mercredi, 09 février 2011

La transition en Egypte

 

Le Maghreb et les pays africains vivent un tournant historique dans la prise en mains de leur destin, notamment en se rendant compte que le ver est dans le fruit. Il a été abondamment question, sur cette plateforme numérique, des différentes étapes de la transition en Guinée, faisant basculer ce pays chaud d'un régime dictatorial à une démocratie. En Egypte, le gouvernement transitoire mis en place en nommant un vice-président en la personne de l'ex-chef du service des renseignements est peut-être un commencement ... Beaucoup d’opposants et de journalistes croupissent dans les geôles quand ils n'on pas dû fuir leur terre natale et sans vouloir s'ingérer dans les politiques intérieures, une action a été mise en place en vue d'exprimer notre soutien aux manifestants du pays de Néfertiti.

 

« Sur la place Tahrir au Caire et dans de nombreux autres endroits, des centaines de milliers d'Egyptien·ne·s réclament une grande réforme afin de mettre fin à la pauvreté, à la corruption et aux violations des droits humains.

 

Le droit des manifestant·e·s d'aller pacifiquement dans la rue pour défendre leurs revendications n'est cependant pas respecté. Des groupes de partisans du gouvernement attaquent violemment les manifestant·e·s. De nombreux militant·e·s des droits humains ainsi que des journalistes ont été arrêté·e·s.

 

Amnesty International réagit face à cette situation. Avec autant de signatures que possible, nous enverrons une pétition au vice-président égyptien Omar Suleiman exigeant la libération immédiate de tous les militant·e·s qui ont été emprisonné·e·s pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression et de réunion. »


 Ces quelques lignes reçues dans ma boîte mail s'accompagnent du texte de la pétition en ligne. La signer (cliquer ici), c’est soutenir les revendications des manifestants dans leur processus démocratique, ce qui ne va pas sans la protection des tenants de la liberté d'expression.

 

dimanche, 27 juin 2010

Victoire démocratique de la Guinée

guinée2.jpg

La Guinée vit des heures uniques ...  une élection présidentielle historique ! Se voulant libre, transparente et démocratique, cette élection est en effet une première.

 

 "La dictature est une forme autoritaire dans laquelle tout ce qui n'est pas obligatoire est interdit", disait Léo Campion. Le pays a connu pour la première fois les débats publics et un réel recensement de la population votante à l’intérieur de ses terres comme à l’étranger, avec un bureau de vote instauré à Paris. Près de 4 millions d’électeurs ont ainsi pu exprimer leur volonté en leur âme et conscience … pour la première fois. Cet acte civique et politique met fin en quelque sorte à un demi-siècle de dictatures, civiles et militaires, ce après seulement 9 mois le massacre honteux de près 156 opposants selon une source officielle. Il n'est point de justice que par la force ...

 

2010 marque un anniversaire capital en milieu international : les 50 ans d’indépendance. Cette élection paraît donc doublement importante. À une période de 26 années, très sanglante, où le père de l’indépendance , Ahmed Sékou Touré, "président à vie", régna en maître absolu, succéda un régime militaire de 24 années sous la houlette du général Lansana Conté.

 

En ce jour, les Guinées souhaitent croire à la paix. La grande nouveauté est que chacun est libre de choisir son candidat et les militaires votent même « en civil » … Si l’on doit attendre mercredi probablement jusqu'à pour les résultats provisoires, il faudra peut-être s’attendre à un deuxième tour. Là, c’est encore un signe d’un changement des temps … le terme d’un demi-siècle de junte militaire et de coups d’état forcés.

 

Ce n’est pas sans rappeler que cette élection libre, démocratique et transparente a lieu grâce au Conseil National de Transition mis en place depuis les événements de septembre 2009 incarné en la personne de Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente, qui continuera à officier afin que la paix sociale soit assurée ( cliquer ici ). Car comme le clamait un illustre pionnier  de la démocratie représentative au 19e siècle : "En démocratie, le droit d’être représenté appartient à tous, celui de gouverner à appartient à la majorité!"

 

guinée1.jpg

 

mercredi, 16 juin 2010

Elections libres, transparentes et démocratiques en Guinée et le Conseil National de Transition

Des événements qui tissent la vie quotidienne à Genève, il en est un qui rameute beaucoup de mondecarte_guinee.jpg provenant  des quatre coins de la terre. Les rues et les trams en attestent … La 14 session des droits de l’homme déploie actuellement ses panels et dévoile ses personnalités dans toute sa splendeur. À la veille des élections en Guinée, une Dame est venue parler des enjeux de cette échéance en termes de liberté, de transparence et de démocratie.

 

Loin des discours langue de bois qui finissent par faire ronfler l’auditoire tant la manivelle est souvent trop bien rodée et connue d’avance, Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo est venue nous parler de l'institution qu'elle représente, en qualité de Présidente du Conseil National de la Transition en Guinée (CNT).

 

La calme marmoréen qui se dégage de son visage lisse aux contours généreux frappe au premier abord tant l’aspect jure avec le sujet chaud, passionné, déchirant. De ce régime répressif dont elle connaîtra des drames inoubliables, Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo en a tirés les grands axes qui guideront son existence. En cette année du 50e anniversaire de l’indépendance des pays africains, elle aime à reconnaître que le seul fait de travailler dans un bureau constituait en soi une grande conquête … pour les femmes ! Son parcours est à l'image de ses idéaux : conjointement à sa fonction de secrétaire de direction, elle mène des actions syndicales (dont l’importance du mouvement ne fait plus de doute dans les processus d’indépendance). Devenue haut fonctionnaire du BIT, elle poursuivra son combat pour l’exercice des droits sociaux et économiques ainsi que … politiques et civils.

 

Son pays traverse une crise politico-sociale sans précédent en 2007; les meurtres se succèdent pour la prise du pouvoir. Afin d'éviter que de nouveaux affrontements sanglants n'aient lieu pendant cette période d'élections prévues le 27 juin 2010, un Conseil National de Transition est créé, avec le soutien d’autres états. C’est dire que ce beau et vaste pays sort de son désert médiatique, ignoré même des touristes tant ses richesses restent méconnues du grand public.

Lire la suite