dimanche, 27 juillet 2014

Nouveau millésime de mots

 

15mot2.jpg

 

Les vacances aident à la flânerie mais sonnent aussi le moment de la sortie des nouveaux dictionnaires. Si les mots ne sont pas de ce monde, ils reflètent pourtant un changement de vision. L’usage seul, donc le temps qui passe, décide de nouvelles appellations. Cette année ne fait pas exception : de nouvelles réalités sont exprimées, reconnues, répertoriées, codifiées. Incontestablement, l'homme se distingue des autres créatures par son pouvoir de nommer ce qui l'entoure.

Les nouveaux mots suivent les technologies, l’économie, les sciences, le politique parfois (bien que c’est le plus souvent l’inverse qui advient, heureusement, et il faut espérer que certains contenus sémantiques de certains événements l’emportent sur leur instrumentalisation entraînant une re-qualification selon les intérêts immédiats).

Le « selfie » - autoportrait numérique publié sur les réseaux sociaux - fait désormais son apparition dans le dico. Obama aurait-il lancé une mode en se faisant prendre en photo avec une première ministre scandinave (laissant entrevoir le mécontentement de son épouse) en décembre 2013 lors de la cérémonie d’adieu à Mandela ? L’urgence a certainement scellé le destin du mot … Les derniers rebondissements dans les affaires d’espionnage – Edward Snowden était un hacker que les autorités américaines ont voulu engager pour ces compétences - donnent « Cyberattaque » alors que cybercriminalité est déjà bien implanté. L’introduction de l’e-cigarette dans les mœurs il y a près de trois ans consacre le terme de « vapoter ». Après le baba et le bobo, est enfin consacré, ce en toute bonne logique le « hipster » qui désignait les amateurs de jazz dans les années ’50 et qui aujourd’hui prend sa revanche en labellisant le jeune citadin (new-yorkais en particulier) dont le style vestimentaire est empreint de second degré et à contrecourant : casquette, grosses lunettes et … barbe hirsute. « Hystériser » (qui n’est pas sans rappeler psychoter du millésime écoulé) se voit consacré pour avoir été utilisé par Harlem Désir ou François Barouin dans l’affaire de Leonarda et de son irrésistible retour. « Triper » - prendre son pied, s’éclater – accompagne enfin kifer. Pour une histoire rocambolesque, celle-ci en est une qui porte bien son nom : « capillotracté » - amené d’une manière forcée et sans raison évidente - entre dans la danse ! L’heure de la vengeance a sonné pour les « éco-responsables » qui mettent en garde contre l’ « obsolescence programmée » de certains produits de consommation dont la durée de vie ou d'utilisation est limitée dès leur conception afin d’amener les utilisateurs à les remplacer plus fréquemment sous couvert de dynamisme économique (imprimantes, ampoules, i-phones, etc.). Un mouvement d’actualité cherchant à défendre les droits des hommes jusque là réservés dans la société principalement aux femmes, comme par exemple, la garde des enfants accouche du mot « masculinisme ». Les Femen entrent dans la danse. Les associations de « Ansar Al-Charia » et de « Boko Haram » recouvriront également une description dans cette nouvelle édition. 

Ce bref aperçu du nouveau cru de mots rappelle que les mots ont une vie propre comme dirait George Orwell, inventeur du terme "novlangue" et que s'interroger sur sur le sens des mots contribue à lutter contre le faux langage, contre la folie du monde. Encore faut-il appeler un chat, un chat. Les insultes et le politiquement correct en viennent à se mêler au point de faire dire à Mélanchon, en parlant du Président Hollande, qu'il n'est qu'un capitaine de pédalo.

 

15mot3.jpg

Micheline PACE

(référencé in Tribune de Genève du 28 juillet 2014, p.18)

mardi, 26 juin 2012

Pierre Maudet au Conseil d'Etat

 

Le génie de la politique Pierre Maudet prêtera serment vendredi 29 courant … comme convenu. 

Le nouvel élu au Conseil d’Etat, aura su gagner les cœurs et les esprits par la reconnaissance publique de son sens des responsabilités, ses convictions et sa courtoisie à toute épreuve, défiant tous les calculs tactiques.

