samedi, 07 février 2009

IUFE / HEP ? Charles Beer persiste et signe dans la pédagogie du vide!

Ainsi, cette semaine, Genève s’est enfoncé encore un peu plus dans le bourbier pédagogique. Alors que la France a abandonné les IUFM en mai dernier, Charles Beer persiste et signe dans son indigence, en instaurant l’IUFE, pour la rentrée prochaine. A toutes fins utiles, l'auteure de ce blog (au bénéfice d'une licence universitaire dans des branches fondamentales)  avait fait un état des lieux de la formation universitaire des maîtres http://www.arle.ch/archives/ARLE/articles/iufm.html, consultable librement sur google.

 

Le nouveau règlement mis en place suite à la votation du 24 septembre 2006 sans base légale, la création de plusieurs dizaines de postes de cadres dont des nominations sauvages et illégales et un matraquage méthodique de quelques candidatures appropriées pour des raisons plus qu’obscures, l’annulation d’une votation populaire par voie juridique ne suffisent pas au bilan calamiteux du Conseiller d’Etat, déjà honteusement désavoué. Il réitère ainsi ses pratiques idéologiques, indifférent au pouls de la population, dans le sens d’une HEP. 

Enseignement1.gif

Qui a dit vox populi, vox dei ? Le Charlemagne malgré lui, candidat à sa propre réélection, pour pouvoir toucher sa rente entière, tout en avouant vouloir changer de département (allez, braves gens, votez pour ses beaux yeux, même s’il n’en a que faire des principes républicains en vigueur !), viserait ... la Police (DI) après son premier échec cuisant et son acolyte, Tornare, le DIP. Les délégués du PS qui devraient se prononcer bientôt, oseront-ils l’audace de ne pas reconduire leur candidat sortant, au bilan désastreux, humiliant pour une Genève en faillite? Il y a pourtant tellement de femmes de qualité même ailleurs qu’au sein de leur petite caste endogame, avec un vrai respect des besoins sociaux et des valeurs citoyennes.  

14:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : enseignement, pédagogie, formation | |  Facebook

lundi, 15 décembre 2008

Politique pédagogiste et communication tronquée

La pédagogie, c'est l’art d’enseigner. Etymologiquement, le terme pédagogie dérive du grec παιδαγωγία, de παιδός (/'paɪdɔs/) « l'enfant » et γω (/'a.gɔ/) « conduire, mener, accompagner, élever » Aussi, par définition, tout enseignant ou formateur est-il un pédagogue. La pédagogie désigne l’ensemble des méthodes et des pratiques, objet ou non de théorisation, cherchant à assurer la transmission des savoirs.

pédago5.jpgIl faut donc distinguer pédagogie et pédagogisme. Cette dénomination, connotée péjorativement, dénote les réflexions théoriques qui font abstraction de la spécificité de l’enseignement de chaque discipline. Les démarches générales y sont encouragées au lieu de parler des contenus de l’enseignement. Foncièrement artificiels, les procédés pédagogistes se caractérisent par une méfiance absolue à l’égard d’enseigner et tient à mettre au centre de la relation au savoir « l’apprenant ». Le projet de Frankenstein qui veut imposer son pouvoir par son savoir est érigé comme référence à combattre. Les méthodes dites actives, de préférence ludiques, l’autodidaxie ou le socio-constructivisme, sont ainsi opposées au cours magistral ou enseignement dit frontal.

Mais force est de constater que ces méthodes pédagogistes s’avèrent être des techniques de manipulation mentale qui laissent croire que l’enfant peut par sa propre activité reconstruire seul les savoirs accumulés durant des millénaires. Complètement livrés à eux-mêmes, les élèves se voient bien plus abandonnés par le système scolaire que soutenus. Les profs, mal à l’aise dans des pratiques aussi idiotes, ne jouissant d'aucune marge de manœuvre, acculés souvent au rôle de « bécasse », se retrouvent à exercer un métier pour une maigre pitance qui n’a rien à voir avec un vrai travail d’intelligence.

C’est ce qui explique le très mauvais classement de l’école genevoise. Rappelons que Genève se réclame du niveau socio-éducatif le plus élevé et annonce les résultats les moins bons. L'étude PISA révèle les inepties d'une institution qui maintient les élèves dans des problèmes créés par la structure même; les mensonges au plus haut sommet de la hiérarchie étatique en vue d'influencer un vote important pour l'avenir ont été arrêtés à temps par la justice. C'est dire à quel point le laboratoire à formater les jeunes cerveaux est malade!  

 Pour le gag de Roumanoff sur La classe sensible www.youhumour.com

14:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : enseignement | |  Facebook