UA-105021232-1

  • Thermalisme alpin, source durable de mieux-être pour le corps et l’esprit

    Imprimer

    « Bougez plus », «mangez moins mais mieux », « faites encore un effort et toute votre vie s’en trouvera améliorée », « se violenter en vue de difficiles performances spectaculaires » aidera à la coagulation du sang et au drainage lymphatique, voilà quelques slogans sanitaires et sécuritaires qui ronronnent comme des mantras à l’oreille de la population au point de créer des sentiments de culpabilité si … La découverte du thermalisme alpin en Auvergne-Rhône-Alpes surprend par son dynamisme, pour son efficacité. Une manière de devenir acteur de sa santé en réveillant son corps en douceur pour se débarrasser du burn-out, d’une fibromyalgie, d’une lombalgie, d’une gonarthrose, d'une addictologie et d'autres douleurs chroniques ! Quelques chiffres parlent d’eux-mêmes : en France, environ 600 000 curistes en 2017 durant 10 millions de journées de soins dans 110 établissements, avec un budget de plusieurs millions pour la recherche, ce qui prouve la nécessité d’un tel procédé. La médecine thermale pourrait devenir une nouvelle discipline répertoriée de demain car elle prend en charge le patient dans sa totalité en appréhendant les douleurs invisibles mais non moins présentes qui peinent encore à être diagnostiquées surtout pour des raisons taxinomiques ; elle prend en compte autant la maladie que le malade selon les préceptes anciens, mis au placard conséquemment aux classifications serrées (et leur jeu de disqualifications) empêchant un point de vue clinique global. Ici, la kinésithérapie prend tout son sens : le corps et l’esprit traités ensemble comme un retour aux sources et aux fondamentaux dans une optique de ce que l’allemand désigne par das Leib (le corps vécu à la différence der Körper faisant plus référence à la mécanique du corps anatomique). La région a voulu faire de la politique du bien-être, un mieux-être (self lover). Pari gagné dans toute sa splendeur !

    plan-d-eau-de-challes-les-eau.jpg

    Sur les 24 stations thermales égrenées en Auvergne-Rhône-Alpes, l’établissement thermal Challes-les-Eaux offre un cadre idyllique à 290 m d’altitude pour se ressourcer tant pour sa luminosité que par son harmonie qui s’y dégage, à deux pas du parc régional des Bauges et du Lac du Bourget. Son eau minérale, réputée depuis des lustres et très prisée reste l’une des plus soufrées d’Europe, baptisée aussi Reine du Soufre. Jaillissant à 16°C des profondeurs de la montagne, elle nourrit une vertu reconnue : elle guérit les infections tout en renforçant les défenses sectorielles avec un accent préventif certain, notamment en ce qui concerne la gynécologie et les voies respiratoires. Avec son bain reminéralisant ou son lit hydro-massant, le Spa - à l’intérieur des thermes - apparaît comme un excellent complément à ces traitements déjà agréables en soi. Pour se restaurer, un saut au Casino abritant dans son aile droite Le Castel Gourmand vaut la chandelle ; dans un décor flamboyant, une carte des vins et des mets des plus alléchantes séduit à coup sûr le curiste. Une belle excursion pédestre sur les « Balcons de Challes » d’environ 1 h 15 avec 150/200 m de dénivelé vous fera contempler les paysages de Challes-les-Eaux.

    Uriage2.jpgÀ quelques lieues de là, en Isère, aux portes de Grenoble, en plein cœur des Alpes françaises, le long de la chaîne de Bellodonne (étymologie prémonitoire ?) s’élève à 420 m d’altitude Uriage-les-Bains, dont le seul nom évoque un site naturel et culturel, une marque de produits haut de gamme. Jouissant d’un climat clément et sédatif, ce centre névralgique pour les séjours de mise en forme et de santé à proximité de la station de montagne composée de forêts de sapins de Chamrousse invite à des activités aussi sportives que ludiques. Flâner dans son somptueux parc à perte de vue où l’on peut apprendre que le tulipier de Virginie peut atteindre 40 m de haut, que les aiguilles du cèdre de l’Himalya peut mesure jusqu’à 5 cm, entouré de villas belle époque, visiter une mignonne chapelle perdue au fin fond d’un hameau, découvrir un gastro en terrasse, assister à un concert en plein air, faire une partie de golf ou de tennis, randonner à pied ou vélo (VTT ou vélo électrique) accompagneront l’évasion thermale dans un décor naturel et préservé hors du commun.

