lundi, 21 mars 2011

Les derniers lambeaux de la Lybie kadhafienne

1065259587.jpg

Le discours de Sarko de cet après-midi a été suivi d’effet. Des avions de combat français survolent actuellement la Libye ; une mission de reconnaissance et de défense de la population civile est maintenue dans le même temps. Nul ne sait pourquoi il a fallu attendre tout ce temps : la résolution de l’ONU était pourtant claire. Beaucoup souhaitent voir enfin chuter la mafia Kadhafi.

 

Le leader maximo qui joue avec les mots de chef d’Etat et de Guide spirituel (pour éviter un coup d’état éventuel) a commis l’erreur fatale basée sur un mensonge savamment entretenu (un de plus) : Benghazi a été prise par ses troupes mais c’était sans compter la décision du Conseil de sécurité qui, elle, ne s’est pas fait attendre.

 

Le tyran de Syrte n’a jamais tenu sa parole : on se souvient de ses premiers attentats terroristes de sa carrière, du Boeing d’UTA, de l’affaire de Lockerbie, de l'annexion sauvage d'une grande partie du Tchad, à savoir la bande d’Aouzou, le triste épisode des infirmières bulgares et … des deux otages suisses!

 

Si 2010 a été marquée par les premières élections présidentielles démocratiques et transparentes en Guinée grâce à un Conseil National de Transition (CNT), érigé désormais en modèle, 2011 symbolisera la fin des régimes dictatoriaux de cette région du monde.  Un CNT s'est constitué en Lybie entre-temps. 

 

La solution est toute proche. Il suffirait d'encercler le Colonel qui ne jouit pas de véritable armée ... 

 

P1030065.jpg

 Micheline PACE

11:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : kadhafi, lybie, dictature, onu | |  Facebook

vendredi, 25 février 2011

Des ONG crient leur colère contre la folie meurtrière du Guide lybien à l'encontre de son peuple (II)

 

À parti de ces considérants sur le drame lybien, la RADDHO :

 

-         « Condamne énergiquement la répression aveugle et cruelle dont les populations libyennes qui contestent pacifiquement pour le respect des droits fondamentaux de l’homme, de la dignité humaine et de la justice sociale ;

-         Demande à Mommar El Khadafi de cesser immédiatement le massacre des populations civiles et  d’engager  sans délai le dialogue  avec son opposition pour trouver les voies et moyens de quitter le pouvoir dans la dignité et l’honneur, s’il en reste ;

-         Appelle l’Union africaine, la Ligue Arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à se démarquer clairement du dictateur Khadafi, en condamnant sans ambigüité le massacre perpétré sur le peuple libyen et en exigeant  l’ouverture d’une enquête internationale par les institutions africaines et internationales les plus appropriées ;

-         Interpelle les chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union africaine pour qu’un sommet extraordinaire soit convoqué d’urgence afin d’examiner la situation en Libye, Egypte et en Tunisie, mais surtout leurs implications géopolitiques sur le continent et sur les institutions panafricaines ;

-         Invite le Conseil de Sécurité et la CPI à engager dans les meilleurs délais  des actions concrètes les plus appropriées pour que les crimes contre l’humanité ne restent pas impunis. »

 

 

De tout coeur avec le peuple lybien pris en otage depuis plus de 40 ans ! Demain est le premier jour d'une nouvelle vie. Et la Conseil des droits de l'homme débute bientôt ...

lybie3.jpg

 

08:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique internationale, la lybie, ong, onu | |  Facebook

vendredi, 11 février 2011

Pourquoi un observateur pour la promotion du français?

carpettes.jpg

 

 

Le français est souvent malmené à Genève. C'est un fait dont beaucoup se plaignent pour mille raisons plus nobles les unes que les autres. Cependant, une solution semble avoir été trouvée. Un observateur pour la promotion et la défense du français en milieu international, reconnu et sélectionné par ses pairs, est prêt à relever ce défi : "Il s'agit de faire respecter le principe de la diversité, valeur fondamentale des Nations-Unies" selon le Sénégalais Gorgui Ndoye.

 

Question : La suprématie de l’anglais sur toutes les autres langues internationales officielles à l’ONU n’est plus à prouver au point que tout cadre supérieur peut en réalité imposer à ses interlocuteurs de parler en anglais Comment le site Internet www.francophonu.org que vous animez, influencera-t-il le cours des choses ?

 

 

 

Gorgui Ndoye : Le site Francophonu est l’expression réelle plus que virtuelle pour dire, désormais, le français a droit de cité dans les instances internationales ! … Avec un « observateur » à Genève, le message est clair : rien n’impose à la cité de Calvin de s’exprimer en anglais !