Le mérite ni les qualités psychologiques ne constituent un destin politique, et même dans sous ces aspects, il a su avec force et élégance marquer le paysage de son empreinte.

 

16:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre maudet, genève, conseil d'etat | |  Facebook

mardi, 17 avril 2012

J-5 ... le vote utile (Mélanchon et les autres)

 

Encore une fois, Patatactu nous vient au secours pour débriefer les mécanismes du vote utile :

 

PATvotez-utile1.gif
Sarkozy, Hollande, Bayrou, Mélanchon, Le Pen … Qui de ces personnages tissera le destin de la France, notre grand voisin ? Comme en 2002, une « surprise » attend les électeurs. Par ouïe-dire, on s’attend à ce que le sage Bayrou ou le tonitruant Mélanchon ressort en faiseur de roi en qualité du mythique troisième homme.

 

Chacun des deux hommes revendique ce rôle. Une remarque de Pierre Noël, un internaute fidèle - dont les points de vue apportent toujours un éclairage fort pertinent et sexy - appelle une réflexion à ce sujet.

 

Au vu de la « volatilité de la situation », Jean-Luc Mélanchon, par son art oratoire digne des plus grands philosophes de l’arène politique de l’antiquité se voit face à … Hollande, qui l’a humilié publiquement lorsqu’il arpentait ses rangs, ce qui le décida à créer sa propre formation. Il aura su bouger les lignes, notamment en réactualisant la liturgie du rassemblement populaire auquel tous les candidats se sont prêté bon gré mal gré. Son style a fait loi. Reste à savoir si son discours convainc.

 

Peut-être, faudrait-il qu’il eût le courage de proposer une vraie mesure pour venir à bout à la profonde inégalité entre les citoyens dues à des raisons exclusivement sociales, à savoir l’instauration non pas d’un revenu minimal passant de 1094 à 1700 euros - juste au-dessus du seuil de pauvreté - mais d’une allocation universelle dans la tradition des grands philosophes du 20e siècle, tels que Van Parjis, Ferry et Cie. Puisque les énormes différences du niveau économique ne sont pas motivées par les qualifications, les prises de risques, les efforts fournis dans l'exercice de ses compétences, les résultats ou encore le nombre d'heures passées à travailler, ce procédé pourrait être véritablement révolutionnaire pour mettre fin à la dépression et ... à l'humiliation. Le pouvoir d'achat équivaut au pouvoir faire, bref à la liberté, (et non seulement comme une consommation effrénée vulgaire de plaisirs immédiats, à l'instar de ce que prétendent certains hédonistes désespérés ou politiciens à la petite semaine).

 

Aucune partie n'est perdue d'avance. Le troisième homme, à l'image d'un célèbre film hollywoodien connu pour illustrer le vertige, sortira bientôt de l'ombre ... 

 

Plutôt que gérer la peur, les politiques ne devraient-ils pas recommencer à distiller l'espoir pour que la face du monde s'en trouve changée, et passer ainsi à une nouvelle ère?

 

dimanche, 15 avril 2012

Pour quoi le vote utile?

 

En 2012, ça vote important. Dimanche prochain, notre voisin français s’exprimera en grande pompes sur le candidat de leur choix pour la présidentielle. Le jeu démocratique permet que l’on vote un tel ou tel autre pour des raisons très différentes, voire contradictoires. Les motivations sous-jacentes importent pourtant peu sur le résultat et par conséquent les destinées de la res publica.

On a essayé de statuer sur le vote blanc … Et voilà qu’à trois semaines du scrutin, le vote utile s’est invité dans la campagne. François Bayrou, grand favori de beaucoup de Français depuis plusieurs législations, revêt le rôle de « faiseur de roi » dans le sens que les sondages ne le voient pas figurer parmi les sortants au premier tour mais que son choix – ainsi que son mot d’ordre – fera basculer la balance entre les deux candidats élus. 

 

 

La question de savoir quelle place accorder au vote utile reste ouverte. Nul doute qu’elle se reposera au soir du premier tour. Les bonnes bouilles de Patatactu nous viennent-elles à l’aide ?     

