UA-105021232-1

  • Le « Made in Piémont » se porte comme un charme

    Imprimer

    Cavour, inventeur du Barolo

    Cavour aura tout fait ! L’unification italienne et le Barolo, un des vins les plus primés et prisés au monde. La visite de son château où le Comte Camillo Benso di Cavour séjourna de 1832 à 1849 fait remonter aux premières bulles de réflexion autour de l’extraction du sang de la terre et des procédés scientifiques à l’œuvre pour créer un produit inédit amabile au palais. En sa qualité de Maire de Grinzane, et Ministre de l’agriculture, il donna ses lettres de noblesse aux activités rurales, convaincu que le développement économique se fera par ce biais, en les professionnalisant au point de faire vivre au fil du temps toute une région. Comme en attestent son mobilier et ses manuscrits, le champ de la viticulture occupa une place prioritaire dans sa politique menée en vue d’un essor économique et cultuel de cette majestueuse contrée transalpine.       

    Cavour.jpg

     

    C’est ainsi et ici qu’est  né le premier Barolo. Inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO en 2014 autant que les villages viticoles tout en collines des Langhe, de Roero et de Montefferato, le Château Grinzane Cavour est le siège depuis 1967 de l’Enothèque Régionale où se déroulent la vente aux enchères de la truffe d’Alba  et autres festivités d’envergure. La boutique des vins à prix abordables dans son antre est une découverte de ces savoir-faire en soi.

    Cavour3.jpgCavour2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    À deux pas de là, la mignonne Chapel du Barolo haute en couleurs témoigne à la fois d’un lieu où se réfugiaient les paysans lors d’intempéries intenses, lieu de repos et de recueillement pour implorer la grâce divine en vue d’une bonne récolte.

    ChapelleVinsCavour.jpg

    En reprenant la route, une halte gourmande s’impose à l’Osteria Veglio pour y goûter, dans une ambiance feutrée et détendue, les spécialités culinaires caractéristiques ; un florilège de maisons d’hôtes de charme tend les bras à tout promeneur souhaitant dormir dans le coin, tel que le très joli hôtel Rocche di Costamagna distillant une vive impression de séjourner dans … une cave, ce au sommet du monticule de la Morra juché d’un majestueux campanile s’ouvrant sur un belvédère « carte postale » à couper le souffle.

    Arneis.jpgRocchediCastamagna.jpg

    Une dégustation des vins fort documentée à l'hôtel Rocche di Costamagna constitue une magnifique entrée en matière et les prix sont vraiment sympas.

    Pour quelques grammes de truffes

    La région vallonnée des Langhe, Roero, Montefferrato – autour de la ville d’Alba – vaut la peine pour son éclatante beauté naturelle et est (re)connue aussi pour un joyau unique : la truffe. L’expérience de la chasse aux truffes est très émouvante, tout à fait romanesque, à plus d’un titre et pour rien au monde, il ne faut la rater. De la famille des champignons, hypogées – une variété du Tuber Magnatum Pico -  elle jaillit spontanément sous terre, au-dessous de la surface du sol, en symbiose avec les arbres spécifiques environnants.

    74654694_10215536423983609_2813267548122906624_n.jpg74661830_10215536426943683_1659854437264392192_n.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le lent développement de cette hypogée bien particulière s’étale sur trois mois (août, septembre, octobre) pour éclore soudainement en exhalant une senteur 74685221_10215536425423645_7572607897872367616_n.jpgétincelante déterminant toute sa saveur ; cueillie dans les bois – par un chien d’expérience, le cabui – à partir de la fin de l’été jusqu’au début de l’hiver, la truffe rend fiers ses habitants pour le succès qu’elle apporte à son territoire au point qu’une célébration lui est dédiée chaque année, depuis 89 ans. Sous la houlette de son président Stefano Mosca, la Foire aux truffes en plein centre-ville d’Alba, un rendez-vous incontournable pour les amateurs, les commerçants, les gourmets, les curieux, des milliers de touristes, désireux de participer à son spectacle sous toutes ses formes, (show cooking, stands pour sa vente, le jury statuant sur le rapport qualité/prix, les jeux didactiques, la publicité des autres produits du terroir tels que différentes recettes à base de noisette ou les vins, entre autres). Si le héros de la truffe est le chien, son flair, les multiples façons de l’apprêter relèvent du génie de l’homme qui a reconnu ses vertus comestibles comme aiment à le préciser certains chasseurs amoureux du diamant blanc piémontais – les trifulau – s’exprimant entre eux dans un dialecte à consonances françaises, traces de leur passé en lien avec la Maison de Savoie.

