UA-105021232-1

mercredi, 29 janvier 2014

Droits des femmes d'ici et d'ailleurs. Le 6 février, Journée contre l'excision.

fleurdésert.jpg

 Il faut le dire tout net : l’excision constitue une violation des droits humains. On se souvient qu’un tribunal en Suisse a condamné cette cruelle pratique subie par une jeune fille faite à l’étranger. Le 11 juin 2008, la justice fribourgeoise a reconnu coupable cette violation infligée à une jeune fille somalienne de sept ans par une compatriote à elle, réfugiée en Suisse.

L’argument juridique portait sur le manquement d’assistance et d’éducation, et fut traduit en une peine de six mois de prison.

Notons que l'UNICEF estime que près de 7000 femmes victimes d’une mutilation génitale sur sol suisse.

 

On sait que les artefacts multiculturalistes n'y font rien à l'affaire.  Beaucoup  trop de personnes souffrent de cette violence ... En plus du film " Fleur du désert" où se produit la bergère somalienne, Waris Dirie, devenue mannequin et chantre de la lutte contre la coutume barbare, on reverra avec plaisir "Femmes sans hommes" de l'Iranienne Shirin Neshat, primé à Venise en 2009 par le Lion Argent à Venise, qui raconte l'état d'indigence de millions de femmes face à la terrible violence orchestrée pour des motifs religieux politisés.

 

À lire mon article paru dans le 700e numéro de UNSpecial, organe de communication de l'ONU, du mois de novembre 2010: http://www.unspecial.org/UNS700/t33.html .

 

 

 

Signature-Femmes_600.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

**********************************


Cette note fut rédigée sur cette plateforme le 13 novembre 2010. Depuis, une conscientisation du problème a fait son chemin; le sujet a été traité plus assidument dans des débats à l'ONU, entre autre dans le cadre des sessions des droits de l'homme.


L'excision est formellement interdite en Suisse depuis le 1er juillet 2012 pour toute personne résidant en Suisse, même lorsqu'elle se rend à l'étranger.


En Suisse, vivent près de 12'000 femmes issues de pays où l'excision se pratique traditionnellement; plus de la moitié de ces femmes souffrent de troubles de tous ordres. Une sérieuse sensibilisation est véhiculée dans les milieux migrants en provenance des pays où elle sévit, dont les résultats commencent à se faire sentir : moins de cas sont comptabilisés sur sol suisse autant qu'à l'occasion des voyages effectués des fillettes dans leur pays d'origine.


Si une loi ne suffit pas pour interdire un rite aussi cruel ancré culturellement et cultuellement, il est important de poursuivre ce noble effort parti d'un élan de la société civile. Le 6 février, la Journée contre l'excision est là pour nous le rappeler.

21:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : droits des femmes, excision, suisse, islam | |  Facebook

mardi, 24 juillet 2012

La Suisse aide à la création d'emplois en Tunisie


Avec SWISSINFO, on découvre il y a quelques jours encore plus les actions de l'aide au développement dans le pays en transition qu'est la Tunisie, ce avec un programme englobant les aspects essentiels de la problématique, dont la migration. La DDC, le  SECO, l'ODM collaborent d'une même voix à sa réalisation :

 
" Deux centres, dont El-Anaka, s’occupent d’inscrire les adolescents à des cours où ils apprennent la coiffure, la couture, la tapisserie, la pâtisserie, l’informatique ou le travail de maintenance.
 
Pour la Suisse, il est important de promouvoir la création d’emplois. Cela confère «une lueur d’espoir» aux Tunisiens, comme le dit l’ambassadeur suisse en Tunisie Pierre Combernous. Association Campagne a précisément été créée dans ce but: «Les jeunes pensent qu’il faut émigrer pour trouver du travail, explique son président honorifique Missaoui Mohamed. Nous voulons les amener à réfléchir autrement, leur faire réaliser qu’il est possible de bien vivre ici et qu’il vaut la peine d’envisager l’avenir avec confiance."