 

 

 

PATbayrou.gif

mardi, 03 avril 2012

Académie Romande - Discours pour la promotion du romand

 

suisse-aire-francais.gif

« Quelle est la langue parlée en Suisse ? » Cette question est bien connue. Quel Suisse ne l’a pas entendue, à l’étranger ? Il est dans la coutume de définir notre pays comme un conglomérat d’états souverains, par définition autonomes, dont le nombre de langues pratiquées sur un territoire donné dépassent largement ce qui est observé dans la très grande majorité des nations du monde. Certains observateurs se plaisent à en déduire que notre pays constitue un modèle  de démocratie, où le vivre ensemble entre individus ne partageant même pas une langue commune est possible. À chacun ses images d’Epinal ! Le hic est qu’il n’est pas si aisé de se comprendre, pas plus entre Helvètes qu’entre francophones du globe. Une image ludique illustre cet état de fait : un Romand, un Suisse allemand et un Tessinois se rencontrent dans le train ; quelle langue vont-ils parler ? Et bien, l’anglais ! Les exemples ne manquent pas. En période de soldes, on voit partout dans notre région des annonces « sale », la loi du nombre dans certaines instances officielles impose qu’on sacrifie les langues minoritaires.

Lire la suite

lundi, 19 décembre 2011

Vaclav Havel : chapeau bas l'artiste!

vaclav-havel.png

 

 

« La fonction présidentielle ne vous condamne pas à mentir ou à affirmer une opinion qui n'est pas la vôtre. Non, mais elle vous oblige à tout formuler dans une langue... officielle. Les discours par exemple que je devais prononcer m'ont causé beaucoup de tourments. En tant qu'écrivain, auparavant maître de mes mots, (...) j'ai du mal à comprendre comment j'ai réussi pendant quinze ans à écrire pratiquement tous les week-ends un discours pour lequel je disposais d'un temps limité de rédaction, alors que personne ne voulait savoir si j'étais inspiré. Il se peut que ce bagne que j'ai vécu constitue l'une des causes de ma difficulté actuelle à écrire. »

 

Ces mots sont ceux d’un dissident devenu président. Témoin d’un siècle en proie à toutes les formes de totalitarisme que toute pensée a désertées, Vaclav Havel aura su renverser l’ordre d’un monde grâce à ses talents d’artiste et de philosophe.

"Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion", s'exclamait l'ascète philosophe Hegel ... En guerre contre la robotisation de la société où la valeur de l’individu dépouillée de son âme n’est réduit qu’à l’utilité de la place qu’il occupe dans une machine à broyer – on reconnaîtra ici la marque d’un autre génie, compatriote – cet homme politique hors du commun, à l’image de l’idéal platonicien du philosophe-roi, aura montré qu’il n’y a de révolution que culturelle. Ayant eu l’honneur de le rencontrer à l’occasion du 50e anniversaire de la Déclaration de l’ONU, je dois avouer qu’il m’a laissé une impression durable au-delà de ses œuvres littéraires, tant l’homme habillait sa pensée de par sa voix profonde. Tout le contraire d’un discours vide récité. Chapeau bas l’artiste !

 

16:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vaclav havel, tchèque, hommage | |  Facebook

samedi, 03 décembre 2011

Simonetta Sommaruga marque de son empreinte le Forum de la migration et du développement

Présidé par la Suisse, le Forum sur les thèmes de la migration et le développement qui vient de se tenir à Genève a abrité plus de 160 Etats.

Le discours d’ouverture de la Cheffe du Département fédéral de Justice et Police,  Simonetta Sommaruga, a brossé les différents aspects de cette réalité tout en dessinant les contours de sa politique migratoire. Les liens entre la mobilité professionnelle et le développement, le problème de la migration irrégulière et les instruments pour y remédier y ont été traités. Si la migration peut revêtir des avantages comme ce fut le cas avec les 2 millions de personnes qui, après la Seconde guerre mondiale, ont immigré en Suisse et ont contribué au développement du pays, elle peut poser aussi des problèmes pour les pays d’accueil quand elle est incontrôlée. Il a été rappelé que des milliers de Suisses ont dû quitter leur patrie au 19e siècle pour des raisons économiques avant de devenir une terre d’immigration.

