UA-105021232-1

jeudi, 03 novembre 2011

L'écrivain Arthur Koestler au Club de la Grammaire

Le Club de la Grammaire

invite ce soir, jeudi 3 novembre 2011, à 18 h30 (entrée libre)

 

Robert STEUKERS pour une conférence à l’ING

à propos d’Arthur KOESLTER et son itinéraire hors du commun

 

Cet auteur fascinant dont l’intérêt littéraire constitue principalement dans sa manière et son art très personnels, presque naturels, de livrer ses mémoires, qui sont également la mémoire d’une époque, celle du siècle pour rien selon l’appellation commune de certains intellectuels.

Les souvenirs innommables du camp de concentration du Vernet font essentiellement la trame des ses romans, qui n’appellent qu’à dépasser toutes les idéologies et les réductions non phénoménologiques de ce bouillonnant et mythique 20e siècle dont les liens ne sont pas encore rompus avec l’actuel.

10:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : arthur koeslter, littérature, club de la grammaire | |  Facebook

vendredi, 08 octobre 2010

Pierre Gripari au Club de la Grammaire

 

Le CLUB DE LA GRAMMAIRE
fondé par Honoré Snell en 1959 - affilié à l’Institut national genevois et présidé par Pascal Junod
Décerne le prix Vaugelas

CONVOCATION À L’ASSEMBLEE GENERALE 2010
Samedi 9 octobre 2010 à 16 heures précises
(Accueil des participants dès 15h30)
au café-restaurant « Le Papon »,
Rue Henri Fazy 1, 1204 Genève.
(Immeuble de l’Hôtel de Ville dans la vieille ville ; parking St-Antoine)

  

Apéritif offert par le Club de la Grammaire

Dès 17h 30 :  Soirée Pierre GRIPARI avec Anne Martin-Conrad,
co-auteur d’un GRIPARI avec Jacques Marlaud

dans la Collection «Qui suis-je? » (Pardès)
Exposé sur l’écrivain et lectures de textes de GRIPARI.

Animation avec le Dr Merlin (chansons sur des paroles de Pierre GRIPARI)

 


**************************************************
 

 Pierre Gripari, décédé il y a tout juste 20 ans, a traversé son siècle comme un poète : il a mis en ordre avec des mots le chaos du monde, des images, des idées qui ont exalté, nourri ou détruit ses contemporains. Sa vie fut difficile, mais son engagement corps et âme dans la littérature nous laisse une œuvre précieuse pour tous ceux qui aiment lire. Connu et reconnu pour ses contes, il a aussi écrit 141 nouvelles, 14 romans, 34 pièces de théâtre, dont 21 pour la jeunesse, des anthologies, essais, poèmes…
 
La tâche de l’écrivain est de revivre et de réinterpréter à neuf des situations et des archétypes qui sont de tous les temps. Gripari raconte des histoires avec délectation, humour et profondeur. Loin de la littérature de laboratoire, en vogue dans les années d’après-guerre, il obéit à l’élan du rythme de l’histoire qui veut naître, qui veut s’écrire, qui veut émouvoir. Le réalisme est banni de son œuvre, mais la vérité y gagne : Tout au moins celle qui nous confronte à la tragique condition humaine, tout en nous donnant aussi les clés pour l’affronter.
 
Dans ce « Qui suis-je ? » Gripari, les auteurs, qui l’ont bien connu, mêlent informations biographiques et description de livres à l’analyse, en particulier en ce qui concerne Dieu… traité, il est vrai, comme un personnage purement littéraire, d’une manière qui n’appartient qu’à Gripari.
 
La sincérité caractérise toute l’œuvre de Gripari, qu’elle s’adresse aux enfants ou aux adultes, mais elle se mêle à une grande pudeur. Ce livre tente de mettre en valeur et d’éclairer l’exemplaire destinée de cet écrivain si original qui aimait expliquer son écriture :
 
 

« J’écris pour être aimé, longtemps après ma mort, comme j’ai aimé Dickens. J’écris pour faire du bien, comme Jack London m’a fait du bien, à quelques individus que je ne connaîtrai jamais, dont les pensées ne seront pas les miennes, qui vivront dans un monde que je puis concevoir. »



La soirée GRIPARI est ouverte à tous ; n’hésitez pas à inviter vos amis. Un repas convivial suivra à 20 h où chacun peut s'inscrire.
 


Club de la grammaire, case postale 3763, 1211 Genève 3
Tél. 022 319 42 41 – fax 022 319 42 43
pjunod@europae.ch


09:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : club de la grammaire, genève, langue française, littérature | |  Facebook

mardi, 22 juin 2010

Vincenot à l'honneur

Le CLUB DE LA GRAMMAIRE

 

 

vous invite à sa prochaine conférence, la dernière avant les vacances d'été,

 

le Jeudi  24 juin 2010 à 19 heures (entrée libre) 

à l’Institut National Genevois (ING), Promenade du Pin 1, 1204 Genève

 

PIERRE VIAL

Historien, auteur de Vincenot, collection Qui suis-je ? 2010

 

HENRI VINCENOT (1912-1985)

 

livre.jpgHenri Vincenot est, dans la République des Lettres, un personnage parfaitement atypique. Sans doute aurait-il apprécié ce compliment car, au propre comme au figuré, il aimait marcher hors des sentiers battus. Il a longtemps porté en lui une œuvre que le public n’a découvert que très tardivement.

 

Dans ce « Qui suis-je ? » Vincenot, l’auteur nous montre comme le temps perdu a été très vite regagné, comment, en un temps et dans une société où l’anonymat, l’individualisme et la solitude frappent de plein fouet tant de personnes, l’œuvre d’Henri Vincenot continue à nous dire l’importance vitale de l’appartenance à des communautés organiques, le caractère salvateur de l’enracinement, l’impérative nécessité d’une identité – identité parfois niée, souvent oubliée -, que cette lecture nous conduit à redécouvrir. Car le conteur prend par la main celui qui ouvre un de ses livres pour la première fois et il ne le lâche plus ; non pour l’enfermer dans un univers purement livresque, mais pour lui ouvrir les portes d’une vie authentique, libérée des pesanteurs des mensonges et des dogmes de la modernité.

 

À ce titre, Vincenot est un éveilleur. Il connaît l’importance des initiations. Là où il est, il contemple avec ses yeux malicieux et son sourire un peu narquois, sous sa moustache de Gaulois, les pauvres insectes qui s’agitent fébrilement, mais en vain, dans la termitière. Et il montre du doigt, à ceux qui veulent bien regarder et qui méritent de l’entendre dire, le chemin des étoiles.

 

 

 

18:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vincenot, littérature française, club de la grammaire | |  Facebook