Un soutien aux entrepreneurs est déployé également dans ce cadre. En témoigne une femme qui "a reçu le soutien de la Suisse pour créer une usine qui traitera les éponges de mer trouvées au large de la côte tunisienne et les transformera en accessoires de bain, une fois que les cellules vivantes en auront été extraites. «Les Grecs avaient pour habitude de nous les acheter, mais ils ont cessé de le faire depuis la crise financière. Les autres acquéreurs ont aussi disparu. Résultat, les pêcheurs ont arrêté de chercher des éponges, puisqu’ils ne trouvent plus personne à qui les vendre. (...) La production sera vendue sous le label «100% fabriqué en Tunisie."
 
On se souvient que Bourguiba, le président de la libération, mettait un point d'honneur à l'éducation et à la formation, socle indispensable au développement économique et social d'une société. Dans ce domaine, l'apport de notre pays est aussi important (formation des profs, réfection des bâtiments, etc.)

Pour information, un Forum entrepreneurial Suisse-Tunisie va avoir lieu à Genève en novembre. Le but de cet échange entre opérateurs économiques suisses et tunisiens, membres de la diaspora tunisienne porteurs de projets, est d'apporter des opportunités pour de nouveaux partenariats, essentiels à tout développement vital.

 

vendredi, 12 août 2011

le Festival de Locarno rend hommage au grand acteur suisse Bruno Ganz

Bruno-Ganz-5.jpg

Le Festival de Locarno a récompensé Bruno Ganz. Si sa carrière a débuté - comme souvent au théâtre - c’est au cinéma qu’il se consacra. Acteur d’origine suisse, il fut reconnu à l’étranger. Sur la Piazza Grande, ont été projetés plus de dix films, sous les yeux langoureux de Jeanne Moreau.

On se souvient avec émotion de cette réelle présence dans « Les Ailes du désir » ou encore « L’Ami américain » de Wim Wenders, « L’homme sans âge » de Francis Coppola, « La Chute » d’Olivier Hischbiegel, « L’Eternité et un Jour », de Theo Angelopoulos, « Dans la Ville Blanche » d’Alain Tanner.

De sa voix grave, l'acteur suisse de renommée internationale s'est exclamé avec sa légendaire discrétion : Yes, we can!

Bravo et merci à Bruno Ganz (enfin reconnu) !

Micheline PACE

13:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bruno ganz, cinéma, festival de locarno, suisse | |  Facebook

vendredi, 08 juillet 2011

La loi anti-minarets ne viole pas les principes des droits de l'homme ...

La Cour des droits de l’homme (CEDH) juge irrecevable les recours déposés à l’encontre de la décision du peuple suisse sur l’épopée des minarets exprimée en novembre 2009.

Les requêtes déposées les 15 et 16 décembre 2009, par plusieurs représentants d'organismes dont Hafid Ouardiri, co-président de la Fondation de l'entre-connaissance, n’ont pas trouvé grâce auprès des 7 juges en charge de l’affaire. La raison évoquée est d’une limpidité troublante : bien plus que de se positionner sur la construction architecturale d’un style donné, le tribunal précise que les requérants ne sont pas des «victimes» réelles ou potentielles d'une violation de la Convention européenne des droits de l'homme ! Il ne reste donc qu’une histoire d’égo, de désir de puissance.

L’intelligence du propos séduit à double titre : d’abord, l’instance compétente pour juger des considérants provenant des plaignants n’est pas tombée dans le jeu de la victimisation en relevant le fait que l’initiative suisse plébiscitée ne contrevenait pas au droit des religions, de surcroît, elle reconnaît que l’état de droit helvétique n’est pas inique. L’ « islamisation rampante » n’est pas plus pour la paix entre les différentes croyances religieuses que pour le respect de l’autre.

La souveraineté de notre pays est ainsi respectée. Pour sauvegarder la coexistence entre les peuples et les religions, faut-il certainement respecter le pays où l’on vit, sans l’insulter à tout-va, d’autant plus quand le principe de laïcité est inscrit dans sa constitution.  