    75429388_10215536421623550_3360725361234018304_n.jpg74515282_10215536422983584_8473214504929329152_n.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour faire pétiller ses papilles dans la jolie ville d’Alba au caractère historique et culturel inéluctable avec sa Cathédrale San Lorenzo qui a suscité moult récits, s’enfiler dans l'auberge Cortiletto (littéralement : petite cour intérieure) résumera cet esprit d’esprit dans l’assiette.

    Le château de Verduno

    Déjà habitée à l’ère romaine, Verduno fut un point de ralliement dans la contrée. Un merveilleux château dont la construction débuta au 16e s. s’érige au centre de la commune. D’origine celtique, le nom signifie une ville fertile à flanc de coteau. C’est dire que le lieu porte bien son nom ! Propriété de Charles-Albert de Savoie au siècle de l’unification italienne, le château, plus que d’être un simple lieu de plaisance, devient un centre pour la production … du vin de Barolo, propulsée par les services du célèbre œnologue de l’époque Staglieno. Il faut visiter ce château pour sa posture flamboyante et sa cave, nimbé dans un paysage apparenté aux descriptions imagées de l’écrivain Beppe Fenoglio  où le temps n’a pas eu de prise.

    La Cascina Castlet

    Le prestige et la qualité des collines des Langhe se cristallisent dans ses paysages spectaculaires et ses monuments autant que dans … ses vins. La diversité de leurs expressions organoleptiques présente un attrait indéniable, fruits d’un travail acharné s’étendant sur plusieurs générations, de techniques de plus en plus sophistiquées, d’un minutage mûrement réfléchi malgré la lenteur des processus à l’œuvre. Une cascina (ferme, maison de campagne) traduit tous ces phénomènes à la fois. Sise dans la commune Costigliole dAsti, la Cascina Castlet est un authentique fleuron pour connaître l’histoire de vins aux grands noms réputés internationalement, les déguster à l’envi dans sa boutique-musée, dans se cave composée des tonneaux où 34 hectolitres d’élixir dorment tranquillement le temps qu’il faut en vue d’atteindre une maturation avérée selon des procédés que Maria Borio a effectués de manière scientifique et esthétique au point d’en être récompensée en 2007 à l’occasion d’un Salon de vins à Bordeaux. Au son de cui-cui, les antiques murs en pierre de la bâtisse multiséculaire entourés de 31 hectares de vignes portant chacune un nom racontent la saga familiale s’étendant sur sept générations dont l’héritière se réjouit de porter le flambeau depuis les années 1970. Aimant les vignes joyeuses qui sourient au soleil, la propriétaire de ce joyau saisit chaque parcelle, son état de santé, son humeur même, en respectant son équilibre sans jamais l’exciter; des maisonnettes nichées dans les arbres accueillent les oiseaux, très utiles à l’écosystème car loin d’être nuisibles aux grappes de raisins, ils chassent les insectes maléfiques à un sain développement de ces sites viticoles offrant de belles balades romantiques. Ici, tout est « dans son jus » ; le Castlet Rosé, l’Uceline, la Litina, le Passum (Barbera DOCG), le Policalpo, le fameux Moscato d’Asti et la Grappa se côtoient allégrement.

