UA-105021232-1

vendredi, 02 octobre 2009

Le roman (noir) de Polanski

roman-polanski-and-sharon-tate11.jpg

L’annonce de ce qu’il est convenu d’appeler désormais « l’affaire Polanski » a fait l’effet d’un vrai coup de tonner. D’aucuns s’offusquent de la manière dont a été traqué le génial cinéaste, jugeant que l’esprit de finesse aurait manqué aux Suisses bien que les procédures aient été respectées à la lettre ; d’autres s’étonnent qu’un crime commis … 32 ans auparavant puisse être encore poursuivi pénalement.

 

Il faut juste dire en passant que l’actualité nous maintient en haleine pour ce qui concerne des actes reconnus pédophiles : Le Tribunal correctionnel de Nyon a décidé d’interner un pervers sexuel de 68 ans ayant purgé sa peine de prison, à quelques jours de sa libération ; cette décision est motivée par l’article 65 du CP sur l’internement a posteriori introduite en 2007 suite à l’initiative sur l’internement à vie des criminels dangereux, soutenue par Blocher, avant la libération du fameux sadique de Romont.

Lire la suite

14:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : polanski, pédophilie, justice, politique, prison | |  Facebook

mardi, 30 juin 2009

La Suisse se distingue dans la lutte contre la pornographie infantile

 

C'est une première! Parmi les 79 pays enrôlés dans l’opération combattant les crimes perpétrés en matière de pornographie enfantine sur le net, la Suisse par la police vaudoise vient de procéder à un énorme coup de filet, assez unique dans le genre, d'après l'avis de son porte-parole.

 

aae.jpgAinsi un important réseau de pédophiles a été démantelé grâce à un stratagème futé : un site internet légal vaudois piraté pour y déposer des fichiers renfermant des images pornographiques mettant en scène des enfants étaient téléchargés par des pédophiles de toutes provenances ; de là, quelque 2.300 adresses IP ont pu être retracées, ce qui a permis des dizaines d’arrestations dans plusieurs pays. Conjointement à ce lien secret, se trouvait une invitation pour les usagers de ces vidéos illicites à en acheter l’intégralité pour une modique somme. Le procédé simple et rusé est aidé par des délinquants basés dans des pays de l’Est qui repèrent la faille dans le fameux site vaudois, en plaçant de manière « invisible » les fichiers pédophiles à l’intérieur du forum de discussions.

 

Selon le document d’accusation officiel remis aux autorités américaines, cette vaste enquête démarrée en mai 2008 pointait du doigt un site hébergé en Suisse, normalement consacré au hip-hop, soupçon qui fut révélé en août de la même année par Interpol.

 

Pour des infos chiffrées, l’histoire retiendra que 32 cas concernaient la Suisse dans 12 cantons. La Pologne et les USA porno1.jpgforment le peloton de tête avec des amendes salées et des emprisonnements effectifs. Quant à l’Espagne, elle multiplie grâce à un logiciel spécialisé « Hispalis » ses actions contre la pornographie infantile sur la toile : en 5 ans, plus de 1200 personnes ont été arrêtées pour ces crimes. Reconnue comme l’un des plus sophistiqués, la Brigade d’investigation technologique hispanique est distinguée par l’Unicef, via le Fonds de ‘ONU pour l’enfance, par le Prix international les enfants d’abord !

 

Enfin, les perquisitions montrent que les différentes catégories sociales sont touchées par ce phénomène, de l’enseignant à l’ouvrier, en passant par des experts en informatique.

06:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : pornographie, pédophilie, justice, sécurité, droit pénal, suisse | |  Facebook

jeudi, 19 mars 2009

André Hediger, ancien magistrat coco traîné en justice

sobres.jpgOn dit de « Dédé » qu’il est le magistrat chéri des Genevois et que d’aucuns s’offusquent de le voir traîné ainsi en justice pour ... une somme de 2800.- frs! Le spectacle qu’il a donné aujourd’hui ressemble bien pourtant à un homme qui veut laver son « honneur » en public. Mais la déception était au rendez-vous aussi : pas grand’monde n’est venu pour écouter l’ancien maire de Genève qui ne savait plus au juste combien de fois il avait occupé cette honorifique fonction, soi-dit en passant.

 

La justice lui reproche d’avoir fait sauter des amendes pour le compte de tiers autant que pour son propre compte. Le procureur général, Daniel Zappelli s’est empressé de lui rappeler que des avis de droits élaborés au plus haut niveau lui ont été adressés sans que ce monsieur ne s’en soucie. Sa posture fleurait l’arrogance et l’incompétence faite valeur téléologique.

 

Il conteste effectivement toute infraction à la loi. À la question « POURQUOI n’avez-vous jamais réagi aux directives écrites du procureur général (l’ancien et le nouveau mais qu’importe, c’est la fonction qui compte) en l’appelant ou en lui écrivant si vous doutiez de la teneur d’une telle directive? », la réponse de l’intimé ne s’est pas trop fait attendre : « Je n’en avais aucune raison. » Ce qui rajoute au brouillard déjà lourd … Être un représentant de la république mettrait-il au-desus des lois? Or, le procureur en place, dans une forme superbe, ne s'en laisse pas conter!

 

Le fait récurrent avancé dans cette saga judiciaire est qu’ «à l’époque des faits, d’autres élus agissaient ainsi et ça ne choquait personne.» Mais ce pseudo-argument n’a pas convaincu la cour. Des pièces écrites, par milliers, ont été référencées ci et là : des billets doux attestent de relations fort privilégiées qui, en audience, ont été présentées parfois comme des faveurs … pour cas sociaux. 

 

Entre 1996 et 2006, une ribambelle de bûches ont giclé ; sur les 59 infractions reprochées, 35 concernent son propre véhicule, la Volvo verte. Du point de vue du droit, il s’avère en réalité que le magistrat coco de la Ville de Genève aurait profité de son statut de supérieur hiérarchique pour ordonner à ses subordonnés du Service des agents de Ville de procéder à l’annulation de ses bûches, dont le montant variait entre 40, 120, parfois 220francs. Tignous1.jpg

 

Une seconde audience est ajournée le 22 avril où comparaîtront 23 maires de communes afin de démontrer que les pratiques de son client existaient à l’époque partout et «lever ainsi l’hypocrisie qui règne autour de cette affaire».

 

Le but pour cet homme somme toute sans intérêt, sympa pour lui-même, rigolant de ses frasques comme un enfant pris le doigt dans la confiture, jouant une farce de plus, reste de  « quitter » la scène la tête haute tout en jouissant d’une retraite faramineuse non méritée dans sa demeure près du château de Gruyères (ben, voyons!). Faire parler de lui avec son procès lui procure ce plaisir - les annonces de sa venue à Genève étaient bien médiatisées - mais ces petites histoires ridicules n'ont pas intéressé beaucoup de gens si ce n'est qu'en coulisse, beaucoup se demandent si c'étaient eux qui se retrouvaient sur le banc des accusés, quel sort lui réserverait l'instruction.

 

Ayant joui d’une énorme conjoncture favorable pour sa carrière, il ne craint rien de pareil mais veut sauver la face.

 

Hediger restera dans les annales de la Ville de Genève comme l’un de ses représentants les plus en vue et dépourvu de talents qui réussit grâce au principe de Peter à qui on serait en droit de demander des comptes pour la génération suivante.

10:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : justice, ville de genève, politique, escoquerie, sanction | |  Facebook