UA-105021232-1

vendredi, 19 novembre 2010

Un responsable de l'ordre public condamné

 

 

Après avoir été muté en début de cette année, le chef de la gendarmerie valaisanne a été condamné par le tribunal compétent de Brigue le 1er avril pour actes de pédophilie sur la fille de sa compagne. L’affaire fut révélée par l’école de la fillette, qui décida de saisir la justice. Quand on dit que les pires crimes sont commis dans le premier cercle, soit le cercle familial, on peut faire confiance aux statistiques des criminologues ...

Finalement, son licenciement est prononcé pour le 30 novembre suite à la condamnation; même les jours-amendes seront commués en travail d’intérêt général.

Ce cas fait du bien pour plusieurs raisons. Il nous montre essentiellement qu’il ne suffit pas d’être un puissant pour se voir blanchi par la justice. Et malgré le fait que l’on soit parfois offusqués de constater que les puissants échappent à la sanction alors que certaines petites illégalités vous poursuivent sans répit, il est heureux d’apprendre que l’impunité, véritable fléau dans certaines contrées du globe, n’est pas une culture dans notre pays.

Naïvement, on se retrouve en accord avec l’ordre établi et il est heureux de se dire que le combat en vaut la chandelle … OUF !

stop-pedophilie.jpg

 

11:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gendarmerie, lois, pédophilie, pouvoir, crime, sanction pénale, suisse | |  Facebook