    L’eau d’Uriage, riche en minéraux et oligo-éléments, son pH neutre, chauffée à 27°C Uriage3pontjaponais.jpgest reconnue pour ses propriétés uniques, à la fois hydratantes, réparatrices, anti calcaires, anti prurigineuses et apaisantes, que ce soit en se prélassant dans les piscines de l’établissement prévues à cet effet, aux massages thérapeutiques, aux séances de modelage ou de fangothérapie ou encore de balnéothérapie. La composition isotonique de cette eau naturelle engendre une complète osmose avec la muqueuse à l’instar d’un sérum n’altérant ni la taille, ni le volume des cellules dermiques. Accolé au monumental Grand Hôtel, le Spa avec son hammam, son sauna, sa tisanerie et sa piscine chauffée à 33° s’étendant sur 600 m2 vous tend les bras pour vous détendre avant et/ou après les soins.

    UriageHôtel.jpgQue ce soit pour une cure thermale diligentée avec un programme personnalisé, un we de mieux-être en amoureux, entre amis, en famille, un voyage d’affaires, une envie de vagabonder, Uriage sait vous satisfaire et s’adapter à vos besoins. S’installer au Grand Hôtel et Spa d’Uriage pour une ou plusieurs nuitée (s) consiste en une escapade en soi. On imagine aisément pourquoi Mistinguett, Colette, Maurice Chevalier y ont élu domicile en faisant la réputation de cet hôtel pittoresque aménagé dans un bâtiment imposant de style Napoléon III datant de 1864. Un véritable coup de cœur ! La Table d’Uriage consolide cette promesse d’une parenthèse enchantée dans ce décor chic et cosy ; la cuisine de la nouvelle cheffe au parcours étoilé – Carmen Thelen - ancrée dans les terroirs, aux notes végétales affirmées aussi goûteuse qu’équilibrée ravit immédiatement les papilles autant que les pupilles.

    Un peu plus loin dans le parc, est nichée La Maison Aribert, restaurant AribertInt.jpggastronomique 2* au Guide Michelin. Enfant du cru, Christophe Aribert n’a eu de cesse de séduire les convives venant parfois exprès de loin pour son art. Connue pour son engagement éco-responsable, en mariant les pratiques et les savoirs autour de l’alimentation, de l’agriculture, du bien-être et de l’apprentissage, la maison invite à partager un univers originel en toute simplicité et la sérénité régnant dans la cuisine en est le signe. Doublement étoilée et affublée de quatre toques au Gault et Millau, la maison incarne une sensibilité verte au gré des saisons. Le Chef grenoblois a poursuivi sa vocation en créant un complexe hôtelier selon des principes géo-biologiques, AribertHôtel.jpgcomposé essentiellement de pierres locales, peintures aux pigments naturels vivifié par un chauffage bien particulier, une chaudière à granules. Une expérience gastronomique cosmique inoubliable par son élégance délicate, épurée et chatoyante !  

    À 45 minutes d’Uriage, un autre temple de la volupté aquatique se présente naturellement dans le massif de Belledonne entièrement rénové depuis ce Allevard.jpgprintemps 2019. Juché à 475 m d’altitude, Allevard-les-Bains dispense cures thermales (Vitalité, Antistress, Beauté) mais l’espace est aussi prisé par les amoureux de la montagne désirant renaître, en été avec des randonnées comme en hiver avec le ski dans un univers propice à la relaxation. L’entreprise Ecox.fr située au milieu du village d’Allevard se fera un plaisir de vous louer toute l’année VTT électriques, Fatbike) pour partir à l’aventure, accompagnés d’un moniteur/guide certifié. La station est drainée par l’eau parmi les plus sulfurées puisées à 190 m de profondeur dont l’état gazeux assure la puissance de ses vertus Allevard1.jpgthérapeutiques. La marque Sothys complète admirablement ces soins digi-esthétiques. Et le Spa étendu sur 360 m2 dégage une ambiance chaleureuse quelle que soit l’époque de l’année. Les différentes maladies du 21e s. y sont traitées avec une particularité : la voix ; siège des émotions pour les Chinois, cet organe sensoriel véhiculé physiologiquement par la gorge peut connaître des troubles (extinctions vocales à répétitions, par exemple) et doit être soigné selon un protocole établi que son origine pathologique soit symptomatique ou psychologique.