La chanson de Pierre Perret nous est d'un grand secours pour la bonne compréhension de ce que beaucoup d'esprits éclairés rejettent de quelqu'origine que ce soit ...

” Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité…

Elle ne prend jamais la parole / en public,ce n’est pas son rôle / elle est craintive,elle est soumise / pas question de

lui faire la bise / on lui a appris à se soumettre, / à ne pas contrarier son maître / elle n’a droit qu’à quelques murmures  /  les yeux baissés sur sa couture…

Quand la femme est grillagée / toutes les femmes sont outragées / les hommes les ont rejetées dans l’obscurité “

19:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : suisse, loi anti-minarets, cedh | |  Facebook

vendredi, 14 janvier 2011

La FONDETEC bientôt à la Place des affaires

 

monter_sa_boite_02.jpgPour commencer la nouvelle année de manière ludique à l’occasion de ses bons vœux, la FONDETEC propose un petit jeu sympathique.

 

Dans un monde où tout peut s’acheter, à condition d’avoir l’argent, où la condition de salarié s’apparente souvent à celle d’esclave au vu du nombre de maladies ou de suicides dénombrables, beaucoup rêvent de fonder leur propre entreprise, ne serait-ce que pour réaliser ses multiples compétences laissées en berne. L’espionnage industriel fait fureur à tous les échelons, le secret de fonction n’est pas toujours gardé par des collaborateurs peu scrupuleux même dans des structures à but non lucratif et d’utilité publique.

 

Le roman incontournable de Thierry Beinstingel nous peint un tableau des plus exhaustifs du monde du travail : Retour aux mots sauvages dévoile comment on a beau jouer aux machines, on n’en devient pas une pour autant.

 

Dans cette lutte pour la survie effrénée, des services privés comme privés tombent en faillite faute de moyens et non pas d’idées, motivations, qualités techniques aussi bien que psychologiques. Créer reste encore la plus « belle chose », qui nous distingue de l’animal, condamné à s'adapter. Loin des idéologies convenues, la Place des Affaires est un rendez-vous où les desidarata de chacun peuvent se rencontrer grâce aux acteurs économiques présents, dont la Fondetec qui vous invite à faire ce test en cliquant sur chacune des images.

v2illustration0texte.jpg

 

 

18:31 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : la fondetec, genève, place des affaires, suisse, économie | |  Facebook

vendredi, 19 novembre 2010

Un responsable de l'ordre public condamné

 

 

Après avoir été muté en début de cette année, le chef de la gendarmerie valaisanne a été condamné par le tribunal compétent de Brigue le 1er avril pour actes de pédophilie sur la fille de sa compagne. L’affaire fut révélée par l’école de la fillette, qui décida de saisir la justice. Quand on dit que les pires crimes sont commis dans le premier cercle, soit le cercle familial, on peut faire confiance aux statistiques des criminologues ...

Finalement, son licenciement est prononcé pour le 30 novembre suite à la condamnation; même les jours-amendes seront commués en travail d’intérêt général.

Ce cas fait du bien pour plusieurs raisons. Il nous montre essentiellement qu’il ne suffit pas d’être un puissant pour se voir blanchi par la justice. Et malgré le fait que l’on soit parfois offusqués de constater que les puissants échappent à la sanction alors que certaines petites illégalités vous poursuivent sans répit, il est heureux d’apprendre que l’impunité, véritable fléau dans certaines contrées du globe, n’est pas une culture dans notre pays.

Naïvement, on se retrouve en accord avec l’ordre établi et il est heureux de se dire que le combat en vaut la chandelle … OUF !

stop-pedophilie.jpg

 

11:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gendarmerie, lois, pédophilie, pouvoir, crime, sanction pénale, suisse | |  Facebook

samedi, 30 octobre 2010

Gorges Haldas s'en est allé rejoindre le panthéon

L'écrivain suisse Georges Haldas est décédé. De père italo-grec et de mère suisse, il aura vécu 93 ans d’intensité.

