UA-105021232-1

jeudi, 24 février 2011

Des ONG crient leur colère contre la folie meurtrière du Guide lybien à l'encontre de son peuple (I)

 

En attendant les sessions spéciales concernant le sort de la Lybie demain, la veille de la Commission des droits de l'homme commençant lundi 28 février 2011, des ONG au bénéfice d’un Statut spécial à l’ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) de l’Union Africaine exprime son indignation face à la cruauté de la politique de défense du Colonel Kadhafi envers son peuple. La RADDHO (Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme) s’insurge contre l’usage de balles réelles, d’armes de bombardements aériens qui tombent en rafales sur la population lybienne. Elle en appelle à l’urgence d’un sommet extraordinaire rassemblant les pays européens pour une protection effective des civils victimes de leur propre dictateur sanguinaire.

 

La RADDHO analyse comme suit la situation :

 

 

« Aujourd’hui, pour le dictateur libyen, sa famille et son clan,  tous les moyens sont bons pour s’agripper au pouvoir et pire, les déclarations du fils, Seïf Al-Islam, sont de ce point de vue sans ambigüité, et méritent d’être sérieusement traitées par la communauté africaine et internationale et notamment par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et la Cour Pénale Internationale (CPI)  qui doivent impérativement agir avant qu’il ne soit trop tard. Les crimes de masses commis délibérément par le dictateur aux abois,  ses milices  et ses mercenaires, posent avec beaucoup d’acuité la question relative à la Responsabilité de Protéger le peuple libyen.

 

En effet, depuis le 15 février dernier, le peuple libyen à l’instar de ceux de la Tunisie, de l’Egypte, de Bahrein, du Yemen, d’Algérie et du Maroc, sont  dans les rues et  manifestent contre des dictatures corrompues régnant des décennies durant sur des Etats devenus leur propriété et confondus à un patrimoine familial, clanique  et/ou  tribal.

 

La RADDHO est très fortement préoccupée par le silence et l’inaction de l’Union Africaine (U.A) et des Chefs d’Etats Africains face à la situation qui prévaut en Libye et surtout le Maghreb arabe dont les implications géostratégiques dans la sous-région, sur le continent et sur le fonctionnement des institutions de l’organisation panafricaine, sont totalement  imprévisibles du fait même de l’influence politique et économique du Colonel Khadafi sur une bonne partie de pays du continent. »

 

lybie2.jpg

 

17:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : politique internationale, la raddho, ong, lybie | |  Facebook