, qui l’en aspergea - sans faire de taches : « Si votre breuvage se rapporte à votre bavardage… »

    Des champagnes authentiques et distingués font la joie des amateurs en toutes circonstances. Trois autres boissons stars raviront vos papilles pour un apéro ou pour un repas entier avec des mariages détonants, entre bulles plus ou moins masculines ou féminines.

     

    image00010.jpegLaurent-Perrier, depuis la création de la maison à Tours-sur-Marne en 1812, cultive son génie signé par les membres de la famille fondatrice qui en porte le nom. "Ne buvez jamais d'eau", peut-on lire et voir sur son fronton ... Accompagné de mets sophistiqués, le Grand Siècle dévoile une histoire unique et des agrumes de pain d’épices et de miel. Vieilli durant sept ans dans ses immenses et luxueuses caves, cet assemblage composé de 55% de Chardonnay et de 45% de Pinot noir, a vu le jour en 1959. Et si vous tombez sur la Cuvée Rosé, soyez certains que cet élixir est une valeur sure. On tend à l’oublier parfois : produit audacieux né en 1968 caractérisé par ses arômes de fruits rouges frais, une intensité pétillante et une fraîcheur ténue, il se marie autant avec le sucré que des plats à base  de volaille, par exemple. La saga familiale de cette prestigieuse maison poursuit son destin exceptionnel ; le clan s’est battu pour maintenir sa réputation et a traversé les siècles jusqu’à accoucher d’une nouvelle portée, à savoir l’ultra brut en 1981, un champagne … non dosé.

    L’originalité de Jacquart tient à l’association d’une trentaine de vignerons audacieux qui se sont lancés dans une aventure dont maison-jacquart.jpgl’issue était incertaine. Son franc succès n’est désormais plus à prouver depuis … un quart de siècle. Des mosaïques à l’Hôtel de Brimont, la maison Jacquart possède d’un large territoire viticole de 2'400 sur les 34'000 hectares totalisant le vignoble champenois dont l’excellence s’est imposée pour en former une marque incontournable. La soixantaine de crus se répartissent donc 7% de l’appellation contrôlée. On peut tomber sur plusieurs sortes de Jacquart chez Denner, chacune partageant une finesse, une singularité complexe, exprimant une âme à soi, dont la durabilité de son goût.

    Bollinger.jpgLes bulles de Bollinger se déclinent de mille manières et sa légende n’est jamais démentie à chaque expérience gustative. Disposant de 160 hectares, la Maison Bollinger se distingue depuis sa création en 1829, près d’Epernay, couvre près des deux tiers de ses besoins en raisin pour la vinification. Célèbre par la filmographie de James Bond où l’agent secret britannique s’illustre souvent avec son champagne préféré, le Champagne Bollinger offre une panoplie de spécialités qui diffèrent quant au résultat, aux méthodes de vinification, et d’assemblages consubstantiellement indivisibles.

    L’illustre Special Cuvée composé de 60% de Pinot noir, 25% de Chardonnay, 15%Bollinger2.jpg de Meunier, forment environ 85% de Grands et Premiers crus ; un temps de maturation deux fois supérieur aux réglées usuelles de la dénomination le dote d’une robe dorée – marque essentielle des cépages noirs – et d’une bulle très fine dont l’élégance frappe au premier coup (d’essai) ; servi entre  8 et 10° C, il accompagne allégrement sushis, crustacés, volailles et viandes blanches ainsi que le parmesan et le jambon sec. En revanche, La Grande Année 2007 (qui fait référence et suite à la précédente grande année 1976, le Bollinger Vintage) signe un assemblage millésimé formé exclusivement de 70% de Pinot noir et de 30% de Chardonnay s’accordera singulièrement le foie gras, les viandes telles que l’agneau rôti ou le veau, le homard et les poissons en sauce ou grillés, ou encore des fromages (surtout le parmesan ou le comté) ; sa robe légèrement teintée de reflets mordorés - due à la très longue maturation sous bouchon de liège et à la vinification en tonneaux de la production – confère au palais une belle amplitude aromatique avec des arômes miellés et une texture subtilement crayeuse  dont les notes de citron confit garantissent une éclatante fraîcheur. On s’étonnera encore longtemps des Vieilles Vignes Françaises 2005 (déclinées en 3'702 bouteilles numérotées) constitué strictement de 100% de Pinot noir Grand cru ; paré d’une robe d’un or profond rappelant la lumière d’un matin d’automne, ce champagne inhale un parfum très intense caractéristique des millésimes en livrant au palais une sensation de rondeur crémeuse avec une salinité et une minéralité comme touche finale.

    Visiter la Champagne pour un we en amoureux, pour une sortie d'entreprise, offrir un tel voyage en cadeau est un must. Sa renommée universelle depuis Jules César en fait un haut lieu du savoir-vivre allié au savoir-faire symbolisant un raffinement inégalé grâce au vin champenois. La célèbre Cathédrale de Reims, chef-d'oeuvre de l'art gothique ... est un joyau du patrimoine de cette région au terroir hors du commun, notamment à cause de sa proximité de Paris et du couronnement de 25 Rois de France à commencer par Clovis.

    image00018.jpeg

     image00020.jpegimage00021.jpeg

     

     

     

     

     

    Cathédrale1.jpg 

     

     

     

     

     

    À lire aussi sur le webmagazine Les Genevoises :

    http://www.lesgenevoises.com/et-maintenant-champagne/

    Lien permanent 0 commentaire