UA-105021232-1

jeudi, 04 mars 2010

Le retour d'Isabelle Adjani : LA CLASSE !

"Donnez-moi n'importe quelle séquence et je trouverais bien

une règle à laquelle elle obéit!" (Wittgenstein)isabelle2.jpg

 

Avec La journée de la jupe, Isabelle Adjani revient en force dans un rôle-choc d’une prof de français exerçant dans un lycée réputé difficile. Bravant non pas les codes, inexistants au demeurant, mais les mécanismes d’une institution à la dérive, qui ose douter « qu’on puisse mettre une jupe sans être une pute », la prof pète un jour les plombs et prend ses élèves en otage en les menaçant d’une arme qu’elle trouve par hasard ... dans la classe. La vision angélique du septième art sur l’enseignement en est toute bousculée. 

À l’opposé d’Entre les murs, ce film-choc présente la problématique sous l’angle politico-sociétal : le désarroi de la prof ne relève donc pas d’une supposée incapacité à gérer une classe ni même d’une jeunesse soi-disant en perdition (ah, les jeunes ne sont plus ce qu’ils étaient !) mais l’absence de soutien de l’institution. Pour preuve, le scénario s’inspire en grande partie d’une initiative réellement défendue en 2007 !

 

 

log_enseigner.jpgPas moralisateur pour un sou, il ne cherche pas à donner des leçons, encore moins à apporter des solutions, mais simplement à (se) poser toutes les bonnes questions.

 

Face à une institution en dérive, dont les méthodes se posent en remède contre la démotivation des élèves, mais qui, en fait, substitue l'agitation à l'activité, l'enseignant (e) n'a plus sa place dans l'acte d'enseigner au point de ne pouvoir répondre qu'à partir de ses in-puts / out-puts ... Un métier qui s'apprend?

 

L’aspect politiquement incorrect a séduit la star trop mystérieuse, dont on ne voyait plus que le visage pâle sur les pubs Lancel, jouant sur le clair-obscur. Enfin de retour, elle s’exprimait ainsi aux médias au sujet du film: « Quand j’en parlais autour de moi, on se montrait embarrassé et on m’incitait plus ou moins à renoncer parce que le film abordait un véritable tabou. » 

 

 

 

Pour une visualisation du sketch d'Anne Roumanoff

sur "La classe sensible" http://www.youtube.com/watch?v=6gqIKiI4eA8

 

21:27 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : école, la classe, prof, isabelle adjani, violence | |  Facebook

dimanche, 06 septembre 2009

L’ONU, Kadhafi et la Suisse

La Suisse n’existe pas (Ben) ???

 

 

l'Europe coache K.jpgLa période estivale terminée, les affaires reprennent … Après avoir exigé une caution de près de 860 000 francs pour la libération de chacun de nos deux otages, Kadhafi dépose auprès de l’ONU, dont la présidence lui reviendra à partir du 15 courant, une demande de démantèlement de la Suisse. Reste à savoir si l’Autorité genevoise osera être ferme en faisant de Kadhafi persona non grata sur notre sol ...

Il répète à qui veut l’entendre que la Suisse n’est pas un Etat, contrairement à ses voisins et que de surcroît, elle constitue le bailleur du terrorisme mondial. Si c’est pas l’hôpital qui se fout de la charité, alors je ne sais pas ce que c’est …

O tempore ! o mores ! Eh, bien, son désir de voir notre pays démantelé, soit réparti entre ses trois voisins, déjà exprimé lors du G8 oragnisé à l’Aquila, dans l’oreille de Berlu, est officiellement contrecarré par les instances onusiennes.

Si la demande lybienne s’avère totalement sauvage, sortie du néant psychologique et juridique, la décision de son rejet du comité compétent pour la planification du programme de l’Assemblée générale où cette question aurait dû être « débattue » ne s’est fait pas fait attendre, au nom du … principe de la souveraineté des Etats. Pire : sa recevabilité matérielle n’a même pas été prise en compte. La demande écrite "en bonne et due forme" n’aurait aucunement circulé dans les coulisses du Palais.

On retiendra donc que la requête ne sera pas traitée en une xième résolution. Quelle humiliation !

Son rêve d'atomiser la Suisse envolé, le Lion d’Afrique nie aujourd'hui avoir jamais promis la libération de nos 2 compatriotes retenus contre leur gré avant le 1er septembre, jour de la Commémoration des qurante ans de pouvoir (que Berlu a également boudé malgré les promesses de milliards pour une soi-disant ancienne petite colonie  italienne ) …

Vendredi 4 écoulé, j’étais à la Place des Nations en guise de soutien symbolique ou moral à nos deux détenus ainsi qu’à leur famille, pulvérisée par les petits jets d’eau, en fonction de toute leur force malgré une pluie insidieuses. Une goutte dans l’océan ? Quoi qu'il en soit, de toutes les personnes croisées dont je garderai un souvenir ému, surgit un blogueur emérite et surtout directeur rédac’ en chef de ContinentPremier, reponsable de presse à l’ONU : Gorgui NDOYE. Les élans d’amitié forment certainement les grands ruisseaux ... à l'instar de la devise du philosphe grec, auteur de l'expression des atomes crochus pour qui, "l'amitié d'un seul homme raisonnable vaut mieux que celle de tous les gens déraisonnables ensemble."

kadhafi-escroc.jpg
Vive Genève! Vive la Suisse!

17:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : kadhafi, la suisse, islam, laïcité, otages, violence, droit | |  Facebook

samedi, 18 juillet 2009

Mesures concrètes des Femmes UDC contre la violence

  Après avoir pris position contre l'ingérence du droit islamique dans notre système juridique en vertu de la séparation des pouvoirs religieux et politiques, ce en refusant que la sharia pénètre nos pratiques légales, les Femmes UDC informent  dans un Communiqué de presse  qu'elles ont l' intention de combattre la violence sous toutes ses formes. Cette position honore les citoyens de notre pays qui ne souhaitent plus fermer les yeux ou baisser les bras face à l'insoutenable.
 
violFemmes.jpg
 
(Femmes UDC) Les Femmes UDC sont inquiètes devant la montée de la violence et l'apparente impuissance de la politique face à ce phénomène. Elles constitueront donc un groupe de travail pour analyser ce problème lancinant et pour proposer des mesures en vue de la session d'automne du Parlement fédéral. Ce groupe sera présidé par Sylvia Flückiger, conseillère nationale.
De plus en plus souvent des jeunes attaquent sans raison des personnes et les battent au point que leurs victimes doivent être hospitalisées. Ces jeunes brutes proviennent fréquemment des milieux de l'immigration. Durant la dernière session parlementaire d'été, l'UDC a réussi à faire accepter l'idée d'un durcissement du Code pénal, mais le Parlement est encore bien loin d'une concrétisation de ces mesures. Les délits de violence commis ces derniers temps prouvent cependant que le problème est bien plus grave qu'on pensait généralement.
De nombreuses femmes UDC ont été choquées par ces événements. Mais elles sont particulièrement scandalisées par l'apparente impuissance des autorités face à ce problème. La politique menée jusqu'ici a manifestement échoué. Il est urgent d'agir. Les Femmes UDC ont donc constitué un groupe de travail chargé d'analyser la situation et de préparer des mesures efficaces pour empêcher de nouveaux excès de violence. Le groupe de travail est présidé par la conseillère nationale Sylvia Flückiger, Argovie, et comprend des femmes de plusieurs cantons.
Ces mesures seront présentées au Parlement durant la session d'automne sous la forme d'interventions urgentes. Le but est de mettre en place aussi rapidement que possible un ensemble de mesures afin que le droit des citoyens à la sécurité soit à nouveau intégralement garanti.
Berne, 16 juillet 2009

12:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : udc, sharia, droit islamique, votation, minarets, violence | |  Facebook

samedi, 27 décembre 2008

Saviano, auteur du roman sur la gestion des déchets napolitains, menacé de mort pour Noël, reste debout!

saviano.jpgOn est très heureux de savoir Roberto Saviano briller parmi nous! Après son périple à Paris, Roberto Saviano, l’auteur de Gomorre, a rencontré Salman Rushdie à Stockholm, selon qui l’auteur italien court un grave danger. Deux après la parution de son best-seller, vendu en Italie à 1,8 million d’exemplaires et inspiré un film primé à Cannes, le journaliste de 29 ans continue à affronter « la pieuvre » malgré les grandes menaces de mort qui pèsent sur lui. Rappelons que un clan puissant mafieux napolitain a mis sa tête à prix pour le 31 décembre. L’écriture reste une nécessité vitale dans sa situation mais il avoue être fatigué de cette existence de réprouvé. Effectivement, Saviano doit se déplacer tous les quatre ou cinq jours : d’une caserne de carabiniers à Naples, il doit rejoindre un appartement secret à Rome, etc. Ce nomadisme contraint le prive aussi d’une vie privée satisfaisante.

Depuis la publication de Gomorre, le monde s’est finalement intéressé à la Camorra, mafia napolitaine, ainsi qu’à cette campagne polluée par les ordures qui ont tant fait parler de leurs effets à Genève. saviano4.jpg

Salman Rushdie, qui a connu une fatwa à cause de son livre, fut condamné ; le cas de Saviano est un peu autre en ceci que c’est son succès qui l’a condamné à vivre sous haute escorte. Cette tragicomédie à l’italienne le force à vivre traqué afin d’éviter que le clan Casalesi ne le tue comme promis avant Noël.

saviano3.gifCette tragicomédie à l’italienne le force à vivre traqué afin d’éviter que le clan Casalesi ne le tue comme promis avant Noël, de la même manière que le fut le juge anti-mafia Falcone le 23 mai 1992.

Beaucoup d’intellectuels se sont mobilisés dans le monde pour Saviano. Face à cette pressante menace de mort lancée depuis maintenant deux ans, dix-sept Prix Nobel, parmi lesquels Dario Fo, Mikhaïl Gorbatchev, Rita Levi et Günter Grass, ont signé une pétition, avec 250 000 autres citoyens, ont apposé leur signature sur les grands nationaux européens.

Vive la liberté d'expression.... à l'épreuve des balles !

 

09:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : terrorisme, violence, mafia, journalisme, écrivain, roberto saviano | |  Facebook