UA-105021232-1

mercredi, 24 novembre 2010

Couvre-feu et état d’urgence en Guinée : Hadja Rabiatou Sérah Diallo, Présidente du Conseil National de Transition (CNT) en appelle à la paix

De passage à Genève, dans le cadre de la tenue du Conseil d’administration du B.I.T., dont elle est la vice-présidente, Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo, a donné une conférence au sujet du déroulement des élections présidentielles en Guinée-Conakry, notamment entre les deux tours. « Je remercie le directeur général du B.I.T., M. Somavia pour son incessant soutien à la transition guinéenne. », précise-t-elle. Si le premier tour s’est bien passé le 27 juin, il n’en est pas de même pour le second tour prévu le 19 septembre ; plusieurs fois reporté, il a finalement eu lieu le 7 novembre, portant aux nues Alpha Condé à 52,52% des voix.

 

Présidente du Conseil National de Transition (CNT), Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo tient à exprimer sa profondeRabi(web).gif tristesse pour les tragiques événements survenus à cette occasion historique pour le pays, mettant fin à 52 années de régimes dictatoriaux. « Il semble qu’on oublierait le chemin parcouru et combien nous avons souffert ensemble dans les négociations pour sortir le pays de la crise. », déplore-t-elle. Pour le résultat final, il faut attendre officiellement l’annonce de la Cour Suprême mais elle rappelle que la Guinée a déjà gagné une victoire grâce aux accords de Ouagadougou : en quelques mois, le général Sékouba Konaté, dont la mission essentielle est de garantir les conditions pour la transition, a su mettre en place les structures nécessaires dictées par les textes constitutionnels élaborés par le CNT. Cependant, alors que le maître-mot du CNT est le consensus, les deux candidats n’ont pas réussi à se mettre d’accord et il faut attendre que les plaintes soient traitées avant de promulguer le nom du candidat vainqueur. Les acquis de la transition restent fragiles. « La destruction de biens et des tueries déchirent le pays comme dans le passé. Il est dommage que les deux frères, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo n’arrivent pas à s’entendre quant à l’issue du scrutin. » signale Hadja Rabiatou Sérah Diallo

 

Elle en appelle à la paix et exhorte la communauté internationale pour l’y aider afin que le pays ne finisse pas en un bain de sang car selon ses termes « ramener la paix en Guinée avec un pouvoir élu démocratiquement, pour la première fois, c’est ramener la paix dans les quatre sous-régions, inégales au niveau de l’accès à l’eau, l’électricité, à la santé. Pour atteindre cet objectif, le CNT a déjà réuni les 4 coordinateurs régionaux. Tous les acteurs de la transition souhaitent la paix … Les Musulmans et les Chrétiens ont aussi ce point en commun. »

 

Madame Hadja Rabiatou Sérah Diallo rappelle que le but de la transition est de développer l’unité nationale et ces élections démocratiques, libres et transparentes en sont le ferment. Elle compte sur les médias pour jouer le rôle attendu dans le renforcement de cette unification. Au sujet des soi-disant luttes ethniques entre Malinkés et Peuls, respectivement les camps d’Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, la Présidente du CNT précise qu’elles ont été instrumentalisées par l’opinion publique pour attiser le feu dans cette élection alors ces deux ethnies principales cohabitent pacifiquement au quotidien. Le seul problème sera de convaincre le perdant de la légitimité du vote ultime (et non de réconcilier un antagonisme inexistant).

 

Les dernières émeutes montrent que le chemin est encore long mais l’ordre constitutionnel a été respecté à tous les niveaux. L’armée continue sa réforme engagée dès le début de la création du CNT. Séparée de la FOSSPEL (corps de police et de la gendarmerie), elle ne se mêle plus des troubles ; ce rôle est désormais dévolu aux agents de l’ordre public. L’éventualité d’un coup d’Etat militaire est donc écartée. Pour l’heure, l’état d’urgence décrété par le chef d’orchestre de la transition, le général Sékouba Konaté, vise à protéger la population et leurs biens, ce jusqu’à la publication des résultats définitifs ; mieux formée, éduquée à se mettre au service des citoyens, assurant sa fonction d’arbitre jusqu’au bout l’armée est devenue républicaine et ne fait plus courir de risque à la Guinée. Pour Hadja Rabiatou Sérah Diallo, le bébé est né ! Et ce nouveau-né est la Guinée moderne .

 

Elle conclut en remerciant pour toutes les personnalités, dont le président sénégalais M. Wade et le président l’Organisation internationale de la francophonie M. Diouf, qui se sont mobilisées pour que ce pays connaisse enfin une issue heureuse.

 

vendredi, 17 septembre 2010

Report du second tour en Guinée

Le 7 septembre 2010, une conférence sur l’état des lieux de la transition en Guinée a eu lieu à Genève.

 

Sous la houlette du médiateur de la crise institutionnelle guinéenne, Monsieur Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, lors de cet accord entre les 2 candidats en lice pour le 2e tour le 3 septembre à Ouagadougou, Cellou Diallo de l’Union des Forces Républicaines de Guinée et Alpha Condé du Rassemblement du Peuple de Guinée, la RADDHO, entre autres organisations internationales soucieuses de la paix, reste très préoccupée par la montée de la tension entre les militants des deux candidats, soldée d’ores et déjà par la perte d’une vie humaine et une cinquantaine de blessés graves durant la nuit du 10 au 11 septembre de cette même année à Conakry.

 

Si la RADDHO a salué publiquement la signature de l’accord portant sur le code de conduite à adopter pour les élections présidentielles, force est de constater qu'il subsiste de réels risques de confrontations entre ethnies, partisans de l’un ou l’autre candidat, qui pourraient se terminer même en une guerre civile. Tout d'abord, elle condamne fermement ces manifestations violentes, incompatibles à la règle du jeu édictée lors du protocole d’accord indispensable pour la cohésion du pays.

 

Le fait d’avoir dû reporter la date du second tour prévue pour le dimanche 19 courant constitue un fait alarmant, notamment suite aux tensions d'une violence extrême survenues le week-end passé. Il est à espérer que chacun des organismes officiels mis en place pour ces premières élections démocratiques, dont le CNT, arrivent à assumer leurs responsabilités face à cet état de fait afin que tous ces efforts entrepris durant cette année ne finisse pas en un bain de sang. Le dépôt du matériel électoral a été incendié hier soir ... La Guinée est à l'heure actuelle dans une impasse qu'il serait de mauvais augure de miniser. La question subsiste : à qui profite ce report?