Forte du récent accord de réadmission signé avec la Guinée, la Conseillère fédérale a souligné le fait que l’aide au retour des personnes ne remplissant pas les pré-requis pour l’octroi de l’asile constitue une mesure efficace et viable à long terme pour venir à bout de la clandestinité et pour accroître la force de travail des pays à forte émigration. On se souviendra que ce pays africain a connu la tragédie  des guerres civiles et que le processus de transition en vue des premières élections présidentielles démocratiques en 2010 ne s'est pas déroulé sans douleur. On se souviendra aussi du nombre de ressortissants guniéens occupant  illicitement plusieurs zones de la ville, s'y battaient à coups de barres de fer ...

Aider à développer un projet professionnel dans le but d'une ré-installation dans leur pays natal apparaît assurément comme un outil de coopération win-win nécessaire.

 

14:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

vendredi, 08 juillet 2011

La loi anti-minarets ne viole pas les principes des droits de l'homme ...

La Cour des droits de l’homme (CEDH) juge irrecevable les recours déposés à l’encontre de la décision du peuple suisse sur l’épopée des minarets exprimée en novembre 2009.

Les requêtes déposées les 15 et 16 décembre 2009, par plusieurs représentants d'organismes dont Hafid Ouardiri, co-président de la Fondation de l'entre-connaissance, n’ont pas trouvé grâce auprès des 7 juges en charge de l’affaire. La raison évoquée est d’une limpidité troublante : bien plus que de se positionner sur la construction architecturale d’un style donné, le tribunal précise que les requérants ne sont pas des «victimes» réelles ou potentielles d'une violation de la Convention européenne des droits de l'homme ! Il ne reste donc qu’une histoire d’égo, de désir de puissance.

L’intelligence du propos séduit à double titre : d’abord, l’instance compétente pour juger des considérants provenant des plaignants n’est pas tombée dans le jeu de la victimisation en relevant le fait que l’initiative suisse plébiscitée ne contrevenait pas au droit des religions, de surcroît, elle reconnaît que l’état de droit helvétique n’est pas inique. L’ « islamisation rampante » n’est pas plus pour la paix entre les différentes croyances religieuses que pour le respect de l’autre.

La souveraineté de notre pays est ainsi respectée. Pour sauvegarder la coexistence entre les peuples et les religions, faut-il certainement respecter le pays où l’on vit, sans l’insulter à tout-va, d’autant plus quand le principe de laïcité est inscrit dans sa constitution.  

La chanson de Pierre Perret nous est d'un grand secours pour la bonne compréhension de ce que beaucoup d'esprits éclairés rejettent de quelqu'origine que ce soit ...

” Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité…

Elle ne prend jamais la parole / en public,ce n’est pas son rôle / elle est craintive,elle est soumise / pas question de

lui faire la bise / on lui a appris à se soumettre, / à ne pas contrarier son maître / elle n’a droit qu’à quelques murmures  /  les yeux baissés sur sa couture…

Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité “

19:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : suisse, loi anti-minarets, cedh | |  Facebook

mercredi, 25 mai 2011

De passage à Genève, Ueli Maurer reconfirme sa foi en la neutralité "stricte"

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a appelé  de tous ses vœux mardi à Genève à ne pas changer la politique de neutralité de la Suisse en vigueur. Aussi, s’est-il réjoui du fait que l’envoi des militaires suisses à l’étranger ne rencontre pas la majorité populaire. Pour lui, cette particularité toute helvétique – qui commence à faire des envieux chez les déçus de l’UE ou de l’OTAN et alimente les arguments des eurosceptiques – constitue une force pour le pays. Les chiffres du rapport sur la sécurité parlent d’eux-mêmes :  94% des personnes interviewées dans le cadre de l’étude annuelle de l’EPFZ et de l’Académie militaire souhaitent conserver une neutralité stricte.

L’armée suisse est bel et bien présente à l’étranger, que ce soit en Corée, au Kosovo, en Lybie, etc. Mais le conseiller fédéral a émis de gros doutes concernant l’engagement de la Swisscoy au Kosovo en précisant qu’il ne fallait poursuivre cette action pendant encore 20 ans « sous prétexte » de problèmes dus aux manquements de l’Etat, au chômage endémique et à la corruption effrénées qui gangrène toute la vie des citoyens.