Le gros du travail sera de récolter des anecdotes, des témoignages, des récits, des textes pas du tout ou mal traduits, pour organiser ensuite des débats publics, provoquer des réactions dans un esprit de normalisation. En guise d’exemple, un responsable onusien accueille une stagiaire francophone désirant s’exprimer dans sa langue maternelle et celui-là l’apostrophe ainsi : « Ah, vous faites partie de ce combat-là ?! » Mon rôle est de faire comprendre que la globalisation n’entraîne pas un affrontement. La diversité linguistique et culturelle reste un droit, un principe et une valeur. Nous avons également des collègues défenseurs de la langue française en Belgique et à Addis Abeba, je serai le point focal vers lequel convergeront les différentes remarques et observations de mes collègues dans toutes les institutions internationales et de toutes celles et ceux qui, nantis du fait que le multilinguisme est une valeur et un droit de l’Homme plus qu’une richesse formidable s’engagent à défendre ce principe.

 

 

(L'intégralité de l'interview sera publiée sur le prochain numéro Cahier du Club de la Grammaire) 

11:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gorgi ndoye, francophonie, onu, observateur, site "francophonu" | |  Facebook

mercredi, 07 avril 2010

Cyber-criminalité et droits de l’homme

«Nous sommes lucides. Nous avons remplacé le dialogue par le communiqué.» (Albert Camus)

cyberterrorisme.jpgOn peut se demander légitimement si Internet est devenu le théâtre de toutes les batailles tant les ordinateurs sont devenus omniprésents dans notre vie moderne, outil de travail nécessaire et moyen de communication par excellence. On peut désormais se livrer une guerre sans merci par ce biais. En tous cas, divers exemples le démontrent journellement.

La saga Falciani, informaticien brillant employé à la banque HSBC, en est un. La question de savoir s’il a glané des données privées grâce à des accès réservés ou à cause de failles présupposées du système pose bien les termes du problème.

Parmi les conférences qui se sont déroulées à l’ONU lors de cette 13e session du Conseil des droits de l’homme, il en est une qui a traité avec brio la question de la cyber-criminalité (ou cyber-terrorisme) à la lumière de l’article 19 de la Déclaration des droits de l'homme concernant la liberté d’expression. Organisé par Interfaith International, ong bénéficiant du statut consultatif auprès de l’ECOSOC, ce débat public a regroupé divers experts, dont Monsieur Carlos Moreira, directeur de WISeKey S.A. (World Trade Center), société réputée entre autre pour avoir fourni les solutions nécessaires à la sécurisation du e-voting de l’Etat de Genève et pour de nombreuses contributions de cyber-sécurité en Chine. 

Lire la suite

14:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : internet, cyberterrorisme, éthique, législation, onu | |  Facebook

dimanche, 14 mars 2010

Relations nord-Sud : 1er Forum des Droits humains au Tchad

 

8 mars.jpgEncore un machin, me direz-vous! Au lendemain de la Journée de la Femme s’est ouvert à N’Djamena le 1er Forum des droits de l’homme. L’occasion a été donnée durant 3 jours d’ériger un état des lieux sur la question, d’identifier les causes des exactions dans ce domaine et de proposer des solutions, via des recommandations dont il s’agit ensuite de vérifier la réalisation.

 

Même si des langues s’élèvent en faux  contre une telle volonté affichée, la prenant pour un miroir aux alouettes, une manière en quelque sorte de se refaire une virginité, en se débarrassant des différentes accusations de violations des droits élémentaires et inaliénables, ce forum n’en est pas moins le signe de l’engagement du pays à remédier autant faire se peut aux problématiques décriées usuellement.

 

Des observateurs internationaux et nationaux ont participé à cette rencontre voulue par le président tchadien, Idriss Deby Itno, et son Ministre des Droits de l’homme de la Promotion des libertés, Abderamane Djasnabaille.

 

Les divers thèmes recoupés dans les deux protocoles onusiens - droits civils et politiques, d’un côté, et droits sociaux, économiques et culturels, de l’autre – ont été pris en considération et scrutés, presque à la loupe.

  

L’histoire du pays est tachée de sang. Depuis son accession à l’indépendance (à l'instar d’autres états africains) il  y a 50 ans, le Tchad aura connu de nombreuses guerres intestines, cause principale du frein à son développement socio-économique et à la promotion des libertés ; on assistera au contraire à une recrudescence de la famine, de la sécheresse ainsi qu'à une dégradation systématique des institutions politiques.

 

Ce forum, qui se tient 5 mois après le passage du pays à l’examen périodique universel (EPU) du Conseil des droits de l’homme, a pu mettre en lumière notamment une amélioration du cadre législatif et de sa vulgarisation, de tracer un bilan sur les états généraux de la justice, en réforme depuis 2003, d’observer que la loi  interdisant les mutilations génitales féminines et les mariages précoces promulguée en 2002 n’est pas restée lettre morte.

