UA-105021232-1

La cri de Michel Houellebecq

Imprimer

S'exprimant sur France Inter, Michel Houellebecq décrit sa vision dramtique du monde post-confinement.

"Nous ne nous réveillerons pas, après le confinement, dans un nouveau monde ; ce sera le même, en un peu pire" ... avec ces mots lapidaires qui se passent de démonstration risquant d'être superflue, le célèbre écrivain surligne la vacuité des relations humaines pré-existante à la pandémie de coronavirus.

Si comptabiliser les morts ci et là devint le principal dessein de la place publique, la conscience de la mort n'a pas plus infiltré les comportements dans leur rapport au monde. "Il serait tout à fait faux d'affirmer que nous avons découvert que nous avons découvert le tragique, la mort, la finitude, etc. La tendance depuis plus d'un demi-siècle maintenant aura été de dissimuler la mort autant que possible. Et bien jamais la mort n'aura été aussi discrète qu'en ces dernières semaines". 

La solitude et l'isolement se sont accrus comme par un jeu de manipulations presqu'indicibles même au coeur de la déréliction des victimes : "Les gens meurent seuls dans leurs chambres d'hôpital ou d'EHPAD, on les enterre aussitôt (...) sans convier personne, en secret. Morts sans qu'on ait le moindre témoignage, les victimes se résument à une unité dans la statistique des morts quotidiennes, et l'angoisse qui se répand dans la population à mesure que le total augmente a quelque chose d'étrangement abstrait." Des images confirmant cet état de fait ont circulé un temps devant les caméras et chacun est resté désespérément seul dans son chagrin et son angoisse comme jamais auparavant.

L'obsolescence programmée engendrée par nos sociétés technocrates jusqu'au délire tout en faisant peser les maux sur les frêles épaules des individus, perdus face aux injonctions contradictoires ou non fondées, s'accentue à l'heure où on devrait resserrer les boulons et créer un nouvel horizon grâce à la somme des connaissances holistiques dont nous bénéficions pour la première fois dans l'histoire de l'humanité.

À quand le prochain épisode ? La mascarade du masque - survenue un peu tard si l'on en croit ses vertus - réserve déjà son lot de surprises qui ne seront pas qu'esthétiques ... les malaises surtout d'ordre respiratoire appelleront surement de nouveaux traitements de ces "effets secondaires". Ces interrogations ont d'ailleurs déjà débuté en ce joli mois de juillet.

Bel été, quand même !

 

ZEP2.jpg

 

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bonjour :)

    Il ferait mieux de s'occuper de l'éviction du paltoquet et de ses pantins au "gouvernement" car c'est bien là le plus grand virus de la France! Une fois libérée de ces malades, il pourra mettre son livre à la cave et ne plus se faire peur.

  • Bonjour à la préopinante, je laisse le soin de l'interprétation bien évidemment. Mieux vaut une tronche bien faite que la vacuité de la pensée accompagnée de lâcheté.
    Bon été !!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel