UA-105021232-1

mercredi, 25 mai 2011

De passage à Genève, Ueli Maurer reconfirme sa foi en la neutralité "stricte"

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a appelé  de tous ses vœux mardi à Genève à ne pas changer la politique de neutralité de la Suisse en vigueur. Aussi, s’est-il réjoui du fait que l’envoi des militaires suisses à l’étranger ne rencontre pas la majorité populaire. Pour lui, cette particularité toute helvétique – qui commence à faire des envieux chez les déçus de l’UE ou de l’OTAN et alimente les arguments des eurosceptiques – constitue une force pour le pays. Les chiffres du rapport sur la sécurité parlent d’eux-mêmes :  94% des personnes interviewées dans le cadre de l’étude annuelle de l’EPFZ et de l’Académie militaire souhaitent conserver une neutralité stricte.

L’armée suisse est bel et bien présente à l’étranger, que ce soit en Corée, au Kosovo, en Lybie, etc. Mais le conseiller fédéral a émis de gros doutes concernant l’engagement de la Swisscoy au Kosovo en précisant qu’il ne fallait poursuivre cette action pendant encore 20 ans « sous prétexte » de problèmes dus aux manquements de l’Etat, au chômage endémique et à la corruption effrénées qui gangrène toute la vie des citoyens.

Cependant Ueli Maurer a affirmé que si l’armée militaire doit se garder de s’enrôler sur le plan international, les militaires suisses jouent souvent un rôle sécurisant à l’étranger. Il a préconisé ainsi la priorité à l’humanitaire, dont les compétences de la Suisse jouissent d’une reconnaissance mondiale. Les domaines des transports et de l’eau, par exemple, en font partie.

La question des femmes a aussi été effleurée ; un service civil d’une année au moins dans les homes de personnes âgées ou dans les hôpitaux pourrait être une possibilité supplémentaire de contribution personnelle à la collectivité.

Enfin, le conseiller fédéral a rappelé que son département a excellé dans la mise en œuvre des actions contre la cybercriminalité ( cliquer ici ou encore ), nouvelle donne en matière d'attaques, exigeant donc des mesures de défense appropriées.

mardi, 07 septembre 2010

Le Conseil fédéral reconnaît formellement l'excision comme un crime punissable

berlusconi_gheddafi.jpgOn est tous assaillis ces jours par de nouvelles insultes d’une violence inouïe du colonel Kadhafi à l’encontre d’un continent dont il rêve paradoxalement d’être le président. Ces insanités ont été émises dans la Ville éternelle à l’occasion d’un petit coucou fait à son cher ami Berlusconi pour fêter ensemble le dernier jour du Ramadan.

 

Le Fou de Syrte nourrit ses dires en faisant le prosélytisme de la religion islamique en exprimant une volonté propre à ce qu’elle devienne la première religion européenne, ce toujours dans la Rome chrétienne.

 

Environ 500 jeunes femmes venues l’écouter sont reparties avec le Coran traduit engheddafi_ragazze_corano.jpg italien sous le bras … convaincues ??? que la femme en Orient est mieux traitée qu’en Occident, selon l’argumentation fine du Leader Maximo.

 

Afin de se remettre les neurones en place en cette rentrée déjà très chargée, on apprend heureusement ces jours une nouvelle de taille concernant l’état des travaux sur la lutte contre les mutilations génitales féminines dans notre pays, initiées par l’UNICEF-Suisse en 1999. Toutes les dix secondes, une jeune fille est excisée dans le monde et cette monstruosité concerne aussi les immigrées dans notre pays, lesquelles subissent ce sort tragique et douloureux notamment pendant les vacances scolaires.

 

sion.jpgOr, nos us et coutumes ainsi que nos lois interdisent ces cruelles pratiques, reconnues aussi de barbares par moult citoyens de ces mêmes pays qui les promeuvent. Elles tombent simplement sous le coup du Code pénal vu qu’elles constituent des lésions corporelles graves, une atteinte à la dignité humaine et une maltraitance des mineures innommable. En exemple, des parents somaliens ont été condamnés en 1996 dans l’Oberland zurichois pour avoir fait exciser leur fillette de deux ans.

 

En 2008, les parlementaires fédéraux ont commencé à prendre à bras-le-corps ce problème humain, juridique, politique. L’UNICEF-Suisse poursuit ses efforts de sensibilisation et de prévention dans les pays concernés … et le parlement fédéral s’est doté d’une motion exigeant la mise en place des mesures allant dans ce sens. C’est désormais un fait : le Conseil fédéral a annoncé le 25 août 2010 ( cliquer ici ) sa position en vue de l’introduction d’une norme pénale uniforme. Fortes de ce statut juridique, les mutilations génitales seront dorénavant poursuivies ainsi que les actions politiques de prévention ici comme dans le pays étranger .

 

Une autre actualité vient alimenter cette réflexion avec Sakineh Mohammadi Ashtian, l'Iranienne condamnée à être lapidéepetanque-islam.jpg et qui mobilise l’opinion publique mondiale au point de traiter lapidairement Carla Bruni de prostituée italienne par les tenants de ces pratiques inhumaines, ce qui fait dire à Roberto Saviano qu’ abandonner cette femme à son destin, c’est comme jeter la pierre à toues les femmes. On connaît par ailleurs le combat d’une autre Iranienne, la musulmane Shirin Ebadi, Nobel de la Paix, contre ces exactions ...

 

Dans la cacophonie générale qui règne ces jours, je pense qu’il s’agit d’une information qui méritait d’être relevée … Un signal fort a été donné. On ne peut pas impunément accomplir des actes d'une ignominie telle au nom de "phantasmes multiculturels"; les valeurs véhiculées par la Charte des droits humains sont universelles! Gageons que les débats publics sur les dangers d'un islamisme radical rampant de ces derniers mois et la réaffirmation du principe de laïcité n'aient pas été un vain mot. La politique helvétique a heureusement pris le train en marche!