dimanche, 16 août 2009

Bien écrire serait-il une tare?

218-ecole-.gif

C’est la rentrée scolaire pour certains de nos voisins français et certains de nos compatriotes d'autres cantons.

Bon, il paraît qu’un nouveau personnage s’est invité à cet événement ponctuel : la grippe H1N1. À tel point que certains établissements pourraient décréter une fermeture prolongée et proposer des cours délivrés via la télévision.

Ainsi, l’inconnue demeure chez quelques chères têtes blondes : « ira-t-on à l’école, oui ou non ? »

Cette petite phrase au futur, en apparence anodine, m’a fait penser – allez savoir, les associations libres d’idées ! - à une émission de "Faites entrer l’accusé" - consacrée au « tueur de l’Oise » où les experts psychiatres décrivaient le policier-assassin picard comme schizophrène afin qu’il échappe aux assises.

Beaucoup de professionnels ayant dû se pencher sur son dossier avaient mystérieusement relevé que sa maîtrise de l’orthographe et de la ponctuation paraissait fort suspecte. La question qu’ils se posaient était de savoir si le ripou frappé de graphorrhée était normal. Précisons pour l'intelligence du propos qu' il inondait la gendarmerie de lettres manuscrites, anonymes bien sûr, affublées d’une graphie correcte et en outre exemptes de fautes d’orthographes, avec la particularité de manier excellemment le conditionnel et le futur ... Et dire que la dictée a été bannie des examens d'entrée à l'école de police, selon l'avis une connaissance gendarme!

C’est à se demander si savoir écrire correctement serait le signe d’une maladie mentale …

bon-lundi.jpg

Quoi qu'il en soit, je vous souhaite un

21:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : école, rentrée, maladie, résolution, h1n1 | |  Facebook

jeudi, 08 janvier 2009

Voeux pieux?

Pédago1.jpgRebelote. C’est le même cirque, chaque année. Que ce soit à la rentrée des classes ou au premier de l'an, un lot des bonnes résolutions nous hante.

 

Haro sur ces vœux pieux ! Et si l’on assumait une fois pour toutes notre nature de chair et d’os, l’éternel retour des choses, la mécanique des jeux sociaux prévisibles dans leur déroulement, la finitude de l’existence et l’absence de libre-arbitre réel sur les éléments essentiels qui appellent la volonté (« faites un effort et ça ira mieux ! » ou « tâchez de penser autrement et vous verrez disparaître votre problème ! », etc.) ?LAlcool.jpg

Mais parmi ces travers qu’on souhaiterait toutefois voir redressés, il y en a de récurrents qu’on entend ici et là. En voici donc quelques-uns regroupés exprès pour vous. Ne voyez nul désir culpabilisateur dans cet exercice ! Il s’agit juste un clin d’œil des pensées qui vous occuperont peut-être durant cette année …

Ø       Être moins accro à l’ordi : la fascination de cet outil de communication n’est plus à prouver, à tel point qu’on se demande parfois comment on a pu vivre sans depuis la nuit des temps ; or, à la fin de la journée, on n’est pas toujours contents du temps passé sur l’engin.

Ø       Faire un régime : manger plus de légumes ou de fruits, boire plus d’eau et moins d’alcool, cesser de « grignoter » entre les repas constituent souvent le principal souci après les riches agapes des fêtes de Noël et des Rois.

Ø       Se coucher plus tôt le soir et, son pendant, se lever plus tôt le matin, notamment le week-end, afin de profiter mieux de ses congés : tout faire pour éviter les insomnies qui nous guettent parfois ou arrêter de se vautrer devant la télé même pour une super émission intello qu'on n'écoute pas par fatigue, ce en attendant que le sommeil nous prenne. 

Ø       Adopter des nouvelles habitudes écono-écologiques : pour sauver la planète, respecter scrupuleusement le tri des déchets ménagers, ne rien jeter dans la nature, utiliser du papier recyclé tout en en réduisant la consommation, économiser le plus possible l’eau, notamment en prenant des douches plutôt que des bains, changer ses comportements en matière d’électricité.

1.jpgØ       Arrêter de fumer : très fréquent, ce désir rattrape bon nombre de fumeurs, surtout en ces temps où les mœurs sociales ne sont plus au rôle séducteur de la cigarette, où le politiquement correct se conjugue avec des décisions publiques liberticides.  

Tenez bon !, nous assènent les bien-pensants aux commandes… Ce n’est qu’une question de volonté! Or, la bonne gouvernance dépend, elle, de la volonté alors qu’elle se réduit si souvent à de l’inertie. Les fonctionnements psycho-physiologiques se distinguent pourtant  des actes! Moi, je me demande toujours à quel point on peut gouverner une république - l'année écoulée ne manque pas d'exemples - quand on ne sait pas se gouverner soi-même, comme pour paraphraser le personnage rabelaisien, Jean de Entommeurs… QUID ?

 

 

 

 

 

14:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nouvel an, résolution | |  Facebook