dimanche, 16 août 2009

Bien écrire serait-il une tare?

218-ecole-.gif

C’est la rentrée scolaire pour certains de nos voisins français et certains de nos compatriotes d'autres cantons.

Bon, il paraît qu’un nouveau personnage s’est invité à cet événement ponctuel : la grippe H1N1. À tel point que certains établissements pourraient décréter une fermeture prolongée et proposer des cours délivrés via la télévision.

Ainsi, l’inconnue demeure chez quelques chères têtes blondes : « ira-t-on à l’école, oui ou non ? »

Cette petite phrase au futur, en apparence anodine, m’a fait penser – allez savoir, les associations libres d’idées ! - à une émission de "Faites entrer l’accusé" - consacrée au « tueur de l’Oise » où les experts psychiatres décrivaient le policier-assassin picard comme schizophrène afin qu’il échappe aux assises.

Beaucoup de professionnels ayant dû se pencher sur son dossier avaient mystérieusement relevé que sa maîtrise de l’orthographe et de la ponctuation paraissait fort suspecte. La question qu’ils se posaient était de savoir si le ripou frappé de graphorrhée était normal. Précisons pour l'intelligence du propos qu' il inondait la gendarmerie de lettres manuscrites, anonymes bien sûr, affublées d’une graphie correcte et en outre exemptes de fautes d’orthographes, avec la particularité de manier excellemment le conditionnel et le futur ... Et dire que la dictée a été bannie des examens d'entrée à l'école de police, selon l'avis une connaissance gendarme!

C’est à se demander si savoir écrire correctement serait le signe d’une maladie mentale …

bon-lundi.jpg

Quoi qu'il en soit, je vous souhaite un

21:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : école, rentrée, maladie, résolution, h1n1 | |  Facebook