UA-105021232-1

mardi, 12 janvier 2010

Merci ROHMER!

"L'émotion la plus belle est le sens du mystère" (Einstein)


Eric Rohmer n’est plus. Amoureux par-dessus tout des jeunes filles en fleur et des idylles naissantes, il a séduit plusieurs générations avec ses films d’une profondeur philosophique indubitable en parlant avec un langage commun.

Prémonitoire, le cinéaste déclamait, à l’occasion de sa présentation au festival de Venise en 2007, vouloir prendre sa retraite après son … dernier bébé « Les Amours d’Astrée et de Céladon » .

Spécialiste dans la description du marivaudage et du badinage amoureux, Rohmer était souvent considéré comme le Marivaux ou le Musset du cinéma français.

Parmi les 80 longs métrages réalisés durant 50 ans, on se souviendra avec la même première émotion du Rayon vert - Pauline à la plage - Ma nuit chez Maud - Triple agent - Perceval le Gallois - L'arbre, le maire et la médiathèque - les Contes des 4 saisons.

Ses personnages ne sont pas des héros mais des caractères banals (en apparence seulement, puisque dans le fond, indécrottablement mystérieux tout comme l'a flamme qui les lie). Déchirés par les grandes questions métaphysiques, ils tentent de naviguer entre réalité et idéal, entre rêve et matérialité, besoin de liberté et sens de la responsabilité, ils tissent derrière l’anecdote superficielle un pont imaginaire entre une quête intérieure et une vie déchiffrable.

Inutile donc d’y chercher une intrigue tressée par une force supérieure … les personnages ne sont pas des objets du Destin; ils restent essentiellement libres et ... seuls ! Aspirant à une vie authentique, les hommes et les femmes produits veulent mener leur destinée selon des valeurs ils croient et … qu’ils se choisissent autant que possible.

Merci Rohmer pour cette éternelle fraîcheur! Merci d'avoir su ainsi transformer nos vies!

 

 

astree1.jpg

 

18:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rohmer, cinéma français, amour | |  Facebook