    Cascina3.jpgCascina7.jpgCascina1.jpg

    Cascina5.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si le cépage star des grands vins piémontais semble être le nebbiolo (en raison de sa récolte « tardive », à partir de la mi-octobre, il se réfère à la brume teintant les vallées à cette saison) – qui a d’ailleurs accouché d’une marque : le Nebbiolo - il ne faut néanmoins pas sous-estimer l’influence du dolcetto, du pelaverga et de la barbera, au charme raffiné et délicat embaumé d’un air d’antan mais authentique.

    La production de Cascina Castlet concentre les vertus des meilleurs vins que l'on puisse découvrir ! Au fil des ans, le cabernet sauvignon et le chardonnay se sont ajoutés au nebbiolo, au barbera et au muscat.

    Pour preuve, le Barbera d’Asti DOCG habillé d'une étiquette illustrant des petites filles, des cousines de la famille Borio dans les années '50, sur une vespa, résume merveilleusement la fragrance du raisin typique, sa brève fermentation à température contrôlée, sa couleur rubis intense et brillante confirme la fraîcheur et vinosité, son parfum agréablement fruité et sec.

    73009826_10215642637118871_5102242511368224768_n.jpgUn autre Barbera, la Litina, estampillé des 3 initiales de la maison - C C C - éclate en bouche avec sa couleur rouge grenat due à une longue vinification rappelant la matière étoffée bien charpentée de la prune, dont on sent à chaque gorgée le terroir argileux et sablonneux.

    Tous plus excellents les uns que les autres, les vins de Maria Borio réalisent l’aboutissement de toutes les considérations environnementales et esthétiques. 

    Cascina6.jpgCascina4.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une escapade bucolique dans le Piémont et ses collines aux ruelles serpentines est un incontournable. « Les Langhe ne se perdent jamais », s’exclamait Cesare Pavese dans son roman le plus célèbre à la tonalité mélancolique La lune et les falots nourri des lumières, des odeurs, des couleurs et du sang de cette terre natale. Pari gagné d’un savoir-faire ancestral jalousement conservé en-dehors des vogues éphémères vue l’affluence grandissante des touristes ! Outre les grands crus et les truffes, on y vient aussi pour une autre star qui se dispute sa place au soleil : la noisette; déclinée de mille manières, l’aveline a été consacrée par Ferrero, l’inventeur du Nutella. Bientôt, une esplanade sera dédié à son effigie.

    Sans oublier son sens de l’accueil, nul doute que les collines piémontaises ont conquis les cœurs des touristes qui ont toutes les raisons d’y déambuler fidèlement à l’expression proverbiale à l’aura poétique « andar per Langa » ...

    Pour tout renseignement pratique :

    - Foire de la Truffe blanche d'Alba : www.fieradeltartufo.org

    - La Cascina Castlet de Costigliole d'Asti : www.cascinacastlet.com

    - Site officiel de l'Office du Tourisme : www.langheroero.it

    - Chambre de commerce italienne en Suisse : http://www.ccis.ch

    75354801_10215536427663701_3626094330843758592_n.jpg

    Langhe.jpgLanghe2.jpg

    Lien permanent 2 commentaires
  • Une expo de photos sur Genève

    Imprimer

    L’image de Genève est multiple. Avec son emblème figurant sur des plaques de chocolat, sur des montres ou autres babioles, le jet d’eau le plus célèbre et plus ancien du monde culmine à plus de 140 m de hauteur.

    Les facettes de la cité du bout du lac ne se dévoilent pas au premier coup d’œil. « Parce que dans cet espace si resserré, dans ce creuset minuscule mais souvent, les dialogues de tant d’espèces différentes ont été malaxées ensemble, parce que tant d’idées ont été exprimées, accueillies, débattues, parce que tant de gens ont accouru ici et tant d’autres se sont enfuis, on peut le dire : Genève est une ville où nul homme n’est étranger, s’extasiait Robert de Traz dans L’Esprit de Genève en 1929.

    Une exposition de photos se déroulera dès le jeudi 21 novembre à 17 h jusqu’au dimanche 24 à 17 h dans le très somptueux espace WRP à la place Dorcière contournant la gare routière.

    Un livre renfermant les œuvres réalisant un regard neuf sur Genève des neuf artistes de l’Agence 7 ex présentes sera à disposition.