Bien qu’on ne connaîtra jamais son illustre mésentente d'avec Albert Cohen (comme dans les meilleures familles), on le sait né pour les livres … à tel point d’avoir animé une librairie Payot à la rue de l'Université à Genève.

Malade depuis plusieurs semaines, il s'éteignit dans les bras de sa compagne ...

La question de Dieu le titillait au point d’embrasser des études de théologie conjointement aux lettres.

On le rencontrait en train d’écrire dans les cafés … il aimait parler de la résurrection sans partis pris.

Son destin ne fut pas celui des poètes maudits : il reçut le Prix Schiller en 1971 et en 1977, notamment pour l’Emergence.

Son Boulevard des Philosophes rappelait un temps que les moins de quarante ne peuvent pas connaître.

Aussi Ulysse ou la lumière grecque préfigurait-il son destin homérique. Clairvoyant jusqu’au bout sur la condition humaine qu’il essaya de partager toute sa vie par l’écriture et les contacts chaleureux dont lui seul détenait le secret, il s’en est allé pour rejoindre le panthéon des écrivains qui comptent.

 

panthéon.jpg

08:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature française, georges haldas, suisse, bistrots genevois | |  Facebook

dimanche, 24 octobre 2010

Franco-phonie : 40 ans déjà! 13e Sommet à Montreux

 

 

Sommet1.jpgLe 13e Sommet de la Francophonie s’achève. Pour le 40e anniversaire de l’avènement, les bonnes questions ont été posées.

 

Originairement prévu à Madagascar, en proie à de violents troubles provoquant une instabilité politique, il a été sauvé par notre beau pays, fort de sa tradition des bons offices. Montreux a vécu ainsi sous haute surveillance, notamment lors de la réunion des chefs d’Etat ayant en commun l’usage du français.

 

Entre 200 et 220 millions de locuteurs partagent ce destin linguistique bien qu’on ne sache vraiment se déterminer sur un destin culturel en commun. Le club sert à tisser des contacts en haut lieu ; il s’y décide en effet beaucoup de choses en matière politique ou éducative.

 

Madame Doris Leuthard, Présidente de la Confédération, a été acclamée comme il se doit, pour l’élégance de son discours autant que pour son charisme, ce qui n’est pas toujours le cas dans les rapports de force bruts. Rappelant que sa langue maternelle n’est pas le français mais l’allemand – elle fut abondamment applaudie à ce moment – elle souligne sa volonté de défendre la francophonie, les minorités et la diversité linguistiques typiques de notre confédération, tout en mettant un point d’honneur à ce que le français constitue la deuxième langue internationale, et en tant que tel, il constitue le point de ralliement dans les relations Nord-Sud !

 

Le président Nicolas Sarkozy, comme à l’accoutumée, se laissa emporter par sa passion pour sa nation en insistant sur le fait que l’Afrique doit absolument recouvrer une voix au Conseil de Sécurité de l’ONU. Touchant et chaleureux, il rappela que la place du français n’est pas un acquis (au sens ordinaire du terme) et qu’il faut la défendre ! Reste à savoir si tous les francophones aiment leur langue pour vouloir s’approprier de ce devoir …

 

Le balcon du Léman a permis assurément une bouffée d’air, ne serait-ce que le temps de la réflexion. Et vive le Concert annuel pour la Paix du 24 octobre au Victoria Hall, avec la Symphonie N°2 de Gustave Malher, dite "Résurrection"!

 

franco.jpg

 

 

 

13:59 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : sommet de la francophonie 2010, motreux, suisse, oif | |  Facebook

jeudi, 15 juillet 2010

La filière suisse

Voici un livre de plage qui saura égayer les neurones et augmenter l’adrénaline! Tous les ingrédients d'un bon polar y sont renfermés (suspens, pub, sexe, armes, pouvoir, argent) ...SASsuisse.jpg

 

« Karl Kruger ouvrit les yeux et les referma aussitôt pour ne pas voir le plafond se gondoler. Ce n’est qu’à la troisième tentative qu’il parvint à garder les yeux ouverts sans éprouver une sensation de mal de mer … Il était couché de biais dans son lit de deux mètres sur deux, vêtu encore d’un superbe caleçon de soie mauve. En s’étirant, il heurta quelque chose de chaud et d’élastique : la croupe de Martha qui dormait encore à poings fermés. Elle aussi avait conservé son string.