    Que faire ?

    À cette question, aucune réponse ne peut être exhaustive concernant ce lieu géographiquement inépuisable. On ne revient jamais d’aucun voyage car celui qui revient n’est plus le même. Ce dépaysement que nous allons chercher sur d’autres territoires, d’autres lumières, est un subtil et nécessaire exil intérieur, s’exclamait Anne Dufourmantelle. L’art de vivre regorge de mille sentiers non battus. Le thermalisme de cette région s’accompagne de découvertes culturelles inédites. Les sites naturels se lovent dans un patrimoine inégalé.

    Chambéry, la Belle de Savoie

    Eléphants.jpgL’exploration du riche patrimoine naturel, culturel, historique et géologique de la région constitue un réel voyage dans le temps. À la croisée de plusieurs civilisations, les trésors de Chambéry exhalent un parfum de mystère. La balade dans le dédale des traboules (renommées « les allées ») au cœur de la ville haute en couleurs fait resurgir la marque de six siècles où elle fut italienne ; son appartenance au Royaume de Sicile, Piémont, Sardaigne - avec la Maison de Savoie - se lit à chaque coin de rue où le regard se pose : des trompe l’œil à l’italienne aux portiques à la Turinoise en passant par la place (centrale) des éléphants devenu symbole de la ville sans oublier la visite du Musée des Beaux-Arts renfermant une importante collection de peintures italiennes du 14 au 18 e s. Poumon historique de la Savoie, Chambéry appelée aussi Cité des Ducs surprend en effet par sa beauté éclatante et son caractère agréable à vivre, que ce soit pour un city break, faire du shopping, prolonger un séjour dans de jolis hôtels particuliers pleins de charme en lien une cure thermale pour découvrir un pan de notre histoire commune.

    Chambéry2.jpgChambéryDucs.jpg

     

     

    VitrauxChapelle.jpgOn sera frappé par la découverte du décorum de la splendide Sainte-Chapelle en style gothique construite en 7 ans, dotée d’une façade baroque et d’un millier de vitraux exceptionnels datant du XVIe s. dévoilant la passion du Christ ; c’est que cette église a été conçue dans un but bien précis : accueillir les reliques chrétiennes et plus précisément, la Couronne d’Epines du Christ crucifié. Qu’à cela ne tienne ! L’énigmatique pérégrination du Saint-Suaire résume SainteChapelleL.jpgcette volonté farouche : l’objet sanctifié devient en 1453 propriété du Duc de Savoie, Louis 1er, pour enfin repartir en 1578 à Turin quand le Duc Emmanuel Philibert, seul et dernier héritier de la dynastie de Savoie, entreprend de s’y déplacer en arborant le titre de Prince de Piémont.

    ChapelleChambésy.jpg

    Naturellement, la visite du prestigieux Château des Ducs de Savoie (ancien château fort du 11e s. évolué en emblème du pouvoir) s’impose comme un must ; ce joyau renferme une part importante du destin de la royauté de France narrée par les salles grandioses ; partout, les relations géostratégiques avec ses voisins qui ont fait la gloire de Chambéry y sont contées. Suite au choix de Turin comme capitale des Etats de Savoie en 1563, le bâtiment continuera à briller de plus belle, encore aujourd’hui sous les ors de la république en abritant le siège de la Préfecture. Et l'italianité de la cité s'en ressent dans sa composition architecturale et cours intérieures typiques ... c’est ici aussi que l’unification italienne fut scellée en 1861. 

    PréfectureChambéry.jpg

    CourintérieureChambéry.jpg

    L’itinéraire émouvant sur les pas du philosophe Jean-Jacques Rousseau fuyant Genève où il vit le jour et où il trouva porte close demeure un pur délice ; des tas de petits coins rappellent sa rencontre d’avec Mme de Warens, qui l’initia à tout ce qui fera de l’homme qui le constitua (la Maison des Charmettes en campagne et un portique d’une ruelle sombre en vieille-ville où son destin se scella en « l’espace de quatre ou cinq ans … un siècle de vie et de bonheur pur et plein » d’après la 10e promenade des Rêveries du promeneur solitaire).

     

     

    Le périple savoyard entre monts et châteaux se prolonge à quelques enjambées ChâteauChalles.jpgjusqu’au féérique Hôtel de Charme et Restaurant gastronomique bâti dans les murs de l’ancien Château des Comtes de Challes du XVe s., plébiscité par les guides culinaires, lové à Challes-les-Eaux immergé dans un parc de plus de trois hectares d’où émergent majestueusement Magnolias, Tulipiers, ComtesdeChalles3.jpgCèdres bleus où se déroulent des manifestations privées ou publiques de tout nature. « Le pain et le vin sont le commencement d’un grand festin !», selon un proverbe savoyard. Tout plat fait l’objet d’une attention singulière composé des produits du terroir accompagné de Grands Crus, typiquement locaux comme d’un des Vignobles que l’on peut retrouver dans sa cave mythique que les Genevois ont longtemps fait connaître outre-frontière.

     

     

    Le Domaine de Vizille et son Musée de la Révolution

    72783409_10215375130151364_8072258271097913344_n.jpgFort de quatre siècles d’âge, ce fleuron du patrimoine historique français a valeur universelle par l’enseignement d’un des événements ayant muté à jamais les modes de gouvernance en vigueur, en accouchant de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.  La révolution française est née à cet endroit, à Grenoble avec « Journée des Tuiles » et quelques semaines après, l’Assemblée se réunit à Vizille, très joli bourg médiéval d’où s’élève un joyau architectural fastueux du début du XVIIe s. classé, encerclé d’un parc à la française exemplaire. On parcourt les idéaux et les phénomènes socio-politiques vizilleparc2.jpgchronologiquement grâce aux productions artistiques consacrées inspirées des faits en évoquant l’esprit des Lumières et du romantisme propres au contexte culturel de l’époque. Les célèbres personnages qui ont fait la révolution y sont immortalisés mais également les objets animant le décor intérieur et le mobilier attestant du changement des sensibilités ainsi que les instruments de musique. Les idées en marche matérialisées amènent le visiteur à redécouvrir Le Serment Jeu de Paume de 1789, L’arrestation du roi à Varennes en 1791, La prise des Tuileries, La mort de Robesprierre, La Fête de l’Être Suprême, le Jugement de Marie-Antoinette au Tribunal révolutionnaire en 1793, La Mort de Marat par Charlotte Corday, la statue du journaliste Camille Desmoulin.

    Rouss.jpg

    rév3.jpgrév7.jpgrév6.jpgMarat2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Marat1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Outre une source vivante de connaissances de l’une des plus marquantes époques de l’histoire de l’humanité, le musée organise des actions pédagogiques, ludiques et interactives. Une journée dans le Domaine de Vizille pour se remémorer les racines du nouveau monde en faisant un avec la nature environnante vous transportera à coup sûr.

    2-rév.jpgMuséeRév.parc.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette région vallonnée ne finit pas de livrer ses secrets … Toujours sous le signe de JospehdeMaistre.jpgla beauté artistique et naturelle, des nourritures spirituelles et terrestres, le Domaine des Saint-Pères à Montagnole, manoir du XIX appartenant à l’intellectuel Joseph de Maistre (rien de moins !) – qui se méfiait des terreurs comme arme de transformation - excellent dans l’art de vivre et l’art de l’accueil enchanteurs dans un apparat luxueux d’une finesse hors du temps. En pleine campagne savoyarde avec une vue panoramique imprenable sur le Lac du Bourget et sur les massifs alentours, les immenses chambres à l’architecture hallucinante et le restaurant vous plongent dans une ambiance magique mémorable digne d’un film viscontien. Micheline Pace

    DomFrêres3.jpgDomFrêres.jpg

     

     

    Lien permanent 3 commentaires
  • Le chocolat comme destination touristique

    Imprimer

     

     

     

    Le Chocotourisme brille de tous ses feux. Un Salon du chocolat lui fait la fête à Paris avec deux nouveaux circuits concoctés par l'AFITV (association francophone internationale du tourisme et du voyage, sise dans la capitale française) le

    Jeudi 31 octobre 2019 à 10h30

    Porte de Versailles à Paris

     

    GUYANE qui sera présenté par la Chocolatière de Saint Laurent du Maroni, madame Drupa Angenieux. Cacao des planteurs amazoniens et chocolat  du berceau d'origine du cacaoyer. Un circuit validé par l'AFITV et photos d' un pays  magnifique.