     

    EXPO2019.jpeg

    Lien permanent 0 commentaire
  • L’Ardèche, immersion dans des temps immémoriaux

    Imprimer

    Rien que l’évocation du nom ouvre un champ de possibilités. Des paysages qui ressemblent à des mirages servant d'écrin à une des épopées les plus incroyables, des villages rocheux fondus sur l'arrière plan qui cachent des vestiges dont l'histoire n'a pas révélé tous les secrets, une signature de procédés d'antan relatant les modes de vie et de pensée caractéristiques.

    Castagnades de Chalencon 27-10-2019©L.Clara-ADT07  (1).JPG

    La Via Rhôna  passe par là ... traçant un itinéraire de près de 800 km marqué d’une empreinte patrimoniale indélébile, cette destination très prisée par les étrangers autant que les nationaux comme en attestent le nombre d’hébergements insolites assurant 20 millions de nuitées à l’année, l’Ardèche livre des sortilèges dont on ne remet pas si facilement. Si on y arrive par hasard, on y reste ou on y retourne par attachement. Jean Ferrat l’a chanté, Yves le Coq l’anime avec son château transformé en maison d’hôtes, les Frères Montgolfier ont inventé à Annonay une idée de génie au 18e s. pour voler à ciel ouvert, perpétré par la Fête annuelle de la montgolfière en habits d'époque.

    La reine de l’Ardèche – la châtaigne - a permis un essor économique à la région et provoqué un engouement inconditionnel; on ne compte plus le nombre de recettes déclinées et de célébrations en son honneur. À ne pas confondre avec le marron, qui, lui, est incomestible (malgré l’abus de langage véhiculé par des expressions communes telles « Chauds, les marrons ! » ou la crème de marron) ! Le charmant village de caractère de Chalencon lui rend ses lettres de noblesse grâce à 76728945_10215481607413229_7035220464515416064_n.jpgla coutumière Fête des Castagnades dont on vient de commémorer les 20 ans au rythme de notes folkloriques gaillardes.

    Mais son patrimoine culturel et historique ne se résume pas à cet aliment; à son sommet, un temple est jonché pour rappeler son passé protestant attesté par la chaise près de l'autel qui assurait pour ces premiers opposants au catholicisme un moyen pour l'exercice de leurs cultes clandestins.

     

    Châtaigne3.jpg

    Chalencon.jpg

    TempleCalencon2Chaise.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans les dédales des vingt villages de caractères parsemés dans le territoire, un détour enchanteur à cet autre village de caractère Jaujac, coulé dans un site basaltique assez unique niché au haut d’un volcan ardéchois s’impose tout autant.

    CHAUVET1.jpg

    CHAUVET2.jpg

    CHAUVET3.jpg

     

     

     

     

     

     

    Aussi, les paysages escarpés rappellent volontiers un passé plongeant dans les racines de l’humanité  que l’imaginaire a tenté de ressusciter par d’énormes efforts de reconstructions théoriques pluridisciplinaires. La Grotte Chauvet 2 - parfaite réplique de la Grotte Chauvet découverte en 1994 et inscrite à l'UNESCO en 2004 - constitue un but de balade en soi pour découvrir cette contrée. La rencontre avec les homo sapiens d’il y a 36'000 ans par le biais des quelque 1000 dessins sur les parois de calcaire demeure inouïe par la puissance symbolique de ces représentations du monde d’où se dégage un respect des animaux même les plus dangereux (rhinocéros, lions, ours, tigres, mammouths, panthères, jaguars) en parcourant ainsi 7 civilisations. D’où se dégage une information clé quant à l’usage de ces lieux fascinants : plutôt qu’un habitat, la grotte apparaît bien comme endroit de recueillement. Le touriste pénètre dans les entrailles des origines de l’humanité. La Galerie de l’Aurignacien abrite le long d’un chemin pédagogique les objets d’antan qui ont fait la gloire cet art pariétal paléolithique unique à portée universelle. L’affluence de 400 000 visiteurs cette année recommande de réserver.