Cependant Ueli Maurer a affirmé que si l’armée militaire doit se garder de s’enrôler sur le plan international, les militaires suisses jouent souvent un rôle sécurisant à l’étranger. Il a préconisé ainsi la priorité à l’humanitaire, dont les compétences de la Suisse jouissent d’une reconnaissance mondiale. Les domaines des transports et de l’eau, par exemple, en font partie.

La question des femmes a aussi été effleurée ; un service civil d’une année au moins dans les homes de personnes âgées ou dans les hôpitaux pourrait être une possibilité supplémentaire de contribution personnelle à la collectivité.

Enfin, le conseiller fédéral a rappelé que son département a excellé dans la mise en œuvre des actions contre la cybercriminalité ( cliquer ici ou encore ), nouvelle donne en matière d'attaques, exigeant donc des mesures de défense appropriées.

mardi, 22 mars 2011

La transition selon Rabiatou Serah Diallo

 

De passage à Genève en ce mois de mars, Rabiatou Serah Diallo se donne toujours aussi généreusement au jeu des débats publics, conférences, rencontres dans des cadres tant formels qu’informels. La femme qui a fait chuter la dictature de la Guinée, à qui le tyran sanginaire Lansana Conté affirmait avoir tué des gens bien plus importants qu'elle, précise que la transition n'est pas terminée. Présidant le Conseil national de transition (CNT) de sa patrie, elle rappelle que l'aboutissement aux premières élections démocratiques en 2010, n'est qu'une première étape. Premier pays de l'indépendance, la Guinée demeure aussi le premier pays à avoir réussi sa transition avec de véritables élections démocratiques

 

Rabi(web).gifSelon elle, la transition n’est pas encore finie dans son pays : certes, chacun peut s’y retrouver et on peut se réjouir de ne plus vivre dans un état d’exception mais dans un état de droit. L’ordre constitutionnel est enfin établi et les élections présidentielles ont pu avoir lieu, ce qui n’était pas joué d’avance au vu des reports successifs et des événements tragiques ayant meurtri la Guinée. « D’autres pays du continent, comme la Côte d’Ivoire ou la Lybie par exemple, ne connaissent pas le même destin », déplore-t-elle. 

 

Après les présidentielles, la voix du peuple doit s’exprimer pour les législatives courant cette année. Conformément aux accords de Ouagadougou, le CNT doit poursuivre son travail jusqu’à la constitution de l’assemblée nationale. « On propose et Dieu dispose », aime à dire la Jeanne d'Arc de la Guinée en pareille situation. En accord avec le gouvernement actuel, le CNT poursuit sa mission également dans la volonté de créer une structure officielle de vérité et de conciliation afin que les crimes perpétrés durant toutes les crises qu’a traversées la Guinée jusqu’à la naissance d’une société démocratique institutionnalisée ne restent pas impunis. Elle qui a perdu tant d’amis ayant milité à ses côtés, tels que Fofana, grande figure des droits des travailleurs, et qui a rencontré tant de femmes violées, déploie tous ses efforts pour faire reconnaître le viol comme arme de guerre ! Philosophe stoïque, elle garde foi en ses valeurs car « si le mensonge prend l’ascenseur et la vérité l’escalier, il arrive souvent au final qu’il le prenne en sens inverse. »

 

Alors que le pays offre tant de richesses naturelles, les besoins vitaux (eau, électricité, soins de santé de base) ne sont pas satisfaits et la monnaie guinéenne ne vaut pas grand’chose à ses yeux. En qualité de membre du conseil d'administration du B.I.T, Rabiatou Serah Diallo est très préoccupée par ce point crucial. C'est pourquoi il faut garder à l'esprit que la démocratisation des institutions – conditio sine qua non du développement socio-économique d’un pays – amenée par la transition en constitue la première pierre de touche. Car « tandis que dans les tyrannies l'amitié et la justice ne jouent qu'un faible rôle, dans les démocraties au contraire leur importance est extrême: car il y a beaucoup de choses communes là où les citoyens sont égaux», clamait déjà Aristote.

 

 

Cette photo a été prise en novembre 2010 au B.I.T.