vendredi, 19 novembre 2010

Un responsable de l'ordre public condamné

 

 

Après avoir été muté en début de cette année, le chef de la gendarmerie valaisanne a été condamné par le tribunal compétent de Brigue le 1er avril pour actes de pédophilie sur la fille de sa compagne. L’affaire fut révélée par l’école de la fillette, qui décida de saisir la justice. Quand on dit que les pires crimes sont commis dans le premier cercle, soit le cercle familial, on peut faire confiance aux statistiques des criminologues ...

Finalement, son licenciement est prononcé pour le 30 novembre suite à la condamnation; même les jours-amendes seront commués en travail d’intérêt général.

Ce cas fait du bien pour plusieurs raisons. Il nous montre essentiellement qu’il ne suffit pas d’être un puissant pour se voir blanchi par la justice. Et malgré le fait que l’on soit parfois offusqués de constater que les puissants échappent à la sanction alors que certaines petites illégalités vous poursuivent sans répit, il est heureux d’apprendre que l’impunité, véritable fléau dans certaines contrées du globe, n’est pas une culture dans notre pays.

Naïvement, on se retrouve en accord avec l’ordre établi et il est heureux de se dire que le combat en vaut la chandelle … OUF !

stop-pedophilie.jpg

 

11:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gendarmerie, lois, pédophilie, pouvoir, crime, sanction pénale, suisse | |  Facebook

mercredi, 20 octobre 2010

Pendaison des homosexuels en Ouganda

 

OugandaHomo.jpg

On se souvient du film dramatique mettant en scène un humanitaire en Ouganda pris dans les griffes du dictateur Amin Dada, "Le dernier d'Ecosse". Depuis ces événements tragiques relatés, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Un traité important y a été signé cette année pour garantir des élections démocratiques, libres et transparentes en Guinée (dont le second tour est prévu le 24 octobre prochain).

homoOuganda.jpgAu même endroit, on apprend qu’un tabloïd local se lance, sans faire dans la dentelle, dans une chasse aux sorcières d'une autre ère : partant du postulat qu'homosexuels et pédophiles renferment une même catégorie, il appelle à faire pendre haut et court une centaine de personnalités du pays "soupçonnées" de s'adonner à des pratiques homosexuelles, lesquelles sont considérées comme un crime.

À quand la fin des discriminations sociales dues à l'orientation sexuelle ? De tels préjugés se retrouvent partout, des appels à la violence sociale de ce genre sont monnaie courante et il n’est pas question de stigmatiser un pays plutôt qu’un autre –  – on se remémore les actions tragico-comiques opérées à l’entrée des hôpitaux de la très catholique devenue ministre, Madame Christine Boutin, qui criait hauthomophobie-1.jpg et fort « au feu les homosexuels ! » au même titre que « l’avortement est un meurtre » ; ces injonctions se basaient sur sa croyance exprimée publiquement, selon laquelle « toutes les civilisations qui ont reconnu et justifié l’homosexualité comme mode de vie ont connu la décadence ».

Toutefois, toute société se doit de veiller à ce que des préjugés homophobes de cette nature ne prennent pas le dessus dans les prises de décisions pour ce qui concerne les affaires courantes, ordinaires ou extraordinaires. J’ai une pensée pour ces personnes d'Ouganda qui doivent vivre dans la terreur …

 

mardi, 07 septembre 2010

Le Conseil fédéral reconnaît formellement l'excision comme un crime punissable

berlusconi_gheddafi.jpgOn est tous assaillis ces jours par de nouvelles insultes d’une violence inouïe du colonel Kadhafi à l’encontre d’un continent dont il rêve paradoxalement d’être le président. Ces insanités ont été émises dans la Ville éternelle à l’occasion d’un petit coucou fait à son cher ami Berlusconi pour fêter ensemble le dernier jour du Ramadan.

 

Le Fou de Syrte nourrit ses dires en faisant le prosélytisme de la religion islamique en exprimant une volonté propre à ce qu’elle devienne la première religion européenne, ce toujours dans la Rome chrétienne.

 

Environ 500 jeunes femmes venues l’écouter sont reparties avec le Coran traduit engheddafi_ragazze_corano.jpg italien sous le bras … convaincues ??? que la femme en Orient est mieux traitée qu’en Occident, selon l’argumentation fine du Leader Maximo.

 

Afin de se remettre les neurones en place en cette rentrée déjà très chargée, on apprend heureusement ces jours une nouvelle de taille concernant l’état des travaux sur la lutte contre les mutilations génitales féminines dans notre pays, initiées par l’UNICEF-Suisse en 1999. Toutes les dix secondes, une jeune fille est excisée dans le monde et cette monstruosité concerne aussi les immigrées dans notre pays, lesquelles subissent ce sort tragique et douloureux notamment pendant les vacances scolaires.

