UA-105021232-1

jeudi, 19 mars 2009

André Hediger, ancien magistrat coco traîné en justice

sobres.jpgOn dit de « Dédé » qu’il est le magistrat chéri des Genevois et que d’aucuns s’offusquent de le voir traîné ainsi en justice pour ... une somme de 2800.- frs! Le spectacle qu’il a donné aujourd’hui ressemble bien pourtant à un homme qui veut laver son « honneur » en public. Mais la déception était au rendez-vous aussi : pas grand’monde n’est venu pour écouter l’ancien maire de Genève qui ne savait plus au juste combien de fois il avait occupé cette honorifique fonction, soi-dit en passant.

 

La justice lui reproche d’avoir fait sauter des amendes pour le compte de tiers autant que pour son propre compte. Le procureur général, Daniel Zappelli s’est empressé de lui rappeler que des avis de droits élaborés au plus haut niveau lui ont été adressés sans que ce monsieur ne s’en soucie. Sa posture fleurait l’arrogance et l’incompétence faite valeur téléologique.

 

Il conteste effectivement toute infraction à la loi. À la question « POURQUOI n’avez-vous jamais réagi aux directives écrites du procureur général (l’ancien et le nouveau mais qu’importe, c’est la fonction qui compte) en l’appelant ou en lui écrivant si vous doutiez de la teneur d’une telle directive? », la réponse de l’intimé ne s’est pas trop fait attendre : « Je n’en avais aucune raison. » Ce qui rajoute au brouillard déjà lourd … Être un représentant de la république mettrait-il au-desus des lois? Or, le procureur en place, dans une forme superbe, ne s'en laisse pas conter!

 

Le fait récurrent avancé dans cette saga judiciaire est qu’ «à l’époque des faits, d’autres élus agissaient ainsi et ça ne choquait personne.» Mais ce pseudo-argument n’a pas convaincu la cour. Des pièces écrites, par milliers, ont été référencées ci et là : des billets doux attestent de relations fort privilégiées qui, en audience, ont été présentées parfois comme des faveurs … pour cas sociaux. 

 

Entre 1996 et 2006, une ribambelle de bûches ont giclé ; sur les 59 infractions reprochées, 35 concernent son propre véhicule, la Volvo verte. Du point de vue du droit, il s’avère en réalité que le magistrat coco de la Ville de Genève aurait profité de son statut de supérieur hiérarchique pour ordonner à ses subordonnés du Service des agents de Ville de procéder à l’annulation de ses bûches, dont le montant variait entre 40, 120, parfois 220francs. Tignous1.jpg

 

Une seconde audience est ajournée le 22 avril où comparaîtront 23 maires de communes afin de démontrer que les pratiques de son client existaient à l’époque partout et «lever ainsi l’hypocrisie qui règne autour de cette affaire».

 

Le but pour cet homme somme toute sans intérêt, sympa pour lui-même, rigolant de ses frasques comme un enfant pris le doigt dans la confiture, jouant une farce de plus, reste de  « quitter » la scène la tête haute tout en jouissant d’une retraite faramineuse non méritée dans sa demeure près du château de Gruyères (ben, voyons!). Faire parler de lui avec son procès lui procure ce plaisir - les annonces de sa venue à Genève étaient bien médiatisées - mais ces petites histoires ridicules n'ont pas intéressé beaucoup de gens si ce n'est qu'en coulisse, beaucoup se demandent si c'étaient eux qui se retrouvaient sur le banc des accusés, quel sort lui réserverait l'instruction.

 

Ayant joui d’une énorme conjoncture favorable pour sa carrière, il ne craint rien de pareil mais veut sauver la face.

 

Hediger restera dans les annales de la Ville de Genève comme l’un de ses représentants les plus en vue et dépourvu de talents qui réussit grâce au principe de Peter à qui on serait en droit de demander des comptes pour la génération suivante.

10:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : justice, ville de genève, politique, escoquerie, sanction | |  Facebook