UA-105021232-1

dimanche, 01 janvier 2012

2012 : pourvu qu'elle soit décisive!

BONNE-ANNEE-2012.jpg

« Je ne te souhaite pas la nouvelle année car j’ai vu si peu mes vœux s’accomplir que je te rendrais un mauvais service », aurait-on envie d’écrire à ceux qui nous sont chers, loin des formules de circonstances, à l’instar de l’image volontairement kitch ci-dessus.

12 comme les douze mois de l’année … Sera-t-elle l’ultime si l’on croit le calendrier des Mayas ?

Comme un leitmotiv, le changement d’année s’avère un moment charnière pour contracter de nouvelles résolutions – souvent semblables aux années précédentes – et pour faire des promesses à l’image de vœux pieux.

Côté survie, on apprend - enfin! - que la crise de l'euro, monnaie qui fête ses dix ans, n'empêchera plus d'exporter les produits suisses. Autrement dit, des prix vont baisser suite aux exhortations réitérées ... depuis cet été des distributeurs, et de quelques rares politiques courageux. La déflation n'est heureusement pas au rendez-vous. On peut ainsi rêver payer 2% de moins son électricité et voir ses télécommunications avec ses pays voisins européens baisser de 5 centimes. Les allègements promis à la suite des décisions pour contrecarrer la force du franc suisse sembleraient finalement profiter à l'ensemble de l'économie. 

On pourrait imaginer rationnellement une réduction à long terme des impôts et des taxes (sans vouloir aussitôt les remplacer, évidemment).

Verra-t-on les dénégations et les résiliences en tous genres disparaître pour connaître un monde plus vrai, qui ne soit plus condamné au paraître et aux-faux semblants? Pour l'heure, la seule certitude est que l'année écoulée aura vu s'écrouler le jeu de dupes de trois dictateurs sanglants du Moyen-Orient. Des élections importantes auront lieu l'année à venir (France, Sénégal, USA) et pourraient encore faire changer la face du monde.

Que nos hivers soient moins froids - si l'on en croit les préventocrates du réchauffement climatique - reste plutôt une bonne nouvelle.

À mes lecteurs fidèles et occasionnels,  

Ne marquons au cours de l’an

Que les heures gaies du cadran !

 

 

20:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : nouvel an, 2012 | |  Facebook

vendredi, 07 janvier 2011

L'Apocalypse en 2012?

 

Pour le premier billet du nouvel an, je me réfère aux interprétations ci et des catastrophes naturelles telles que la mort mystérieuse des oiseaux dans l'Arkansas, les pluies torrentielles en Guadeloupe qui ont entraîné trois morts. apocalypse2.jpgCertains y voient des signes de l'éternelle colère divine, présage d’une imminente fin du monde. Certainement, on « sait » que le créateur du ciel et de la terre est un dieu vengeur : en condamnant à mort tout être humain, en infligeant aux femmes la terrible (et parfois mortelle) souffrance d’enfanter dans la douleur et en imposant à sa progéniture de gagner sa vie à la sueur de son front, il apparaît dans toute la splendeur de sa colère démiurgique. L’Ancien Testament dont le livre d’Ezechiel, entre autres, nous en montre la teneur.

 

Bien sûr, d’innombrables prophéties ont été faites dans ce sens. En 2012 - le 21 décembre pour être précis - il adviendrait une énorme catastrophe qui marquerait soit la fin de l’humanité soit la fin de l’époque de l’or, d'après une antique croyance des Mayas.

 

Cette vague intuition d’un rendez-vous proche avec l’Apocalypse se traduit avec force également dans le cinéma. « 2012 » est aussi un film de Roland Emmerich où on voit le professeur West contant de grandes tempêtes solaires d’une intensité jamais égalées qui s’abattraient sur notre planète ; la volonté du scientifique de donner l’alarme sera contredite par sa communauté et le président des USA ne sera jamais en possession de ces informations si cruciales, ce qui signifie que la catastrophe mondiale ne pourra pas être évitée.

 

Or, une question récurrente se pose naturellement. Outre le commerce très lucratif qu’engendrent ces craintes (tant mieux pour ceux qui en profitent !), on peut toujours se demander comment se forment ces superstitions dans l’esprit humain.

 

Néanmoins, grâce à la Nasa, on sait que rien de dramatique n’arrivera sur terre ce jour-là de l'an prochain; les experts de l’auguste unité spatiale l’ont exprimé sur leur site officiel, arguant que cela fait plus de quatre milliards d’années que la Terre se développe sans trop de difficulté et qu’ils n’ont à leur connaissance aucun élément tangible pouvant porter à croire à un tel événement. (CQFD?)