 

sion.jpgOr, nos us et coutumes ainsi que nos lois interdisent ces cruelles pratiques, reconnues aussi de barbares par moult citoyens de ces mêmes pays qui les promeuvent. Elles tombent simplement sous le coup du Code pénal vu qu’elles constituent des lésions corporelles graves, une atteinte à la dignité humaine et une maltraitance des mineures innommable. En exemple, des parents somaliens ont été condamnés en 1996 dans l’Oberland zurichois pour avoir fait exciser leur fillette de deux ans.

 

En 2008, les parlementaires fédéraux ont commencé à prendre à bras-le-corps ce problème humain, juridique, politique. L’UNICEF-Suisse poursuit ses efforts de sensibilisation et de prévention dans les pays concernés … et le parlement fédéral s’est doté d’une motion exigeant la mise en place des mesures allant dans ce sens. C’est désormais un fait : le Conseil fédéral a annoncé le 25 août 2010 ( cliquer ici ) sa position en vue de l’introduction d’une norme pénale uniforme. Fortes de ce statut juridique, les mutilations génitales seront dorénavant poursuivies ainsi que les actions politiques de prévention ici comme dans le pays étranger .

 

Une autre actualité vient alimenter cette réflexion avec Sakineh Mohammadi Ashtian, l'Iranienne condamnée à être lapidéepetanque-islam.jpg et qui mobilise l’opinion publique mondiale au point de traiter lapidairement Carla Bruni de prostituée italienne par les tenants de ces pratiques inhumaines, ce qui fait dire à Roberto Saviano qu’ abandonner cette femme à son destin, c’est comme jeter la pierre à toues les femmes. On connaît par ailleurs le combat d’une autre Iranienne, la musulmane Shirin Ebadi, Nobel de la Paix, contre ces exactions ...

 

Dans la cacophonie générale qui règne ces jours, je pense qu’il s’agit d’une information qui méritait d’être relevée … Un signal fort a été donné. On ne peut pas impunément accomplir des actes d'une ignominie telle au nom de "phantasmes multiculturels"; les valeurs véhiculées par la Charte des droits humains sont universelles! Gageons que les débats publics sur les dangers d'un islamisme radical rampant de ces derniers mois et la réaffirmation du principe de laïcité n'aient pas été un vain mot. La politique helvétique a heureusement pris le train en marche!

vendredi, 12 juin 2009

Fin tragique de l'anthropologue genevois Alain Monnier

 

« Sorti armé d'une machette et d'une moustiquaire de la mythologie grecque, c'est le désir d'entendre raconter des mythes de vive voix qui m'a fait me tourner vers l'anthropologie religieuse. » Ces paroles étaient d’Alain Monnier, expliquant ainsi sa préférence pour cette spécialisation de la branche qu’il avait choisi de creuser.

 

alain_monnier1.jpg

 

De par sa très grande culture, Alain Monnier aimait se référer aux mythes originaires, qu’il faisait vivre dans son travail d’anthropologue, notamment pour expliquer les phénomènes des catastrophes.

 

Cette actualisation de l’Odyssée marquait ses expériences effectuées en Amazonie péruvienne ou bolivienne, dans le Gran Chaco argentin, en Papouasie, sur l’île de Pâques.

 

Retrouvé mort dans le Doubs où il se rendait souvent pour ses randonnées pédestres, un coup de poignard dans le cœur selon les premiers résultats de l’enquête, Alain Monnier emporte avec lui le mystère de ce geste fatal. Est-ce un suicide ou un assassinat ?

 

 

 

L’objet meurtrier, cause de son décès, a été récupéré dans les eaux. Le corps, encore habillé, fut repêché au barrage du Refrain (commune de Fournet-Blancheroche). L’homme n’avait plus donné signe de vie depuis plusieurs jours.

 

Personnellement, j’ai eu le plaisir de le rencontrer notamment dans certain cercle littéraire. Croisé par hasard il y a peu au Café des Philosophes, il racontait sa dernière version du Nouveau Testament. Excentrique avec goût, raffiné et naturel à la fois, franchement énigmatique, Alain Monnier personnifiait un théâtre à lui seul. Solitaire et solidaire, il savait parler à quiconque, maniant langage du coeur et vie de l'esprit. Uniquement par sa présence, il pouvait électriser l’auditoire. Bref, il vivait sa pensée et il pensait comme il vivait.

 

Il aurait pu mourir dix fois d’une fièvre aphteuse contractée en Amérique du Sud ou d’une rencontre indésirable ou encore d’un mauvais sort jeté par un jaloux, à l’image des destins tragiques qui trament le berceau de toutes les cultures du monde. Alain Monnier n’est plus. C’est une très grande tristesse, empreinte de colère, pour ceux qui l’ont connu. Une grande perte pour le milieu académique. Et la consternation autour des circonstances, décidément troublantes, de sa disparition violente, reste totale ...

Lire la suite

11:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : anthropologie, alain monnier, suicide, crime, philosophie | |  Facebook