         Le Suisse s’étira : leur tenue signifiait qu’ils n’avaient pas fait l’amour à la fin de la soirée. (…) Même si Martha avait tout fait pour l’allumer toute la soirée. (…) Il détestait baiser l’estomac vide. »

 

Les inconditionnels de Son Altesse Sérénissime ne seront pas déçus de ce roman d’espionnage dont l’histoire se passe pour une fois … en Suisse, aux bords du lac Léman !

 

Mais de quoi s’agit-il ? Le tome 182 de SAS évoque le marché noir de la bombe iranienne. On comprend instantanément que le thème du roman s'inspire tout droit de l’affaire des frères Tinner, (lesquels n’ont pas fini de défrayer la chronique malgré les apparences; un procès est attendu pour bientôt). 

 

L’action se déroule en deux temps :

Lire la suite

10:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : s.a.s., littérature, suisse, gérard de villiers, affaire tinner | |  Facebook

dimanche, 16 mai 2010

La Lybie, héraut des droits de l'homme

1065259587.jpgUne fois encore l'absurde atteint des sommets. Décidément, la réalité dépasse parfois la fiction … La Lybie élue au Conseil des droits de l’ONU *, malgré les exhortations de 37 ONG reconnues en la matière à ne pas voter pour elle, constitue une information qui tombe comme un oxymore ! Mais ça n’est malheureusement pas une blague  …

Les 192 Etat membres auxquels étaient adressés ces appels restés sans écho se sont laissé happer par la Jamahirijya lybienne : 155 voix à bulletins secrets lui ont été attribuées ! L’orchestration du résultat n’en est pas moins « drôle ». l’insigne charge de l’annoncer devant l’Assemblée générale a été dévolue à Ali Triki, qui est de nationalité lybienne!

Le colonel Mouammar Kadhafi peut donc continuer à se frotter les mains … Des rapports officiels pointent du doigt les graves exactions aux droits humains fondamentaux, un compatriote, Max Göldi, reste l’otage du terrorisme d’Etat en place depuis 667 jours, ce avec ne suite d’épisodes aussi dramatiques que scandaleux, un djiad lancé contre un pays souverain comme la Suisse (tout comme son appel à le démanteler à différentes occasions) n’auront ainsi pas convaincu des personnalités à hautes responsabilités que la défense des droits de l’homme n’est pas un jouet dans le mains de potentats avides et sanguinaires.

On sait qu’il fut loué par un sociologue occidental pour son interprétation des valeurs universelles de la Charte  en le faisant le héraut des droits de l’homme mais pousser le witz jusque là reste problématique pour une institution de cette envergure. Dans son essence, lesmouammar-kadhafi.jpg mécanismes des droits de l’homme ne découlent pas de la force, bien au contraire …

Il faut dire que les manœuvres de coulisses ont été savamment conduites … un nombre égal à celui des sièges à repourvoir évitant une élection compétitive (paradoxalement) ont sauvé la mise ! Grâce aux 4 places dévolues au groupe Afrique, l’Ouganda, la Mauritanie, l’Angola ont été assurées de siéger aux côtés de la Lybie (bien qu'elle ait perdu sa place de numéro 1 sur le continent). Il faut préciser que ce jeu des chaises musicales ne correspond pas à la logique des quotas : les candidatures suisses à des postes à l'ONU sont systématiquement discriminées au profit de profils le plus souvent moins engageants. Le cynisme - sans contre-pouvoir - dans toute sa splendeur!

 

* Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a été créé en 2006. Pour remplacer une Commission, qui avait elle-même été discréditée parce que des pays au bilan peu glorieux en matière de droits de l’homme pouvaient y siéger.

18:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : droits de l'homme, kadhafi, lybie, suisse | |  Facebook