 

Malgré les aides apportées par la coopération internationale, le Tchad devra pourtant faire face encore à de nombreux défis avant de devenir vraiment indépendant tant ses conflits sont internes. Les objectifs : Améliorer la condition des enfants, via un réel accès à l’éducation, mettre sur pied des structures sanitaires dignes de ce nom, éradiquer la mortalité des femmes dans l’acte d’accoucher, redistribuer équitablement la manne provenant de la gestion du pétrole aux différentes régions du territoire et s’occuper sérieusement du phénomène de l’impunité, source indéniable des troubles entravant à la bonne marche de la société. Ce 10 mars est à marquer d'une pierre blanche : la première pierre a été posée pour la construction de la Maison des droits humains!

 

Notons également que le Tchad vient de signer la paix avec le Soudan, pays où le Président s'est exilé avant de gagner la Lybie, suite aux troubles causés sous l'ancien gouvernement de l'ex-président, réfugié actuellement à Dakar), sous le regard de Barack Obama ; cet accord devrait permettre de retrouver la stabilité dans les deux pays, mettant fin à l’enfer des réfugiés et déplacés.

 

Gageons donc que les recommandations issues des conférences délivrées et travaux effectués dans ce cadre soient suivies d’effet … car elles forment un véritable plan d'actions utile pour ledit gouvernement. Elles feront de toutes façons l’objet d’évaluations sur la situation des droits de l’homme par les organes officiels idoines. Avec Henri François d'Aguesseau, on sait que "l’homme n’est jamais plus libre que lorsqu’il assujettit ses passions à la raison, et sa raison à la justice."

 

idriss.bis.jpg
le Président tchadien Idriss Déby
« Je vous assure que je suis un des grands défenseurs, sinon le plus grand défenseur des droits humains, économiques et sociaux », s'est-il exclamé 

 

 

 

 

10:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : droits de l'homme, afrique, tchad, onu | |  Facebook

mardi, 09 février 2010

Hans Erni, un peintre qui sait faire aimer la Suisse

erni6.jpg

Ses oeuvres picturales symbolisent le contraste entre l’Antiquité, les civilisations et le monde moderne.

L’artiste en a fait sa devise : « On est moderne par la manière de concevoir son œuvre, il faut absolument abandonner le superflu ».

 

Après avoir fait partie du groupe Abstraction-Création en 1933-34 à Paris, il offre une fresque de composition abstraite pour la section suisse de la Triennale de Milan.

 

Mais la peinture figurative le rattrape, notamment avec La Suisse, pays de vacances des peuples présentée à l’Exposition nationale de Zürich en 1939.

 

Hans Erni pourrait incarner l’impératif du bonheur dans son sens plein : exprimer les bonnes choses de la vie, que ce soient les plaisirs de la chair, les grands vins ou l’éclat de la nature est un devoir un peu comme pour montrer que le bonheur est possible en ce bas monde.

 

Connu et reconnu à l’étranger comme peu de peintres suisses vivants, il marque pour ses 100 ans de son empreinte l’entrée principale de l’ONU depuis le 6 juin 2009. Ta panta rei (ce qui signifie « tout en mouvement », thème cher à Parménide) représente le combat pour la paix. C’est dire que la gigantesque fresque n’aurait pas pu trouver meilleur logeur pour le plus grand bonheur des badauds.

 

erni4 (détail panta.jpg

07:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans erni, onu | |  Facebook

lundi, 02 mars 2009

Fracture Numérique : FSN, IUT, Telecom & Cie

l'Imprononçable.jpg"L’Afrique a besoin surtout d’ordinateurs", clamait Abdoulaye Wade, président sénégalais en 2003 lors de la réunion de Lyon autour des enjeux de la fracture numérique.

Cette première conférence internationale sur la solidarité numérique où se sont réunis représentants de gouvernements, du secteur privé ou d’ONG fut soldée par l’idée d’une coopération mondiale en matière de nouvelles technologies. C'est ainsi qu'est né le Fonds de solidarité numérique (FSN),  un outil de développement dans le secteur, dont le siège fut basé à Genève, jusqu'à ... il y a peu.

L’ex-ministre français Alain Madelin préside désormais ce fonds. D’après lui, la somme allouée pour réduire l’écart entre Nord et Sud ne suffit pas à réaliser les objectifs fixés autour de ce problème transversal. La question est de savoir comment faire.

Il est un fait : l'Afrique manque aussi d'ordinateurs. Une solution viable a été trouvée par la création de filières de recyclage d’ordinateurs pour les pays du Sud ! Un chiffre a été articulé : 500 millions d’ordinateurs venant d’Europe résorberait en 5 ans le déficit numérique; par ailleurs, cette nouvelle donne tenderait par la même occasion à la résolutions des différentes fractures.

Pour info, la Banque mondiale avait promis 1 milliard de dollars –soit l’équivalent de 780 millions d’euros- à Kigali pour le numérique mais la somme n’est jamais arrivée à destination…

Aujourd’hui, les connexions en Afrique sont encore toujours trop chères.

Lire la suite

09:44 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : afrique, suisse, onu, iut, ong, fracture numérique, fsn | |  Facebook