    BORDEAUX-SAUTERNES présenté par la célèbre chocolatière  de Bordeaux Hasnaa ; ici le mariage des vins de Sauternes avec les meilleurs chocolats des chocolatiers bordelaisSuccès assuré et gourmands satisfaits.

    Annonce de la création des JUMELAGES entre CHOCOLATIERS, avec le premier jumelage ouvert la veille à EPINAL . Une surprise.... Une inauguration de l'AFITV qui vaut le détour !

    P1070376.JPG

    À l’instar de l’oenotourisme, désormais à la mode, le chocotourisme procède du même engouement. Les circuits touristiques fomentés autour de découvertes de vignobles et de la particularité de ses élixirs selon les terroirs et maintenant des séjours formés pour découvrir le cacao, les régions qui le produisent. De là, au mariage du chocolat et du vin, il n’y avait qu’un pas …

    L’Isle-sur-la Sorgue, Porvoo en Finlande, le Ghana, la Côte d’Ivoire promeuvent le chocotourisme immergé dans un patrimoine culturel et cultuel. La durabilité constitue une condition sine qua non obéissant à des principes éthiques étayés (respect de la biodiversité en évitant la déforestation ainsi que la monoculture, interdiction de la surexploitation des employés).

    Dégustation et création sont sa devise !

     

    (D'autres billets à consulter sur le sujet de près ou de loin, ci et , ou encore )

    Lien permanent 0 commentaire
  • Un joli coin d'Inde à la Jonction

    Imprimer

    Un coin d’Inde à la jonction du Rhône et de l’Arve, en plein cœur de Genève ! GHP10016.jpg
    Qui ne rêve pas de currys traditionnels, de Tandooris tout prêts en bas de chez soi, de naans déclinés de mille façons à choix, d’accompagnants à base d’épinards ou d’une purée de pois chiches concoctés d’une manière unique et typique ? La culture des aliments va de pair avec la culture patrimoniale, c’est une évidence. Outre l’acte de se nourrir qui obéit à une fonction vitale, un bon plat inspiré de pratiques cultuelles d’un pays demeure toujours un voyage en soi à la croisée de préférences spécifiques relevant de savoir-faire et de goûts particuliers d’un être au monde.

    GHP10015.jpgLe RESTAURANT PUNJABI  présente une cuisine variée d’une commune du nord de l’Inde éponyme. Au menu, la découverte de toutes les spécialités colorées qui font sa réputation de par le monde dans un décor donnant une sensation de se trouver en terres indienne.

    Comme cela s’impose naturellement, à l’heure des réseaux sociaux et des commentaires à tout va, la maxime « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es » accompagnée si possible de photos de plats, il allie l’aspect et les saveurs, la présentation et le goût, mettant en valeur la production locale s’acheminant jusqu’à nos assiettes, selon une chaîne logistique bien rôdée. Mutatis mutandis, l’établissement est inscrit à eat.ch.Punjabi2.jpg

    Des membres d’une même famille, dont le grand chef, travaillent avec des amis pour la préparation raffinée et goûteuse des mets.

    Le riche buffet de midi à discrétion durant les cinq jours ouvrables à un prix plus que raisonnable suffit à en être convaincu. La carte offre un choix inégalé de plats, également végétariens.

    La beauté du lieu prolongée par une terrasse accueillante garantit un bien-être, un apaisement, une chaleur. L’essayer, c’est l’adopter.

    Renseignements utiles : Restaurant Punjabi - Boulevard Carl-Vogt 16 -1205 Genève - T. 022 436 81 81  / livraison à domicile gratuit

    Punjari1.jpg

    GHP10022.jpg

    Lien permanent 0 commentaire
  • Mode au Pavillon Sicli

    Imprimer

     

    Venez fêter les ans de la

     

    boutique Prunelle

     

    Au menu : une heure au coeur de la mode afin de vous présenter
    la collection Automne-Hiver et partager le verre de l’amitié

     

     Nous vous présenterons deux défilés identiques: 
    le premier à 18h00 et le deuxième à 20h00 

     

    Entrée libre, venez nombreux…….

    Les mannequins sont chaussés par La Strada à Carouge

     www.lastrada-chaussures.ch

     

    blogroll.jpg

    Pavillon Sicli, route des Acacias 43
    Parking devant le pavillon
    Tram 15 arrêt Pictet-Thellusson
    Parking P + R Etoile (3 min. à pied)

    Lien permanent 0 commentaire