    ©C.Fougeirol-ADT07-Grotte_Chauvet_2_GF.jpg

    ©L.Clara-ADT07-Grotte_Chauvet_2-Espace_Aurignacien-11_GF.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Un spectacle naturel dans toute sa splendeur

    Si la châtaigne règne en maîtresse dans les Monts d’Ardèche, c’est sans oublier que le spectacle naturel regorge de richesses insoupçonnées à parcourir tel un musée en plein air le long de 100 km accusant de plus de 50 volcans classés à l’UNESCO et donnant 4 AOP grâce à un savoir-faire ancestral éprouvé en harmonie avec le biotope que l’on retrouve dans les activités sportives ou de loisir, l’hôtellerie, les centres culturels.

    En exemple, le très beau Domaine du Colombier proche de la Grotte Chauvet 2, distille ses vins IGP à Vallon-Pont-d’Arc même depuis 7 générations, bordant la rivière Ardèche (.www.domaineducolombier.fr) Une expérience oenotouristique inoubliable ! Fidèle à sa volonté de réaliser l’art de vivre dans son excellence, il offrira un cadre d’hébergement inédit au printemps prochain : un hôtel **** du doux nom de Villa Waldbaum.

     

    Où se restaurer ?

    L’art culinaire fait partie du patrimoine matériel autant qu’immatériel d’une région ... c’est un truisme. Les locavores en auront pour leur compte.

    74634589_10215481609173273_8982311839111053312_n.jpgLe Terminus à Ruoms, tenu par un jeune couple dynamique et accueillant : des spécialités typiques accompagnées de vins du terroir que l’on peut goûter dans la cave « au-dessous » de la salle à manger.

    La Boria en plein cœur de Privas a obtenu la note de 15/20 au Gault et Millau grâce aux merveilles concoctées par le Chef Florian Descours, l’un des Toqués d’Ardèche.

    Le Restaurant-Traiteur-Boutique L’Ormeau à Chalencon présente un cadre chaleureux pour savourer les produits locaux.

    Après une visite incontournable soutenue du Château d’Aubenas, bastion historique de l’émergence du protestantisme et des tragédies perpétrées par les guerres de religion, le Salon d’Ann-Sophie (surnommée « la Reine de la châtaigne ») sur la place centrale offre une floraison de mets composés de ce fruit du début à la fin. Son velouté - le cousina - vaut le détour !

    Chàteau d'Aubenas.jpg

    Château d'Aubenas

    Où dormir ?

    Que ce soit pour un we en amoureux, des vacances en famille ou un déplacement d’affaire, les hébergements singuliers, véritables lieux de vie et de rencontres, constituent un atout de la destination.

    À St-Alban-Auriolles, la Villa St-Patrice met à disposition de magnifiques chambres d’hôtes 4 épis Gîtes de France d’Ardèche (www.villastpatrice.com).

    La très accueillante Maison Jaffran suite en ville à Privas détone par son emplacement et séduit au premier coup d’œil (www.maison-jaffran.com). Les atours de cette immense bâtisse construite en 1904 jouissant d’un système d’énergie autonome se révèlent en un aménagement selon la géologie de l’Ardèche (basalte, grès, granit), de trois belles chambres d’hôtes, un jardin bucolique entourant une piscine chauffée, avec vue imprenable.

    Enfoui dans le Massif du Tanargue, les Cabanes du Loup Bleu à la Souche à forme de châtaigne est une œuvre conçue par un couple de Genevois qui a décidé de poser ses valises à flanc de coteaux (www.lescabanesduloupbleu.com). Caroline, mère de deux enfants et artiste plasticienne, réputée pour ses cours d’art-land, de modelage, de sculpture, instille une joie non dissimulée dans ce cadre naturellement escarpé vivifié par le bruit du torrent.

    HEBERG INSOLITE CHATAIGNE 1.jpg

     

    Pour tout renseignement pratique : www.ardeche-guide.com

     

    Lien permanent 3 commentaires