mercredi, 29 janvier 2014

Droits des femmes d'ici et d'ailleurs. Le 6 février, Journée contre l'excision.

fleurdésert.jpg

 Il faut le dire tout net : l’excision constitue une violation des droits humains. On se souvient qu’un tribunal en Suisse a condamné cette cruelle pratique subie par une jeune fille faite à l’étranger. Le 11 juin 2008, la justice fribourgeoise a reconnu coupable cette violation infligée à une jeune fille somalienne de sept ans par une compatriote à elle, réfugiée en Suisse.

L’argument juridique portait sur le manquement d’assistance et d’éducation, et fut traduit en une peine de six mois de prison.

Notons que l'UNICEF estime que près de 7000 femmes victimes d’une mutilation génitale sur sol suisse.

 

On sait que les artefacts multiculturalistes n'y font rien à l'affaire.  Beaucoup  trop de personnes souffrent de cette violence ... En plus du film " Fleur du désert" où se produit la bergère somalienne, Waris Dirie, devenue mannequin et chantre de la lutte contre la coutume barbare, on reverra avec plaisir "Femmes sans hommes" de l'Iranienne Shirin Neshat, primé à Venise en 2009 par le Lion Argent à Venise, qui raconte l'état d'indigence de millions de femmes face à la terrible violence orchestrée pour des motifs religieux politisés.

 

À lire mon article paru dans le 700e numéro de UNSpecial, organe de communication de l'ONU, du mois de novembre 2010: http://www.unspecial.org/UNS700/t33.html .

 

 

 

Signature-Femmes_600.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

**********************************


Cette note fut rédigée sur cette plateforme le 13 novembre 2010. Depuis, une conscientisation du problème a fait son chemin; le sujet a été traité plus assidument dans des débats à l'ONU, entre autre dans le cadre des sessions des droits de l'homme.


L'excision est formellement interdite en Suisse depuis le 1er juillet 2012 pour toute personne résidant en Suisse, même lorsqu'elle se rend à l'étranger.


En Suisse, vivent près de 12'000 femmes issues de pays où l'excision se pratique traditionnellement; plus de la moitié de ces femmes souffrent de troubles de tous ordres. Une sérieuse sensibilisation est véhiculée dans les milieux migrants en provenance des pays où elle sévit, dont les résultats commencent à se faire sentir : moins de cas sont comptabilisés sur sol suisse autant qu'à l'occasion des voyages effectués des fillettes dans leur pays d'origine.


Si une loi ne suffit pas pour interdire un rite aussi cruel ancré culturellement et cultuellement, il est important de poursuivre ce noble effort parti d'un élan de la société civile. Le 6 février, la Journée contre l'excision est là pour nous le rappeler.

21:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : droits des femmes, excision, suisse, islam | |  Facebook

mardi, 07 septembre 2010

Le Conseil fédéral reconnaît formellement l'excision comme un crime punissable

berlusconi_gheddafi.jpgOn est tous assaillis ces jours par de nouvelles insultes d’une violence inouïe du colonel Kadhafi à l’encontre d’un continent dont il rêve paradoxalement d’être le président. Ces insanités ont été émises dans la Ville éternelle à l’occasion d’un petit coucou fait à son cher ami Berlusconi pour fêter ensemble le dernier jour du Ramadan.

 

Le Fou de Syrte nourrit ses dires en faisant le prosélytisme de la religion islamique en exprimant une volonté propre à ce qu’elle devienne la première religion européenne, ce toujours dans la Rome chrétienne.

 

Environ 500 jeunes femmes venues l’écouter sont reparties avec le Coran traduit engheddafi_ragazze_corano.jpg italien sous le bras … convaincues ??? que la femme en Orient est mieux traitée qu’en Occident, selon l’argumentation fine du Leader Maximo.

 

Afin de se remettre les neurones en place en cette rentrée déjà très chargée, on apprend heureusement ces jours une nouvelle de taille concernant l’état des travaux sur la lutte contre les mutilations génitales féminines dans notre pays, initiées par l’UNICEF-Suisse en 1999. Toutes les dix secondes, une jeune fille est excisée dans le monde et cette monstruosité concerne aussi les immigrées dans notre pays, lesquelles subissent ce sort tragique et douloureux notamment pendant les vacances scolaires.

 

sion.jpgOr, nos us et coutumes ainsi que nos lois interdisent ces cruelles pratiques, reconnues aussi de barbares par moult citoyens de ces mêmes pays qui les promeuvent. Elles tombent simplement sous le coup du Code pénal vu qu’elles constituent des lésions corporelles graves, une atteinte à la dignité humaine et une maltraitance des mineures innommable. En exemple, des parents somaliens ont été condamnés en 1996 dans l’Oberland zurichois pour avoir fait exciser leur fillette de deux ans.

 

En 2008, les parlementaires fédéraux ont commencé à prendre à bras-le-corps ce problème humain, juridique, politique. L’UNICEF-Suisse poursuit ses efforts de sensibilisation et de prévention dans les pays concernés … et le parlement fédéral s’est doté d’une motion exigeant la mise en place des mesures allant dans ce sens. C’est désormais un fait : le Conseil fédéral a annoncé le 25 août 2010 ( cliquer ici ) sa position en vue de l’introduction d’une norme pénale uniforme. Fortes de ce statut juridique, les mutilations génitales seront dorénavant poursuivies ainsi que les actions politiques de prévention ici comme dans le pays étranger .

 

Une autre actualité vient alimenter cette réflexion avec Sakineh Mohammadi Ashtian, l'Iranienne condamnée à être lapidéepetanque-islam.jpg et qui mobilise l’opinion publique mondiale au point de traiter lapidairement Carla Bruni de prostituée italienne par les tenants de ces pratiques inhumaines, ce qui fait dire à Roberto Saviano qu’ abandonner cette femme à son destin, c’est comme jeter la pierre à toues les femmes. On connaît par ailleurs le combat d’une autre Iranienne, la musulmane Shirin Ebadi, Nobel de la Paix, contre ces exactions ...

 

Dans la cacophonie générale qui règne ces jours, je pense qu’il s’agit d’une information qui méritait d’être relevée … Un signal fort a été donné. On ne peut pas impunément accomplir des actes d'une ignominie telle au nom de "phantasmes multiculturels"; les valeurs véhiculées par la Charte des droits humains sont universelles! Gageons que les débats publics sur les dangers d'un islamisme radical rampant de ces derniers mois et la réaffirmation du principe de laïcité n'aient pas été un vain mot. La politique helvétique a heureusement pris le train en marche!